Imprimer
Dbf210519
19 mai 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 mai 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

Le Secrétaire général a prononcé aujourd’hui un discours au Conseil de sécurité qui tenait une réunion virtuelle sur la paix et la sécurité en Afrique.

Après une année de pandémie de COVID-19, a-t-il dit, et il est clair que la crise alimente plusieurs facteurs de conflit et d’instabilité.  Mais, a-t-il ajouté, le redressement offre une occasion de traiter des causes sous-jacentes des conflits, de placer la prévention à la tête de nos efforts et de mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l’Afrique.

Les gouvernements africains ont montré eux-mêmes, a poursuivi le Secrétaire général, un grand engagement à lutter contre la pandémie, en créant un groupe de travail pour une approche unifiée à l’échelle du continent.  

Toutefois, l’offre limitée des vaccins et leur accès tout aussi limité ainsi qu’un appui insuffisant à la riposte contre la pandémie retardent déjà le redressement.  

Le Secrétaire général a renouvelé son appel à un accès équitable et durable aux vaccins dans le monde entier. Il a aussi réitéré son appel à des mesures d’allègement d’une dette qui risque de compromettre la relance dans beaucoup de pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier en Afrique.

Territoire palestinien occupé

À Gaza, dans un Appel éclair, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) dit chercher de toute urgence une somme de 38 millions de dollars pour répondre aux besoins immédiats et lancer des opérations de secours essentielles.  L’UNRWA a précisé que les activités couvrent une première réponse de 30 jours, depuis l’escalade du 10 mai, et qu’il entend aider 50 000 personnes dans 50 abris de secours désignés.

S’agissant du financement, M. Mark Lowcock, Coordonnateur des secours d’urgence, a indiqué que la Coordonnatrice humanitaire des Nations Unies sur place, Mme Lynn Hastings, espère débloquer la somme de 14 millions de dollars du Fonds humanitaire pour le Territoire palestinien occupé.  Le Coordonnateur des secours d’urgence a appelé les donateurs à accélérer le versement de leurs contributions, sans tarder. 

Il a ajouté que les points de passage vers Gaza doivent être ouverts aux biens essentiels et biens humanitaires, dont le carburant et les produits nécessaires pour stopper la propagation de la COVID-19. 

Pour sa part, le Secrétaire général a souligné que nous voyons d’immenses souffrances humanitaires et des dégâts importants infligés aux habitations et aux infrastructures vitales à Gaza.  Il a appelé la communauté internationale à assurer un financement adéquat aux opérations humanitaires.

Demain, le Secrétaire général prononcera d’ailleurs un discours devant l’Assemblée générale qui reprend sa session extraordinaire sur la situation dans le Territoire palestinien occupé. 

Mali

La Mission des Nations Unies (MINUSMA), l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont publié un communiqué conjoint.  Ils se sont rencontrés en tant que membres du Comité chargé de surveiller la transition et de lancer des consultations pour faciliter le succès de ladite transition.

Dans le communiqué, les membres du Comité prennent note de la décision du Président de la transition, M. Bah N’Daw, de reconduire le Premier Ministre, M. Moctar Ouane, dans ses fonctions.

Ils réitèrent leur ferme appui aux dirigeants de la transition et les encouragent à persévérer dans leurs efforts pour assurer une transition aussi inclusive et équilibrée que possible et fondée sur les principes de la bonne gouvernance.  Le Comité souligne aussi la nécessité de respecter le calendrier agréé de la transition.

Le Comité réitère par ailleurs son appel à toutes les parties prenantes pour qu’elles n’épargnent aucun effort pour relever les défis auxquels fait face le Mali et pour placer les intérêts du Mali et de son peuple au-dessus des autres considérations.

Niger

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique qu’à Tillabery, une région de l’ouest du Niger, plus de 10 000 hommes, femmes et enfants ont fui depuis vendredi dernier, après les violentes attaques perpétrées par des groupes armés non étatiques dans le district d’Anzourou, près de la frontière malienne.

L’enregistrement des déplacés et les efforts liés à la nourriture, l’éducation, l’eau et l’assainissement sont en cours.

Les régions de Tillabery et de Tahoua, le long des frontières du Mali et du Burkina Faso, font face à une intensification des attaques par-delà les frontières.

Le nombre de déplacés à Tillabery a presque doublé, au cours de cette année et demie, passant de 57 000 en décembre 2019, à 102 000 au mois de mai de cette année.

Au Niger, 2,3 millions de personnes seront probablement dans une grave insécurité alimentaire pendant la saison qui précède les récoltes, en raison de l’insécurité, de la sécheresse et des inondations. 

Environ 3,8 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire.  Les agences cherchent à mobiliser une somme de 523 millions de dollars pour aider les 2,1 millions de personnes les plus vulnérables.  À ce jour, seulement 7% des fonds requis ont été versés.

Syrie

Le troisième rapport du Secrétaire général sur les enfants et le conflit armé en Syrie est sorti aujourd’hui.  Il montre que plus de 2 700 enfants ont été tués ou mutilés entre juillet 2018 et juillet 2020, par des frappes aériennes, des restes d’engins explosifs de guerre et les bombardements aveugles des zones habitées.  Par ailleurs, plus de 1 400 enfants ont été recrutés ou utilisés par au moins 25 parties au conflit.

Le rapport couvre une période de deux ans qui a vu l’irruption de la pandémie de COVID-19 et l’imposition des restrictions, dès le mois de mars 2020.  Tout porte à croire que le nombre véritable des violations graves est bien plus élevé que les 4 724 cas vérifiés dans le rapport.

