Imprimer
Dbf210520
20 mai 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 mai 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Invités du point de presse

Les invités du jour sont MM. Elliot Harris, économiste en chef de l’ONU et Sous-Secrétaire général pour le développement économique, et Nazrul Islam, auteur principal du Rapport social dans le monde 2021.  Le rapport a été produit par le Département des affaires économiques et sociales (DESA).

Moyen-Orient

Le Secrétaire général a déclaré ce matin à l’Assemblée générale que les 10 derniers jours avaient été témoins d’une vague dangereuse et horrible de violence meurtrière dans le Territoire palestinien occupé, en particulier à Gaza et en Israël.  Il a appelé toutes les parties à cesser, maintenant, les hostilités.  Et il a appelé à plusieurs reprises toutes les parties à observer un cessez-le-feu immédiat.

Le Secrétaire général a déclaré que les combats avaient laissé des milliers de Palestiniens sans abri et forcé plus de 50 000 personnes à quitter leur foyer et à chercher refuge dans les écoles de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), ainsi que dans des mosquées et d’autres endroits, avec un accès limité à l’eau, à la nourriture, à l’hygiène ou aux services de santé.  S’il y a un enfer sur terre, a-t-il ajouté, c’est la vie des enfants à Gaza aujourd’hui.

M. Guterres a déclaré que l’ONU lancerait un appel à financement humanitaire complet dès que possible, et qu’il travaillait également à débloquer des fonds du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF).  Il a ajouté que l’accès aux produits humanitaires est primordial.

Un processus de paix revitalisé est la seule voie vers une solution juste et durable, a déclaré le Secrétaire général.  Il est impératif que nous maintenions cette vision à long terme.

En réponse à des questions concernant le travail du Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Tor Wennesland se trouve actuellement au Qatar dans le cadre de nos efforts pour rétablir le calme en Israël et dans le Territoire palestinien occupé, en particulier à Gaza.  Nous sommes activement engagés avec toutes les parties concernées pour un cessez-le-feu immédiat.

Pour sa part, le Secrétaire général poursuit ses contacts intensifs avec les parties et les parties prenantes régionales et internationales pertinentes.  Il a tenu une réunion de groupe aujourd’hui avec des ministres arabes pour discuter de la situation actuelle et il a réaffirmé que nous poursuivrons les efforts inlassables pour parvenir à un cessez-le-feu, garantir l’accès humanitaire et trouver une solution politique qui mette fin à l’occupation et crée deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité.  Le Secrétaire général a également un certain nombre de réunions bilatérales prévues plus tard dans la journée.

Conseil de sécurité

Les membres du Conseil de sécurité se sont réunis en visioconférence ce matin sur le Soudan.

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS), M. Volker Perthes, a déclaré que la Conférence de Paris que le Gouvernement français a organisée en début de semaine a clairement démontré le soutien continu de la communauté internationale pour le retour du Soudan dans la communauté internationale.  Le Secrétaire général avait adressé un message vidéo à cette conférence.

Au Conseil de sécurité, M. Perthes a encouragé tous les partenaires internationaux et nationaux du Soudan à continuer d’aider le pays dans la mise en œuvre de réformes économiques et politiques essentielles.

En ce qui concerne le processus de paix, il a déclaré que la Mission des Nations Unies agirait en tant que facilitateur, soutenant le rôle du Soudan du Sud en tant que médiateur, et les parties en cas de besoin.  Nous travaillons également pour assurer une participation significative des femmes aux pourparlers.

Éthiopie

Nos collègues humanitaires en Éthiopie nous informent qu’il y a eu une augmentation des incidents de refus de laisser passer des cargaisons de secours et de confiscation de véhicules et de fournitures humanitaires par les parties au conflit au Tigré.  Les militaires aux points de contrôle fouillent de manière agressive les véhicules humanitaires et exigent régulièrement que les humanitaires fournissent une preuve d’autorisation des autorités locales ou de l’armée.  Des combats sporadiques et des renforts militaires sont observés dans toute la région.

L’accès dans certaines régions, cependant, est faisable mais reste instable.  Nos partenaires humanitaires intensifient progressivement la réponse, mais ne suivent pas encore le rythme des besoins.  Il y a 5,2 millions de personnes ciblées pour recevoir une aide alimentaire, mais seulement 1,8 million de personnes environ ont reçu une assistance depuis fin mars.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et ses partenaires ont examiné plus de 172 000 enfants de moins de 5 ans et constaté une malnutrition aiguë modérée chez 19,6% de cette population.

