Imprimer
Dbf210614
14 juin 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 juin 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

G7

Le Secrétaire général a eu des discussions informelles très utiles avec les dirigeants participant au Sommet du G7 en Cornouailles au cours du week-end.

Dimanche, le Secrétaire général a participé aux deux dernières sessions du Sommet.  Tout d’abord, il a assisté à une session sur la manière dont les sociétés et les économies ouvertes peuvent appliquer le modèle démocratique pour relever au mieux les défis mondiaux.  Avant de partir, il a également rejoint le Groupe G7, et d'autres invités, pour une discussion sur la lutte contre les changements climatiques.

Samedi, le secrétaire général a eu une réunion bilatérale avec l'hôte du G7, le Premier Ministre britannique, M. Boris Johnson.  Le Secrétaire général a encouragé les dirigeants participant au Sommet du G7 à adopter des engagements audacieux dans la lutte contre le changement climatique.  Ils ont également discuté d'une série d'autres questions, notamment le Myanmar, Chypre, le Yémen et l'Afghanistan.

Dans l’après-midi du samedi, le Secrétaire général a assisté à une session du G7 axée sur la santé mondiale et la pandémie.

Et vous aurez vu les remarques de presse que nous avons publiées vendredi après-midi, à la veille de sa participation au Sommet, qui soulignent son appel à des engagements audacieux sur les changements climatiques et la fourniture de vaccins contre la COVID-19.

Syrie

M. Geir Pedersen, l’Envoyé spécial pour la Syrie, a fermement condamné l’attaque contre l’hôpital Chifa dans la ville d’Afrin, dans le nord de la Syrie, qui a fait des morts et des blessés parmi les civils, y compris du personnel médical, et la destruction de certaines parties de l'hôpital.

Il a déclaré que ces attaques effroyables contre les civils et les infrastructures civiles, y compris les établissements de santé et les travailleurs, sont inacceptables et doivent cesser.  Toutes les parties doivent se conformer pleinement à leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, y compris la protection des civils et des biens de caractère civil.

Il a ajouté que cette attaque et la violence continue soulignent une fois de plus l’importance de mettre en place un cessez-le-feu à l’échelle nationale en Syrie et un effort renouvelé pour progresser dans la mise en œuvre de la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité.

Conseil de sécurité

Le Chef de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali, M. El-Ghassim Wane, a informé le Conseil de sécurité sur la situation au Mali ce matin.  Il a déclaré que bien que le Président et le Premier Ministre de la transition aient rassuré les partenaires internationaux qu’ils respecteraient le calendrier de transition, une action immédiate est nécessaire pour lancer des réformes critiques et jeter les bases d’un processus électoral crédible.

Le temps est venu pour les dirigeants maliens de s’élever au-dessus des politiques partisanes et des intérêts personnels, a déclaré M. Wane.  Le soutien de la Mission des Nations Unies restera essentiel à cet égard, a-t-il ajouté.

S’agissant de la situation sécuritaire, le Représentant spécial a déclaré qu’elle demeurait extrêmement préoccupante dans le nord et le centre du Mali.  Son impact sur la vie quotidienne des gens est dévastateur et continue de faire des ravages, a-t-il ajouté.  L’insécurité et le manque d’accès à l’éducation, à l’eau et à d’autres services de base ont été identifiés comme des défis majeurs affectant la vie des Maliens en dehors de Bamako.

Le Mali se trouve à un moment critique, a déclaré M. Wane aux membres du Conseil.  Nous ne pouvons pas permettre qu’il sombre dans une nouvelle instabilité, avec des conséquences dramatiques pour la sous-région et au-delà.

Nigéria

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires indique qu’il continue de recevoir des informations alarmantes faisant état d’affrontements entre des groupes d’insurgés et les Forces armées nigérianes à Dikwa, dans l’État de Borno, ainsi que des informations faisant état de groupes armés et de militaires attaquant et harcelant les personnes déplacées vivant dans des camps.

