Imprimer
dbf210113
13 janvier 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 janvier 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République centrafricaine

Le Secrétaire général condamne fermement les attaques perpétrées aujourd’hui par des éléments armés non identifiés visant les Forces de défense et de sécurité centrafricaines, et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) dans la périphérie de Bangui.  Un Casque bleu rwandais a été tué et un autre blessé.

Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances à la famille du Casque bleu décédé, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement du Rwanda.  Il souhaite un prompt rétablissement au blessé.

Le Secrétaire général rappelle que les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre.  Il exhorte les autorités centrafricaines à prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer de la redevabilité pour ces attaques odieuses.

Le Secrétaire général reste très préoccupé par les efforts de déstabilisation menés par les groupes armés en République centrafricaine, et appelle toutes les parties à cesser la violence et à s’engager dans un véritable dialogue.  Il salue l’engagement continu des Casques bleus des Nations Unies dans leurs efforts pour protéger les civils et préserver la stabilité nationale.

Le Secrétaire général réitère l’engagement des Nations Unies, en étroite collaboration avec les partenaires nationaux, régionaux et internationaux, à soutenir la cause de la paix en République centrafricaine.

République centrafricaine – mise à jour

Suite à l’attaque de ce matin, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a indiqué que la situation générale demeure sous contrôle, même si des tensions persistent.

Les Casques bleus de l’ONU ont renforcé leur posture à Bangui et dans les zones à la périphérie de la capitale, en coordination avec les Forces de défense et de sécurité centrafricaines, ainsi qu’avec d’autres partenaires de sécurité.  Il s’agit d’éviter de nouvelles infiltrations, vers la capitale, de groupes armés visant à déstabiliser les institutions nationales.

La sécurité du personnel et des locaux de l’ONU a également été renforcée.

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a indiqué qu’un Casque bleu est décédé et sept autres ont été blessés lors d’une attaque lancée aujourd’hui contre un convoi de l’ONU à Tombouctou.

La MINUSMA a sécurisé la zone, assuré l’évacuation des blessés et ouvert une enquête sur l’incident.

Conseil de sécurité

Le Mali était l’objet, ce matin, d’une réunion du Conseil de sécurité au cours de laquelle est intervenu le Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), M. Mahamat Saleh Annadif.  Il a réitéré que la période de transition représente une réelle opportunité pour le pays de sortir du cercle vicieux des crises politiques suivies de coups d’État.

Il a noté qu’en dépit d’un manque de consensus tout au long du processus qui a conduit à la désignation des membres du Gouvernement et du Conseil national de transition, il faut se féliciter du fait que tous les organes de transition sont opérationnels aujourd’hui.

M. Annadif a indiqué aux membres du Conseil que le succès de la transition dépend de la réussite des réformes, conduisant à des élections inclusives et crédibles. Il a averti que le processus ne sera viable que s’il est le produit de la volonté des acteurs politiques maliens.

En tant que Représentant spécial pour le Mali depuis près de cinq ans, il a conclu en espérant que cette fenêtre d’opportunité ne sera pas une occasion manquée.

Ouganda

Alors que les Ougandais se préparent à participer aux élections présidentielle et législatives prévues le 14 janvier, le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes nationales à veiller à ce que les scrutins se déroulent de manière inclusive, transparente et pacifique.  Il est préoccupé par les informations faisant état de violences et de tensions dans certaines parties de l’Ouganda à l’approche des élections et appelle tous les acteurs politiques et leurs partisans à s’abstenir de recourir aux discours de haine, aux intimidations et à la violence.  Tout différend électoral doit être résolu par des moyens légaux et pacifiques.

Le Secrétaire général appelle en outre les autorités ougandaises, en particulier les forces de sécurité, à faire preuve de la plus grande retenue pendant cette période et à agir conformément aux principes établis des droits de l’homme.

Le Secrétaire général réaffirme l’engagement de l’ONU à soutenir les efforts du pays pour promouvoir le développement durable et bâtir un avenir prospère.

Éthiopie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) est profondément préoccupé par le sort des centaines de milliers de personnes qui n’ont toujours pas reçu d’aide au Tigré plus de deux mois et demi après le début du conflit dans cette région. 

L’ONU continue de recevoir des informations alarmantes faisant état de civils blessés et tués dans les zones rurales du Tigré, ainsi que de violations contre les civils, notamment des violences sexistes.  Il est encore difficile de vérifier ces informations.

Les travailleurs humanitaires ont pu fournir une assistance dans certaines régions, principalement dans les villes, où l’accès a été accordé par les autorités.  Cependant, le nombre de personnes atteintes est extrêmement faible par rapport aux 2,3 millions de personnes qui, selon les estimations de l’ONU, ont besoin d’une assistance vitale. 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) souligne que la situation est particulièrement critique pour les personnes nouvellement déplacées et les réfugiés, en particulier ceux qui vivent dans les camps de Hitsats et Shimelba qui restent inaccessibles. 

