Imprimer
CONF210401-CS
1 avril 2021

Conseil de sécurité: lutte antimines, violence sexuelle en temps de conflits et coopération avec les organisations régionales au cœur de la présidence vietnamienne en avril

Le Représentant permanent du Viet Nam auprès des Nations Unis, M. Dang Dinh Quy, a indiqué, cet après-midi, que sa présidence du Conseil de sécurité, ce mois d’avril, se concentrera sur la lutte antimines, la violence sexuelle en temps de conflits et le renforcement de la coopération entre l’ONU et les organisations régionales.

Lors de sa conférence de presse au Siège de l’ONU à New York, M. Dang a abondamment commenté la situation « extrêmement préoccupante » au Myanmar et indiqué que le Conseil tiendra une réunion, selon la formule Arria, le 9 avril prochain.  « Tant au Conseil qu’à l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), nous recherchons la meilleure solution pour le Myanmar », a déclaré le diplomate.

Le Représentant permanent a précisé que 25 réunions sont prévues ce mois-ci, 15 publiques et 10 à huis clos.  Le programme prévoit pas moins de cinq débats publics, qui seront autant de « points forts » de ma Présidence, a déclaré M. Dang.  Le premier débat prévu le 8 avril sur la lutte antimines, sera présidé par le Ministre vietnamien des affaires étrangères,  tandis que le deuxième, le 14 avril, portera sur la violence sexuelle en temps de conflit.

Le débat sur le renforcement de la coopération entre l’ONU et les organisations régionales, s’agissant en particulier de la prévention des conflits, aura lieu le 19 avril, a poursuivi le diplomate.  Un débat inédit se tiendra le 27 avril puisqu’il aura pour thème « les biens à caractère civil indispensables pour la protection des civils en temps de conflits armés ».

Cette réunion sera présidée par le nouveau Ministre des affaires étrangères du Viet Nam, qui aura dans l’intervalle, succédé à celui qui a présidé la réunion sur la lutte antimines, le 8 avril.  Le Représentant permanent a indiqué que le dernier débat public, sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question de Palestine, se tiendra le 22 avril.  Avant cela le 15 avril, le Conseil se penchera sur la situation au Yémen et le 28 avril, sur les  volets humanitaire et politique de la situation en Syrie. 

Au cours de ce mois, l’Afrique fera l’objet de toutes les attentions du Conseil, a assuré son Président.  Une séance publique sur la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) aura lieu le 6 avril, suivie, le lendemain, d’une réunion consacrée à la situation dans la région des Grands Lacs.  La Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) sera, elle, au menu de la séance du 26 avril.  Le Conseil devrait aussi se prononcer sur le régime des sanctions en Libye, le 15 avril.  Deux jours avant, le 13 avril, il examinera la situation au Kosovo et le 21 avril, sur le processus de paix en Colombie.

Revenant sur le Myanmar, le Représentant permanent a déclaré que la réunion en formule Arria du 9 avril sera l’occasion pour les États membres d’exprimer leur point de vue.  Une réunion publique sur le sujet n’est pour l’instant envisagée, a précisé le diplomate, tout en soulignant que le programme de travail peut encore évoluer.

Estimant que la priorité doit être la fin de la violence, M. Dang a appelé à la désescalade « des deux côtés » afin de créer des conditions favorables au dialogue.  Il a souligné que le Myanmar est membre de la « famille » de l’ASEAN laquelle a un rôle « unique » à jouer.

L’ASEAN peut en effet contribuer à la recherche d’une solution négociée, en engageant toutes les parties, y compris les autorités militaires du Myanmar, a déclaré M. Dang, avant de saluer la coopération entre l’ONU et l’ASEAN sur la question.

Á titre national, M. Dang a dit que son pays ne soutient pas l’idée de sanctions contre le Myanmar.  Si un tel régime devait être adopté, il faudra alors veiller à en atténuer l’impact sur les  civils, a déclaré le Représentant permanent. 

Alors que toutes les réunions de ce mois d’avril se tiendront en visioconférence, le Représentant permanent a précisé que des séances en présentiel pourraient se tenir au début mois de mai, si la situation sanitaire à New York le permet.  « J’ai personnellement hate », a avoué M. Dang.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.