Imprimer
Dbf210609
9 juin 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 09 juin 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général

Jeudi soir, le Secrétaire général s’envolera pour le Royaume-Uni pour assister au Sommet du G7, organisé cette année à Cornwall, et participer à un certain nombre de séances de travail. 

Son message le plus important au G7 sera qu’il faut un pas de géant dans nos efforts pour relever les défis actuels, en particulier la pandémie de COVID-19 et les tendances des changements climatiques.

S’agissant de la COVID-19, le Secrétaire général compte plaider pour un plan mondial de vaccination qui devrait doubler la production et assurer une distribution équitable des vaccins pour que tout le monde y ait accès partout.

Le Secrétaire général compte aussi plaider auprès des membres du G7 pour des engagements plus audacieux et plus concrets en matière de financement de la lutte contre les changements climatiques.  Il leur demandera de réaliser l’objectif des 100 milliards de dollars par an, en doublant les engagements financiers pour 2021-2025, et de proposer de nouveaux engagements individuels plus ambitieux.  Il appellera aussi les leaders du G7 à accroître de 50% la part du financement alloué à l’adaptation et à la résilience, compte tenu de l’aggravation de l’impact des changements climatiques sur le monde en développement. 

Nicaragua

Le Secrétaire général est très préoccupé par les dernières arrestations et détentions ainsi que par l’invalidation des candidatures des leaders de l’opposition.  Ces développements peuvent gravement compromettre la confiance du public dans le processus démocratique, à la veille des élections générales de novembre. 

Le Secrétaire général réitère son appel à un accord élargi sur des mesures relatives à des élections crédibles, participatives et inclusives, en novembre. 

Il a appelé aussi les autorités à honorer leurs obligations en matière de droits de l’homme, à libérer les leaders politiques et à les rétablir dans leurs droits.

Réfugiés vénézuéliens

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a alerté aujourd’hui que l’approche de l’hiver et les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 représentent une menace directe pour la santé et les moyens de subsistance des réfugiés et migrants du Venezuela.

Près de deux millions de ces réfugiés et migrants se sont installés en Argentine, en Bolivie, au Brésil, au Chili, au Paraguay, au Pérou et en Uruguay.  Avec la chute des températures, ils risquent la pauvreté, les expulsions et des problèmes de protection. 

À la veille de la Conférence internationale des donateurs pour les réfugiés et les migrants du Venezuela, organisée par le Canada le 17 juin prochain, le HCR appelle les États à promettre leur soutien.  Le Plan de réponse régional pour ces réfugiés et migrants est toujours dangereusement sous-financé.

Afghanistan

L’ONU condamne fermement l’attaque odieuse contre l’ONG « The Halo Trust » dans le district de Baghlan-e-Markazi, dans le nord de l’Afghanistan.  Cette attaque a causé la mort de 10 personnes et en a blessé 16 autres.  « The Halo Trust » jouit d’un partenariat mondial fort avec les Nations Unies dans le domaine du déminage et de l’extraction d’autres explosifs. 

L’ONU présente ses sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.  Elle appelle à une enquête approfondie pour que les auteurs de cette attaque ignoble répondent de leurs actes et soient traduits en justice.

L’ONU est déterminée à rester et à aider l’Afghanistan.  Les agents humanitaires, en particulier les femmes, font face à un nombre accru d’attaques et de harcèlement.  Entre janvier et avril de cette année, 11 agents humanitaires ont été tués, 27, blessés et 36, enlevés. 

Les agences humanitaires de l’ONU préviennent que l’ingérence dans les activités humanitaires s’est aggravée en 2020; avec une augmentation de 140% des incidents par rapport à 2019, et cette tendance à la hausse se poursuit en 2021. 

Les parties au conflit en Afghanistan sont vivement encouragées à protéger les civils, les agents humanitaires et les infrastructures civiles, y compris les écoles et les hôpitaux, conformément au droit international humanitaire.

Pakistan

Le Plan de réponse humanitaire a été lancé aujourd’hui lors d’une manifestation conjointe organisée par le Ministère des affaires étrangères et l’équipe de pays de l’ONU au Pakistan.  Le Plan vise à collecter une somme de 332 millions de dollars pour un éventail d’activités dont la sécurité alimentaire, l’aide aux moyens de subsistance, les services de santé primaire, l’aide à la santé et à l’éducation des femmes, et les abris pour les déplacés.

Le Plan vise à mobiliser le soutien aux 4,3 millions de personnes les plus vulnérables dans le pays qui font face à des problèmes, y compris les manifestations météorologiques extrêmes et la tendance de la pandémie de COVID-19.

Le Plan souligne aussi la générosité et la compassion du Pakistan qui abrite plus de 3 millions d’Afghans, dont 1,4 million de réfugiés enregistrés.

