Imprimer
dbf210119
19 janvier 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 janvier 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) indique que la situation sécuritaire reste fragile dans l’ensemble du pays.  Les Casques bleus continuent de maintenir une posture ferme pour assurer la protection des civils. 

Hier après-midi, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, s’est associé à des hauts responsables de l’Union africaine (UA), de la Commission économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et de l’Union européenne (UE) pour publier une déclaration commune.  Le communiqué prend note de la décision de la Cour constitutionnelle centrafricaine, qui a proclamé les résultats définitifs de l’élection présidentielle du mois dernier. 

Dans leur déclaration commune, les dignitaires ont appelé tous les acteurs à accepter les résultats des élections tels que certifiés par la Cour, et ont réaffirmé leur attachement au dialogue politique, à la consolidation de la paix et de la démocratie. 

La MINUSCA continuera de fournir un soutien multiforme pour achever le processus électoral, notamment les élections législatives. 

Par ailleurs, des détails supplémentaires ont été obtenus au sujet de l’attaque d’hier dans le pays.  Deux Casques bleus -un gabonais et un marocain- ont été tués près de Bangassou, dans la préfecture de Mbomou, par des combattants présumés de la Coalition des patriotes pour le Changement (CPC).

Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’aux peuples et aux Gouvernements du Gabon et du Maroc.  Il rappelle que les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre, et appelle les autorités de la République centrafricaine à enquêter sur ces incidents et à traduire leurs auteurs en justice.  

Le Secrétaire général réitère sa profonde préoccupation face à l’escalade de la violence en République centrafricaine.  Il appelle toutes les parties à cesser immédiatement la violence et à s’engager dans un véritable dialogue pour faire avancer le processus politique, préserver les gains acquis mais fragiles, et satisfaire l’aspiration du peuple centrafricain à une paix durable.      

Cette année déjà, neuf Casques bleus ont été tués dans des attaques à travers le monde.  Cela démontre une fois de plus l’environnement difficile dans lequel les forces de maintien de la paix des Nations Unies s’acquittent de leur mandat de protection des populations et de soutien aux processus de paix — des tâches rendues plus complexes suite à la pandémie mondiale.  Malgré les progrès réalisés dans la réduction du nombre de victimes parmi les Casques bleus, les récents incidents montrent que les menaces continuent.  Nos efforts collectifs pour garantir la sécurité des Casques bleus, y compris à travers notre engagement dans l’initiative Action pour le maintien de la paix, doivent se poursuivre avec détermination.  

Le Secrétaire général rend hommage au service, au sacrifice et à l’altruisme des femmes et des hommes qui servent ou qui ont perdu la vie en servant sous la bannière des Nations Unies dans certains des endroits les plus dangereux du monde. 

Mali

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, poursuit sa visite au Mali.

Ce matin, au siège de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Bamako, il a participé à une cérémonie pour honorer la mémoire des Casques bleus tués la semaine dernière.  Le Chef de la MINUSMA, M. Mahamet Saleh Annadif, a également assisté à cette cérémonie. 

Depuis son arrivée dans le pays, M. Lacroix a eu une série de réunions avec des dirigeants politiques et les partenaires de l’ONU.  Sa visite se poursuivra demain.

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) indique qu’elle déploie des troupes et des ressources supplémentaires à Bunj, dans la région du Haut Nil, à la suite des récents affrontements. 

La MINUSS a précisé qu’elle renforçait la capacité de ses Casques bleus à effectuer des patrouilles plus fréquentes.  Ces derniers ont récemment évalué la situation sécuritaire dans la région.  Ils ont rencontré des commissaires de comté et d’autres pour comprendre ce que vit la communauté, étant donné l’instabilité et les tensions actuelles. 

La MNUSS appuie également la fourniture d’une aide humanitaire à ceux qui en ont besoin.

Éthiopie

Les agences humanitaires indiquent que, bien qu’il y ait eu des améliorations substantielles dans la circulation de l’aide au Tigré, les demandes adressées au Gouvernement fédéral pour un déploiement critique de personnel et une augmentation des effectifs sont en attente d’autorisation depuis plusieurs semaines. 

