Imprimer
ECOSOC/7028-CCP/137
19 novembre 2020
Commission de consolidation de la paix, Réunion virtuelle conjointe – matin

Face aux répercussions de la COVID-19, une coopération étroite entre ECOSOC et CCP est impérative pour garder le cap du développement durable et de la paix

Ce matin, le Conseil économique et social (ECOSOC) et la Commission de consolidation de la paix (CCP) ont tenu une réunion virtuelle conjointe pour faire mieux prendre conscience de l’impact de la pandémie sur le développement socioéconomique et la consolidation de la paix, et surtout pour identifier les opportunités d’action coordonnée dans le relèvement post-COVID.  Les délégations ont été d’accord pour dire que, face à l’ampleur du défi, une collaboration renforcée est nécessaire entre toutes les agences des Nations Unies, et en particulier entre l’ECOSOC et la CCP.

Comme l’ont souligné tour à tour le Président de l’ECOSOC, M. Munir Akram, celui de la CCP, M. David Rae, et la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohamed, les défis de la pandémie ont mis en exergue comme jamais auparavant l’impératif d’une collaboration renforcée entre l’ECOSOC et la CCP dans la réalisation commune d’un développement inclusif et durable, soutenu par un financement adéquat et prévisible, comme meilleur outil de prévention.  Aux États Membres, Mme Mohamed a demandé un soutien financier constant, cela « alors que nous entrons dans la décennie d’action en faveur des objectifs de développement durable ».

Reconstruire en mieux après la pandémie et remettre les économies sur les rails des objectifs de développement durable ne sera pas une tâche facile, a mis en garde le Président de l’ECOSOC, compte tenu de l’énorme fardeau socioéconomique que cela représente.  Il a évoqué la faim, la malnutrition et les pertes d’emplois, même dans le secteur informel, qui font tomber de nombreuses personnes dans la pauvreté extrême.  Tout cela compromet la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), en particulier dans les pays touchés par un conflit, mais M. Akram y a vu toutefois l’opportunité d’introduire les changements transformationnels nécessaires pour réaliser le Programme 2030 et les ODD.  À cet égard, il a souligné l’impératif de l’allégement et de la restructuration de la dette des pays en développement, pour qu’ils puissent se relever et étendre les services de santé et de protection sociale à toute la population.

Le représentant du Fonds monétaire international (FMI) lui a répondu que les institutions financières internationales, comme le FMI et la Banque mondiale, avaient déjà répondu présent.  En effet, le Fonds a d’ores et déjà doublé l’accès à ses facilités de prêt d’urgence et soutenu, jusqu’à présent, plus de 80 pays en déployant un mécanisme de financement d’urgence.  Le FMI a également approuvé l’allégement immédiat de la dette de 29 de ses membres les plus pauvres, dont 21 États fragiles.  De plus, en collaboration avec la Banque mondiale, « nous avons soutenu l’Initiative de suspension du service de la dette du G20, qui vise à libérer des ressources vitales pour les pays pauvres afin de les aider à faire face à la pandémie », a encore indiqué M. Robert Powell.

Les conséquences de la pandémie risquent également de se faire sentir dans les pays en conflit ou en phase de consolidation de la paix, ont relevé les participants à la réunion.  Le Président de la CCP a remarqué à cet égard que la pandémie avait mis à nu la fragilité des réussites de l’ONU en matière de consolidation de la paix: même après des décennies de soutien international en faveur de la paix, il suffirait d’un ou deux chocs pour faire sombrer à nouveau de nombreux pays dans une crise profonde.  Les risques sont réels: plusieurs États dans lesquels la CCP est engagée risquent de voir des contractions à deux chiffres de la croissance économique.  Dès lors, M. Rae a appelé à placer les moyens de subsistance, la sécurité économique des citoyens et le développement économique inclusif au cœur de la consolidation de la paix.  Le Président de la CCP a espéré pouvoir compter sur un soutien renouvelé du Fonds pour la consolidation de la paix, arguant qu’« une stratégie sans ressources est une hallucination ».

Abondant dans ce sens, la défenseure des objectifs de développement durable et Coprésidente du Forum international des peuples autochtones sur les changements climatiques, Mme Hindou Ibrahim, forte de l’expérience du peuple du Sahel, a demandé des plans d’investissement orientés vers les zones rurales, en particulier dans les systèmes de santé ruraux et les systèmes de production alimentaire durables.  La défenseure des objectifs de développement durable a soumis l’idée d’un nouveau paradigme qui aille au-delà de l’approche classique de l’aide humanitaire et invité à lancer un « Green new deal africain ».

