Imprimer
Dbf210127
27 janvier 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 janvier 2021

(La version française du point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Invités du point de presse

Les invités du point de presse étaient l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Achim Steiner, et la Conseillère du PNUD sur les changements climatiques, Cassie Flynn.

Ils ont présenté les résultats du sondage d’opinion mondial du PNUD sur l’action climatique, qui a été réalisé en partenariat avec l’Université d’Oxford au Royaume-Uni.

Conférence de presse du Secrétaire général

Demain à 13 heures, dans la salle du point de presse, le Secrétaire général tiendra une conférence de presse axée sur ses priorités pour 2021.

En début de journée, il prononcera une allocution à l’Assemblée générale.

L’interprétation sera disponible en français et en espagnol.  Les personnes suivant la conférence de presse à distance pourront accéder à l’interprétation simultanée sur la plateforme Interprefy.

Le Bureau du porte-parole enverra les instructions sur la façon de procéder par courriel.

Holocauste

S’exprimant par message vidéo lors de la commémoration virtuelle de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le Secrétaire général a rendu hommage à la mémoire de toutes les victimes de l’Holocauste.

La réunion d’aujourd’hui se déroule à l’ombre de la pandémie, a-t-il déclaré. La COVID-19 a mis les sociétés à l'épreuve, révélant des fractures et des injustices de longue date, a-t-il dit, ajoutant que la pandémie a également contribué à une résurgence de la xénophobie et des discours de haine, y compris l'antisémitisme.

En Europe, aux États-Unis et ailleurs, les partisans de la suprématie blancs s'organisent et recrutent au-delà des frontières, affichant de manière éhontée les symboles des nazis et leurs ambitions meurtrières.

Cette année doit être celle de la guérison, dit-il.

Il n’existe pas de vaccin contre l’antisémitisme et la xénophobie, et l’arme la plus efficace reste les faits et la vérité, a conclu le Secrétaire général.  L’ONU continuera de défendre la vérité et de se positionner contre le mensonge, le sectarisme, l’antisémitisme et la haine.

Le programme complet de la commémoration, y compris les tables rondes, peut être suivi sur la télévision en ligne des Nations Unies.

Afrique/Vaccin contre la COVID-19

Le Secrétaire général a pris la parole par message vidéo préenregistré, aujourd’hui, lors d’un séminaire en ligne de haut niveau sur la stratégie de financement et de déploiement du vaccin contre la COVID-19 en Afrique.

Il a de nouveau souligné la nécessité que les vaccins soient accessibles et abordables pour tous, appelant chacun à travailler ensemble pour donner la priorité aux personnes les plus à risque dans tous les pays et combler le déficit de financement.

Le Secrétaire général a salué les efforts déployés par l’Union africaine pour obtenir 270 millions de doses de vaccin supplémentaires pour les pays africains.

Il a de nouveau appelé tous les pays, économies et fabricants à travailler avec et à travers le Mécanisme COVAX pour réaliser les engagements d'accès équitable, notamment pour les plus vulnérables.

Le Secrétaire général a indiqué que, à mesure que des vaccins supplémentaires arrivent par la « pipeline de développement », il appelait les fabricants à donner la priorité à l’examen des données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), afin qu’ils puissent être distribués par COVAX le plus rapidement possible.

Yémen

Le risque de famine continue d'augmenter au Yémen.

Les agences humanitaires indiquent qu’à l’heure actuelle, environ 50 000 Yéménites vivent déjà dans des conditions proches de la famine, et que cinq millions d’autres n’y sont qu’à deux pas.

Alors que les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 150% comparativement à la moyenne avant le conflit et que le rial yéménite déprécie, la menace de la faim est une réalité pour des millions de personnes.

Nous devons faire tout ce que nous pouvons dès maintenant pour empêcher une famine généralisée.  Nous avons besoin de plus de financement humanitaire; de renforcer le soutien de l'économie grâce à des injections de devises; et de mettre fin à la violence.

À ce jour, le Plan de réponse humanitaire pour le Yémen 2020 n'a reçu que 56% des fonds dont il a besoin, soit 1,89 milliard sur les 3,38 milliards de dollars nécessaires pour financer l'opération.

Syrie

La situation est vraiment désastreuse en Syrie suite aux inondations et aux conditions hivernales et à leurs impacts sur les personnes vulnérables dans tout le pays.

Au 26 janvier, plus de 67 000 personnes déplacées dans près de 200 sites du nord-ouest du pays avaient été touchées, et près de 11 500 tentes détruites ou endommagées.  Un décès et trois blessés ont été confirmés, résultants de ces conditions.

De fortes pluies ont également eu un impact sur les personnes déplacées ailleurs dans le pays, notamment dans la zone rurale du sud de Tartous, où des familles ont été contraintes de se relocaliser.

Les conditions hivernales sont particulièrement préoccupantes pour les quelque 2,2 millions de personnes déplacées qui vivent dans des conditions d'hébergement inadéquates à travers la Syrie.

L’ONU et ses partenaires humanitaires mobilisent une aide supplémentaire pour soutenir les familles touchées.  Au 1er janvier, plus de 1,6 million de personnes à travers la Syrie ont bénéficié d’une assistance hivernale.  Cela comprend 850 000 personnes dans le nord-ouest de la Syrie, 250 000 personnes dans le nord-est de la Syrie et près d’un demi-million de personnes dans les zones contrôlées par le Gouvernement.