Certaines personnes déplacées ont commencé à quitter un camp de Dikwa et s’installent dans les communautés d’accueil voisines en raison de ces récentes attaques.

À la suite des violences de la semaine dernière, des militaires auraient mené une recherche spontanée dans le camp, des personnes déplacées ayant été agressées et plus de 20 abris incendiés.

Le travail humanitaire a été impacté par ces affrontements croissants.  Nos collègues du Bureau de la coordination des affaires humanitaires continuent de suivre la situation et de plaider auprès du haut commandement militaire sur la nécessité pour les opérations et le personnel militaires de se conformer à la protection des civils et aux droits de l’homme.

Burkina Faso

Le Chef du Bureau des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, M. Mahamat Saleh Annadif, vient de terminer une visite de deux jours au Burkina Faso.

Cette visite s'inscrivait dans le cadre de sa tournée régionale pour rencontrer les autorités de la sous-région.

À Ouagadougou, M. Annadif a rencontré le Président Roch Marc Christian Kaboré.  Il s’est également entretenu avec le Ministre des affaires étrangères et le Ministre d’État chargé de la réconciliation nationale, ainsi qu’avec les partenaires techniques et financiers du Burkina Faso.

Les discussions ont notamment porté sur la dégradation de la situation sécuritaire et sur la nécessité de mutualiser les forces et les efforts pour lutter efficacement contre le terrorisme.

Le Représentant spécial a réitéré sa condamnation des attaques terroristes contre le peuple burkinabé.  Il a exprimé sa profonde sympathie et sa solidarité avec le Gouvernement et le peuple dans leur lutte contre le terrorisme.

Éthiopie

La Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Mme Henrietta Fore, a déclaré aujourd'hui que l'UNICEF prévoit que 56 000 enfants de moins de 5 ans au Tigré, en Éthiopie, auront besoin d’un traitement cette année pour la malnutrition aiguë sévère.  C’est près de six fois plus que les cas annuels moyens pour la région.

Dans un communiqué, Mme Fore a averti qu’au moins 33 000 enfants dans des parties inaccessibles du Tigré sont gravement sous-alimentés et risquent une mort imminente sans aide immédiate.  Ces enfants font partie des plus de 2,2 millions d’enfants qui, dans le nord de l’Éthiopie, souffrent d’une insécurité alimentaire aiguë.

Mme Fore a souligné que la crise de malnutrition dans la région a coïncidé avec des dommages considérables causés aux systèmes et services essentiels dont dépendent les enfants pour leur survie.  Elle a ajouté que la situation, bien que déjà catastrophique, pourrait se détériorer davantage car l’insécurité alimentaire devrait s’aggraver au cours des prochains mois, surtout si les cultures ne peuvent pas être semées.

Myanmar

Au Myanmar, plus de quatre mois après la prise de pouvoir par l'armée, nos collègues sur le terrain restent profondément préoccupés par le recours à la violence par les forces de sécurité, faisant quotidiennement état de morts et de blessés.

L'équipe de pays des Nations Unies a déclaré qu’au moins 861 femmes, enfants et hommes ont été tués à travers le Myanmar depuis le 1er février, tandis que des milliers d’autres ont été blessés.

Plus de 4 800 personnes sont en détention – dont des politiciens, des auteurs, des défenseurs des droits humains, des enseignants, des agents de santé, des fonctionnaires, des journalistes, des moines, des célébrités et des citoyens ordinaires.

Nos collègues au Myanmar appellent à nouveau les forces de sécurité à protéger les civils, alors que les violations généralisées et systématiques du droit des droits humains –telles que les exécutions extrajudiciaires, les détentions arbitraires, la torture et les mauvais traitements, et les disparitions forcées– se poursuivent.

Fonds central pour les interventions d’urgence de l’ONU

Aujourd’hui, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a débloqué 135 millions de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence pour stimuler les opérations humanitaires dans 12 pays d’Afrique, des Amériques et du Moyen-Orient.