Les humanitaires alertent également que la fermeture des banques dans la plupart des régions rurales du Tigré avant le début des combats a laissé la plupart des 270 000 bénéficiaires directs du programme de filet de sécurité du Gouvernement sans assistance.  Il s’agit de personnes extrêmement vulnérables qui dépendent des transferts monétaires mensuels pour subvenir à leurs besoins de base. 

L’aide humanitaire continue d’être entravée par le manque d’accès complet, sûr et sans entrave au Tigré, en raison de l’insécurité et des retards bureaucratiques. 

L’ONU et ses partenaires humanitaires en Éthiopie appellent de toute urgence l’ensemble des parties à autoriser le passage immédiat et en toute sécurité du personnel et des fournitures humanitaires dans la région du Tigré afin de pouvoir atteindre toutes les personnes qui ont désespérément besoin d’aide.

Malawi

Le Secrétaire général a appris avec une profonde tristesse le décès prématuré du Ministre des transports et des travaux publics, M. Sidik Mia, ainsi que du Ministre de l’administration locale et du développement rural, M. Lingson Belekanyama. 

Le Secrétaire général présente ses condoléances aux familles des ministres et de tous les Malawiens décédés des suites de complications liées à la COVID-19, ainsi qu’au Président Lazarus Chakwera, au Gouvernement et au peuple du Malawi. 

L’équipe de l’ONU, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Maria Jose Torres Macho, continue de contribuer aux efforts nationaux et locaux de lutte contre la pandémie. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF et d’autres partenaires ont établi une usine d’oxygène pour générer plus d’un million de litres d’oxygène par jour afin de soutenir la prise en charge des cas de COVID-19 dans l’un des principaux hôpitaux du pays. 

L’équipe de l’ONU s’emploie également à améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, ainsi qu’à sauver des vies et des moyens de subsistance en octroyant des transferts monétaires à 1,7 million de personnes. 

L’ONU continue de contribuer aux campagnes de communication pour prévenir la propagation du virus grâce au porte-à-porte, l’utilisation de fourgonnettes mobiles, des séances de théâtre communautaire et des initiatives sur les médias sociaux.  À travers l’initiative Spotlight, l’ONU s’attaque également à la violence sexiste et est préoccupée par l’augmentation des grossesses de jeunes filles et des mariages d’enfants.

Peine de mort

Suite à des questions posées au sujet des informations sur l’exécution, par injection létale aux États-Unis, de Lisa Montgomery, le Porte-parole a déclaré que, comme il a été dit à maintes reprises, le Secrétaire général s’oppose catégoriquement à l’imposition de la peine de mort. 

Il exhorte tous les États Membres qui ne l’ont pas encore fait à s’engager en faveur d’un moratoire sur la peine capitale et l’abolition progressive de la peine de mort.

Rapport de l’OIT

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) indique que les personnes qui travaillent à domicile ont besoin d’une meilleure protection. 

Selon l’OIT, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, par exemple, presque tous les travailleurs à domicile, soit 90% d’entre eux, travaillent de manière informelle. 

Ils sont généralement moins bien lotis que ceux qui travaillent à l’extérieur, même s’ils occupent des professions plus qualifiées.  Les travailleurs à domicile gagnent en moyenne 13% de moins au Royaume-Uni; 22% de moins aux États-Unis; 25% de moins en Afrique du Sud et environ 50% de moins en Argentine, en Inde et au Mexique. 

Les travailleurs à domicile sont également confrontés à de plus grands risques en termes de sécurité et de santé et ont moins accès à la formation que les personnes qui ne travaillent pas à domicile.  Cela peut affecter leurs perspectives de carrière. 

Le travail à domicile devenant vraisemblablement plus important dans les années à venir, l’OIT appelle les gouvernements à travailler en coopération avec les organisations de travailleurs et d’employeurs pour veiller à ce que les travailleurs à domicile passent de l’invisibilité au travail décent.

FAO

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture indique que le nombre de foyers de la peste des petits ruminants, également appelée peste des ovins et des caprins, a chuté des deux tiers ces dernières années.  La FAO y voit la démonstration de l’engagement de la communauté internationale à lutter contre cette maladie animale hautement contagieuse et l’espoir d’atteindre l’objectif de son éradication mondiale d’ici à 2030. 

La diminution des foyers de la maladie est attribuée à l’impact des campagnes de vaccination dans plus de 50 pays.  Dans seulement 12 d’entre eux, plus de 300 millions de chèvres et de moutons ont été vaccinés entre 2015 et 2018. 

La pénurie de vaccins, les déplacements de bétail et les défis principalement logistiques liés à la vaccination demeurent les principaux obstacles à l’élimination de la maladie.

Tableau d’honneur

L’Ukraine est le premier État Membre à avoir versé l’intégralité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU cette année.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.