Imprimer
SG/SM/20291
29 septembre 2020

Le Secrétaire général invite à prendre des « mesures courageuses » pour réduire les pertes et le gaspillage de nourriture

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture, célébrée le 29 septembre:

La perte et le gaspillage de nourriture sont choquants au point de vue éthique.  Dans un monde où la nourriture est suffisamment abondante pour satisfaire les besoins de tous, en tous lieux, 690 millions de personnes continuent de souffrir de la faim et 3 milliards de personnes n’ont pas les moyens de s’alimenter sainement.

La perte et le gaspillage de nourriture entraînent également l’épuisement de ressources naturelles –eau, sols et sources d’énergie–, sans parler de leur coût en termes de main-d’œuvre humaine et de temps.  Ils aggravent les changements climatiques en raison de l’impact de l’agriculture sur les émissions de gaz à effet de serre.

L’inquiétude internationale à ce sujet transparaît dans l’objectif 2 de développement durable, qui nous engage à parvenir à la Faim « zéro », et l’objectif 12 de développement durable, qui nous invite à réduire de moitié le volume de nos déchets alimentaires et à réduire les pertes de produits alimentaires d’ici à 2030.  Bien que de nombreux pays prennent des mesures à ces fins, nous devons intensifier nos efforts.

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière la fragilité de nos systèmes alimentaires et aggravé les pertes et le gaspillage de nourriture dans de nombreux pays.  Face à cette situation, il nous faut trouver de nouvelles approches et de nouvelles solutions.

Nous célébrons cette première Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture alors que nous préparons le Sommet sur les systèmes alimentaires de 2021.

J’invite les pays à se fixer des buts conformes aux cibles associées à l’objectif 12 de développement durable en ce qui concerne la réduction des pertes et du gaspillage de nourriture, à mesurer leurs performances dans ce domaine et à prendre des mesures courageuses pour atteindre leurs buts.  Des mesures de politique générale portant sur ces questions devraient également être incluses dans les plans « climat » mis en œuvre au titre de l’Accord de Paris.

Un grand nombre d’entreprises devraient adopter une approche similaire.  Les particuliers ont, quant à eux, la possibilité d’être des consommateurs attentifs, de conserver leurs aliments de manière appropriée et de faire bon usage de leurs restes.

Travaillons ensemble à réduire les pertes et le gaspillage de nourriture au profit des populations et de la planète.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.