Imprimer
dbf201217
17 décembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 17 décembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général / Allemagne 

Le Secrétaire général est à Berlin, en Allemagne, où il prononcera un discours, demain, devant les membres du Bundestag.  Il a été invité à s’adresser au Bundestag à l’occasion du soixante-quinzième anniversaire de l’ONU. 

Aujourd’hui, il a rencontré le Ministre des affaires étrangères, M. Heiko Maas, avec qui il a discuté de la pandémie actuelle de COVID-19, de la crise climatique et de la nécessité du multilatéralisme pour résoudre ces défis mondiaux.  Les deux hommes ont également évoqué les situations en Libye, au Sahel, au Soudan et en Éthiopie. 

Suite à cette réunion, lors d’un point de presse conjoint avec le Ministre des affaires étrangères, le Secrétaire général a salué le dévouement et l’engagement dont M. Maas a fait preuve tout au long du mandat de l’Allemagne au Conseil de sécurité. 

Le Secrétaire général a également remercié l’Allemagne d’avoir accueilli la Conférence sur la Libye en début d’année et de ses efforts pour galvaniser l’appui de la communauté internationale envers le peuple libyen.

Au sujet de l’Éthiopie, le Secrétaire général a de nouveau souligné l’importance d’un accès sans entrave à l’aide humanitaire, ainsi que du rétablissement rapide de l’état de droit et d’un environnement sûr dans le plein respect des droits de l’homme. 

M. António Guterres a ajouté que le système de l’ONU est prêt à soutenir les initiatives menées par l’Éthiopie pour encourager un dialogue inclusif, la réconciliation et la reconstruction postconflit. 

Demain, le Secrétaire général rencontrera le Président fédéral, M. Frank-Walter Steinmeier, ainsi que la Chancelière allemande, Mme Angela Merkel.  Sa rencontre avec la Chancelière sera suivie d’un point de presse conjoint.

Secrétaire général / Japon

Ce matin, le Secrétaire général s’est également exprimé via un message vidéo préenregistré à la Conférence nationale du Japon pour la réalisation d’une société neutre en carbone d’ici à 2050. 

Soulignant l’engagement du Premier Ministre, M. Yoshihide Suga, et du peuple japonais à atteindre zéro émissions nettes d’ici à 2050, le Secrétaire général a déclaré qu’il pensait que le Japon disposait de tous les outils nécessaires pour y parvenir et devenir un leader mondial des technologies respectueuses du climat.  M. Guterres a dit que le Japon entre maintenant dans la phase critique de la mise en œuvre. 

Le Secrétaire général a exhorté le pays à définir des objectifs cohérents à moyen terme pour 2030 et à concevoir et mettre en œuvre des politiques conformes à son objectif à long terme.  Il a souligné qu’en travaillant ensemble, nous pouvons mettre fin à l’urgence climatique.

Éthiopie

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a annoncé une allocation de 35 millions de dollars pour l’eau, l’assainissement, les fournitures médicales et la protection des civils touchés par le conflit dans la région du Tigré. 

Les agences humanitaires indiquent que des milliers de personnes seraient déplacées dans la région et que des millions auraient un besoin urgent d’aide humanitaire au Tigré. 

Les fonds d’urgence pour l’Éthiopie aideront les établissements de santé à se procurer des médicaments, des gants et d’autres fournitures pour soigner les malades et les blessés.  Les fonds serviront également à fournir un soutien en matière de nutrition, et d’approvisionnement en eau potable et en abris. 

Plus de 50 000 personnes -dont près de la moitié sont des enfants- sont arrivées au Soudan depuis le début des troubles au Tigré en novembre.  Les fonds de l’ONU seront utilisés pour fournir des abris, des soins de santé et de l’eau potable aux populations réfugiées. 

M. Lowcock a souligné que les conflits comme celui-ci sont difficiles à arrêter une fois qu’ils deviennent incontrôlables.  Les vies qu’ils anéantissent ne peuvent plus être ravivées et les griefs qu’ils créent durent longtemps.  Il a appelé à un accès sans entrave immédiat pour les humanitaires.

Conseil de sécurité / Afghanistan

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu une réunion sur l’Afghanistan.  La Représentante spéciale du Secrétaire général et Chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), Mme Deborah Lyons, a informé les membres du Conseil par visioconférence des développements récents dans le pays et présenté le rapport du Secrétaire général en date du 9 décembre sur les activités de l’ONU en Afghanistan.

Mme Lyons a noté que depuis son dernier exposé, la République islamique d’Afghanistan et les Taliban ont fait des progrès graduels mais réels dans leurs pourparlers de paix.  Le 2 décembre, les deux parties ont annoncé qu’elles s’étaient accordées sur les « règles et procédures » pour les négociations.  Les deux parties ont ensuite formé un comité de travail pour discuter de l’ordre du jour, et les deux parties se sont présentées l’une à l’autre une liste initiale de sujets de discussion.  Elle a ajouté que ces développements sont un signe précoce mais positif que les deux parties sont disposées et capables de faire des compromis en cas de besoin. 