Le Directeur adjoint des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, M. Ahmed Ogwell, a d’ailleurs vanté les bienfaits d’une action concertée au niveau du continent africain où les États ont fait preuve d’une coordination sans précédent en se réunissant 12 fois depuis l’émergence de la pandémie et en adoptant, à l’Union africaine, une stratégie continentale.

Au-delà du niveau régional, c’est la coopération Sud-Sud et la coopération triangulaire qui peuvent aider à sortir de la crise, a assuré la Présidente du Comité de haut niveau pour la coopération Sud-Sud, Mme María del Carmen Squeff, qui a livré un véritable plaidoyer en faveur de ces formes de coopération pour faire face aux conséquences socioéconomiques de la pandémie.  Ainsi a-t-elle expliqué qu’en faisant valoir le respect des principes de solidarité, d’échanges de bonnes pratiques et d’appropriation nationale dans ses activités de toujours, cette coopération pouvait être un modèle pour accélérer le relèvement des pays les plus touchés par la crise sanitaire.  Rappelant que le Secrétaire général avait exhorté les hauts fonctionnaires à apporter leur plein soutien à ces coopérations dans les contextes de relèvement et de consolidation de la paix, elle a préconisé l’élaboration de plans d’urgence sanitaires et économiques en phase avec les stratégies nationales de développement.

Parmi les autres intervenants, la Présidente du Conseil de sécurité, Mme Inga Rhonda King, a confirmé la nécessité d’une action « concertée, solidaire et holistique » pour répondre à la crise, en particulier dans les pays touchés par les conflits.  Une vingtaine d’États Membres ont ensuite participé à une table ronde et un débat interactif sur le thème « Encourager la solidarité mondiale et les réponses tenant compte des risques de conflit face à la pandémie de COVID-19 et à son impact socioéconomique ».

RÉUNION CONJOINTE SUR LE THÈME « ENCOURAGER LA SOLIDARITÉ MONDIALE ET LES RÉPONSES TENANT COMPTE DES RISQUES DE CONFLIT FACE À LA PANDÉMIE DE COVID-19 ET À SON IMPACT SOCIOÉCONOMIQUE »

Déclarations liminaires

M. MUNIR AKRAM, Président du Conseil économique et social (ECOSOC), a ouvert la réunion conjointe de 2020 de l’ECOSOC et de la Commission de consolidation de la paix (CCP), qu’il coprésidait, sur le thème de la promotion de la solidarité mondiale et des ripostes sensibles aux conflits face à la pandémie de COVID-19 et à ses impacts socioéconomiques.  Il a mis l’accent sur l’impact de la pandémie sur le maintien de la paix et le développement durable.  Malheureusement, à l’approche de l’hiver dans l’hémisphère Nord, des nouvelles inquiétantes font état d’une résurgence de la pandémie, qui contrarie les efforts de contrôle de sa propagation, a-t-il dit.  Si certains pays ont pu tirer parti des leçons du VIH/sida et d’Ebola, le nombre actuel de personnes touchées dénote un énorme fardeau socioéconomique, a constaté le Président de l’ECOSOC.  Il a parlé à cet égard de la faim, de la malnutrition et des pertes d’emploi, même dans le secteur informel, qui font tomber de nombreuses personnes dans l’extrême pauvreté et qui compromettent la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

En plus de cela, la pandémie de COVID-19 a exacerbé les vulnérabilités et les inégalités dans tous les pays, y compris ceux qui sont touchés par un conflit, a poursuivi M. Akram, en s’inquiétant pour les plus vulnérables qui risquent d’être laissés loin derrière.  Il a placé le débat dans les contextes régionaux et internationaux dont il faut absolument tenir compte pour une riposte efficace à la COVID-19, selon lui.  Reconstruire mieux après la pandémie et remettre les économies sur les rails des objectifs de développement durable ne sera pas une tâche facile, a-t-il concédé, en y voyant toutefois une chance d’introduire les changements transformationnels nécessaires pour réaliser le Programme 2030 et les ODD.

En tant que Président de l’ECOSOC, il a appelé à une augmentation des financements nécessaires à la lutte et à la relève post-COVID-19.  C’est particulièrement crucial, selon lui, pour les pays touchés par un conflit et d’autres pays vulnérables, qui luttent avec leurs propres ressources pour la riposte à la pandémie et pour relever d’autres défis.  L’allégement et la restructuration de la dette restent essentiels pour soutenir les efforts des gouvernements pour se redresser et pour étendre les services de santé et la protection sociale à leur population.  Le Président a indiqué qu’il avait déjà exposé ces idées lors de la réunion du Conseil de sécurité le 3 novembre 2020 sur les facteurs contemporains de conflit et d’insécurité.  Cette réunion avait mis en évidence comment les pandémies telles que celle de la COVID-19, associées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et aux effets dramatiques des changements climatiques, continuent d’entraver la paix et la prospérité des communautés à travers les pays, et en particulier dans des régions telles que le Sahel.

