Imprimer
Dbf210928
28 septembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 septembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Emplois et protection sociale

Ce matin, le Secrétaire général a pris la parole lors de la Réunion de haut niveau sur le financement du développement à l’ère de la COVID-19 et au-delà: emplois et protection sociale pour l’élimination de la pauvreté.

Il a déclaré que près de deux ans depuis le début de la crise de la COVID-19, une énorme divergence dans la reprise sape la confiance et la solidarité mondiales, car la pandémie a non seulement confirmé mais approfondi les inégalités existantes.

Dans les pays développés, l’accès aux vaccins a permis la réouverture des économies, tandis que les paiements de relance et les investissements laissent anticiper une croissance de 5 ou 6% cette année.  Cependant, dans le monde en développement, la pandémie a causé des dommages durables, tandis que le fardeau de la dette empêche les gouvernements d’investir dans la reprise.

Le Secrétaire général a déclaré que la solidarité mondiale est nécessaire pour construire une reprise qui profite à tous.  Il a également annoncé la création d’un nouvel Accélérateur mondial sur l’emploi et la protection sociale pour une transition juste, en collaboration avec l’Organisation internationale du Travail (OIT).

L’objectif de l’Accélérateur est de créer au moins 400 millions d’emplois d’ici à 2030, principalement dans l’économie verte et l’économie des soins, et de faire en sorte que 50% des personnes qui ne bénéficient pas encore d’une protection sociale minimale soient couvertes d’ici à 2025. 

Secrétaire général/Élimination des armes nucléaires

Lors d’un événement de haut niveau de l’Assemblée générale pour marquer la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires, le Secrétaire général a appelé la communauté internationale à rejeter la logique empoisonnée et erronée d’une compétition nucléaire sans fin, ajoutant que la menace nucléaire a atteint son niveau le plus élevé depuis près de 40 ans.

Mais, a-t-il ajouté, nous devons saisir toutes les occasions de nous rapprocher de notre objectif d’éliminer ces armes.

Il s’est félicité de la décision de la Fédération de Russie et des États-Unis de proroger le nouveau Traité de réduction des armements stratégiques et d’entamer un « dialogue stratégique ».

Il a également exhorté les États à soutenir les objectifs du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et à reconnaître sa place dans l’architecture mondiale du désarmement.

Passant à la Conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, longtemps retardée, le Secrétaire général a déclaré que nous nous trouvions à un moment critique pour réaffirmer et renforcer les engagements passés.

Vice-Secrétaire générale/Conseil de sécurité

Cet après-midi, à 15 heures, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, informera le Conseil de sécurité de sa visite en Somalie.  Elle devrait indiquer qu’il existe une réelle inquiétude quant au fait que lors des élections actuelles à la Chambre du peuple, le niveau de représentation des femmes diminuera, malgré les promesses et les stipulations des accords électoraux.

La Vice-Secrétaire générale devrait souligner que la participation et la représentation des femmes dans la vie politique est une condition préalable à une paix durable en Somalie et que le quota de 30% est une première étape cruciale vers la représentation égale des femmes dans tous les secteurs de la vie, des affaires à la fonction publique et des élections aux nominations.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Geir Pedersen, est intervenu devant le Conseil de sécurité ce matin.  Il a rappelé que la Haute-Commissaire aux droits de l’homme avait indiqué que plus de 350 000 personnes peuvent être individuellement confirmées -par nom, date et lieu- comme ayant été tuées au cours de la première décennie du conflit.  Compte tenu du grand nombre de personnes encore introuvables, le chiffre réel est probablement beaucoup, beaucoup plus élevé, a averti M. Pedersen.

Il a déclaré que les lignes de front militaires étant en grande partie gelées depuis 18 mois et compte tenu des inquiétudes des parties concernant le statu quo, le moment est venu de faire pression pour un processus politique.

Aujourd’hui, a-t-il dit, il y a de bonnes nouvelles à annoncer.  Après huit mois de facilitation intensive avec les coprésidents, M. Pedersen a annoncé qu’un accord est en place sur la méthodologie et des invitations ont été lancées pour une sixième session de la Commission constitutionnel.  Alors que nous sommes encore en train de confirmer la logistique, l’organe restreint se réunira à Genève à partir du 18 octobre, a-t-il ajouté.