Le Représentant spécial a indiqué que plus tôt cette semaine, après 93 jours de pourparlers ininterrompus, les parties avaient convenu de prendre une pause de 20 jours.  L’espoir est que cela permettra aux deux parties de se regrouper, de se consulter en interne et en externe et de reprendre les négociations avec un engagement renouvelé.

Zimbabwe

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé aujourd’hui un appel pour lever 204 millions de dollars supplémentaires afin de soutenir plus de quatre millions des personnes les plus exposées à l’insécurité alimentaire au Zimbabwe au cours des six prochains mois. 

Le PAM indique que des millions de Zimbabwéens ont été dévastés par une année de sécheresse, une hyperinflation croissante et, bien sûr, la pandémie. 

Cet appel intervient avant la saison creuse qui risque de pousser quelque 6,9 millions de personnes dans la faim avant le pic de mars, ce qui représente près de la moitié de la population du Zimbabwe.  C’est ce qu’indiquent les données nationales les plus récentes.

Ce financement permettrait au PAM de fournir la quantité minimale d’aide alimentaire d’urgence aux 3,5 millions habitants des zones rurales et 550 000 citadins les plus vulnérables, et compléterait la réponse du Gouvernement zimbabwéen et d’autres partenaires.

Amérique centrale

Une enquête publiée aujourd’hui par le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et l’UNICEF indique que les menaces de mort, le recrutement par les gangs, l’extorsion et d’autres formes de violence ciblée poussent davantage de familles du nord de l’Amérique centrale à fuir leurs domiciles pour rechercher la sécurité dans d’autres pays.  Près de 20% des plus de 3 100 personnes interrogées qui migraient dans des unités familiales ont indiqué que la violence était la principale raison pour laquelle elles ont décidé de quitter leur communauté. 

Le HCR et l’UNICEF ont noté que ces résultats permettent d’expliquer la dynamique derrière l’augmentation alarmante de 456% d’unités familiales appréhendées l’année dernière le long de la frontière méridionale des États-Unis.  Ce nombre est passé de près de 77 800 familles en 2018 à plus de 432 000 en 2019. 

Le HCR et l’UNICEF signalent que pendant la pandémie de COVID-19, les restrictions strictes sur les déplacements et la fermeture des frontières ont limité les options pour les personnes cherchant à fuir le danger, en particulier dans les pays du nord de l’Amérique centrale.  Dans le même temps, de nombreuses formes de violence et de persécution se sont poursuivies et, dans certains cas, ont empiré pendant le confinement.

Fidji

Le cyclone tropical Yasa s’est abattu sur les Fidji aujourd’hui. 

Les autorités nationales ont déclaré l’état de catastrophe naturelle et un couvre-feu national est en vigueur jusqu’à demain.  Environ 73 000 personnes risquent d’être exposées à des dommages considérables causés par le vent. 

Le Coordonnateur résident de l’ONU aux Fidji a accepté de fournir une assistance coordonnée et systématique pour appuyer le Gouvernement qui dirige la riposte et le relèvement.  L’équipe humanitaire du Pacifique de l’ONU évalue les stocks disponibles aux Fidji et se coordonne avec les partenaires nationaux.

Coordonnateurs résidents

Les coordonnateurs résidents de l’ONU dans cinq régions ont organisé une session virtuelle avec les États Membres pour faire le point sur la riposte des équipes de l’ONU à la pandémie et l’appui accordé aux pays pour leur permettre de mieux se relever et d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD). 

Les coordonnateurs résidents ont souligné que la réforme du pilier du développement de l’ONU, qui entre bientôt dans sa troisième année, a contribué à accroître leur capacité à soutenir les autorités dans les domaines de la réponse sanitaire, humanitaire et socioéconomique et du relèvement. 

Dans toutes les régions, les coordonnateurs résidents ont souligné la manière dont la COVID-19 a rapproché l’ONU encore davantage pour accélérer le développement durable en mode d’urgence.

Tunisie

Dans une déclaration diffusée à l’occasion du dixième anniversaire de la révolution en Tunisie, le Coordonnateur résident dans ce pays, M. Arnaud Peral, a félicité le peuple et le Gouvernement tunisiens, ajoutant que les efforts visant à ancrer la transition démocratique de la Tunisie figurent plus que jamais au cœur du soutien apporté par l’ONU.  

Il a ajouté que le pays avait fait des efforts notables ces 10 dernières années pour réformer son cadre législatif, renforcer les capacités dans tous les secteurs de la vie économique, sociale, éducative et culturelle, et mettre en œuvre des programmes d’investissement et de développement.  L’ONU s’est efforcée de contribuer à ces progrès, a indiqué M. Peral dans sa déclaration. 

Alors que la pandémie apporte des défis supplémentaires à la Tunisie, le Coordonnateur résident a réitéré l’engagement de l’ONU à continuer de soutenir le pays sur la voie de la pleine réalisation d’une société pacifique, prospère, équitable et inclusive qui ne laisse personne de côté.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.