Imprimer
Dbf211115
15 novembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 novembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

COP 26

Le Secrétaire général est de retour à New York après avoir assisté à la clôture de la Conférence sur les changements climatiques, COP26, à Glasgow.  Comme il l’a dit dans sa déclaration lors de la clôture de la conférence, les textes approuvés sont un compromis.  Ils reflètent les intérêts, les conditions, les contradictions et l’état de la volonté politique dans le monde aujourd'hui.  Ils prennent des mesures importantes, a-t-il déclaré, mais malheureusement, la volonté politique collective n’a pas été suffisante pour surmonter certaines contradictions profondes.  Le Secrétaire général a déclaré que nous devons agir plus vite pour maintenir l’objectif de 1,5 degré en vie.  Nous frappons toujours à la porte d’une catastrophe climatique, a-t-il averti.  Il a réaffirmé sa conviction que nous devons mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles, éliminer progressivement le charbon et fixer un prix pour le carbone.  En même temps, a-t-il dit, nous avons quelques éléments de base pour progresser.  Ceux-ci incluent des engagements à mettre fin à la déforestation, à réduire considérablement les émissions de méthane et à mobiliser des financements privés autour du zéro net.  C’est le combat de nos vies, a déclaré le Secrétaire général, exhortant le monde entier à continuer d’aller de l'avant et ajoutant que la COP27 commence maintenant.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité s’est penché sur la situation en Syrie lors de consultations à huis clos.  M. Geir Pedersen, l’Envoyé spécial pour la Syrie, et M. Martin Griffiths, le Chef des affaires humanitaires, ont informé le Conseil des derniers développements dans ce pays.  Cet après-midi, le Conseil se réunira sur le Soudan et le Soudan du Sud, suivi d’une réunion sur la Somalie.

Éthiopie

Le coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, a alloué aujourd’hui 25 millions de dollars du Fonds central d’intervention d'urgence, ou CERF, pour soutenir l’aide humanitaire et la protection des civils en Éthiopie.  Une allocation de 15 millions de dollars du Fonds humanitaire éthiopien a également été annoncée.  Ces fonds permettront d’intensifier les opérations d’urgence dans les régions du nord de l’Éthiopie touchées par le conflit et de soutenir une réponse rapide à la sécheresse dans le sud du pays.  Dans les régions du Tigré, d’Amhara et d’Afar, les fonds aideront les agences d'aide à fournir une protection et d’autres formes d’assistance aux personnes touchées par le conflit.  Dans les régions de Somalie et d’Oromia touchées par la sécheresse, les agences fourniront de l’eau potable pour prévenir les maladies d’origine hydrique et aider les communautés pastorales à maintenir leur bétail.  Avec l’allocation d’aujourd’hui, le soutien du CERF à l’Éthiopie pour cette année s’élève à 65 millions de dollars, faisant de l’Éthiopie le deuxième plus grand bénéficiaire du fonds en 2021.

Le Fonds humanitaire s’élève cette année à 80 millions de dollars.  Les opérations humanitaires dans toute l’Éthiopie sont confrontées à un déficit de financement de 1,3 milliard de dollars, dont 350 millions de dollars pour la réponse au Tigré.

République centrafricaine

Un nouveau rapport du Bureau du Représentant spécial pour les enfants et les conflits armés indique que la protection et le bien-être des enfants en République centrafricaine se sont gravement détériorés depuis la fin de 2020.  Selon le rapport, cela coïncide avec la reprise des hostilités dans le pays.  Le rapport documente des violations ayant touché près de 1 300 enfants entre juillet 2019 et juin 2020, les filles représentant plus de 40% de toutes les victimes.  Le rapport note également des progrès, notamment la libération de 653 enfants par des groupes armés, ainsi que la promulgation l’année dernière d’un nouveau Code de protection de l’enfance qui criminalise les violations graves contre les enfants.  La Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés, Mme Virginia Gamba, appelle le Gouvernement et les parties au conflit à élaborer une stratégie nationale pour prévenir les violations graves contre les enfants.  Elle a réitéré le soutien de l’ONU aux efforts visant à mieux protéger les enfants centrafricains.

