Imprimer
dbf201116
16 novembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 novembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général / Programme alimentaire mondial 

Ce matin, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Conseil d’administration du Programme alimentaire mondial (PAM).  Il a de nouveau félicité les collègues pour leur prix Nobel de la paix, ajoutant qu’il avait été témoin de leur engagement à fournir une assistance vitale dans les endroits les plus reculés, dans les situations les plus dangereuses et les contextes les plus difficiles.

Le Secrétaire général a ajouté qu’il n’aurait jamais pu imaginer que la faim augmenterait à nouveau pendant son mandat de Secrétaire général.  Or, selon les chiffres du PAM, 130 millions de personnes supplémentaires risquent d’être poussées au bord de la famine d’ici à la fin de l’année.

C’est totalement inacceptable, a déclaré M. Guterres.  La relance post-COVID-19 doit s’attaquer aux inégalités et aux fragilités, et la question de l’alimentation sera au cœur d’une reprise durable et inclusive.

Passant au climat, le Secrétaire général a ajouté qu’il pensait que les systèmes alimentaires seraient essentiels pour nous amener à zéro émissions nettes, ajoutant qu’à cet égard le travail du PAM était également essentiel.

Secrétaire général / Forum Bloomberg

Ce matin également, le Secrétaire général a participé au troisième Forum Bloomberg annuel sur la nouvelle économie.  Il a déclaré que l’ONU travaillait pour sauver des vies, contrôler les transmissions du virus et atténuer les retombées.  Il a ajouté que nous préconisons un plan de sauvetage massif pour les personnes et les pays les plus vulnérables du monde.

Le Secrétaire général a déclaré qu’avant même la propagation du virus, les inégalités augmentaient, les divisions sociétales se creusaient et le manque d’opportunités provoquait frustration et troubles.  Il a souligné que nous devons aborder ces questions.

Il a également noté que nous sommes peut-être arrivés à un tournant en matière de changements climatiques, plus de pays promettant d’être neutres en carbone d’ici à 2050.  Il a souligné que le carbone devrait avoir un prix et que les pays doivent éliminer progressivement le charbon.

2021 doit être l’année d’un grand bond en avant vers la neutralité carbone, a-t-il déclaré, ajoutant que, tandis que nous nous relevons de la pandémie, nous avons une ouverture pour faire face à la crise climatique.

Vice-Secrétaire générale

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, termine aujourd’hui sa visite au Ghana, où elle a eu une série de réunions avec les autorités, les partenaires de développement, les collègues des Nations Unies et les organisations de la société civile.

Ce matin, elle a visité le Conseil national de la paix, qui continue de jouer un rôle positif dans la promotion d’une culture de la paix dans le pays.  Plus tard, elle a visité l’hôpital des Nations Unies et une clinique appuyée par l’ONU pour renforcer la réponse du Gouvernement à la COVID-19, ainsi que la continuité des services de santé essentiels, en particulier pour les femmes et les enfants.

Hier soir, Mme Mohammed a rencontré le Président du Ghana, M. Nana Akufo-Addo, ainsi que des ministres.  Elle a participé à la présentation du plan de réponse socioéconomique et de relance COVID-19 de l’ONU.

Au cours du week-end, elle était en Sierra Leone, où elle a rencontré le Président, le Vice-Président et d’autres hauts responsables gouvernementaux.  Là aussi, elle a participé à la présentation du plan de réponse socioéconomique et de relance COVID-19 de l’ONU pour la Sierra Leone.

Elle a également visité une région du pays où des glissements de terrain massifs ont fait plus de 1 100 disparus et déplacé 6 000 personnes en 2017.  Depuis lors, l’ONU a soutenu les efforts visant à stabiliser le terrain contre de nouveaux dérapages.  Elle a également rencontré un groupe de femmes travaillant pour amener l’énergie solaire aux communautés du pays.

Elle retournera plus tard dans la journée au Nigéria, dernière étape de son voyage de solidarité en Afrique de l’Ouest.

Éthiopie

Nos collègues humanitaires en Éthiopie nous disent qu’ils sont alarmés par l’escalade du conflit dans le nord.

Des attaques à la roquette ont été signalées dans la région d’Amhara, ainsi qu’en Érythrée.  Une frappe aérienne a également été signalée dans les environs de Mekelle, la principale ville de la région du Tigré.

Nos collègues humanitaires appellent de nouveau toutes les parties au conflit à la désescalade pour éviter de nouvelles victimes et des souffrances aux civils.

Selon des informations non confirmées, il y a un déplacement interne massif de l’ouest vers le nord du Tigré.  À ce jour, plus de 25 000 Éthiopiens sont entrés au Soudan.

Nous sommes également alarmés par l’insécurité croissante dans l’ouest et le sud de la province d’Oromia, ainsi que dans la région orientale de Benishangul Gumuz.

La protection des civils et le respect du droit international humanitaire doivent être assurés en priorité par toutes les parties.  En outre, nous appelons à l’accès humanitaire et à la reprise des télécommunications et des fournitures de base, notamment de la nourriture, des médicaments et du carburant pour les civils dans la région du Tigré.

