Imprimer
Dbf210409
9 avril 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 09 avril 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Prince Philip, duc d’Édimbourg

Le Secrétaire général est peiné du décès de Son Altesse Royale le Prince Philip, duc d’Édimbourg, époux de la reine Elizabeth II du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord.  Il présente ses condoléances à Sa Majesté la Reine et au peuple du Royaume-Uni.

En tant que prince consort, le duc d’Édimbourg a soutenu avec talent la Reine dans ses fonctions de souveraine pendant plus de 60 ans.  Il était connu pour son dévouement à des causes caritatives en tant que parrain de quelque 800 organisations, en particulier celles axées sur l’environnement, l’industrie, le sport et l’éducation.

Le Secrétaire général rend hommage au duc d’Édimbourg pour son travail actif en vue de l’amélioration de l’humanité.

Bénin

À l’approche de l’élection présidentielle au Bénin, le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes nationales à veiller à ce que le scrutin se déroule de manière transparente, crédible et pacifique.

Le Secrétaire général exhorte les dirigeants politiques, les partis politiques et leurs sympathisants à résoudre tout différend pouvant découler du processus électoral par le dialogue pacifique et des moyens légaux.  Il réitère l’engagement des Nations Unies à soutenir les efforts du pays visant à consolider les acquis démocratiques et la cohésion sociale.

Financement du développement

Le Secrétaire général se félicite des mesures annoncées par le Comité monétaire et financier international (CMFI) et le Comité du développement du Groupe de la Banque mondiale pour faire face aux crises de la dette et aux autres dommages résultant de la crise de la COVID-19, en tant que signe d’espoir et de renouveau du multilatéralisme.

Les économies en développement ont peiné à obtenir des ressources financières suffisantes pour répondre aux besoins immédiats de la crise - et encore moins pour s’en remettre.  Depuis le début de la crise, le Secrétaire général a appelé à des liquidités grâce à une large émission de droits de tirage spéciaux et à une réaffectation des DTS inutilisés, et a proposé une approche en trois étapes pour faire face au fardeau de la dette: un moratoire de la dette, un allégement ciblé de la dette pour les plus vulnérables et une réforme de l'architecture de la dette internationale.

Le Secrétaire général se félicite des appels concrets du CMFI pour une nouvelle allocation des droits de tirage spéciaux et une réaffectation volontaire aux pays dans le besoin.  Il est également encouragé par le soutien envers l’Initiative de suspension du service de la dette, qui a accordé 5 milliards de dollars d’allégement temporaire aux pays vulnérables, et au Cadre commun pour le traitement de la dette.

Le moratoire et l’allégement de la dette doivent être accordés aux pays qui en ont le plus besoin -y compris les pays à revenu intermédiaire, qui abritent plus de 60% des pauvres du monde- sans créer de stigmatisation, ni compromettre leurs notes souveraines.

La réforme de l’architecture de la dette internationale est également essentielle; une crise de la dette au milieu de l’urgence de la COVID-19 mettrait les objectifs de développement durable hors de portée.  Les discussions de cette semaine sur l’architecture de la dette internationale sont un pas important dans la bonne direction.

Le Secrétaire général demande à toutes les parties prenantes de s’associer à un effort mondial visant à repenser les principes qui sous-tendent l’architecture de la dette actuelle, et demande instamment de prendre des mesures pour compléter les instruments existants par des mécanismes plus efficaces de résolution de la crise de la dette.

Le Secrétaire général est également très encouragé par l’accent placé par le FMI et la Banque mondiale sur une reprise durable, inclusive, intelligente et verte.

Le Secrétaire général attend avec intérêt de travailler avec les institutions financières internationales, les banques de développement multinationales et nationales et d’autres partenaires en vue d’une reprise équitable, inclusive et durable qui place le monde sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable.

Tchad

À l’approche de l'élection présidentielle au Tchad ce 11 avril 2021, le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes à œuvrer pour un processus électoral apaisé et crédible.

Le Secrétaire général insiste sur la nécessité de respecter les droits civils et politiques, incluant la liberté de réunion et la liberté d’expression et encourage les médias à promouvoir la cohésion sociale.

Le Secrétaire général exhorte toutes les parties prenantes à résoudre d’éventuels différends pouvant découler du processus électoral par le dialogue et les moyens légaux.

Le Secrétaire général réitère l’engagement des Nations Unies à soutenir les efforts nationaux visant, à promouvoir la cohésion sociale et le développement durable au Tchad.