C’est pourquoi, a-t-il conclu, l’ensemble du mécanisme intergouvernemental, y compris la CCP et les deux organes de la Charte représentés ici aujourd’hui, doivent s’unir pour apporter des solutions intégrées, durables et innovantes pour relever les défis multidimensionnels causés par la COVID-19, afin de maintenir la paix et de promouvoir le développement durable.

Le Président de la Commission de consolidation de la paix (CCP), M. BOB RAE, s’est félicité du rôle actif joué par la Commission pour répondre à la COVID-19.  Celle-ci a convoqué plus d’une douzaine de réunions virtuelles au niveau des ambassadeurs depuis le début de la pandémie.  Beaucoup d’entre eux se sont explicitement concentrés sur l’impact de la pandémie sur les capacités des gouvernements et de leurs partenaires à respecter les priorités nationales de consolidation de la paix.

Faisant quelques observations basées sur ces discussions, M. Rae a souligné que, dans la plupart des pays et régions où la CCP est engagée, la pandémie a accentué les inégalités socioéconomiques et politiques préexistantes, détruit des vies ainsi que des moyens de subsistance et la cohésion sociale.  La confiance en la capacité des institutions de gouvernance s’est érodée, tandis que l’instabilité et les déplacements se sont accrus.  Plusieurs pays engagés avec la CCP ont par exemple été confrontés à des difficultés pour financer et organiser des élections planifiées, qui sont pourtant essentielles à la mise en œuvre des processus de paix.  De plus, a-t-il poursuivi, la violence à l’égard des femmes a augmenté à un rythme si alarmant qu’elle a été appelée la « pandémie de l’ombre ».  La pandémie a mis à nu le fait que les réussites de l’ONU en matière de consolidation de la paix sont souvent plus fragiles qu’on ne voudrait l’admettre, a-t-il reconnu.

Même après des décennies de soutien international à la consolidation de la paix, pour de nombreux pays il ne suffirait que d’un ou deux chocs pour sombrer à nouveau dans une crise profonde, a-t-il mis en garde.  Plusieurs pays dans lesquels la CCP est engagée risquent de voir des contractions à deux chiffres de la croissance économique, et les petites et moyennes entreprises, qui emploient 90% de la main-d’œuvre en Afrique, ont subi de graves conséquences, a-t-il prévenu.  Cela nous oblige à repenser fondamentalement nos approches, a-t-il dit, en recommandant de placer au cœur de la consolidation de la paix, les moyens de subsistance, la sécurité économique pour les citoyens et le développement économique inclusif.  Il est important, à son avis, que les réponses du gouvernement à l’impact socioéconomique de la pandémie et l’aide internationale n’exacerbent pas les inégalités et la division sociale existantes.  Les ripostes doivent accorder une attention urgente aux moyens de subsistance et au développement économique inclusif, et empêcher l’inversion des acquis de la consolidation de la paix, a-t-il insisté.  Pour le Président de la CCP, la crise traverse les silos traditionnels de l’ONU et nécessite une réponse mondiale véritablement intégrée et multisectorielle.

Le succès des interventions de la CCP pour atténuer les impacts de la COVID-19 et mieux reconstruire dépendra de la façon dont elles s’attaquent aux causes profondes des conflits dans le cadre d’une réponse multidimensionnelle, humanitaire et de développement, centrée sur les personnes.  Cela doit s’inscrire dans le cadre des objectifs de développement durable, a précisé M. Rae, en indiquant que cela avait été une considération importante dans l’examen 2020 de l’architecture de consolidation de la paix.  Il a espéré que cela se refléterait dans l’examen quadriennal complet actuellement en cours.

En tant que plateforme flexible et axée sur la demande, la CCP s’est engagée directement, avec un large éventail de parties prenantes sur le terrain représentant les gouvernements nationaux, les organisations régionales et sous-régionales, la société civile, y compris les femmes et les jeunes artisans de la paix, le secteur privé et les institutions financières internationales.  La CCP a également offert sa plateforme et ses conseils sur des questions intersectorielles susceptibles d’avoir un impact sur la paix et la sécurité, telles que les changements climatiques, la dégradation de l’environnement, la migration, le renforcement des institutions ainsi que le développement et les problèmes économiques, a poursuivi M. Rae.  Il a souligné que ces efforts sont particulièrement pertinents pour l’ECOSOC, compte tenu de son rôle en tant qu’organe principal de coordination, d’examen des politiques et de dialogue politique pour la réalisation des objectifs de développement durable.  En particulier, même avant la pandémie, la CCP avait plaidé pour un financement suffisant pour soutenir les initiatives nationales qui s’attaquent aux causes profondes et aux facteurs de conflit afin de maintenir la paix et le développement à long terme.  L’impact de la COVID-19 n’a fait qu’exacerber les risques de fragilité dans le monde et créer des pressions supplémentaires sur les ressources déjà rares de consolidation de la paix.  La demande dépasse l’offre de financement, a concédé le Président de la Commission pour lequel « une stratégie sans ressources est une hallucination ».  Il y a un besoin urgent de soutien financier proportionné, a-t-il martelé, réclamant notamment un soutien accru au Fonds pour la consolidation de la paix du Secrétaire général.

