Print
SC/14237
30 juin 2020

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Nicolas de Rivière (France):

Le Conseil de sécurité a tenu, le 25 juin 2020, une visioconférence sur la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan et sur l’Afghanistan et entendu des exposés de la Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Afghanistan, Deborah Lyons, de la Directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Ghada Fathi Waly, et de la Présidente de la Commission afghane indépendante des droits de l’homme, Shaharzad Akbar.

Les membres du Conseil se sont dits conscients qu’une paix durable ne pouvait être instaurée qu’au moyen d’un processus de paix dirigé et contrôlé par les Afghans, ont réaffirmé l’importance du rôle que jouait l’Organisation des Nations Unies dans la promotion de la paix et de la stabilité en Afghanistan et ont salué les efforts faits par tous les partenaires régionaux et internationaux du pays pour faciliter les négociations intra-afghanes.

Les membres du Conseil se sont félicités des mesures prises jusqu’alors par le Gouvernement de la République islamique d’Afghanistan et les Taliban pour avancer vers l’ouverture de négociations intra-afghanes, notamment de la concrétisation partielle des engagements relatifs à la libération de prisonniers, mesure facilitée par les pourparlers directs tenus entre les parties. Ils ont demandé que les prisonniers restants soient libérés dans les jours suivants et que des efforts soient faits pour réduire la violence afin que les négociations intra-afghanes puissent démarrer dans les meilleurs délais.

Les membres du Conseil ont réaffirmé le ferme attachement du Conseil à la souveraineté, à l’indépendance, à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale de l’Afghanistan. Ils se sont félicités de l’accord politique conclu entre le Président, Ashraf Ghani, et Abdullah Abdullah, et ont exprimé l’espoir que cette entente ouvrirait rapidement la voie à des négociations intra-afghanes.

Les membres du Conseil ont appelé à la tenue de négociations de paix constructives, largement représentatives et associant les femmes et les jeunes. Ils ont également souligné que les avancées économiques, sociales et politiques et les progrès en matière de développement accomplis au cours des 19 années précédentes, notamment sur le plan des droits humains, en particulier les droits des femmes, des enfants et des minorités, devaient être protégés et mis à profit.

Les membres du Conseil ont exprimé leur inquiétude face à la montée récente de la violence, qui continuait de coûter la vie à des civils innocents, dont des femmes et des enfants.  Ils ont souligné que toute attaque visant des civils et des hôpitaux, ainsi que du personnel et des installations humanitaires et sanitaires, était inacceptable et que les auteurs devaient être amenés à répondre de leurs actes, et ont rappelé que toutes les parties devaient respecter les obligations que leur imposait le droit international humanitaire.  Ils ont condamné fermement le meurtre de deux employés de la Commission afghane indépendante des droits de l’homme commis le 27 juin à Kaboul et demandé que les responsables soient traduits en justice. Ils ont également rappelé la résolution 2513 (2020).

Les membres du Conseil se sont dits vivement préoccupés par la présence de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et d’autres groupes terroristes internationaux en Afghanistan, condamné les récents attentats barbares et lâches commis par l’État islamique d’Iraq et du Levant-Khorassan (ISIL-K), qui avaient fait de nombreuses victimes, et exhorté toutes les parties en Afghanistan à prendre des mesures énergiques contre Al-Qaida, l’EIIL-K et les autres groupes terroristes internationaux. Ils ont réaffirmé que le sol de l’Afghanistan ne devait pas être utilisé à des fins terroristes pour menacer la sécurité d’autres pays.

Les membres du Conseil ont exprimé leur préoccupation face à la nette augmentation de la culture, de la production, du commerce et du trafic de drogues illicites en Afghanistan, qui continuait de menacer la paix et la stabilité dans la région et au-delà, ont demandé aux États de renforcer la coopération internationale et régionale pour lutter contre cette menace et se sont dits conscients de l’importance du rôle joué par l’ONUDC à cet égard.

Les membres du Conseil ont réaffirmé l’importance de l’appel lancé par le Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu global en Afghanistan, soulignant que la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) avait un impact dévastateur dans le pays et que le soutien de toutes les parties afghanes et de la communauté internationale était nécessaire pour faire face aux conséquences de la pandémie à court et à long termes, notamment en garantissant un accès sûr et sans entrave aux services médicaux et à l’aide humanitaire.

Les membres du Conseil ont salué les efforts faits par les organisations et partenaires régionaux et internationaux pour promouvoir la connectivité régionale, le développement et la reconstruction en Afghanistan, éléments essentiels pour assurer la stabilité et le développement économique du pays.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.