Print
SG/SM/20220
26 août 2020

La meilleure façon d’honorer les victimes des essais nucléaires est de proscrire ces opérations, cette relique d’un autre âge qui n’a pas sa place au XXIe siècle

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée internationale contre les essais nucléaires, célébrée le 29 août:

Célébrée chaque année depuis 2010 à l’occasion de l’anniversaire de la fermeture du site d’essai de Semeï au Kazakhstan, la Journée internationale contre les essais nucléaires prend un sens particulier cette année, car 2020 marque également les 75 ans du tout premier essai nucléaire, qui portait le nom de code Trinity et a été réalisé en juillet 1945 aux États-Unis. 

Depuis lors, plus de 2 000 essais nucléaires ont été effectués par au moins huit pays et ont eu des effets profonds, néfastes et durables sur l’environnement, la santé humaine et le développement économique de certaines des régions les plus fragiles au monde.  

En dépit de ces conséquences et bien que la communauté mondiale soit largement favorable à une interdiction juridiquement contraignante des essais nucléaires, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires n’est pas encore entré en vigueur.  J’exhorte de nouveau tous les États qui ne l’ont pas encore fait à le signer ou à le ratifier sans plus tarder.  

La menace nucléaire s’accentue une fois de plus.  L’interdiction complète des essais nucléaires constitue une étape essentielle à franchir si l’on veut empêcher l’amélioration qualitative et quantitative des armes nucléaires et parvenir au désarmement nucléaire. 

En cette journée internationale, nous rendons également hommage aux survivants des essais nucléaires et aux souffrances que ces personnes ont endurées et que notre monde continuera d’endurer pendant des décennies et même des générations.  La meilleure façon d’honorer les victimes des essais nucléaires est de proscrire ces opérations une fois pour toutes.  Les essais nucléaires sont une relique d’un autre âge et ne devraient pas avoir leur place au XXIe siècle. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.