Imprimer
Dbf210517
17 mai 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 17 mai 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Moyen-Orient

Le personnel de l’ONU sur le terrain à Gaza a informé de la poursuite des frappes aériennes israéliennes sur Gaza, ainsi que des tirs de roquettes et de mortiers lancés par des groupes palestiniens vers Israël. 

L’ONU continue de recevoir des informations sur d’importants déplacement de Palestiniens, plus de 38 000 personnes déplacées cherchant à se protéger dans 48 écoles gérées par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) dans toute la bande de Gaza.  Plus de 2 500 personnes se sont retrouvées sans abri suite à la destruction de leurs maisons.

Quarante et un établissements d’enseignement dont des écoles, deux jardins d’enfants, un centre de formation professionnel de l’UNRWA et un établissement d’enseignement supérieur ont été endommagés, indique le personnel de l’ONU. 

L’alimentation électrique à Gaza a été réduite à entre six et huit heures par jour, en moyenne.  Un certain nombre de lignes d’alimentation ne fonctionne pas.  Cela perturbe la fourniture de soins de santé et d’autres services de base, y compris l’eau, l’hygiène et l’assainissement. 

La Coordonnatrice de l’action humanitaire, Mme Lynn Hastings, a appelé les autorités israéliennes et les groupes armés palestiniens à permettre immédiatement à l’ONU et à ses partenaires humanitaires d’acheminer du carburant, des vivres et des fournitures médicales et de déployer du personnel humanitaire à Gaza.  Toutes les parties doivent toujours respecter le droit international humanitaire et des droits de l’homme, a-t-elle dit.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé à fournir une aide d’urgence à plus de 51 000 personnes dans le nord de Gaza en réponse à l’augmentation des besoins humanitaires.  C’est particulièrement important pour les familles de cette région.

Toutefois, la fermeture des points de passage vers Gaza pourrait bientôt entraîner une pénurie de produits de base, y compris de vivres, ce qui ne manquera pas de faire monter les prix des denrées alimentaires.  Le PAM a averti que les prix des produits frais sont déjà à la hausse, les agriculteurs n’étant pas en mesure d’accéder à leurs terres.

L’ONU continue d’encourager activement toutes les parties en faveur d’une cessation immédiate des tirs entre Israéliens et Palestiniens.

Le Coordonnateur spécial du processus de paix au Moyen-Orient, M. Tor Wennesland, travaille sans relâche avec toutes les parties pour rétablir le calme. 

Pour sa part, le Secrétaire général, comme on a pu le constater lors de la réunion du Conseil de sécurité d’hier, continue d’exhorter à mettre un terme aux combats, en déclarant: « les combats doivent cesser.  Il doit s’arrêter immédiatement.  Les tirs de roquettes et de mortiers d’un côté et les bombardements aériens et d’artillerie de l’autre doivent cesser ».

Il a déclaré que les hostilités ont déjà causé des morts inadmissibles, d’immenses souffrances et des dommages aux infrastructures vitales.  Le Secrétaire général a ajouté qu’il était consterné par l’augmentation du nombre des victimes civiles palestiniennes, y compris beaucoup de femmes et d’enfants, provoquée par les frappes israéliennes à Gaza.  Il a également déploré les morts israéliennes à cause des roquettes lancées depuis Gaza.

Accord de paix de Bougainville

Le Secrétaire général se félicite du début, cette semaine, des consultations entre le Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Gouvernement autonome de Bougainville qui fait suite au référendum sur l’avenir politique de Bougainville qui s’est tenu fin 2019.  Ces consultations sont une étape importante dans la mise en œuvre de l’Accord de paix de Bougainville, que l’ONU n’a cessé de soutenir depuis sa signature en 2001.