L’ONU demeure préoccupé par le fait que de nombreuses familles vulnérables ne sont pas suffisamment préparées pour l’hiver en raison du déficit de financement continu de 24,5 millions de dollars pour les efforts de préparation aux conditions hivernales à travers la Syrie.  Plus d'un demi-million de personnes pourraient ne pas pouvoir obtenir une aide hivernale.

Soudan du Sud

Suite aux récents affrontements meurtriers, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a récemment formé des chefs traditionnels à la gestion des conflits et aux processus de réconciliation à Malakal, dans l’État du Haut-Nil.

Plus de 30 chefs locaux résidant à Malakal et dans le site de protection des civils de la MINUSS situé dans cette localité ont pris part à cette formation, qui comprenait des compétences en gestion des conflits pour promouvoir la réconciliation et la cohésion sociale dans et entre les communautés.

Somalie

Ce mois-ci marque le trentième anniversaire du début de la guerre civile en Somalie.

Aujourd’hui, James Swan, Représentant spécial du Secrétaire général, a rendu hommage au courage et à la résilience du peuple somalien qui a persévéré dans une situation qu’il estime être une des plus difficiles de tous les pays de la planète au cours des trois dernières décennies.

Au cours d’une conférence de presse, M. Swan a jugé important de reconnaître que des progrès ont été réalisés, bien que subsistent d’énormes défis.  Il a souligné les succès, y compris le fonctionnement des institutions nationales et fédérales des États et l’investissement du secteur privé.

S’exprimant sur l’impasse dans laquelle se trouve actuellement le pays en matière d’élections, M. Swan a réitéré son appel aux dirigeants somaliens pour qu’ils poursuivent le compromis et le dialogue pour le bien du pays.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a tenu une réunion à huis clos, ce matin, au cours de laquelle il a entendu la Chef du Centre régional des Nations Unies pour la diplomatie préventive en Asie centrale, Natalia Gherman, qui est la Représentante spéciale du Secrétaire général dans ce domaine.

Brésil/COVID-19

Au Brésil, l’équipe des Nations Unies apporte son soutien au système de santé publique dans l’État d’Amazonas, dans le nord du pays, qui lutte actuellement pour faire face aux conséquences de la pandémie.

Au cours des cinq derniers jours, les équipes des Nations Unies ont livré plus de 160 000 articles aux hôpitaux et aux salles d’urgence, notamment de 60 bouteilles d’oxygène destinées aux maternités.

Le Chef de l’équipe de l’ONU, Niky Fabiancic, a rencontré hier les autorités de tous les États du nord pour discuter de la façon de répondre aux besoins des populations.  Il faut notamment créer un système de financement pour aider les autorités à réagir immédiatement et à se rétablir de manière durable.

Le Gouverneur d’Amazonas, Wilson Lima, a remercié l’ONU pour son soutien pendant cette situation d’urgence et a déclaré qu’il était essentiel de compléter les efforts locaux et nationaux existants.

Égypte/COVID-19

En Égypte, nous soutenons les efforts nationaux de lutte contre la pandémie.

Le plan de vaccination massif de l’Égypte –l’un des plus importants parmi les États arabes– a commencé cette semaine avec le soutien technique d’experts de l’ONU.  L’ONU a procédé à une évaluation des risques dans le cadre des exigences du Mécanisme COVAX.

Nous travaillons avec les autorités pour inclure les migrants et les réfugiés dans le plan de déploiement des vaccins.  La priorité est donnée aux agents de santé de première ligne et à d’autres groupes vulnérables.

Notre équipe des Nations Unies s’est également concentrée sur la coordination, l’approvisionnement et la distribution des vaccins, ainsi que sur la gestion de la chaîne d’approvisionnement, des soins de santé et des déchets.

Nous travaillons également avec le Gouvernement sur sa stratégie de communication et son engagement communautaire pour stopper la propagation du virus et freiner la désinformation, afin d’assurer une vaccination publique généralisée.

Enfants et conflits armés

Dans son rapport annuel au Conseil des droits de l’homme, Virginia Gamba, qui dirige le Bureau pour la question des enfants et des conflits armés, s’est dite profondément préoccupée par l’impact négatif de la pandémie sur les enfants touchés par les conflits armés.

Elle a exhorté les États Membres à tenir compte des droits de l’enfant dans leurs mesures visant à contenir la propagation du COVID-19 et à veiller à ce que les services de protection de l’enfance puissent se poursuivre malgré la pandémie.  Mme Gamba a également souligné l’importance pour les parties aux conflits de respecter la nature civile des écoles, des infrastructures sanitaires et du personnel protégé associé.

Un autre rapport annuel, celui pour le Conseil de sécurité, sera publié plus tard cette année.

Réfugiés

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a publié aujourd’hui son plan d’action stratégique pour 2021, en appelant la communauté internationale à faire davantage pour sauver des vies parmi les réfugiés qui prennent des routes risquées vers la Méditerranée.

Le HCR cherche à obtenir plus de 100 millions de dollars pour améliorer la protection des réfugiés dans les pays africains en route vers la Méditerranée.

La priorité essentielle est d’offrir des alternatives sûres et viables aux voyages périlleux, au cours desquels trop de personnes sont confrontées à des abus et des décès.

Tableau d’honneur

Vingt États Membres figurent maintenant sur le Tableau d’honneur.  Nous remercions chaleureusement la Slovaquie qui vient d’y être ajoutée.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.