Imprimer
dbf210120
20 janvier 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 janvier 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Geir Pedersen, a indiqué, ce matin par visioconférence, aux membres du Conseil de sécurité, que les 10 derniers mois ont été les plus calmes de l’histoire du conflit syrien.  Les lignes de front ont à peine bougé.  Mais, a-t-il ajouté, c’est un calme fragile qui pourrait s’effondrer à tout moment. 

M. Pedersen a signalé que le conflit était hautement internationalisé, avec cinq armées étrangères actives en Syrie.  Nous ne pouvons pas prétendre que les solutions sont uniquement entre les mains des Syriens, ou que l’ONU peut agir seule, a-t-il déclaré. 

L’Envoyé spécial a déclaré qu’il continuait d’appuyer la Commission constitutionnelle dirigé par les Syriens, contrôlée par les Syriens et facilitée par l’ONU, ajoutant que la cinquième session de son organe restreint se réunira à Genève la semaine prochaine, du 25 au 29 janvier, si les conditions liées à la COVID-19 le permettent.

De son côté, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a déclaré aux membres du Conseil que la valeur de la monnaie syrienne avait considérablement baissé, entraînant une augmentation du prix des denrées alimentaires.  Il a mis en garde contre des pénuries de pain et une baisse de la production nationale de blé. 

Il a ajouté des signes indiquent que la Syrie connaît à présent une nouvelle vague d’infections à la COVID-19.

République centrafricaine

La Coordonnatrice de l’action humanitaire en République centrafricaine, Mme Denise Brown, est préoccupée par les perturbations que connaît la principale voie d’approvisionnement du pays en raison de la violence.  Cette route relie la capitale du pays, Bangui, à la fois au Cameroun et au port le plus proche de ce pays. 

Mme Brown a fermement condamné l’attaque contre un convoi de camions humanitaires et commerciaux perpétrée il y a deux jours.  Cette attaque par des combattants armés a eu lieu près de la frontière camerounaise.  Trois conducteurs de camions ont été blessés. 

La perturbation de la route d’approvisionnement empêche la livraison sûre et opportune de l’aide vitale, ainsi que des marchandises commerciales.  Selon les estimations, plus de 1 600 camions seraient bloqués à la frontière avec le Cameroun, y compris 500 camions avec à leur bord des fournitures essentielles de l’ONU et de ses partenaires, notamment des vivres, des médicaments et des articles non alimentaires. 

L’interruption de la livraison des approvisionnements vers et à l’intérieur de la République centrafricaine a entraîné une flambée importante du prix des denrées alimentaires dans tout le pays, tant pour les produits importés que pour les produits locaux.  Dans le même temps, plus d’un tiers de la population, soit 1,9 million de personnes, est confrontée à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë. 

En 2021, 2,8 millions de personnes -soit plus de la moitié de la population centrafricaine- auront besoin d’une aide humanitaire et d’une protection.  Près de 200 000 personnes ont été nouvellement déplacées depuis l’éclatement des violences et des tensions en lien avec les élections générales de décembre.  Environ la moitié d’entre elles sont revenues depuis.

Guatemala / Honduras

Les équipes de l’ONU au Guatemala et au Honduras travaillent avec les gouvernements et des partenaires pour protéger une caravane de migrants qui se trouve actuellement au Guatemala. 

L’UNICEF, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) sont tous sur le terrain.  Ils concentrent leurs efforts sur la prise en charge et la protection des enfants non accompagnés, l’observation du respect des normes internationales des droits de l’homme et de la législation nationale, ainsi que sur la distribution d’eau, de nourriture et de trousses d’hygiène.  Un programme de retour volontaire assisté a également été mis en place et l’équipe de l’ONU surveille ce flux de personnes. 

Au Honduras, l’équipe de l’ONU travaille avec le Gouvernement pour préparer le retour volontaire des migrants honduriens.  Sur la base des estimations officielles, l’équipe de l’ONU et les autorités se préparent au retour de 1 500 migrants, dont beaucoup sont des enfants.

COVID-19 / Asie-Pacifique

Un nouveau rapport conjoint de plusieurs agences de l’ONU indique que l’impact économique de la pandémie de COVID-19 menace la santé et la nutrition de près de deux milliards de personnes dans la région. 

Le rapport a été élaboré par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM). 

Il indique que même avant l’épidémie de COVID-19, 1,9 milliard de personnes n’étaient pas en mesure de s’offrir une alimentation saine. 

La pandémie et le manque d’opportunités de travail décent, ainsi que la hausse du prix des denrées alimentaires, ont provoqué une aggravation des inégalités.  Les familles pauvres dont les revenus diminuent doivent encore modifier leur alimentation pour choisir des aliments moins chers et moins nutritifs.

Naufrage – Libye

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) se disent profondément attristés par un naufrage qui s’est produit hier au large des côtes libyennes, coûtant la vie à au moins 43 personnes.  Il s’agit du premier naufrage de 2021 en Méditerranée centrale. 

Selon l’OIM et le Comité international de secours, qui est le partenaire du HCR sur le terrain, 10 survivants ont été secourus et ramenés à terre par la sécurité côtière à Zwara.

Tableau d’honneur

Dix États Membres figurent à présent au tableau d’honneur, l’Arménie, le Danemark, l’Islande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la République de Corée et la Suisse ayant versé l’intégralité de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.