Imprimer
CS/14689
5 novembre 2021
8897e séance - matin

Conjointement avec l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité élit Mme Hilary Charlesworth, de l’Australie, juge à la Cour internationale de Justice (CIJ)

Le Conseil de sécurité a, ce matin, élu, simultanément avec l’Assemblée générale, Mme Hilary Charlesworth, de l’Australie, au poste de juge à la Cour internationale de Justice (CIJ), pour remplacer son compatriote James Richard Crawford, décédé le 31 mai dernier.  Son mandat, qui prend effet à partir d’aujourd’hui, s’achèvera le 5 février 2024.

Pour être élu, un candidat doit obtenir la majorité absolue au sein des deux organes.  La candidature de Mme Charlesworth a recueilli 11 voix au Conseil de sécurité et la majorité absolue à l’Assemblée générale.  Un seul tour de scrutin a suffi pour qu’elle l’emporte sur M. Linos-Alexandre Sicilianos, de la Grèce, qui n’a recueilli que 4 voix.

La nouvelle juge détient, depuis 1981, les titres de Barrister et de Solicitor de la Haute Cour d’Australie et de la Cour suprême de Victoria.  Elle exerce également les fonctions de professeure à la Faculté de droit de Melbourne, ainsi qu’au College of Asia and the Pacific.  Elle est en outre, depuis 2019, juge ad hoc de la CIJ dans l’affaire Sentence arbitrale du 3 octobre 1899 (Guyana contre Venezuela).  Elle avait occupé la même fonction pour l’affaire Chasse à la baleine dans l’Antarctique (Australie contre Japon) entre 2011 et 2014.

Elle a également été Professeure et Directrice du Centre de droit international et public, qui dépend de la Faculté de droit de l’Université nationale d’Australie, ainsi que Commissaire d’audience à la Commission australienne des droits de l’homme et de l’égalité des chances.

Instituée en juin 1945, la CIJ est un des six organes constitutifs de l’ONU et le principal organe judiciaire du système des Nations Unies.  Basée à La Haye (Pays-Bas) –la CIJ est le seul de ces six organes à ne pas avoir son siège à New York– elle a pour mandat de régler, conformément au droit international, les différends d’ordre juridique qui lui sont soumis par les États Membres.  Elle peut également rendre des avis consultatifs sur les questions juridiques que peuvent lui poser les organes et les institutions spécialisées de l’ONU, avec l’autorisation préalable de l’Assemblée générale.

La Cour, composée de 15 juges élus, est assistée du Greffe, son organe administratif.  Ses langues officielles sont le français et l’anglais.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.