Imprimer
Dbf201208
8 décembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 8 décembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Éthiopie

L’ONU a pris connaissance des informations selon lesquelles un convoi de l’ONU a essuyé des tirs dans la province du Tigré.  Ce sont des informations alarmantes, et l’ONU s’engage au plus haut niveau avec le Gouvernement fédéral pour exprimer ses préoccupations et éviter de tels incidents à l’avenir.

Dans une déclaration publiée hier après-midi, le Secrétaire général s’est dit très préoccupé par la situation actuelle dans la région du Tigré.  Il s’est entretenu par téléphone avec un certain nombre de dirigeants régionaux, de représentants de l’ONU sur le terrain et, bien sûr, avec le Premier ministre de l’Éthiopie, M. Abiy Ahmed, avec qui il a parlé hier en début d’après-midi.

L’ONU continue de souligner fermement qu’il est essentiel que la fourniture de services publics soit rétablie et que l’accès humanitaire sans entrave soit garanti, entre autres.  L’ONU reste entièrement résolue à soutenir l’initiative de l’Union africaine et reste pleinement engagée à mobiliser la pleine capacité de l’ONU pour fournir un soutien humanitaire aux réfugiés, aux personnes déplacées et à toutes les populations en détresse.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) signale qu’une grave pénurie de nourriture, d’eau, de carburant et d’argent liquide dans la région du Tigré affecte gravement la population, y compris les travailleurs humanitaires.  Dans de nombreuses régions, les gens vivent maintenant depuis plus d’un mois sans électricité, sans eau courante, sans banque, ni moyens de communication.

L’OCHA a fait part de ses préoccupations concernant le manque de fournitures médicales essentielles, qui entrave la capacité des agents de santé à soutenir la population et perturbe les services essentiels, notamment pour les femmes enceintes ou qui accouchent.

À Afar, les résultats préliminaires des équipes de l’ONU qui effectuent des missions d’évaluation indiquent que les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène, ainsi que les fournitures médicales, font partie des priorités immédiates des personnes nouvellement déplacées ou affectées par le conflit.  Les pénuries d’électricité et de carburant ont contraint les établissements de santé à fermer, tandis que les télécommunications restent en panne dans les zones voisines de la province du Tigré.

Fonds central pour les interventions d’urgence

Ce matin, le Secrétaire général est intervenu lors de la Conférence de haut niveau d’annonces de contributions du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF).

Le Secrétaire général a déclaré que le CERF est unique, ajoutant qu’il était rapide et non bureaucratique.  Le CERF atteint également les urgences sous-financées qui sont tombées dans l’oubli ou qui n’ont jamais suscité d’intérêt.  En cette année comme aucune autre en raison de la pandémie qui aggrave les crises provoquées par les conflits et les changements climatiques, le Secrétaire général a qualifié le CERF de succès retentissant.  En 2020, il a octroyé plus de 820 millions de dollars pour financer une assistance vitale aux populations de 52 pays, ce qui représente le montant le plus élevé jamais alloué en une seule année.

En 2016, l’Assemblée générale a approuvé l’objectif de lever 1 milliard de dollars par an pour le Fonds.  Mais cette année, alors que le monde est confronté à sa pire crise humanitaire depuis de nombreuses décennies, le Secrétaire général a signalé que l’on n’est qu’à mi-chemin de cet objectif, avec 495 millions de dollars reçus.  Si tous les États Membres et partenaires allouent un petit pourcentage de leur financement humanitaire au CERF, cet objectif pourra être atteint, a-t-il affirmé.  Un investissement dans le CERF est un investissement dans l’humanité.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité s’est réuni par visioconférence au sujet de la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS).

La Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo, a noté que le Soudan se trouve dans une conjoncture critique, soulignant que le pays pouvait progresser de manière décisive dans sa transition, mais que le processus pouvait encore être déraillé par les nombreux défis auxquels il est confronté.  Elle a indiqué que la nouvelle Mission avait commencé à se déployer à Khartoum en octobre et poursuivait ses consultations avec les autorités de transition.

Alors que l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) se retire, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, a estimé que sa présence avait permis d’éviter une violence à grande échelle sur le terrain et dans l’environnement opérationnel difficile auquel elle était confrontée.  Il a déclaré qu’il était de la responsabilité des autorités de transition du Soudan et des parties à l’Accord de paix de Djouba, avec le soutien de la communauté internationale, de sauvegarder les acquis de l’histoire de la MINUAD.