La CCP a également œuvré à renforcer l’engagement avec le système de développement et les partenariats avec les institutions financières internationales.  La crise déclenchée par la pandémie, avec son énorme coût humain, a renforcé la nécessité d’une solidarité mondiale pour faire face à la crise sanitaire et humanitaire actuelle et construire une paix et un développement durables, a fait valoir M. Rae, ajoutant que cela avait également confirmé la nécessité d’une collaboration renforcée entre l’ECOSOC et la CCP en vue de soutenir une riposte et un relèvement mondiaux forts, qui garantissent que les pays touchés par un conflit ne soient pas laissés pour compte.

Mme INGA RHONDA KING, Présidente du Conseil de sécurité, a dit que la pandémie de COVID-19 était la crise la plus complexe que nous ayons connue depuis la Seconde Guerre mondiale et que nous n’arriverions pas à y faire face sans l’inclusivité des travaux des différents organismes des Nations Unies.  Elle a appelé à une action concertée, solidaire et holistique pour répondre à cette crise, en particulier dans les pays touchés par les conflits.  Dans ce contexte, elle a souligné le rôle crucial que joue la CCP pour répondre aux défis de la consolidation de la paix aux niveaux régional et national.  S’agissant de l’ECOSOC, elle a mis l’accent sur son rôle vital pour faciliter la réalisation des objectifs de développement durable.  Pour sa part le Conseil de sécurité a organisé un certain nombre de manifestations pour relever les différents défis sécuritaires entraînés par cette pandémie et mener des actions de plaidoyer en faveur d’approches intégrées de prévention et de consolidation de la paix.  « Plus que jamais, il faut une approche globale et collective pour un monde de paix », a-t-elle conclu, après avoir rappelé la pertinence de la résolution 2532 (2020) du Conseil de sécurité appelant à une cessation immédiate des conflits partout dans le monde.

Mme AMINA MOHAMMED, Vice-Secrétaire générale de l’ONU, a rappelé qu’alors que les États Membres négocient des résolutions sur le prochain examen quadriennal complet des activités opérationnelles de développement du système des Nations Unies et sur l’examen de l’architecture de consolidation de la paix en 2020, l’examen de 2016 et les deux résolutions adoptées cette année-là sur la consolidation de la paix et le maintien de la paix, avaient « conduit à une plus grande cohérence entre nos actions de développement, d’aide humanitaire et de consolidation de la paix, et à des partenariats renforcés ».

Fort de cette nouvelle génération de cadres de coopération, le système des Nations Unies est mieux équipé pour obtenir des résultats durables dans des contextes où les efforts de développement et de paix sont intégrés, a-t-elle ajouté, avant d’admettre que beaucoup reste à faire.  Selon elle, l’examen 2020 doit ainsi être l’occasion de définir précisément en quoi et comment le système des Nations Unies pour le développement peut donner un coup d’accélérateur à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).  Notant ensuite que la pandémie de COVID-19 a exacerbé les pressions économiques, sanitaires et sociétales, accentuant la fragilité des communautés et les risques de conflits, elle a jugé impératif d’intensifier la collaboration plus forte entre l’ECOSOC, la CCP et leurs partenaires communs.

Aujourd’hui, la relation entre l’ECOSOC et la CCP est plus cruciale que jamais, les deux institutions ayant des rôles interconnectés à jouer, a-t-elle dit.  Mme Mohammed a proposé trois axes d’amélioration en ce sens.  Tout d’abord, la CCP doit mieux concilier les besoins humanitaires et de stabilisation à court terme, avec les processus de consolidation de la paix et de développement à long terme, l’ECOSOC, dans ce cadre, devant accompagner jusqu’à leur achèvement les travaux qu’entreprend la Commission.  Ensuite, les deux instances devraient être étroitement impliquées dans les travaux de transition « afin d’assurer des partenariats pertinents et une vision d’une approche à long terme de la paix et du développement ».  « Le travail de l’ECOSOC sur Haïti pourrait servir d’exemple de meilleures pratiques », a-t-elle indiqué à cet égard.  Enfin, elle a souligné que les liens unissant l’ECOSOC et la CCP doivent figurer en bonne place et de manière claire dans les différents documents de planification et les rapports, y compris les examens nationaux volontaires des États Membres.