Soudan

Le Secrétaire général a envoyé un message vidéo préenregistré à la Conférence internationale de soutien à la transition soudanaise, qui a été organisée par le Gouvernement français.  Le Secrétaire général a déclaré que nous avons la responsabilité d’aider le Soudan à consolider sa transition démocratique, à reconstruire son économie et à assurer une paix et un développement durables pour l’ensemble de sa société diversifiée.

Le Secrétaire général a félicité le Gouvernement soudanais d’avoir entrepris des réformes économiques difficiles et d’avoir fait des efforts de rétablissement de la paix avec les signataires et les non-signataires de l’Accord de paix de Djouba.  M. António Guterres a souligné l’importance du soutien des donateurs pour aider le Soudan à tourner la page de sa crise économique.

Soudan du Sud

Au Soudan du Sud, le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Nicholas Haysom, s’est dit alarmé par la nouvelle escalade de la violence à Pibor. 

Il a cité la probabilité d’attaques de représailles, de davantage de déplacements de milliers de civils et les menaces qui pèsent sur la distribution d’aide alimentaire d’urgence. 

Un récent rapport de l’ONU sur les droits de l’homme avait révélé que, l’année dernière, des milliers de combattants des milices dinka, nuer et murle ont mené des attaques coordonnées contre des villages.  Ces attaques avaient tué et blessé des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants. 

Mr. Haysom a appelé les autorités à empêcher une répétition de ces violences, à prendre des mesures pour s’attaquer aux causes profondes et à s’acquitter de leur responsabilité de protéger les civils.  Pour sa part, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) met en place des bases temporaires et intensifie ses patrouilles pour dissuader la violence.   Elle s’efforce également de promouvoir la réconciliation par le biais de conférences de paix.

Abyei

La Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) a dénoncé aujourd’hui une attaque dans le village de Dungup au cours de laquelle 11 personnes auraient été tuées.  Des personnes non identifiées ont attaqué une communauté dinka tôt hier matin.  Les blessés sont soignés dans un hôpital de la Mission de l’ONU.

Les Casques bleus ont intensifié leurs patrouilles pour protéger les civils et rechercher les auteurs de l’attaque.  La FISNUA a alerté que cette attaque pourrait entraîner une augmentation des tensions intercommunautaires et a appelé à la désescalade des tensions dans la région.

Myanmar

L’UNICEF a appelé aujourd’hui à l’arrêt immédiat de la violence et à la protection des enfants par les forces de sécurité dans la ville de Mindat, dans l’ouest de l’État chin, suite à une explosion de la violence au cours du week-end.  La loi martiale a été imposée dans la région le 13 mai. 

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) mène des enquêtes sur des informations crédibles faisant état d’au moins six personnes tuées au cours du week-end, ainsi que sur des détentions et des arrestations arbitraires.  À ce jour, le HCDH indique qu’au moins 797 civils, dont des dizaines d’enfants, ont été tués par les forces de sécurité depuis que l’armée a pris le contrôle du Gouvernement du Myanmar le 1er février.  Des milliers d’autres personnes ont été blessées.

Réforme du développement

Demain matin, le Secrétaire général et la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, donneront le coup d’envoi d’une session virtuelle de trois jours avec les États Membres sur l’état du système de développement de l’ONU. 

Au cours de cette session, organisée par le Conseil économique et social (ECOSC), de hauts responsables de l’ONU aux niveaux mondial, régional et national discuteront avec les États Membres des moyens de relever les défis sans précédent posés par la pandémie. 

Rien que l’année dernière, près de 250 millions de personnes ont reçu des services essentiels soutenus par les équipes de l’ONU.  Près de la moitié d’entre elles font partie du groupe des pays les moins avancés, dont 42% du groupe des pays en développement sans littoral alors que deux millions de personnes vivent dans les petits États insulaires en développement.  La session sera diffusée en direct sur www.webtv.un.org.

Travail/Maladies cardiaques

Une nouvelle analyse de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Organisation internationale du Travail (OIT) indique que les longues heures de travail ont entraîné 745 000 décès dus à un accident vasculaire cérébral et à une cardiopathie ischémique en 2016.  Il s’agit d’une augmentation de 29% depuis 2000.

