Imprimer
Dbf210927
27 septembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l'ONU: 27 septembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu un débat public pour marquer le vingt-cinquième anniversaire du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

Mme Izumi Nakamitsu, Chef du Département des affaires de désarmement, a souligné que nous célébrions à juste titre l’anniversaire d’une victoire durement gagnée, tout en ajoutant que ce devrait aussi être le moment de repenser la façon de surmonter les défis encore présents.

Depuis son adoption par l’Assemblée générale et son ouverture à la signature en septembre 1996, le Traité a obtenu une adhésion quasi universelle, avec 185 signataires et 170 États l’ayant ratifié.  Cependant, Mme Nakamistsu a relevé, ces dernières années, une tendance inquiétante à la modernisation et à l’expansion des arsenaux nucléaires.

Alors que les relations continuent de décliner entre les États qui possèdent des armes nucléaires, nous ne pouvons pas tenir pour acquis que la norme contre les essais nucléaires se maintiendra, a-t-elle prévenu.

La meilleure façon de faire respecter la norme contre les tests, a-t-elle conclu, est de réaffirmer et d’accroître le soutien au Traité, en renforçant sa force telle qu’elle existe déjà et en s’efforçant de le faire entrer en vigueur.

Le Chef du Bureau des affaires de désarmement a également fait un exposé devant le Conseil de sécurité au cours de cette séance. 

Élimination des armes nucléaires

C’était hier la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires.

Dans son message, M. António Guterres a fait remarquer que nous observons les signes inquiétants d’une nouvelle course aux armements et que le risque nucléaire est à son plus haut niveau depuis pratiquement 40 ans.

Demain, à l’Assemblée générale, le Secrétaire général prendra la parole lors de la réunion de haut niveau qui marquera la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires.

Afghanistan

Nos collègues sur le terrain nous disent que la réponse humanitaire se poursuit dans tout le pays.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a fourni cette année une aide alimentaire à 6,9 millions de personnes.  Pour le seul mois de septembre, le PAM a livré plus de 13 000 tonnes métriques de nourriture à 1 million de personnes.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a construit un centre communautaire à Baghlan, dans le nord de l’Afghanistan, qui sera utilisé par environ 700 ménages.  L’Organisation a évalué les besoins de plus de 2 500 personnes déplacées à Kaboul, Sar-e Pol, Balkh, Kondoz et Takhar.  Ses équipes d’intervention rapide ont également dépisté près de 60 000 personnes pour la COVID-19 aux points frontaliers.

Nos collègues humanitaires avertissent que des milliers d’établissements de santé se sont retrouvés sans financement pour les fournitures médicales et les salaires du personnel de santé.  Une action urgente est nécessaire pour intensifier la réponse sanitaire et éviter une panne totale des services de soins de santé à travers le pays.

La semaine dernière, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, a déboursé 45 millions de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence des Nations Unies pour empêcher l’effondrement complet du système de santé afghan.  Il faut cependant davantage de fonds pour intensifier la réponse.

Et voici une mise à jour sur les chiffres de la Conférence des donateurs pour l’Afghanistan, qui a eu lieu le 13 septembre.  Vous vous souviendrez que 1,2 milliard de dollars pour l’aide humanitaire et l’aide au développement ont été promis.  À ce jour, plus de 131 millions de dollars ont été reçus, soit 21,7% des 606 millions de dollars requis jusqu’à la fin de l’année. Encore une fois, si nous sommes très satisfaits des promesses de dons, nous sommes encore plus heureux lorsque nous recevons de l’argent.

Myanmar

Nos collègues nous indiquent que le pays est confronté à une crise humanitaire aggravée par les conséquences de la pandémie de COVID-19 et des événements qui ont suivi la prise de pouvoir le 1er février.

Quelque 3 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire, dont 2 millions depuis le 1er février de cette année.  Les plus vulnérables sont les familles vivant dans les zones urbaines, principalement à Yangon et à Mandalay, ainsi que les personnes touchées par le conflit dans le sud-est et l’ouest du Myanmar.  Plus de 220 000 personnes ont été déplacées en raison d’affrontements armés depuis le 1er février.

La situation dans l’État rakhine reste calme, bien que la situation humanitaire demeure désastreuse, avec une insécurité alimentaire croissante.