Dans l’ensemble, la situation humanitaire au Tigré s’aggrave de plus en plus, des informations faisant état de combats, de violations des droits de l’homme et d’abus ainsi que d’une augmentation de la faim et de la malnutrition touchant des centaines de milliers de personnes.  La plupart d’entre elles n’ont reçu aucune aide à ce jour. 

La Coordonnatrice adjointe de l’action humanitaire pour l’Éthiopie, Mme Wafaa Saeed, et d’autres membres du personnel de l’ONU ont été déployés à Mekele, la capitale du Tigré.  L’équipe travaille avec les agences humanitaires et les autorités locales pour réaliser des évaluations et coordonner la réponse humanitaire. 

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a indiqué aujourd’hui qu’il avait réobtenu l’accès, la semaine dernière, à deux camps de réfugiés du Tigré.  C’est la première fois en deux mois depuis que les combats ont forcé les travailleurs humanitaires à se retirer de la région. 

Le HCR a dirigé la première mission humanitaire depuis novembre dans les camps de Mai Aini et d’Adi Harush.  Les réfugiés érythréens ont désespérément besoin de fournitures et de services.  Les autorités éthiopiennes ont accordé au HCR un accès unique pour évaluer les besoins dans les camps. 

Depuis le début du conflit, les réfugiés ont reçu pour seule assistance une distribution alimentaire unique organisée par le Programme alimentaire mondial (PAM) il y a près d’un mois.  Une deuxième livraison est attendue, on l’espère, prochainement.

Libye

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a mené hier un processus de vote d’une journée.  Les membres du Forum de dialogue politique libyen ont été invités à voter sur une proposition de mécanisme de sélection d’une autorité exécutive unifiée.  Soixante-douze membres du Forum de dialogue politique ont pris part au processus: 51 ont voté en faveur du mécanisme proposé, soit près de 73% des suffrages exprimés, et 19 contre.  Deux membres se sont abstenus et deux autres n’ont pas pris part au processus.  La proposition a donc été adoptée.

La Mission félicite les membres du Forum qui ont pris part à ce processus pour leur engagement dans le dialogue intralibyen facilité par l’ONU et pour leur responsabilité par rapport au peuple libyen. 

Syrie

En ce qui concerne la Syrie, nous suivons avec inquiétude les tempêtes hivernales dans le nord-ouest du pays, qui semble-t-il n’auraient jamais été aussi fortes en cette saison.  Les fortes pluies qui se sont abattues sur les provinces d’Alep-Ouest et d’Edleb, dans le nord-ouest de la Syrie, auraient causé des dégâts sur les sites des personnes déplacées: des tentes endommagées, des routes menant aux camps coupées.  Bien que les dégâts continuent d’être évalués, on signale que plus de 1 700 ménages du nord-ouest de la Syrie ont été touchés par les inondations.  Plus de 200 tentes ont été détruites et plus de 1 400 ont été endommagées. 

Les travailleurs humanitaires ont distribué une aide, en cette période hivernale, à 2,3 millions de personnes à travers toute la Syrie, et notamment une aide essentielle pour se protéger contre le froid, avec des sacs de couchage, des vêtements d’hiver, du combustible de chauffage, ainsi que de l’aide pour réparer et remplacer les tentes.  Mais il manque encore 32 millions de dollars pour le financement de ces éléments de base.

Israël/Palestine

Hier soir, nous avons publié une déclaration du Secrétaire général dans laquelle il exprimait sa profonde préoccupation quant à la décision des autorités israéliennes de lancer les plans de construction de quelque 800 logements, la plupart à l’intérieur même de la Cisjordanie occupée.

Le Secrétaire général réitère que l’établissement par Israël de colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a aucune validité juridique et constitue une violation flagrante du droit international. 

Tor Wennesland a commencé son travail officiellement hier en tant que Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient.

