Imprimer
Dbf211105
5 novembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 5 novembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

COP26

Aujourd'hui, c'est la Journée de la jeunesse à la COP26, à Glasgow.  Le Groupe consultatif de la jeunesse du Secrétaire général a organisé un événement réunissant de jeunes militants pour le climat, en mettant l'accent sur les efforts entrepris pour inclure les jeunes dans les processus formels de prise de décisions.  À cette occasion, de jeunes leaders autochtones se sont exprimés sur l'importance des savoirs traditionnels en tant que composante vitale de l'action climatique.  Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour l'action climatique, M. Selwin Hart, a pris la parole lors de cet évènement et exhorté les jeunes à continuer de faire entendre leur voix et à maintenir l'espoir que la crise climatique pourra être surmontée.  Il a remercié le Groupe consultatif de la jeunesse pour ses services, ainsi que pour ses précieux avis et conseils au Secrétaire général.

Des manifestations de jeunes ayant lieu devant le site de la COP26 ont été entendues jusqu’à l'intérieur de la COP tandis que la Conférence marquait la Journée de la jeunesse et de l'autonomisation.  Les jeunes leaders ont présenté aux dirigeants de la COP une déclaration sur la position de la jeunesse mondiale, représentant les points de vue de plus de 40 000 jeunes leaders du climat du monde entier.  La Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Mme Patricia Espinosa, a déclaré qu'elle soumettrait aux parties ces demandes, qui, selon elle, sont raisonnables et justifiées.

Les négociations se sont poursuivies sur les textes pour finaliser le règlement de l’Accord de Paris.  Le Président de la COP, M. Alok Sharma, a demandé aux négociateurs de régler autant de points que possible d'ici à la semaine prochaine, avant le segment ministériel de haut niveau.  Cela inclut les négociations sur l'article 6, qui couvre le commerce, et dont le président de la COP a noté qu'elles échappaient à un accord depuis maintenant six ans.

Soudan

Depuis le Soudan, la Mission des Nations Unies sur place a fermement condamné la détention -après une réunion avec le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Volker Perthes- de membres du Conseil central des Forces de la liberté et du changement.

Il a été rapporté que trois membres du Conseil ont été arrêtés près du siège de la Mission des Nations Unies à Khartoum hier après-midi.  La Mission a déclaré que ces arrestations sapent le rôle de bons offices de l'ONU.

La Mission des Nations Unies appelle les dirigeants militaires à cesser d'arrêter des politiciens et des militants et à cesser de commettre d'autres violations des droits humains.

La Mission demande à nouveau la libération immédiate des personnes détenues depuis le 25 octobre, notant que ces arrestations annulent l'impact de la libération, hier, de quatre des ministres détenus.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale ont voté pour élire un nouveau membre de la Cour internationale de Justice (CIJ).  Mme Hilary Charlesworth, de l'Australie, a obtenu la majorité absolue des voix au Conseil et à l'Assemblée.

Dans l'après-midi, à 15 heures, le Conseil tiendra un débat public, suivi de consultations, sur l'Éthiopie.

Mme Martha Pobee, Secrétaire générale adjointe pour l'Afrique aux Départements des affaires politiques et de consolidation de la paix et des opérations de paix, informera les membres du Conseil.

Éthiopie

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Martin Griffiths, a commencé sa mission en Éthiopie aujourd'hui.  Il a rencontré le Premier Ministre, M. Abiy Ahmed, et le Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères, M. Demeke Mekonnen.

M. Griffiths a eu des discussions constructives sur la situation humanitaire dans le pays et les défis auxquels les organisations humanitaires sont confrontées pour fournir de l'aide à tous les Éthiopiens dans le besoin.

Demain, il doit rencontrer des représentants d'organisations non gouvernementales, d'agences des Nations Unies et de la communauté diplomatique pour discuter des efforts déployés pour fournir une aide d'urgence aux millions de personnes dans le besoin.

Les conflits, la sécheresse, les inondations, les épidémies et les infestations de criquets pèlerins continuent de faire grimper les besoins humanitaires en Éthiopie.  Quelque 20 millions de personnes sont ciblées par l'aide humanitaire, dont 7 millions qui sont directement touchées par le conflit dans le nord de l'Éthiopie.

Le déficit de financement de la réponse humanitaire en Éthiopie pour 2021 s'élève à plus de 1,3 milliard de dollars.  On estime que 606 millions de dollars ont été mobilisés pour la réponse au Plan de secours pour l'Éthiopie du nord, et 474 millions de dollars pour la réponse au projet de plan d’intervention humanitaire qui couvre les zones en dehors du Tigré.  Cependant, cela est loin d'être suffisant pour couvrir les besoins humanitaires croissants.

Toujours en Éthiopie, le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'agence nationale éthiopienne pour les réfugiés et les rapatriés ont lancé aujourd'hui un appel conjoint de 68 millions de dollars pour éviter d’avoir réduire les rations alimentaires de plus de 700 000 réfugiés.