Myanmar

L’équipe de pays de l’ONU au Myanmar a déclaré, aujourd’hui, qu’elle reste très préoccupée par les efforts continus visant à saper la liberté d’expression et la liberté de la presse en imposant systématiquement des politiques et des pratiques restrictives depuis la prise du pouvoir par l’armée le 1er février.

Au moins 92 journalistes ont été arrêtés et 56 d’entre eux sont toujours en détention.

Le 12 mai, un journaliste a été reconnu coupable et condamné à trois ans d’emprisonnement, et le 2 juin, deux journalistes ont été condamnés à deux ans d’incarcération.

Le personnel de l’ONU au Myanmar exhorte les militaires à libérer toutes les personnes détenues arbitrairement, y compris les journalistes.  Il souligne que la liberté d’expression est la pierre angulaire de toute démocratie et doit être protégée.

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a indiqué qu’hier, deux juges internationaux et un procureur international ont prêté serment devant la Cour pénale spéciale (CPS) de Bangui.  Il s’agit d’une étape importante dans le fonctionnement de la Cour.  La Chambre d’instruction et un panel de la Chambre de première instance sont désormais au complet et la Cour peut commencer à entendre des affaires.

La MINUSCA continue de soutenir la pleine opérationnalisation de la Cour pénale spéciale, d’aider à mettre fin à la culture de l’impunité et de promouvoir la réconciliation nationale dans le pays, dans le cadre de son mandat.

Éthiopie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique qu’au Tigré, des incidents liés au refus de mouvement humanitaire, à des interrogatoires, à l’agression et la détention de travailleurs humanitaires aux postes de contrôle militaires continuent d’être signalés.  Des pillages et des confiscations de biens et de fournitures humanitaires par les parties au conflit ont également été signalés.

Plusieurs zones de la région demeurent inaccessibles.  Parmi les zones accessibles, la situation est désastreuse, notamment en raison des systèmes d’approvisionnement en eau dysfonctionnels et des installations de santé limitées ou inexistantes.

Les niveaux d’insécurité alimentaire et de malnutrition ont atteint des niveaux alarmants.  Les rapports de terrain préliminaires provenant d’Axum et d’Adwa, dans la zone centrale, font état de signes visibles de famine parmi les personnes déplacées.  Dans une communauté de la zone nord-ouest du Tigré, les travailleurs humanitaires ont constaté un grave besoin de nourriture, suite à l’incendie ou au pillage des récoltes.  Il est difficile de concevoir que l’on puisse brûler et piller des récoltes.

Les agences humanitaires avertissent que les partenaires ont reçu des informations inquiétantes selon lesquelles le Gouvernement aurait ordonné de procéder à la réinstallation des personnes déplacées dans leurs régions d’origine.

Malgré les défis, les partenaires humanitaires continuent d’intensifier la réponse aussi rapidement que possible.  Plus de 560 000 personnes ont bénéficié d’une aide alimentaire la semaine dernière, portant le nombre de personnes atteintes depuis fin mars à plus de 3,3 millions, l’objectif étant de venir en aide à 5,2 millions de personnes.  L’ONU doit encore atteindre beaucoup de monde.

L’ONU continue d’appeler à un accès sûr, sans entrave et durable pour intensifier la réponse humanitaire afin d’aider toutes les personnes dans le besoin.  Un financement supplémentaire est nécessaire de toute urgence pour les opérations.

Viet Nam

L’équipe de pays de l’ONU au Viet Nam, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Kamal Malhotra, intensifie son soutien financier et technique pour appuyer la riposte du Gouvernement à la COVID-19.

Hier, l’UNICEF a livré plus de 170 réfrigérateurs pour stocker les vaccins en toute sécurité.  À ce jour, le Viet Nam a reçu près de 2,5 millions de doses de vaccin par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX, qui s’ajoutent à plus de 400 000 doses que le Gouvernement s’est procuré par d’autres moyens.

Le Viet Nam a commencé sa campagne de vaccination il y a quatre mois, ciblant les agents de santé et les agents communautaires de première ligne du premier groupe prioritaire.  Plus de 1,3 million de doses ont été administrées à ce jour dans le pays.

Invités du point de presse

Demain, la Directrice exécutive du Pacte mondial des Nations Unies, Mme Sanda Ojiambo, et le Directeur général du CDP (Carbon Disclosure Project), M. Paul Simpson, seront les invités du point de presse.

Ils feront le point sur les nouvelles recherches de l’initiative Science Based Targets, un organisme permettant aux entreprises de fixer des objectifs ambitieux de réduction des émissions carboniques.  Celles-ci indiquent qu’aucun des principaux indices boursiers du G7 n’est actuellement aligné sur une trajectoire de 1,5°C ou 2°C et appellent les plus grandes entreprises cotées du G7 à intensifier de toute urgence l’action climatique.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.