Imprimer
SG/SM/20338
13 octobre 2020

La pandémie de COVID-19 pourrait plonger 115 millions de personnes dans la pauvreté cette année, alors que le nombre de pauvres n’augmentait plus, prévient le Secrétaire général

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, célébrée le 17 octobre:

La pandémie de COVID-19 est un double fléau pour les plus pauvres du monde. 

D’une part, ce sont eux qui sont le plus exposés au virus et qui ont le moins accès à des soins de santé de qualité. 

D’autre part, des estimations récentes montrent que la pandémie pourrait faire basculer jusqu’à 115 millions de personnes dans la pauvreté cette année, alors que le nombre de pauvres n’avait plus augmenté depuis des décennies.  Les femmes sont les plus exposées car elles risquent davantage de perdre leur emploi et sont moins susceptibles de bénéficier d’une protection sociale. 

En ces temps extraordinaires, il faut des mesures extraordinaires pour lutter contre la pauvreté.  La pandémie exige une action collective forte.  Les gouvernements doivent accélérer la transformation économique en investissant dans une reprise verte et durable. 

Nous avons besoin d’une nouvelle génération de programmes d’aide sociale qui couvrent également les travailleurs du secteur informel.  Ce n’est qu’en unissant nos forces et en faisant cause commune que nous pourrons sortir de la situation créée par la pandémie. 

En cette Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, et tout au long de la pandémie de COVID-19 et au-delà, soyons solidaires des personnes qui vivent dans la pauvreté. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.