Myanmar

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général, Mme Christine Schraner Burgener, est arrivée à Bangkok, en Thaïlande, pour des entretiens. Elle a tweeté son regret que le Tatmadaw lui ait signifier, hier, qu'il n'était pas disposé à la recevoir. L'Envoyée spéciale s'est déclarée prête à dialoguer et a souligné que la violence n’aboutit jamais à des solutions pacifiques durables

Soudan

Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies au Soudan est consterné par la résurgence des combats dans l'ouest du Darfour, qui ont fait au moins 87 morts et contraint des milliers de personnes à fuir leurs maisons.

Le Haut-Commissariat est également troublé par la lenteur des progrès accomplis en vue de garantir l’établissement des responsabilités pour cette vague de violence, ainsi que pour celles qui l’ont précédée, malgré les appels répétés des victimes et de leurs familles.  Il a noté que, comme lors des combats antérieurs, les autorités n'ont pas été en mesure de stopper ces derniers affrontements malgré une forte présence des forces de sécurité dans la ville.

Nos collègues humanitaires ont déclaré que la violence dans la capitale du Darfour occidental, Ag Geneina, continue de toucher les opérations humanitaires dans la région.

Les opérations humanitaires et les vols restent suspendus, entravant la fourniture de l’aide à quelque 700 000 personnes dans les États du Darfour occidental et du Darfour central.

Bien que l'électricité ait été rétablie dans certaines parties d'Ag Geneina, les sites pour personnes déplacées ne disposent pas d’accès à l'eau.  Des attaques contre des agents de santé et des centres de soin ont également été signalées.

République démocratique du Congo (RDC)

Le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l'homme a exprimé ses inquiétudes à la suite des actes de violence commis par la police contre certains manifestants dans la province orientale du Nord-Kivu.  La violence contre les manifestants commise par les forces de sécurité est contraire au droit congolais et aux engagements internationaux de la RDC, a ajouté le Bureau.

Le Bureau a souligné que la liberté de manifester pacifiquement est un droit fondamental reconnu par la Constitution et appelle les manifestants à s'abstenir de tout recours ou appel à la violence.

Il a réaffirmé l’attachement de l'ONU à la liberté d'expression, d'opinion et de manifestation pacifique.

La Mission de maintien de la paix des Nations Unies dans le pays, la MONUSCO, continue de travailler avec les autorités congolaises, aux niveaux national et provincial, pour désamorcer les tensions.

Niger

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique qu'environ 1,6 million de personnes au Niger courent le risque, de mars à mai, d’une insécurité alimentaire grave, soit une augmentation de 30% par rapport aux projections faites en novembre dernier.  Pendant la saison maigre -entre juin et août-, le nombre de personnes aux prises à une insécurité alimentaire sévère pourrait atteindre les 2,3 millions.

La région de Tillaberi à l’est du pays est la plus touchée.  Plus de 30% de sa population -plus de 686 000 personnes– courra un tel risque d’insécurité alimentaire entre juin et août, cet été.

La faim grandissante à Tillaberi s'ajoute aux préoccupations croissantes en matière de sécurité dans la région.  Plus de 300 civils ont perdu la vie depuis le début de l'année à la suite d'une série d'attaques armées.

Un demi-million de personnes à Tillabéri ont d’ores et déjà besoin d'une aide humanitaire, dont 125 000 personnes déplacées et réfugiés.

Tchad

À l’approche de l’élection présidentielle au Tchad ce 11 avril 2021, le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes à œuvrer pour un processus électoral apaisé et crédible.

Le Secrétaire général souligne la nécessité de respecter les droits civils et politiques, y compris les droits à la liberté de réunion et d’expression, et encourage les médias à promouvoir la cohésion sociale.

Le Secrétaire général exhorte toutes les parties prenantes à résoudre tous les différends qui pourraient découler du processus électoral par le dialogue et les voies juridiques.

Le Secrétaire général réitère l’engagement des Nations Unies à soutenir les efforts nationaux visant à promouvoir la cohésion sociale et le développement durable au Tchad.

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le volcan La Soufrière à Saint-Vincent-et-les Grenadines est entré en éruption aujourd’hui.  Dans le cadre de sa réponse, l’équipe technique d’urgence des Nations Unies pour la Barbade et les pays des Caraïbes orientales s’est réunie aujourd’hui pour discuter de la préparation et du prédéploiement des articles de secours.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a pris contact avec le Gouvernement pour établir les grandes lignes du soutien à l’évaluation des besoins alimentaires et de base, y compris les points de distribution.  Un soutien en nature et en espèces, des repas prêts à manger et des trousses alimentaires sont disponibles sur demande.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a préparé des fournitures et se tient prêt à soutenir toute autre région, y compris en fournissant des espèces ou des articles non alimentaires.