Les agences ont mis en garde contre une augmentation de la malnutrition et de l'anémie et un retard de croissance des enfants, entre autres risques.

Afghanistan

Entre novembre 2021 et mars 2022, on estime qu’il y aura près de 23 millions de personnes –soit 55% de la population afghane– en situation de crise ou connaissant des niveaux d’insécurité alimentaire d’urgence.  Nos collègues nous transmettent des informations faisant état d’affrontements isolés et de violences touchant des civils et faisant des victimes, qui se sont poursuivis dans tout le pays cette semaine.  À Jalalabad, dans la province de Nangarhar, des coups de feu dirigés contre les autorités de facto le 1er novembre ont entraîné la mort de deux enfants, et une explosion d’engin explosif improvisé radiocommandé en bordure de route qui aurait ciblé les autorités de facto a fait deux morts parmi les civils le 3 novembre.  Hier, des affrontements armés ont été signalés dans la province de Bamyan, faisant cinq blessés, dont un civil.

De son côté, le 3 novembre, l’Organisations pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a entamé la campagne de distribution de semences de blé et d’engrais de la saison d’automne dans l’est du pays.  Des sessions de formation technique sur les meilleures pratiques agricoles sont prévues et la FAO pense ainsi atteindre près de 140 000 personnes dans les provinces de Nangarhar, Kunar, Laghman et Nuristan.

L’Appel éclair pour l’Afghanistan, qui cible de fournir une aide à 11 millions de personnes jusqu’à la fin de l’année, réclame 606 millions de dollars.  Il est actuellement financé à 54%.

Nomination

Le Secrétaire général a nommé Colin Stewart, du Canada, au poste de Représentant spécial et Chef de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP).

Il exercera également le rôle d’adjoint du Conseiller spécial du Secrétaire général pour Chypre.

M. Stewart succède à Elizabeth Spehar, du Canada, à qui le Secrétaire général est reconnaissant pour son leadership et son dévouement tout au long de son mandat.

M. Stewart, qui a récemment été Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la Mission des Nations Unies au Sahara occidental (MINURSO), de 2017 à 2021, arrive à ce poste avec plus de 28 années d’expérience dans les domaines de la paix et de la sécurité et des affaires internationales.

République centrafricaine

Hier, le Secrétaire général a fermement condamné l’attaque de lundi par la Garde présidentielle de la République centrafricaine, qui a fait 10 blessés parmi les Casques bleus égyptiens non armés, nouvellement déployés.

Il a appelé les autorités centrafricaines à ne ménager aucun effort pour enquêter et demander rapidement des comptes aux auteurs de cette attaque inacceptable.

Femme Officier de police de l’année

Cette année, le titre d’Officier de police de l’année de l’ONU a été décerné à la commissaire Sangya Malla, du Népal. Elle travaille actuellement dans la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

La commissaire Malla est la Chef de l’unité de la santé et de l’environnement de la police de la MONUSCO, qu’elle a contribué à mettre sur place.  L’unité est responsable de la mise en œuvre des politiques et procédures concernant la santé et le bien-être du personnel, ainsi que des initiatives environnementales de la police des Nations Unies.

Son travail a été particulièrement important dans le cadre de la riposte du pays à la pandémie de COVID-19, lors des épidémies d’Ebola passées, ainsi que lors de crises naturelles et humanitaires telles que l’éruption volcanique survenue à Goma en mai dernier.

La commissaire Malla recevra officiellement son prix le 9 novembre au cours d’une cérémonie virtuelle.

Journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé

On célèbre demain la Journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé.  Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) note que l’environnement reste souvent la victime non médiatisée de la guerre, avec des puits d’eau pollués, des cultures incendiées, des forêts abattues, des sols empoisonnés et des animaux tués pour obtenir un avantage militaire.

Le PNUE ajoute qu’au cours des 60 dernières années, au moins 40 % de tous les conflits internes ont été liés à l’exploitation des ressources naturelles, et que les conflits impliquant des ressources naturelles se sont également révélés deux fois plus susceptibles de rechuter.

Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis

C‘est aujourd’hui la Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis.  Dans son message pour la Journée, le Secrétaire général appelle les pays, les organismes internationaux et la société civile à mieux comprendre la menace et à partager des approches novatrices pour réduire les risques.

Le Secrétaire général note que l’élévation du niveau de la mer causée par l’urgence climatique aggrave le pouvoir destructeur des tsunamis.  Il souligne que nous devons limiter le réchauffement à 1,5 degré par rapport aux moyennes préindustratives et investir à grande échelle dans la résilience des communautés côtières.

Le Secrétaire général souligne que la science et la coopération internationale, ainsi que la préparation et l’action rapide, doivent être au cœur de nos efforts pour sauver des vies des tsunamis et d’autres dangers.

Invité aujourd’hui

Invité aujourd’hui du Point de presse, Nicholas Koumjian, Chef du Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar, a présenté une mise à jour sur les travaux du mécanisme.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.