Print
SG/SM/20030
1 avril 2020

Le Secrétaire général appuie la décision du Royaume-Uni de reporter la vingt-sixième Conférence des Parties à la Convention sur les changements climatiques (COP 26)

La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Le Secrétaire général appuie la décision du Royaume-Uni et du Bureau de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) de reporter la vingt-sixième Conférence des Parties à la Convention (COP 26), qui devait se tenir au mois de novembre à Glasgow.  Étant donné que des centaines de milliers de personnes tombent gravement malades et que beaucoup meurent de la COVID‑19, la nécessité de supprimer le virus et de préserver la vie est notre priorité absolue. 

Le Secrétaire général a déclaré que nous devons poursuivre nos efforts pour élever les ambitions et renforcer l’action sur les changements climatiques, surtout au moment où les pays prennent des mesures pour se remettre de cette crise.  La science du climat n’a pas changé, les émissions ont désormais atteint un niveau record et les impacts, qui se multiplient, aggraveront les problèmes socioéconomiques que cette crise va intensifier.  La crise de la COVID-19 renforce l’importance de la science et des faits pour informer les politiques et les décisions des gouvernements.  La science montre clairement que le comportement humain est en train de modifier la capacité du système terrestre de s’autoréguler et qu’il a un impact sur la vie et les moyens de subsistance, qu’il s’agisse de la santé ou de l’économie mondiale.  Cette crise humaine tragique montre également combien les pays, les sociétés et les économies sont vulnérables aux menaces existentielles.

Les pays doivent travailler pour protéger la santé des populations et la planète n’a jamais été aussi menacée.

La solidarité et une ambition plus grande sont plus que jamais nécessaires pour passer à une économie durable, résiliente et à faible émission de carbone qui limite le réchauffement de la planète à 1,5° C.

Le Secrétaire général continuera de travailler sans relâche avec le Premier Ministre, M. Boris Johnson, les États Membres, la société civile, les jeunes et le monde des affaires pour que nous sortions de cette crise mondiale, meilleurs et plus forts.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.