Pour sa part, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a fait don de 400 kits de dignité pour les femmes et les familles. 

En outre, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué qu’elle peut fournir un soutien dans les formations à la gestion des abris, le traçage et le suivi des personnes touchées.

COVID-19/Chili

Au Chili, l’équipe des Nations Unies aide les autorités locales à riposter à la pandémie de COVID-19 face à un nombre croissant de cas.

Nous avons contribué à l’expansion d’un réseau de soutien téléphonique pour les aînés.

L’équipe des Nations Unies a également soutenu la création d’un outil de messagerie texte pour les femmes afin qu’elles obtiennent des conseils sur la violence sexiste.  Cela permet aux femmes d’utiliser la messagerie texte pour protéger leur vie privée.

L’équipe des Nations Unies a également aidé plus de 12 000 migrants et réfugiés en fournissant de la nourriture et des services de protection. 

COVAX

En Libye, près de 60 000 doses du vaccin COVID-19 sont arrivées hier à Tripoli par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX.

Le Gouvernement va bientôt entamer une campagne de vaccination.  Ces premières doses seront utilisées pour vacciner les travailleurs de première ligne, y compris les travailleurs de la santé, ainsi que les personnes âgées de plus de 75 ans et les personnes atteintes de maladies préexistantes.

L’équipe des Nations Unies aidera à la livraison des vaccins sur les sites pour qu’elle se fasse en toute sécurité.  Elle soutiendra également la communication sur les risques et l’engagement communautaire. 

Mozambique

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré aujourd’hui que des centaines de personnes déplacées par les récentes attaques à Palma ont trouvé un abri temporaire, cette semaine, dans un centre de transit situé dans la ville de Pemba, établi par le Gouvernement du Mozambique avec le soutien de l’OIM et de ses partenaires.

En date d’hier, l’OIM a enregistré près de 14 000 personnes déplacées à Nangade, Mueda, Montepuez et Pemba, des personnes qui se sont déplacées à cause de la dernière flambée de violence.  Ce nombre augmente de jour en jour.

Depuis les attentats, l’OIM a augmenté l’aide humanitaire aux personnes déplacées à Cabo Delgado, en coopération avec des partenaires humanitaires et gouvernementaux.  L’Organisation a fourni un soutien et une assistance en matière de santé mentale et psychosociale ainsi qu’une protection à plus de 1 000 personnes nouvellement déplacées.  Elle a également aidé à aiguiller les personnes vers les services de santé et sociaux et distribué des fauteuils roulants, des béquilles et d’autres services d’assistance en nature.

FSO Safer

Concernant le navire Safer de l’OFS, l’ONU fait tout son possible pour résoudre les problèmes logistiques et les arrangements de sécurité en suspens.  Cette semaine, l’ONU a eu des discussions constructives avec les autorités de facto à Sanaa.  L’ONU est prudemment optimiste quant à la manière dont nous nous rapprochons d’une solution.

Comme mentionné précédemment, nous avons besoin que toutes les questions en suspens soient résolues avant de pouvoir engager les fonds supplémentaires des donateurs pour louer les navires et aller de l’avant avec la mission technique.  Nous semblons aller dans cette direction, et il devrait y avoir plus de nouvelles à ce sujet bientôt.

L’ONU tient également à souligner l’urgence d’agir le plus rapidement possible.  Une fois les dispositions logistiques en place, l’ONU aura encore besoin de temps pour réserver les navires, confirmer le personnel, déployer du matériel et prendre toutes les autres dispositions nécessaires.  Plus vite tout sera convenu, plus vite ce travail pourra commencer.

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination du général de corps d’armée Marcos De Sá Affonso Da Costa, du Brésil, comme commandant de la force de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO)

Le général de corps d’armée Affonso Da Costa succède à son compatriote le général de corps d’armée Ricardo Augusto Ferreira Costa Neves, qui est arrivé au terme de sa mission le 31 mars dernier et auquel le Secrétaire général exprime sa profonde gratitude pour son travail et sa contribution importante à la MONUSCO

Le général de corps d’armée Affonso Da Costa a plusieurs années d’expérience dans le commandement et les structures de contrôle de l’Armée brésilienne.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.