Inde

En Inde, notre équipe des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente Renata Dessallien, soutient le Gouvernement et nos partenaires dans le vaste programme de vaccination COVID-19.  Les agences des Nations Unies travaillent en étroite collaboration avec les autorités pour préparer et lancer ce qui est actuellement la plus grande campagne de vaccination au monde.  À ce jour, le Gouvernement a vacciné près d’un demi-million de personnes, les équipes des Nations Unies ont suivi plus de 4 000 séances de vaccination et l’ONU a contribué à la formation de plus de 300 000 vaccinateurs et travailleurs de la santé.  Nous fournissons également une assistance technique, notamment en aidant à assurer l’équipement de la chaîne du froid pour les vaccins. 

En outre, en Inde, le travail de l’équipe des Nations Unies a conduit à une quintuple augmentation des investissements pour lutter contre la violence sexiste depuis le début de la pandémie.  Les agences des Nations Unies ont contribué à la formation de centaines de travailleurs des centres de crise qui soutiennent chaque mois des milliers de survivants de violences sexistes.  Nous avons également formé 47 000 infirmières et autres personnes pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, des filles et d’autres personnes.  L’UNICEF a aidé près d’un demi-million d’enfants placés dans les institutions et les familles d’accueil.

Nous avons également aidé près de cinq millions d’enfants et de femmes à recevoir des soins de santé.  L’ONU a formé des responsables des organismes d’application de la loi pour prévenir et lutter contre la traite des êtres humains.  Une campagne menée par ONUSIDA pour renforcer la solidarité envers la communauté LGBTQI a touché des millions de personnes.

Mozambique

Demain, au Mozambique, les Directeurs régionaux des Nations Unies pour l’Afrique australe et orientale tiendront une conférence de presse virtuelle.  Ils exprimeront leur extrême préoccupation face à la situation humanitaire et alimentaire désastreuse dans la région nord du Mozambique. 

Cette situation a été provoquée par l’escalade de la violence et le déplacement de plus de 565 000 personnes de la province de Cabo Delgado.  Cette conférence de presse aura lieu à 10 heures, heure de l’Afrique australe, soit 3 heures du matin à New York. 

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré que les directeurs régionaux ont récemment achevé une mission conjointe menée pour évaluer le sort des personnes déplacées et des communautés d’accueil dans la région touchée par le conflit.  Les membres de la mission ont rencontré des personnes déplacées qui ont été victimes d’attaques, qui continuent d’être confrontées à l’insécurité et qui ont tout perdu, notamment leurs terres agricoles, leurs moyens de subsistance et leurs maisons.  

Madagascar

Nous lançons un appel de fonds éclair de 76 millions de dollars pour Madagascar, afin de soutenir plus d’un million de personnes confrontées à une pénurie potentiellement mortelle de nourriture, de nutrition, d’eau, d’assainissement et d’assistance sanitaire. 

L’appel éclair se concentrera sur le sud du pays – connu en français sous le nom de Grand Sud.  La saison agricole dans cette région a connu la pire sécheresse jamais vue en 10 ans. 

La COVID-19 et les confinements qui en découlent touchent également une grande partie du pays.  Une personne sur trois dans le sud est aujourd’hui en situation d’insécurité alimentaire grave.

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)

Nous avons annoncé hier que le Secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Mukhisa Kituyi, avait informé le Secrétaire général qu’il démissionnerait le 15 février.  Le Secrétaire général est reconnaissant envers M. Kituyi pour son service et son engagement pour la durée restante de son mandat aux fonctions qui lui ont été confiées en tant que fonctionnaire international de l’ONU. 

Isabelle Durant, de la Belgique, sera nommée Secrétaire générale par intérim. 

Le Secrétaire général de l’ONU lancera un processus de recrutement, en consultation avec les États Membres, pour trouver un successeur à M. Kituyi.

Invités du point de presse

Les invités du point de presse étaient des représentants de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO): Dominique Burgeon, Directeur des situations d’urgence et de la résilience; Keith Cressman, spécialiste des prévisions de la situation acridienne; Cyril Ferrand, Chef d’équipe Résilience pour l’Afrique de l’Est; et Rosanne Marchesich, chargée des urgences et de la réadaptation. 

Ils se sont adressés aux journalistes pour leur parler de la situation actuelle du criquet pèlerin, ainsi que de la réponse apportée par la FAO.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.