Le Secrétaire général a reconnu que le développement durable équitable était l’outil de prévention le plus efficace, a poursuivi la Vice-Secrétaire générale, qui a rappelé la mise en place de divers instruments de financement pour concrétiser cet effort commun.  Aux États Membres, elle a demandé un soutien constant pour que ces instruments « essentiels » soient dotés de ressources suffisantes, cela « alors que nous entrons dans la décennie d’action en faveur des objectifs de développement durable ».  « Saisissons l’occasion d’accroître la collaboration entre les acteurs humanitaires, du développement et de la paix, à tous les niveaux, pour ne laisser personne sur le bord du chemin », a conclu la Vice-Secrétaire générale.

Table ronde

Mme MARÍA DEL CARMEN SQUEFF, Présidente du Comité de haut niveau pour la coopération Sud-Sud, a livré un véritable plaidoyer en faveur de la coopération Sud-Sud et triangulaire pour faire face aux conséquences socioéconomiques de la pandémie de COVID-19.  Ainsi a-t-elle expliqué qu’en faisant valoir le respect des principes de solidarité, d’échange de bonnes pratiques et d’appropriation nationale dans ses activités de toujours, cette coopération pouvait être un modèle pour accélérer le relèvement des pays les plus touchés par la crise sanitaire.  Rappelant que le Secrétaire général avait exhorté les hauts fonctionnaires à apporter leur plein soutien à la coopération Sud-Sud et triangulaire dans les contextes de relèvement et de consolidation de la paix, elle a préconisé l’élaboration de plans d’urgence sanitaires et économiques en phase avec les stratégies nationales de développement.

Mme Squeff a également souligné l’importance d’intégrer les dimensions genre et diversité à ces processus de consolidation et maintien de la paix, et de relèvement, des pays impactés par la COVID-19.  « Sachez que ces pays sont preneurs de ces démarches et approches, ce dont témoigne la quarantaine de séminaires que nous avons organisés depuis le mois d’avril », a-t-elle fait savoir, ajoutant que les résultats de ces échanges conduits à l’échelle Sud-Sud formaient un véritable corpus pouvant être utilisé par les États Membres comme une feuille de route pour les années à venir.  Elle a informé les participants à la réunion que les comptes rendus de ces ateliers étaient accessibles sur le site Web du Comité.

M. AHMED OGWELL, Directeur adjoint des Centres africains de prévention et de contrôle des maladies, a indiqué que le continent africain totalisait jusqu’à présent deux millions de cas de COVID-19 pour 48 000 morts, soit un taux de mortalité de 2,4%.  « Nous avons tiré les leçons de notre lutte contre Ebola en Afrique de l’Ouest et en République démocratique du Congo (RDC) pour mieux nous préparer à faire face à cette nouvelle pandémie de façon plus efficace. »  Il a indiqué que le continent africain avait fait preuve d’une coordination sans précédent des efforts des États Membres africains, ces derniers s’étant réunis 12 fois depuis l’émergence de la pandémie.  Il s’est félicité de l’adoption, au niveau de l’Union africaine, d’une stratégie continentale pour éviter des morts et réduire les perturbations sociales et économiques qu’entraîne la pandémie.  « Il faut que les individus soient autonomisés pour qu’ils puissent jouer leur rôle afin de limiter la transmission de ce virus », a-t-il conclu, avant de souligner aussi l’importance d’une riposte coordonnée pour rebâtir des sociétés africaines post-COVID plus fortes et plus résilientes.

M. ROBERT POWELL, Représentant spécial du Fonds monétaire international (FMI) auprès des Nations Unies, a concentré son intervention sur les moyens déployés par le FMI pour relever les défis économiques dans les pays fragiles et touchés par les conflits et la pandémie de COVID-19.  Après avoir indiqué que le Fonds prévoit pour cette année la plus forte baisse du PIB mondial depuis la Grande Dépression, il a relevé que des millions de personnes tombent dans l’extrême pauvreté, que des États, qui étaient déjà fragiles, ont été durement touchés par l’accumulation des chocs frappant les prix des produits de base.  Pour l’intervenant, dans le contexte de crise sanitaire globale, les effets d’un manque relatif d’outils numériques et de possibilités de travail à distance se font cruellement sentir, les femmes et les jeunes étant particulièrement frappés par l’explosion des taux de chômage partout dans le monde.  Il a estimé que la perturbation économique de la pandémie est telle qu’elle nécessite une réponse financière massive pour soutenir les dépenses sanitaires et sociales essentielles pour contrer l’impact de la pandémie sur le quotidien des populations.