Philippines

Nos collègues humanitaires aux Philippines nous disent que 67 personnes ont perdu la vie, 21 personnes auraient été blessées et 13 sont portées disparues à la suite du typhon Vamco, qui a frappé l’île principale de Luzon à la fin de la semaine dernière.  Les opérations de sauvetage se poursuivent alors que les eaux de crue reculent et qu’au moins 50 villages restent isolés.

Dans les provinces d’Isabella et de Cagayan, au moins 1,1 million de personnes ont été touchées par les inondations.  Dans la banlieue de Manille, des dizaines de milliers de foyers ont été submergés.  C’est la pire inondation dans cette région depuis des décennies.

Le Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire, M. Gustavo González, a exprimé ses condoléances au Gouvernement et indiqué que la communauté humanitaire était prête à apporter son soutien.

Le Secrétaire général se joint au Coordonnateur résident pour exprimer ses condoléances au peuple philippin.

Amérique centrale

En Amérique centrale, les gens se préparent à une autre tempête potentiellement catastrophique, la tempête Iota, deux semaines seulement après que l’ouragan Eta a touché terre dans la région, semant la mort et la destruction.

En prévision de la tempête Iota, nous nous appuyons, avec nos partenaires régionaux et nationaux, sur le travail de préparation et d’intervention en cours pour l’ouragan Eta, y compris le prépositionnement de fournitures.

Pendant ce temps, en réponse à l’ouragan Eta, sept membres de l’équipe des Nations Unies pour l’évaluation et la coordination en cas de catastrophe ont été déployés samedi au Honduras.

L’équipe aidera les autorités et l’équipe de pays des Nations Unies dans l’évaluation des besoins, la coordination, la logistique et la gestion de l’information, et restera dans le pays jusqu’en novembre.

Pérou

Le Secrétaire général suit avec inquiétude les récents développements au Pérou.

Il exhorte toutes les parties prenantes à œuvrer pour une solution rapide et institutionnelle à la crise politique actuelle et aux défis auxquels le pays est confronté, grâce à un dialogue inclusif dans le plein respect de l’état de droit.

Le Secrétaire général est profondément troublé par les informations faisant état d’un recours excessif à la force et à la violence de la part des forces de sécurité lors des manifestations, notamment la mort de deux jeunes hommes, des dizaines de blessés et des attaques contre des professionnels des médias.  Il présente ses condoléances aux familles des victimes et espère que les autorités mèneront une enquête impartiale et indépendante sur ces événements.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, a fait, par vidéoconférence, un exposé au Conseil de sécurité lors d’une session sur le G5 Sahel.

Il a déclaré que, malgré la pandémie de COVID-19, les efforts de lutte contre le terrorisme au Sahel se sont intensifiés.  M. Lacroix a salué la coordination accrue des acteurs de la sécurité sur le terrain, ajoutant que cela a permis une présence plus visible des forces de défense et de sécurité, ainsi qu’une intensification de la pression sur les groupes terroristes.

M. Lacroix a réaffirmé l’importance d’un financement plus prévisible, affirmant que nous devrions être conscients des conséquences désastreuses de la situation sécuritaire pour le reste de la région de l’Afrique de l’Ouest si l’on ne fait pas face de manière adéquate à la situation au Sahel. 

Israël / Palestine

M. Nickolay Mladenov, le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, a déclaré aujourd’hui qu’il était très préoccupé par la décision des autorités israéliennes d’ouvrir le processus d’appel d’offres pour la construction du quartier Givat Hamatos.

S’il était construit, a-t-il averti, cela consoliderait davantage le cercle des colonies entre Jérusalem et Bethléem en Cisjordanie occupée.  Il a ajouté que cela nuirait considérablement aux perspectives d’un futur État palestinien contigu et de la réalisation d’une solution négociée prévoyant deux États basée sur les lignes de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux États.

M. Mladenov a réaffirmé que la construction de colonies était illégale au regard du droit international et appelé les autorités à annuler cette entreprise.

Secrétaire général / ASEAN

Au cours du week-end, le Secrétaire général a pris la parole lors du sommet entre l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et l’ONU.

Il a déclaré que, tandis que nous célébrons le soixante-quinzième anniversaire de l’ONU, la communauté internationale est confrontée à un « véritable raz-de-marée  » avec la pandémie, l’urgence climatique et les tensions géopolitiques croissantes, entre autres.

Il a félicité l’ASEAN pour son engagement en faveur de la coopération internationale et de la solidarité régionale, ainsi que pour sa reconnaissance que tout vaccin contre la COVID-19 doit être un bien public mondial.

Journée internationale de la tolérance 

La Journée internationale de la tolérance est célébrée aujourd’hui, alors soyez gentils.  L’ONU s’est engagée à renforcer la tolérance en favorisant la compréhension mutuelle entre les cultures et les peuples.

Dans un tweet, le Secrétaire général a lancé un appel pour que, en cette Journée et chaque jour, nous nous attachions tous à faire progresser la dignité humaine, à lutter contre le racisme et forger la paix.  Il s’est dit fermement convaincu que nous pouvons aider à résoudre nos plus grands défis en acceptant la diversité et en se respectant les uns les autres.

Invité du Point de presse

L’invité du Point de presse était l’Ambassadeur Munir Akram, Représentant permanent du Pakistan, qui s’est entretenu avec des journalistes en sa qualité de Président du Conseil économique et social (ECOSOC).

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.