Imprimer
Dbf211110
10 novembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 novembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a corrigé aujourd’hui une affirmation inexacte faite par un parti politique au Soudan du Sud, selon laquelle la Mission retirerait sa présence de sécurité du site de protection des civils de Malakal.  Malheureusement, cette affirmation a été rapportée comme un fait par les médias locaux et cela pourrait susciter des inquiétudes inutiles chez les personnes déplacées.

Compte tenu de l’amélioration de la situation en matière de sécurité, la Mission a progressivement transféré la plupart de ses sites de protection des civils dans des camps de déplacés classiques, qui relèvent de la responsabilité du Gouvernement de transition.

Cependant, la Mission a toujours dit qu’il faudrait plus de temps pour remanier le site de protection de Malakal en raison de la situation politique et sécuritaire complexe dans la région.  Par conséquent, aucune décision n’a été prise de « retirer » la présence de l’ONU.

Haïti

Le Coordonnateur résident et humanitaire pour Haïti, Bruno Lemarquis, a déclaré que le blocage actuel de l’approvisionnement en carburant dans les ports maritimes de Port-au-Prince rend très difficile pour les humanitaires, y compris l’ONU, de continuer à fournir une assistance à environ 700 000 personnes dans le pays.  Il a déclaré que la situation est profondément alarmante, ajoutant que les personnes qui se remettent du tremblement de terre dans le sud d’Haïti sont particulièrement touchées.

Outre les défis créés par la situation sécuritaire, les pénuries de carburant constituent un obstacle sérieux à la fourniture de services essentiels, ainsi qu’à la circulation des personnes et des biens.  Le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) affirme que les hôpitaux et les centres de santé sont particulièrement touchés.

Le relogement de quelque 7 000 personnes déplacées par les violences de juin dernier dans la capitale a également été ralenti en raison de la situation.

L’ONU reste déterminée à aider tous ceux qui en ont besoin, et nous réitérons notre appel urgent à tous ceux qui ont une influence sur la situation actuelle pour qu’ils veillent à ce que le carburant puisse être fourni afin que ces services vitaux puissent continuer.

Sierra Leone

En Sierra Leone, l’équipe de l’ONU s’est rendue sur le site de la collision mortelle de camions-citernes transportant du pétrole, qui a eu lieu vendredi.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) livre au pays des fournitures médicales, la première livraison de 6,6 tonnes métriques étant arrivée à Freetown, au cours du week-end.  L’ONU travaille sur un plan conjoint d’évaluation et de coordination avec les partenaires locaux.  Nous nous engageons également avec les autorités à fournir un soutien et une coordination à la suite de l’incident.

République démocratique du Congo (RDC)

Selon les dernières conclusions du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), sans aide supplémentaire, la crise alimentaire en République démocratique du Congo pourrait s’aggraver dans les mois à venir.

Selon la dernière analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire -connu sous le nom de IPC- environ 27 millions de personnes, soit un quart de la population du pays, sont confrontées à une crise ou à une insécurité alimentaire d’urgence.  Cette situation est aggravée par de mauvaises récoltes, des déplacements, des maladies et l’effondrement des infrastructures.

Le nombre de personnes dans le pays qui tombent dans la phase de crise de l’insécurité alimentaire est plus élevé que tout autre pays analysé par l’IPC.

La FAO a déjà renforcé son soutien aux plus vulnérables du pays.  Pour sa part, le PAM prévoit d’aider 8,7 millions de personnes en RDC cette année avec de la nourriture, de la nutrition et une aide pécuniaire, soit près de deux millions de plus que l’année dernière.

Népal/COVID-19

Au Népal, l’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la coordonnatrice résidente Sara Beysolow Nyanti, continue de soutenir la riposte multiforme du gouvernement à la pandémie.

L’ONU contribue à la campagne nationale de vaccination en renforçant la chaîne du froid grâce à la fourniture de plus de 2 500 réfrigérateurs, congélateurs, glacières et autres équipements pour entreposer en toute sûreté les vaccins.

Depuis ce lundi, 16,1 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 ont été injectées au Népal.  Plus de 40% des personnes éligibles ont reçu une première dose et près de 38% sont complètement vaccinées.  L’ONU a aidé à distribuer plus de 4,2 millions de doses de vaccins via le Mécanisme COVAX à travers tout le Népal.

Sri Lanka

Au Sri Lanka, l’ONU surveille l’impact des pluies, des inondations et des glissements de terrain qui font de nombreux dégâts et victimes dans tout le pays.

Bien qu’aucune demande officielle d’assistance internationale n’ait été reçue, les agences des Nations Unies et leurs partenaires sur place sont prêts à soutenir les efforts du Gouvernement.

Celui-ci rapporte qu’au moins 20 personnes sont mortes au cours des deux dernières semaines, tandis que plus de 5 000 ont été évacuées.  Près de 1 000 foyers ont été endommagés ou détruits.

Enfants handicapés

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a rendu public aujourd’hui un rapport révélant qu’il y a près de 240 millions d’enfants souffrant de handicap dans le monde.  Selon l’agence, cette nouvelle estimation, supérieure aux précédentes, se fonde sur une compréhension plus significative et inclusive des handicaps, qui prend en compte les difficultés dans plusieurs domaines, ainsi que les symptômes d’anxiété et de dépression.

Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement.  Les changements climatiques devenant une menace sérieuse pour la vie de milliards de personnes et la planète, le thème de cette année est « Bâtir des communautés prêtes pour le changement climatique ».

L’objectif est de rapprocher la science de la société en mettant en évidence certains aspects scientifiques clefs et les solutions possibles apportées par la science, la technologie et l’innovation pour relever les grands défis mondiaux auxquels les sociétés sont confrontées aujourd’hui.

Anniversaire du pogrom de novembre 1938

Demain, à 13 heures, se tiendra une table ronde sur la production intitulée « Histoires des violons de l’espoir ».  L’événement en ligne est organisé par le Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies afin de marquer l’anniversaire du pogrom perpétré en novembre 1938 en Europe.

Initiée par The Braid, une compagnie spécialisée dans la production et la préservation d’histoires et de récits juifs, avec de la musique de l’Orchestre symphonique juif de Los Angeles, cette table ronde associera théâtre et musique pour raconter l’histoire d’une collection d’instruments à cordes ayant survécu à l’Holocauste.

La discussion sera modérée par Melissa Fleming, la Secrétaire générale adjointe au Département de la communication globale.  Parmi les intervenants, figureront le Représentant permanent d’Israël auprès des Nations Unies, l’Ambassadeur Gilad Erdan, la Directrice artistique de The Braid, Ronda Spinak, et le luthier Amnon Weinstein, qui est également le fondateur de Violins of Hope.

Une retransmission en ligne de cette production sera proposée gratuitement jusqu’au 13 novembre 2021, pour une durée limitée.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.