Le document jette aussi la lumière sur la tendance émergente des recrutements transnationaux dans les lesquels des enfants sont recrutés et formés en Syrie avant d’être envoyés clandestinement en Libye pour participer aux hostilités du côté des groupes armés. 

Lebanon

Le Groupe international d’appui au Liban, qui comprend l’ONU et d’autres partenaires internationaux, s’est réuni à Beyrouth pour évaluer la situation dans le pays.  Dans une déclaration, il déplore l’impasse politique dans la formation du gouvernement.  Il appelle une nouvelle fois les dirigeants libanais à mettre de côté leurs divergences dans l’intérêt national et à ne plus retarder la formation d’un gouvernement de pleins pouvoirs et en mesure de répondre aux besoins urgents et de mettre en œuvre des réformes tant attendues.

Le Groupe appelle aussi à des élections pour préserver la démocratie libanaise dans le contexte de la crise en cours.  Il exhorte toutes les autorités libanaises pertinentes à lancer à temps les préparatifs, conformément au calendrier électoral.

Myanmar

L’équipe de pays des Nations Unies est toujours gravement préoccupée par le nombre croissant des déplacements depuis le coup d’État militaire du 1er février dernier. 

Depuis lors, le violence s’est généralisée contre les civils dans tout le pays.  Les affrontements entre les Forces armées du Myanmar et les organisations ethniques armées dans les zones frontalières se sont intensifiés.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué qu’au Myanmar, la semaine dernière, près de 60 700 femmes, enfants et hommes sont déplacés.  Plus de 1 700 réfugiés ont traversé la frontière thaïlandaise, en mars et en avril, mais la plupart d’entre eux sont retournées au Myanmar.  On estime de 4 000 à 6 000 le nombre de personnes qui ont trouvé refuge en Inde.

L’équipe de pays des Nations Unies appelle tous les pays de la région à offrir refuge et protection à tous ceux qui recherchent la sécurité et à faciliter l’accès humanitaire.

L’équipe a lancé un nouvel appel aux militaires pour qu’ils s’abstiennent de la violence et d’une utilisation disproportionnée de la force, y compris les munitions.

Belarus

À Genève, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a annoncé aujourd’hui la nomination de trois experts de haut niveau à la mission d’établissement des faits au Belarus.  Ils l’aideront à mener un examen approfondi des violations présumées des droits de l’homme depuis mai 2020, y compris leur possible dimension genre.

COVID-19/Bangladesh

L’équipe de la Coordonnatrice résidente, Mme Mia Seppo, contribue à l’atténuation de l’impact de la pandémie dans le pays.  Elle a intensifié ses efforts dans le domaine de la communication sur les risques, de l’engagement communautaire et de la fourniture d’oxygène.

Depuis le mois de juin, l’équipe a formé plus de 1 400 travailleurs de santé communautaires.  Elle a aussi contribué aux visites effectuées auprès de plus 2,2 millions ménages et au dépistage de 280 000 personnes.  L’équipe distribue également des masques de fabrication locale.

Elle a réuni des centaines de représentants du Gouvernement, du secteur privé, de la société civile et autres pour élaborer, mettre en œuvre et surveiller un plan d’action collectif contre la pandémie.  Grâce à cela, plus de 50 millions de personnes ont été impliquées dans la diffusion des messages sur la manière de prévenir la propagation du virus.  Plus de 500 000 leaders musulmans ont aussi contribué à la diffusion des messages dans près de 240 000 mosquées, dans tout le pays.

Commerce international

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a publié un rapport aujourd’hui qui montre que la reprise du commerce international, après la crise de la COVID-19 a battu un record, au premier trimestre de cette année, augmentant de 10%, d’année en année, et de 4%, de trimestre en trimestre.  Selon le « Global Trade Update », le commerce des biens, pendant le première trimestre 2021, a dépassé les niveaux prépandémiques mais celui des services est resté en-deçà de la moyenne.

Le rapport note que ce bond impressionnant est toujours tiré par les exportations des économies d’Asie de l’Est dont le succès de la riposte contre la pandémie leur a permis de rebondir plus rapidement et de capitaliser sur l’explosion de la demande des produits liés à la COVID-19.

Le rapport montre que le commerce international continuera sa courbe ascendante cette année, avec, selon les estimations, une hausse de 16% par rapport au taux le plus bas en 2020.

Zones protégées

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et ses partenaires ont publié un rapport qui montre que si les pays ont fait des progrès vers l’objectif mondial lié au nombre des zones protégées, ils n’ont pas pour autant accompli les mêmes pas s’agissant de la qualité de ces zones.

Aujourd’hui 16,6% de tous les écosystèmes marins et 7,7% des côtes océaniques appartiennent à ces zones protégées et concernées.  Les pays vont donc dépasser l’objectif de 17% fixé il y a 10 ans.  Mais, prévient le PNUE, désigner des zones ne suffit pas.  Il faut encore les gérer avec efficacité et équité pour en réaliser les bénéfices.

Le rapport lance un appel pour que les zones actuelles soient identifiées et reconnues, en tenant compte des efforts des peuples autochtones, des communautés locales et des entités privées, tout en reconnaissant leurs droits et leurs responsabilités.

Conférence de presse

Une conférence de presse sera donnée demain par M. Elliot Harris, Économiste en chef des Nations Unies et M. Nazrul Islam, principal auteur de l’édition 2021 du Rapport sur la situation sociale dans le monde, produit par le Département des affaires économiques et sociales (DESA).

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.