Nos collègues sur le terrain demeurent préoccupés par la pandémie de COVID-19.  Il y a eu plus de 450 000 cas et 17 000 décès signalés au Myanmar.  Il est en plus probable que les chiffres soient beaucoup plus élevés.

Avec nos partenaires, nous nous efforçons d’aider les personnes touchées par les déplacements, l’insécurité alimentaire croissante et le virus responsable de la COVID-19.  Par exemple, depuis le mois de mai, le PAM a aidé plus de 800 000 personnes rien qu’à Yangon.  Mais nous sommes confrontés à des défis comme l’insécurité, les obstacles bureaucratiques et les perturbations des systèmes bancaires.

Le Plan d’intervention humanitaire pour 2021 a besoin de 276,5 millions de dollars pour aider plus de 3 millions de personnes, mais il n’est financé qu’à 47%.

M. Andrew Kirkwood, le Coordonnateur résident par intérim à Yangon, sera virtuellement ici jeudi pour présenter la situation, en direct du Myanmar.

Somalie

Le Secrétaire général condamne fermement l’attentat terroriste qui a eu lieu le 25 septembre à Mogadiscio, au cours duquel au moins huit personnes ont été tuées, dont Mme Hibaaq Abukar, Conseillère pour les affaires féminines et les droits de l’homme au Cabinet du Premier Ministre, qui a été une défenseure infatigable des droits des femmes en Somalie.

Le Secrétaire général exprime ses sincères condoléances aux familles endeuillées ainsi qu’au peuple et au Gouvernement somaliens et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.  Il espère que les auteurs seront rapidement traduits en justice. 

Le Secrétaire général réaffirme l’engagement de l’ONU à soutenir le Gouvernement et le peuple somaliens dans leurs efforts pour parvenir à la paix et à la stabilité.

Les enfants yéménites et le conflit armé

Le Bureau de la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la question des enfants et des conflits armés a publié un nouveau rapport sur le Yémen.

Le rapport, qui couvre 2019 et 2020, documente les graves violations commises contre 3 500 enfants au Yémen.  Le refus d’accès humanitaire, le meurtre et la mutilation, ainsi que le recrutement et l’utilisation d’enfants sont les violations graves contre les enfants les plus répandues.

C’est le refus d’accès humanitaire, avec près de 5 000 cas documentés, qui constitue la violation avec la plus forte augmentation.

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour la question des enfants et des conflits armés, Mme Virginia Gamba, appelle toutes les parties au conflit à prendre des mesures pour mieux protéger les enfants.

COVAX

Hier, la Bolivie a reçu plus de 18 000 doses par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX, des doses offertes par les États-Unis.  Cela porte à près de 2,5 millions le nombre total de doses que la Bolivie a reçues par l’intermédiaire du COVAX.  L’équipe de l’ONU en Bolivie a contribué à la logistique.

En outre, au cours du week-end, plus de 300 000 doses d’AstraZeneca sont arrivées au Paraguay, par l’intermédiaire de COVAX, offertes par l’Espagne que nous remercions.

Le Viet Nam a maintenant reçu 12,6 millions de doses du COVAX, en plus d’autres doses que le Gouvernement a achetées bilatéralement.  Au début du mois, 40% de la population vietnamienne âgée de plus de 18 ans avait reçu sa première dose.

EXPO 2020

Nous sommes très heureux d’annoncer que l’ONU sera présente à l’Expo 2020 à Dubaï, qui ouvre ses portes aux visiteurs en personne vendredi prochain.  Cette ouverture avait été retardée à cause du virus.

La présence de l’ONU à l’Expo 2020 est l’occasion de montrer comment le système des Nations Unies travaille pour faire face aux défis mondiaux.  L’accent est principalement mis sur les objectifs de développement durable et nous avons invité les pays participants à mettre en évidence leur propre travail pour atteindre les ODD.

Journée mondiale du tourisme

C’est aujourd’hui, c’est la Journée mondiale du tourisme.  Le Secrétaire général note que le tourisme continue de souffrir énormément de la pandémie de COVID-19.  Il souligne qu’au cours des cinq premiers mois de l’année, les arrivées de touristes internationaux ont diminué de 95% dans certaines parties du monde.

Contribution financière

La Côte d’Ivoire a payé l’intégralité de ses contributions budgétaires, ce qui porte à 129 le nombre d’États Membres à jour de leurs contributions.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.