L’annonce fait suite à la publication de données la semaine dernière montrant que plus de 350 000 personnes vivent dans des conditions catastrophiques dans la région du Tigré en Éthiopie.  La menace de la famine plane également au Burkina Faso, au sud de Madagascar, au nord-est du Nigéria, au Soudan du Sud et au Yémen.

M. Lowcock a averti que la famine sévissait dans plusieurs endroits en ce moment, et qu’il n'y a donc pas de temps à perdre.  Il a ajouté que cette allocation du Fonds central d’intervention d’urgence pourrait faire la différence entre la vie et la mort pour des millions de personnes qui dépendent de l’aide pour survivre.

Équateur/COVAX

L’Équateur a reçu vendredi plus de 330 000 doses de vaccin COVAX.

Il s’agissait du troisième envoi de COVAX, portant le nombre total de doses envoyées à plus de 750 000.

Le Vice-Président Alfredo Borrero a remercié l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et COVAX.

Climat

Aujourd’hui, la Charte de l’industrie de la mode des Nations Unies pour l’action climatique a publié son premier rapport d’étape, qui détaille les étapes importantes de l’action climatique dans le secteur de la mode.

Le rapport montre que depuis sa création en 2018, la Charte a enregistré des progrès considérables en matière d’ambition climatique à l’échelle de l’industrie.  Cela comprend l’augmentation du nombre de signataires à 125 membres, qui représentent désormais 450 milliards de dollars de revenus et plus de 10% des émissions totales de gaz à effet de serre de l’industrie de la mode.

La Charte exige également de ses signataires qu’ils divulguent publiquement leurs émissions.  Jusqu'à présent, 70% des signataires ont soumis des divulgations climatiques et un tiers ont fait rapport pour la première fois en 2020.  En outre, 38 signataires de la Charte ont fixé -ou se sont engagés à fixer- des objectifs scientifiques.

Le rapport formule également des recommandations dans des domaines spécifiques tels que l’augmentation de l’utilisation des énergies renouvelables dans la chaîne d’approvisionnement, l’élimination progressive du charbon dans la fabrication et la promotion d’une action climatique plus large et d’un engagement des consommateurs.

William Swing

Au cours du week-end, le Secrétaire général a exprimé sa profonde tristesse après le décès de William Swing, ancien Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et ancien Chef de la Mission des Nations Unies pour le maintien de la paix en République démocratique du Congo.

Le Secrétaire général l’a qualifié de véritable humaniste, qui a consacré sa vie au service des plus vulnérables parmi les plus vulnérables de notre monde.

Il a ajouté qu’il n’oubliera jamais son dévouement et sa compassion alors qu'ils travaillaient côte à côte face à certaines des pires crises de déplacement.

Le Secrétaire général a exprimé ses plus sincères condoléances et sa profonde solidarité à son épouse, sa famille et ses anciens collègues.

Journée mondiale du don du sang

C’est aujourd’hui la Journée mondiale du don de sang, et le thème de cette année est « Donnez votre sang et continuez à faire pulser le monde ».  Le message met en évidence la contribution essentielle des donneurs de sang pour faire vibrer le monde en sauvant des vies et en améliorant la santé des autres.  Il s’agit d’appeler davantage de personnes dans le monde à donner régulièrement leur sang.

La campagne de cette année met particulièrement l’accent sur le rôle des jeunes dans la garantie d’un approvisionnement en sang sûr.

Rencontres avec la presse demain

Pour les rencontres avec la presse, demain, nous prévoyons que l’Envoyé spécial pour le Yémen, Martin Griffiths, s’adressera virtuellement à la presse après son exposé au Conseil de sécurité sur le Yémen.  Il s’agira de son dernier exposé au Conseil en sa qualité d’Envoyé spécial.

Puis à midi, nous aurons un point de presse dans cette salle sur la quatorzième session de la Conférence des États parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées, qui commence demain.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.