Le Directeur général du FMI l’a dit très clairement: les pays doivent dépenser ce qui est nécessaire pour protéger leurs concitoyens.  Dans ce cadre, il a expliqué que le Fonds avait doublé l’accès à ses facilités de prêt d’urgence et apporté jusqu’à présent un soutien à plus de 80 pays en déployant un mécanisme de financement d’urgence.  Nous avons également approuvé l’allégement immédiat de la dette de 29 de nos membres les plus pauvres, dont 21 États fragiles, a-t-il aussi signalé, citant l’Afghanistan, le Tchad, Djibouti, Haïti, le Libéria, le Mali, Madagascar, les Îles Salomon, le Tadjikistan et le Yémen.

M. Powell a ensuite indiqué qu’en collaboration avec la Banque mondiale, le FMI avait soutenu l’Initiative de suspension du service de la dette du G20, qui vise à libérer des ressources vitales pour les pays pauvres afin de les aider à faire face à la pandémie.  « Nous travaillons en étroite collaboration avec les membres pour renforcer la transparence dans la gestion de la dette et pour nous assurer que les ressources libérées soient bien ciblées et correctement prises en compte. »  Après avoir noté que tous les pays fragiles sont couverts par le réseau mondial de 17 centres régionaux de développement des capacités du FMI, l’intervenant a déclaré que les équipes du FMI et des Nations Unies travaillent en étroite collaboration, cet engagement commun s’effectuant par l’intermédiaire des représentants résidents du FMI et des coordonnateurs résidents des Nations Unies, ainsi que du PNUD, du PAM, de l’UNICEF et de l’OMS.

« La pandémie a mis en exergue l’importance d’une forte collaboration entre toutes les agences des Nations Unies, en mettant l’accent sur nos forces et nos mandats relatifs », a conclu M. Powell, pour qui cette collaboration est essentielle pour pouvoir mieux avancer, d’une manière plus verte, plus intelligente et plus juste, alors que nous cherchons à aider les pays membres, en particulier ceux qui se trouvent dans des situations fragiles, à atteindre les objectifs de développement durable et mettre pleinement en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Mme HINDOU IBRAHIM, défenseure des objectifs de développement durable et Coprésidente du Forum international des peuples autochtones sur les changements climatiques, a constaté que la pandémie de COVID-19 survenait après des années difficiles pour le peuple sahélien qui souffre déjà des conflits et des effets des changements climatiques.  Elle a énuméré une série de conséquences concrètes, notamment sur le plan sanitaire sachant que le Sahel ne dispose pas de capacités médicales suffisantes pour y répondre.  Pour ce qui est de la crise économique, qui est la plus grande menace pour les communautés sahéliennes, elle a parlé de ses répercussions majeures sur l’insécurité alimentaire.  Le Tchad, son pays, a constaté une augmentation de 35% de l’insécurité alimentaire, a-t-elle indiqué à titre d’exemple.

Mme Ibrahim a également évoqué les conséquences sociales et économiques énormes pour les communautés marginalisées telles que les peuples autochtones et les femmes les plus pauvres, qui ont été terriblement affectées notamment par l’absence de produits hygiéniques, voire même d’eau, alors que beaucoup de jeunes filles sont tombées enceintes.  De plus, pour les peuples autochtones, la fermeture des frontières a été une terrible nouvelle, car ils ne peuvent pas faire leur migration annuelle pour « suivre la pluie » et leur bétail en souffre.  Mme Ibrahim a affirmé que la COVID-19 n’avait fait qu’exacerber les difficultés des communautés extrêmement vulnérables, en particulier dans les zones rurales.

Même si ces crises peuvent être de nature différente, la solution classique au Sahel a été jusque-là classique, à savoir humanitaire, a poursuivi Mme Ibrahim, pour qui, même si l’assistance humanitaire est nécessaire, il ne s’agit pas d’une solution durable.  Dès lors elle a demandé des plans d’investissement orientés vers les zones rurales qui hébergent environ 60% de la population et représentent jusqu’à 80% du PIB.  Il est temps d’arrêter de concentrer les financements sur les méga-infrastructures urbaines pour allouer des ressources également aux zones rurales, a-t-elle plaidé.  Elle a notamment préconisé d’investir dans les systèmes de santé au niveau rural.  « Si le seul médecin disponible se trouve à 100 kilomètres d’une localité, comment sera-t-il possible d’assurer la vaccination? »