Les Nations Unies, avec nos partenaires, recherchent 853 millions de dollars pour le plan de réponse humanitaire du nord de l’Éthiopie jusqu’à la fin de l’année, mais il manque plus de 500 millions de dollars, dont 200 millions nécessaires avant la fin de juillet.

Commission de consolidation de la paix

La Commission de consolidation de la paix a publié aujourd’hui une déclaration à la suite d’une réunion au début de la semaine sur la consolidation et le maintien de la paix à travers les institutions.  La Commission s’est déclarée préoccupée par les défis récents dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) et la préservation des acquis de la consolidation de la paix durement acquis dans le monde en raison de l’impact de la pandémie de COVID-19.

La Commission de consolidation de la paix a appelé à l’intensification des efforts collectifs pour renforcer des institutions de service public qui soient efficaces, responsables et inclusives.  Elle a également appelé à de nouveaux mécanismes audacieux pour aider les pays à s’attaquer à un endettement écrasant, qui a été fortement aggravé par la pandémie.

Malawi/COVID-19

Quelques mises à jour concernant COVAX - le volet Vaccins du Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT): l’équipe des Nations Unies au Malawi, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Maria Jose Torres Macho, continue de soutenir les autorités pour lutter contre la pandémie et faire face à ses multiples impacts.

Le Malawi a reçu son premier envoi de doses d’Astra Zeneca de COVAX en mars.  Le Malawi a été l’un des premiers pays d’Afrique à déployer des vaccins.  Aujourd’hui, plus de 335 000 personnes dans le pays, y compris les personnes les plus à risque, comme les agents de santé et les personnes âgées, ont reçu le vaccin.

Thaïlande

L’équipe des Nations Unies en Thaïlande, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Gita Sabharwal, soutient le processus de déploiement des vaccins par les autorités.  Cela comprend la modernisation et la rénovation des laboratoires, l’achat d’équipement pour le développement local de vaccins et le renforcement de la formation et des capacités pour permettre la vaccination.

L’équipe des Nations Unies a également partagé la technologie pour améliorer les dossiers de santé électroniques dans le cadre du système national de notification des vaccins contre la COVID-19.

Nous sommes également activement engagés auprès des communautés pour lutter contre la désinformation, en stimulant le recours aux vaccins grâce à des campagnes qui ont atteint plus de 26 millions de personnes à ce jour.  Des campagnes ciblées touchent également les migrants et les détenus.

Depuis cette semaine, plus de 2,3 millions de doses de vaccin ont été administrées, dont 65% sont des premières doses.  Le pays vise à couvrir 70% de la population d’ici à la fin de l’année.

Myanmar

Au Myanmar, nos collègues de l’UNICEF et de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), ainsi que Save the Children, ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient préoccupés par le fait que plus de douze millions d’enfants et de jeunes n’ont pas eu accès à un apprentissage organisé depuis plus d’un an.

Ils ont averti que les conséquences pour leur éducation, leur développement personnel, leur bien-être psychologique et leurs opportunités futures sont déjà profondes et continueront de croître.  Les enfants des communautés les plus pauvres et les plus reculées sont probablement les plus touchés.

Les trois agences ont souligné que les attaques contre les lieux d’apprentissage et le personnel éducatif, ainsi que l’occupation des établissements d’enseignement, sont inacceptables.  Ils doivent être protégés des conflits et des troubles, car ce sont des endroits où les enfants devraient être en sécurité et habilités à apprendre et à s’épanouir.

Journée mondiale des abeilles

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale des abeilles, qui vise à sensibiliser à l’importance des pollinisateurs, aux menaces auxquelles ils sont confrontés et à leur contribution au développement durable. Cette année, le thème de la journée est « Abeille engagée - Reconstruire mieux pour les abeilles ».

Aujourd’hui, les abeilles, les pollinisateurs et de nombreux autres insectes sont de plus en plus menacés par les activités humaines.  Près de 35% des pollinisateurs invertébrés, en particulier les abeilles et les papillons, et environ 17% des pollinisateurs vertébrés, comme les chauves-souris, sont menacés d’extinction dans le monde.

La pollinisation est un processus fondamental pour la survie de nos écosystèmes.  Près de 90% des espèces de plantes à fleurs sauvages du monde dépendent, entièrement ou du moins en partie, de la pollinisation animale, ainsi que de plus de 75% des cultures vivrières mondiales et de 35% des terres agricoles mondiales.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.