Détention d’enfants pendant la pandémie de COVID-19

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a dévoilé aujourd'hui un rapport qui montre que les gouvernements et les autorités pénitentiaires d'au moins 84 pays ont libéré plus de 45 000 enfants depuis le début de la pandémie de COVID-19.  L'UNICEF avait attiré l'attention sur le risque accru pour ces enfants, dans des espaces confinés et surpeuplés, de contracter la COVID-19 et appelé à leur libération immédiate.  Selon une deuxième étude de l'UNICEF, également publiée en prévision du Congrès mondial sur la justice avec les enfants, environ 261 000 enfants ayant des démêlés avec la justice –ceux qui ont été présumés, accusés ou reconnus comme ayant commis une infraction– sont détenus dans le monde.  L'UNICEF souligne les conséquences profondes de la COVID-19 sur la justice des enfants, avec la fermeture de tribunaux et un accès restreint aux services sociaux et judiciaires essentiels.

Afghanistan

En Afghanistan, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires indique que l'hôpital de province d’Uruzgan dédié à la COVID-19 a suspendu ses services médicaux depuis samedi en raison d'un manque de fonds, de fournitures et d'équipements médicaux.  Selon les agences humanitaires, une équipe interagences a procédé hier à une évaluation des besoins des familles déplacées en raison de la sécheresse des provinces de Badghis et de Ghor à celle d’Hirat.  Environ 1 000 personnes campent à ciel ouvert.  Des évaluations sont en cours dans tout le pays afin d’identifier les personnes ayant besoin d'une aide pour affronter l'hiver.  L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) fournit une aide à 1 000 familles dans les districts de la province du Badakhshan, y compris des abris, des articles non alimentaires et des vêtements, afin de faire face aux rigueurs hivernales.  Tout en soulignant la continuité de la riposte en Afghanistan, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires appelle la communauté internationale à en faire beaucoup plus.  Il rappelle qu’une femme enceinte sur quatre et un enfant sur deux en Afghanistan souffrent de malnutrition.  La moitié de la population ne sait pas quand viendra son prochain repas.  L’appel éclair pour l’Afghanistan qui vise à répondre aux besoins de 11 millions de personnes jusqu’à la fin de 2021 est financé à hauteur de 86%.  Jusqu’à présent, 524 millions de dollars ont été débloqués.

COVAX/Amérique latine et Caraïbes

Le Nicaragua et le Venezuela ont reçu hier de nouvelles livraisons de vaccins contre la COVID-19 par le biais du Mécanisme COVAX.  Plus de 130 000 doses de vaccin sont arrivées au Nicaragua pour soutenir la campagne de vaccination.  À ce jour, grâce à COVAX et avec le soutien de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), plus de 3 millions de doses ont été fournies pour vacciner les Nicaraguayens.  Le Venezuela a, lui, reçu plus de 2,5 millions de doses de vaccin, également par le biais du mécanisme.  Il s'agit de la troisième livraison COVAX reçue par le Venezuela.  En tout, ce pays a reçu près de 6 millions de doses, soit la moitié du nombre que le Venezuela a officiellement demandé audit mécanisme.  L'OPS et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) soutiennent également les autorités sanitaires en ce qui concerne la surveillance et le contrôle des infections.  Elles ont également fourni du matériel de laboratoire pour le diagnostic et la prévention des infections, en particulier aux établissements de santé.  L’équipe de l’ONU sur le terrain forme le personnel de santé pour faire face à l’épidémie et apporte un soutien logistique et des fournitures aux services de santé.

Coordonnateurs résidents

Trois nouveaux Coordonnateurs résidents ont entamé leur mandat cette semaine.  Mme Maria José Torres Macho, d’Espagne, et M. José Miguel Barreto, du Pérou, ont pris hier leurs fonctions de Coordonnateurs résidents au Chili et au Guatemala, respectivement.  M. Shombi Sharp, des États-Unis a pris aujourd’hui son poste en Inde.  Ces nominations font suite à l’approbation de la part des gouvernements hôtes.  Les Coordonnateurs résidents dirigent le travail des équipes des Nations Unies sur le terrain, y compris en apportant un soutien continu aux plans nationaux de riposte au COVID-19 afin de reconstruire en mieux et de réaliser les objectifs de développement durable.  Ces hauts fonctionnaires des Nations Unies sont également les représentants du Secrétaire général pour le développement au niveau des pays.

Contributions

Belize et Saint-Kitts-et-Nevis se sont acquittés de l’intégralité de leurs contributions au budget ordinaire de l’ONU, portant à 138 le nombre d’États Membres à l’avoir fait.

Point de presse

Demain à 12 h 30, un point presse hybride se tiendra à la suite de l’évènement de haut niveau sur le lancement de la coalition pour les repas scolaires.  Les représentants de la France et de la Finlande détailleront cette initiative devant les correspondants de presse.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.