Imprimer
Dbf201202
2 décembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 2 décembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général/Climat

Ce matin, le Secrétaire général a pris la parole au Forum des dirigeants du monde de l’Université Columbia sur les changements climatiques.  Selon lui, la leçon à tirer de 2020, c’est la nécessité de transformer la relation de l’humanité avec la nature et les rapports des humains entre eux, soulignant que nous devons avancer ensemble.

« La solidarité, c’est la survie », a-t-il déclaré, réitérant son appel à tous les pays pour qu’ils mettent en œuvre des plans afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.  Le Secrétaire général a déclaré que la pandémie de COVID-19 et la crise climatique nous avaient conduits à un seuil, estimant que nous avons les solutions nécessaires pour faire de 2021 l’année de la neutralité carbone.

Rapports sur les changements climatiques

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a rendu aujourd’hui public un rapport sur les écarts de production, dans lequel est indiqué que les gouvernements doivent réduire la production de combustibles fossiles d’environ 6 % par an d’ici à 2030 pour limiter un réchauffement catastrophique. 

Le rapport mesure les disparités dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris et la production prévue de charbon, de pétrole et de gaz par les pays.  Il indique que le « déficit de production » reste important, les pays prévoyant de produire plus du double de la quantité de combustibles fossiles en 2030 que ce qui serait compatible avec une limite de la hausse de température de 1,5°C.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a également rendu public aujourd’hui son rapport sur l’état du climat, qui indique que 2020 est en passe de devenir l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.  Le réchauffement océanique bat des records et plus de 80% des océans ont subi une vague de chaleur en 2020.  Cette situation a de graves répercussions sur les écosystèmes marins, qui souffrent déjà de l’acidification des eaux due à l’absorption du dioxyde de carbone.

Secrétaire général/Liban

Dans un message vidéo préenregistré, le Secrétaire général est intervenu à la Conférence internationale de soutien au peuple libanais.

Quatre mois après l’explosion du 4 août à Beyrouth, M. Guterres a remercié la communauté internationale de son soutien et son expertise technique au Liban.  Mais il a également prévenu que la pandémie est un autre facteur aggravant une situation économique déjà fragile.

La pauvreté est en hausse et le peuple libanais attend la formation d’un nouveau gouvernement capable de mettre en œuvre les réformes nécessaires.  Le nouveau « cadre de réforme, de relèvement et de reconstruction », élaboré conjointement par la Banque mondiale, l’Union européenne et les Nations Unies, est conçu pour aider le peuple libanais à sortir de la phase d’urgence et le mettre sur la voie du relèvement et de la reconstruction à plus long terme.

Alors que commence la mise en œuvre du cadre, le Secrétaire général a appelé à un engagement continu des parties prenantes non gouvernementales et à faire entendre les voix des populations, ainsi qu’à un soutien accru pour les besoins urgents des familles et des entreprises.

Éthiopie

En Éthiopie, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que l’ONU et le Gouvernement fédéral d’Éthiopie ont signé un accord pour permettre un accès sans entrave, durable et sécurisé du personnel et des opérations humanitaires dans les zones sous contrôle du Gouvernement fédéral au Tigré et dans les régions limitrophes d’Amhara et d’Afar. 

L’ONU et ses partenaires humanitaires sur le terrain s’engagent auprès du Gouvernement fédéral et de toutes les parties au conflit pour garantir que l’action humanitaire dans les régions du Tigré, d’Amhara et d’Afar soit axée sur les besoins et menée conformément aux principes d’humanité, d’impartialité, d’indépendance et de neutralité.  

Cela suppose de veiller à ce que les personnes touchées par le conflit bénéficient d’une assistance sans distinction aucune autre que l’urgence de leur situation. 

Aujourd’hui, une mission d’évaluation et d’intervention est en cours à Afar, dans les zones limitrophes du Tigré, pour venir en aide aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays par le conflit.

Libye

La Représentante spéciale par intérim pour la Libye, Mme Stephanie Williams, a pris la parole aujourd’hui lors d’une session par visioconférence du Forum de dialogue politique libyen.  Elle a averti les délégués libyens que le temps ne joue pas en leur faveur et que l’inaction et l’obstruction ont un coût direct. 

Selon elle, il y a maintenant 20 000 forces étrangères ou mercenaires dans le pays, une situation qui constitue pour la Représentante spéciale une violation choquante de la souveraineté libyenne : « Vous pourriez croire que ces étrangers sont ici en tant qu’invités, mais ils occupent maintenant votre maison », a-t-elle déclaré.

Mme Williams a ajouté que le mois prochain, environ 1,3 million de Libyens auront besoin d’une aide humanitaire.

Elle a rappelé aux délégués qu’ils avaient fait un long chemin à Tunis et fixé la date des élections.  La meilleure façon de faire face à la crise de gouvernance en Libye, a-t-elle dit, est d’unifier les institutions du pays et la Banque centrale, qui doit se réunir pour résoudre immédiatement la crise des taux de change.