Climat

Ce matin, le Secrétaire général s’est adressé, dans un message vidéo préenregistré, à la réunion de haut niveau Caring for Climate organisée par le Pacte mondial, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et les champions de haut niveau pour l’action climatique de l’ONU.

Il a déclaré qu’il était encourageant de voir comment les entreprises réagissent à la double crise de la pandémie et des changements climatiques.  Dans le cadre de l’initiative Business Ambition for 1.5, plus de 340 PDG sont en train d’aligner les objectifs d’émission de leur entreprise avec un avenir à 1,5 degré et l’objectif d’atteindre zéro émission nette bien avant 2050.  Le Secrétaire général a déclaré qu’il restait encore beaucoup à faire et a ajouté qu’il attendait avec impatience que d’autres engagements ambitieux soient annoncés samedi, lors du Sommet Ambition Climat.

Ghana

Le Secrétaire général suit de près les élections présidentielle et parlementaires au Ghana.  Il est encouragé par la manière pacifique dont se déroule le processus jusqu’à présent.  Il salue l’engagement des parties prenantes nationales à préserver le statut du Ghana en tant que phare de la démocratie dans la région en organisant des élections pacifiques, transparentes et crédibles. 

Le Secrétaire général est également encouragé par la signature, le 4 décembre, du pacte de paix par les deux principaux candidats à la présidence qui se sont engagés en faveur du déroulement pacifique des élections et à recourir à des moyens exclusivement pacifiques pour résoudre tout différend découlant du processus.

Liban

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) indique qu’un contingent qui fait partie de l’unité de Réserve d’intervention du commandement de la Force a distribué quelque 4 000 kits éducatifs à 30 écoles et commencé la rénovation nécessaire des bâtiments scolaires dans le sud du Liban.  Ces initiatives, ainsi que d’autres dons de fournitures scolaires à la demande des autorités locales, facilitent la continuité de l’éducation pendant la pandémie de COVID-19.

COVID-19/Moldova

L’équipe de l’ONU, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Simon Springett, appuie les efforts nationaux de lutte contre la pandémie en apportant une expertise technique, tout en fournissant des équipements pour le système de santé, y compris les travailleurs de première ligne.  L’effort a totalisé 12,8 millions de dollars, soutenu par plus de 16 pays donateurs.  L’équipe de l’ONU a également reprogrammé ses propres mesures pour faire face aux répercussions de la pandémie. 

L’ONU a livré plus d’un million de masques chirurgicaux, 500 millions de masques N95 avec respirateurs, près de 180 000 écrans corporels, près de 1 000 thermomètres et plus de 50 ventilateurs, entre autres.  Ces articles ont été distribués aux autorités pour être utilisés dans les prisons, aux postes-frontières, ainsi que dans les écoles, les abris et les ONG qui aident les groupes vulnérables. 

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a fourni des équipements de protection individuelle à un réseau de plus de 40 centres de santé adaptés aux jeunes dans tout le pays.  L’ONU, avec ses partenaires, dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF, GAVI et le Groupe de la Banque mondiale, aide également le Gouvernement à entreprendre l’outil d’évaluation de la préparation aux vaccins.

COVID-19/Éducation

L’UNICEF a averti aujourd’hui que le nombre d’écoliers touchés par les fermetures d’écoles liées à la COVID-19 avait bondi de 38% en novembre.  Selon l’UNICEF, cela exerce une pression considérable sur les progrès d’apprentissage et le bien-être de 90 millions d’étudiants supplémentaires dans le monde.  En revanche, en octobre, trois fois moins d’écoliers étaient touchés par les fermetures d’écoles. 

L’UNICEF souligne que lorsque les écoles ferment, les enfants risquent de perdre leur apprentissage, leur système de soutien, leur nourriture et leur sécurité, les enfants les plus marginalisés payant le plus lourd tribut.

Tabac

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé aujourd’hui une campagne mondiale d’un an pour la Journée mondiale sans tabac 2021 qui a pour thème « S’engager à arrêter ».  Pour marquer le début de la campagne, l’OMS a publié un nouveau défi pour arrêter de fumer sur WhatsApp, ainsi qu’une publication intitulée « Plus de 100 raisons d’arrêter de fumer ». 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.