Guinée

La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Mme Pramila Patten, a appelé les autorités guinéennes à respecter leur engagement en faveur d’une justice impartiale et indépendante.

Cela, a-t-elle ajouté, doit inclure la justice pour le massacre du 28 septembre 2009, au cours duquel au moins 156 personnes ont été tuées ou ont disparues et au moins 109 femmes et filles ont subi des violences sexuelles.

Aujourd’hui marque le douzième anniversaire de ce massacre.

La Représentante spéciale a déclaré que la transition politique offre une occasion unique de placer la justice et l’état de droit au centre du nouveau chapitre de l’histoire de la Guinée.  Elle a réitéré l’engagement de son bureau à soutenir les efforts en faveur de la justice et de la responsabilité pour les victimes du massacre de 2009.

Mali

Pour renforcer la sécurité dans la région centrale du Mali, les Casques bleus de l’ONU travaillent en étroite coordination avec les Forces de défense maliennes dans le cadre de l’opération « BUFFALO ».  En plus d’améliorer la sécurité, cette opération vise à rétablir la libre circulation sur la route nationale 15 (RN15), qui traverse le centre du Mali d’est en ouest.

Depuis le début du mois, les Casques bleus basés à Sévaré effectuent des patrouilles régulières et ont également mis en place des points de contrôle pour aider à sécuriser les ponts et à améliorer la sécurité des personnes qui empruntent cette importante route.  Les opérations terrestres sont périodiquement renforcées par des survols d’hélicoptères et de drones de surveillance.

En outre, les ingénieurs militaires de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ont effectué des évaluations des ponts endommagés lors d’attaques précédentes dans le but de réparer ces infrastructures vitales.

COVAX

Plus tôt cette semaine, le Nicaragua a reçu près de 500 000 doses de vaccins offert par l’Espagne par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX.  Il s’agit du quatrième lot que le pays reçoit cette année, portant à plus de 1,1 million le nombre total de doses obtenues via le Mécanisme COVAX cette année.

L’Argentine a reçu un envoi de plus de 500 000 doses par le biais du Mécanisme COVAX en provenance du Canada.  Avec plus de 68 millions de vaccins reçus, l’Argentine vise à vacciner intégralement 50% de sa population d’ici le début du mois d’octobre.

Assemblée générale

Sur les 193 États Membres, 191 États Membres ont participé cette année à la plénière de haut niveau de l’Assemblée générale.

Cela comprenait 99 Chefs d’État, 3 Vice-Présidents, 51 Chefs de gouvernement et 1 Vice-Premier Ministre.  En outre, 34 États Membres étaient représentés au niveau ministériel et 3 au niveau des chefs de délégation.

Dix-huit femmes figuraient parmi les participants de haut niveau.

En outre, 81 des déclarations qui ont été prononcées avaient été préenregistrées, dont celles de 42 chefs d’État, 30 Chefs de gouvernement, un Vice-Président et cinq Ministres.

Quant aux réunions bilatérales, le Secrétaire général a tenu, cette année, 113 réunions, du week-end précédant la plénière jusqu’à hier. Il pourrait en avoir encore quelques-unes avant la fin de la semaine.  En revanche, il a participé, en tout, à 135, 130 et 139 réunions bilatérales au cours de ses trois premières années en tant que Secrétaire général, de 2017 à 2019.

Invités du point de presse

Le Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT), M. Guy Ryder, et la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), Mme Alicia Bárcena, étaient les invités du point de presse.  Ils ont fait le point sur la Réunion de haut niveau sur le financement du développement à l’ère de la COVID-19 et au-delà: emplois et protection sociale pour l’élimination de la pauvreté.

Demain, ce sera au tour de la Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Mme Rebeca Grynspan. Elle informera les journalistes de la prochaine conférence de la CNUCED-15.

Contribution financière

Le Kenya a versé la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.