Elle a également plaidé en faveur d’investissements dans des systèmes alimentaires durables, en vue de parvenir à une production alimentaire basée sur le respect des écosystèmes, car l’agriculture industrielle ne contribue pas à renforcer la résilience.  Pour la représentante des peuples autochtones, ces systèmes doivent tenir compte des connaissances traditionnelles de ces peuples.  En dernier lieu, elle a demandé que ces peuples et régions puissent avoir accès à l’énergie verte.  Les pays développés investissent des milliards dans les énergies renouvelables dans le cadre de leur plan de relance, a-t-elle remarqué.  « C’est bien, mais il faut que les pays africains et les partenaires donateurs fassent de même », a-t-elle recommandé.  Pour elle, ces trois piliers sont la clef d’un accord vert africain, un « Green new deal africain », qui doit pouvoir compter sur un large soutien, y compris de la part des dirigeants africains.

Dialogue interactif

Les délégations qui ont eu l’occasion d’intervenir, au cours de l’échange avec les orateurs, ont estimé que les défis de la pandémie soulignent plus que jamais l’impératif d’une collaboration renforcée entre l’ECOSOC et la CCP, mais aussi avec le Conseil de sécurité.  Elles ont mis l’accent sur la nécessaire réalisation commune d’un développement inclusif et durable, ancré dans la protection et la promotion des droits de l’homme, l’égalité des sexes et l’objectif de ne laisser personne de côté, et soutenu par un financement adéquat et prévisible.  Un tel développement serait la meilleure défense contre les conflits, ont fait valoir les intervenants.

Ils n’ont pas manqué de souligner que la pandémie de COVID-19 accentue les vulnérabilités et les inégalités dans les pays en développement comme dans les pays développés, et qu’elle expose les plus vulnérables au risque d’être laissés pour compte, en particulier ceux connaissant un conflit.  Mais cette crise offre aussi de précieuses opportunités de dialogue et de solutions pour une réponse multilatérale efficace et coordonnée, a-t-il été souligné.  Dans ce contexte, les délégations ont notamment salué les efforts d’adaptation de l’ECOSOC et de la CCP pour faire face à ce défi sanitaire.

Comme l’a dit l’Allemagne, la pandémie offre l’occasion aux Nations Unies de se réinventer pour surmonter les difficultés auxquelles nous faisons face, à condition de pouvoir combiner les différents points de vue et conjuguer les efforts de l’ECOSOC et de la CCP.  À cet égard, il a été rappelé la pertinence des résolutions jumelles adoptées par le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale en 2016, qui ont mis l’accent sur l’importance d’une démarche coordonnée et intégrée entre les trois piliers des Nations Unies.

En début de table ronde, la Suède s’est félicitée de la réforme lancée au sein des Nations Unies pour adapter les réponses aux nouvelles circonstances liées à la pandémie de COVID-19.  Illustrant son propos, elle a salué le lancement du fonds de riposte et de reconstruction des Nations Unies avec le soutien de tous les pays nordiques, qui a déjà consacré 64 millions de dollars pour soutenir 75 programmes dans 64 pays.

« Notre crainte est que la pandémie de COVID-19 fasse oublier les défis traditionnels auxquels sont confrontés les pays les plus fragiles et qui frappent en particulier les femmes, les enfants et les personnes qui ne disposent d’aucune protection sociale », a dit l’Union européenne (UE), avant d’insister sur l’importance du lien entre sécurité, développement et droits de l’homme.  L’UE a rappelé que sa priorité restait de « réconcilier peuple, planète et économie, dans le cadre d’un “Green Deal” ne laissant personne pour compte ».

La République de Corée a dit avoir participé au lancement du Groupe des Amis de la solidarité pour la sécurité sanitaire mondiale dont l’objectif est de garantir un accès juste et équitable aux vaccins considérés comme un bien public mondial.  L’Inde a venté son statut de « premier pays producteur de vaccins au monde » avant de préciser qu’elle apporte un soutien sanitaire à près de 100 pays en s’assurant que cette aide ne se traduise pas par un endettement des pays soutenus.

Si la Sierra Leone a appelé à soutenir les acteurs locaux afin de gagner en efficacité dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, la Thaïlande a estimé que des approches multipartenaires et inclusives sont essentielles pour offrir des opportunités économiques aux plus vulnérables.  Les deux pays ont exhorté les missions de maintien de la paix à poursuivre leur travail en accordant un soutien particulier aux efforts sanitaires des pays hôtes pour faire face à la pandémie.