Nigéria

Au Nigéria, le Secrétaire général avait vigoureusement condamné dimanche une attaque horrible commise contre des ouvriers agricoles ce week-end à Zabarmari, dans l’État de Borno.

Le Coordonnateur résident et humanitaire de l’ONU au Nigéria, M. Edward Kallon, a conclu aujourd’hui une visite pour exprimer ses condoléances aux familles des victimes de cette attaque.  Il a également rencontré les autorités de l’État de Borno.

Nos collègues d’OCHA affirment que des dizaines d’agriculteurs civils qui récoltaient dans des rizières ont été tués dans l’attaque.  Les détails continuent d’arriver, la recherche de personnes disparues se poursuivant et d’autres corps ont été récupérés.

Lors d’une entrevue avec M. Kallon, un agriculteur a évoqué le traumatisme auquel les gens ont été confrontés, beaucoup de victimes ayant été tuées par des assaillants armés de machettes.

À la suite de cette attaque, les communautés rurales craignent pour leur vie et celle de leurs enfants et ne sont pas retournées dans les fermes, où ils redoutent que la récolte soit entièrement perdue.

Près de 4,3 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire aigue dans les États de Borno, Adamawa et Yobe.  Ce nombre pourrait atteindre 5,1 millions pendant la période de soudure, entre juin et août l’an prochain.

M. Kallon a également réitéré son appel pour la remise en liberté immédiate des femmes et des filles enlevées et pour leur retour en toute sécurité au sein de leurs communautés.

Rohingya

Au Bangladesh, l’ONU affirme avoir reçu des informations selon lesquelles le Gouvernement pourrait commencer les premières réinstallations de réfugiés rohingya de Cox’s Bazar à Bhasan Char, dans le golfe du Bengale, dans les prochains jours.

L’Organisation n’a pas participé aux préparatifs de cette réinstallation ni à l’identification des réfugiés, et dispose d’informations limitées sur l’exercice global de réinstallation.

Nous réaffirmons notre position de longue date selon laquelle les réfugiés rohingya doivent être en mesure de prendre une décision libre et éclairée de se réinstaller à Bhasan Char sur la base d’informations pertinentes, exactes et mises à jour.  Le Gouvernement bangladais a indiqué que les déplacements vers l’île seraient volontaires, et l’ONU demande au Gouvernement de respecter cet engagement très important.

Nous restons déterminés à soutenir le rôle de chef de file du Gouvernement dans la mise en œuvre d’un programme humanitaire efficace pour les près de 900 000 réfugiés rohingya vivant à Cox’s Bazar, tout en œuvrant également à une solution pour eux, notamment grâce à leur retour sûr, volontaire, digne et durable au Myanmar.

COVID-19/Salaires

Un rapport rendu public aujourd’hui par l’Organisation internationale du Travail (OIT) a révélé qu’en raison de la COVID-19, les salaires mensuels ont baissé ou augmenté plus lentement au cours des six premiers mois de 2020 dans les deux tiers des pays pour lesquels des données officielles étaient disponibles.  L’OIT prévient que la crise est susceptible d’exercer une pression à la baisse massive des salaires dans un proche avenir.

Iran

En Iran, le Secrétaire général s’est félicité de la récente décision du Gouvernement d’accorder la nationalité à des milliers d’enfants nés de mères iraniennes et de pères non iraniens.  Le HCR a rapporté hier que, en vertu d’une nouvelle loi, modifiée en 2019, près de 75 000 enfants qui risqueraient autrement d’être apatrides seraient désormais autorisés à demander la citoyenneté iranienne.

En permettant aux mères iraniennes de transmettre leur nationalité à leurs enfants, la loi marque également une étape révolutionnaire vers la réduction des inégalités entre les sexes en Iran, où la nationalité était transmise principalement par les pères.

Le Secrétaire général félicite le Gouvernement d’avoir pris des mesures concrètes pour prévenir et réduire l’apatridie dans le pays.

Partout dans le monde, des millions d’apatrides continuent d’être confrontés toute leur vie à l’exclusion et à la discrimination et se voient souvent refuser l’accès à l’éducation, aux soins de santé et à l’emploi, ce qui les rend vulnérables à l’exploitation et aux abus.

Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage

À l’occasion de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, observée le 2 décembre, le Secrétaire général a noté que les manifestations mondiales contre le racisme systémique qui ont eu lieu cette année sont venues rappeler à notre attention les injustices commises dans le monde entier, qui sont de sombres vestiges du colonialisme et de l’esclavage.  Mais l’esclavage n’appartient pas au passé, a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a souligné qu’à l’heure actuelle, plus de 40 millions de personnes sont encore victimes de formes contemporaines d’esclavage.  Les femmes et les filles représentent plus de 71% de ces victimes.

Le Secrétaire général demande aux États Membres, à la société civile et au secteur privé de renforcer leur action collective pour mettre fin à ces pratiques abominables. Il a également demandé qu’un soutien soit apporté pour identifier et protéger les victimes et les survivants et leur donner des moyens d’action, notamment sous forme de contributions au fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.