L’étude conclut que travailler 55 heures ou plus par semaine est associé à une augmentation de 35% du risque d’un accident vasculaire cérébral et de 17% du risque de mourir d’une cardiopathie ischémique, par rapport à un travail de 35 à 40 heures par semaine.

Mécanisme COVAX

La République dominicaine a reçu son deuxième lot de vaccins contre la COVID-19 via le Mécanisme COVAX vendredi dernier.  Le Coordonnateur résident de l’ONU, M. Mauricio Ramírez Villegas, s’est félicité de cette évolution. 

L’Uruguay a également reçu son deuxième lot de vaccins via Mécanisme COVAX vendredi.  Ce nouveau lot de plus de 50 000 doses sera utilisé dans le cadre de la campagne nationale de vaccination du pays.

Semaine mondiale de la sécurité

La sixième Semaine mondiale de la sécurité routière commence aujourd’hui.  La campagne baptisée « Love30 », promue au cours de cette semaine, appelle les décideurs politiques à limiter la vitesse à 30 kilomètres/heures dans les rues où les piétons, les cyclistes et les autres personnes les plus à risque sont exposées à la circulation motorisée.

Cette année, la Semaine vise également à donner un élan au lancement du Plan mondial pour la décennie d’action pour la sécurité routière 2021-2030.  Chaque année, plus de 1,3 million de personnes meurent dans des accidents de la route, soit une personne toutes les 24 secondes.  Dans les pays à revenu élevé, 1 décès sur 3 sur les routes est attribué à la vitesse.

LGBTIQ+

La Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie est célébrée aujourd’hui.  Dans son message pour la journée, le Secrétaire général a déclaré que les personnes LGBTIQ+ dans le monde entier sont victimes de discrimination simplement en raison de leur identité.  Cela n’a fait qu’empirer avec la pandémie.

Depuis le début de la pandémie, l’ONU a documenté une aggravation de la discrimination, de la violence, des discours de haine, de l’exclusion sociale et économique, de la stigmatisation et des obstacles à l’accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’emploi et aux services de base auxquels la communauté LGBTIQ+ est confrontée.

Le Secrétaire général déclare que nous devons prendre des mesures concrètes pour abroger les lois discriminatoires, lutter contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et les caractéristiques sexuelles, et combattre les causes profondes de ces injustices.

Il appelle chacun de nous à travailler ensemble pour un monde inclusif où chacun peut vivre libre et égal en dignité et en droits, quels que soient son identité, son lieu de vie ou son amour.

Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information

La Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information est célébrée aujourd’hui.

Dans son message pour cette journée, M. Guterres note que les technologies numériques soutiennent la vie, le travail, la santé et l’apprentissage de milliards de personnes.

Il indique que face à la COVID-19, les entreprises, les gouvernements et la communauté numérique se sont révélés résilients et innovants, contribuant à protéger les vies et les moyens de subsistance.  Pourtant, dit-il, 3,7 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, ne sont toujours pas connectées à Internet. Et la majorité des personnes qui ne sont pas connectées sont des femmes.

Conférences de presse

Demain, le Représentant permanent du Mexique auprès de l’ONU, M. Juan Ramón de la Fuente, informera virtuellement les journalistes, à la suite de la réunion du Conseil de sécurité de cet après-midi sur la Cour pénale internationale et la Libye.

Demain, à 11 heures, le Représentant permanent de l’Algérie et Président du Groupe des États arabes pour le mois de mai, M. Sofiane Mimouni, interviendra devant la presse.  Il sera accompagné du Représentant permanent du Niger et Président de l’Organisation de la coopération islamique pour le mois de mai, M. Abdou Abarry; et de l’Observateur permanent de l’État de Palestine, M. Riyad Mansour.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.