Le Mexique a souhaité que la réunion d’aujourd’hui se traduise par un approfondissement de la collaboration entre la CCP, l’ECOSOC et le Conseil de sécurité pour garantir la bonne cohérence du système face à la pandémie et ses défis, et pour favoriser un multilatéralisme plus cohérent et plus intégré.  Un autre appel à la collaboration renforcée a été lancé par l’Égypte qui a regretté que la communauté internationale n’ait pas encore su garantir un financement adéquat et durable de la lutte contre la pandémie.

« La pandémie de COVID-19 est une occasion de réexaminer la priorité de l’affectation de nos moyens », a dit la représentante d’ElSalvador avant de remercier les Nations Unies d’avoir soutenu l’élaboration d’un plan salvadorien de relève après la pandémie.  Mettant l’accent sur l’importance d’un multilatéralisme renouvelé, El Salvador a salué la souplesse du Fonds pour la consolidation de la paix qui lui a permis à de compléter l’aide sanitaire déployée.  

Des discussions franches entre l’ECOSOC et la CCP ont aussi été jugées nécessaires par les Fidji pour qui cela peut aider à éviter que les petits États insulaires ne tombent dans une phase de grande fragilité en raison de la pandémie.  De son côté, la Suisse a estimé que la crise actuelle ne laisse planer aucun doute sur la nécessité d’adopter une approche holistique ainsi qu’une feuille de route commune pour parvenir à des sociétés plus résilientes et inclusives.

Le Guatemala a appelé à travailler de manière plus cohérente en s’appuyant sur des acquis comme ceux du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ou de la résolution 70/262 de l’Assemblée générale consacrée à l’Examen du dispositif de consolidation de la paix de l’Organisation des Nations Unies.  

Le Kenya a appelé à ne pas perdre de vue la lutte entamée de longue date contre les changements climatiques, laquelle implique la poursuite et l’accélération de la transformation des moyens de production.  Les efforts d’atténuation des conséquences néfastes du réchauffement de la planète doivent permettre en premier lieu que l’Afrique ne soit laissée pour compte, ce continent étant exposé plus que les autres à la multiplicité des défis environnementaux, économiques, sociaux et sanitaires, a-t-il aussi fait valoir.  

De son côté, la Colombie a souligné que les politiques pour la paix dans son pays avaient dû être adaptées à la pandémie de COVID-19, l’action à ces deux niveaux restant empreinte de solidarité et axée sur la protection de tous les citoyens.  Nos mesures sont holistiques pour soigner nos populations tout en nous efforçant de préserver l’emploi et l’activité économique, cela alors que la Colombie est toujours dans une phase de consolidation de la paix, a-t-elle expliqué.  Pour la Colombie, le financement de la consolidation de la paix doit être étroitement lié à celui du développement et la synergie entre acteurs nationaux, régionaux et internationaux doit avoir pour but de garantir que ce financement soit durable et prévisible.  La contribution de la CCP est exemplaire pour les pays comme le mien, a-t-elle encore indiqué.  

Le Japon, qui copréside la CCP, a abondé dans ce sens, en soulignant néanmoins que l’examen 2020 de l’architecture de consolidation de la paix en cours doit mettre l’accent tant sur les financements que sur la résilience.  L’argent ne peut pas tout, comme le montre le fait que les pays les plus riches sont peut-être les plus frappés par l’épidémie, a-t-il fait remarquer, jugeant essentiel le renforcement des capacités de résilience des institutions de paix, de cohésion sociale et de développement.  La CCP doit coopérer davantage avec l’ECOSOC sur ces deux aspects, financement et consolidation des institutions clefs, a-t-il insisté.  

Si le Brésil a estimé que cette crise relançait l’urgence de l’allégement de la dette des pays en développement, la Chine a dit qu’elle avait levé le voile sur les distorsions économiques qui existent entre les pays et au sein des pays.  Dans ce contexte, ce dernier pays a rejeté tout unilatéralisme, notamment dans le domaine des pratiques commerciales agricoles.

Inquiet du risque de récession et de perte de gains réalisés par les pays sortant de conflit en raison de la crise de la COVID-19, le Royaume-Uni a estimé que l’ECOSOC et la CCP gagneraient à orienter leur collaboration dans le sens du renforcement du secteur de la santé et de la sécurité alimentaire.  Enfin, il a estimé que les vulnérabilités engendrées par la crise de la COVID-19 imposaient de mettre fin aux mesures coercitives unilatérales.

C’est un « effort de solidarité massif » qu’il faut déployer face à cette crise, a conclu la France, en premier chef en direction des pays concernés par le maintien de la paix et la consolidation de la paix.  Mettant l’accent sur les priorités d’actions, la France a cité l’appui aux pays les plus fragiles; la nécessité de sauver le secteur privé; et l’urgence de préserver le climat et la biodiversité notamment dans les pays les plus vulnérables.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.