Imprimer
dbf201111
11 novembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 11 novembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Attaques contre les journalistes

Le Secrétaire général demeure profondément préoccupé par les attaques contre les journalistes et les professionnels des médias dans le monde, notamment dans les zones de conflit.  Il condamne toutes les attaques et assassinats de journalistes et appelle à des efforts concertés afin de lutter contre l’impunité généralisée pour ces crimes.

En 2018-2019, l’UNESCO a documenté 67 meurtres de journalistes dans des pays en proie à un conflit armé, parmi lesquels 23 étaient directement impliqués dans la couverture du conflit.  Outre des attaques mortelles, les journalistes qui couvrent les conflits sont confrontés à une série d’autres menaces, notamment la violence entraînant des blessures, la détention arbitraire, le refus de visas et les restrictions de mouvement à l’intérieur, à travers ou hors des zones de conflit.

Le rôle fondamental que jouent les journalistes pour garantir l’accès à des informations fiables est essentiel pour parvenir à une paix durable, au développement durable et aux droits de l’homme.  Le Secrétaire général rappelle que les civils, y compris les journalistes civils qui participent à des missions professionnelles dans des zones de conflit armé, doivent être respectés et protégés en vertu du droit international humanitaire.  Il appelle toutes les parties au conflit, et la communauté internationale dans son ensemble, à protéger les journalistes et à créer des conditions propices à l’exercice de leur profession.

Vice-Secrétaire générale

En début de journée, la Vice-Secrétaire générale a atterri au Niger, deuxième étape de sa visite de solidarité en Afrique de l’Ouest et au Sahel qui se déroule au milieu de la pandémie de COVID-19.

Mme Amina Mohammed a rencontré le Président du Niger, M. Mahamadou Issoufou, ainsi que des collègues de l’ONU, des femmes et des jeunes leaders pour discuter des progrès et des défis dans la mise en œuvre et la réalisation des objectifs de développement durable.  Elle a également discuté des impacts socioéconomiques et sur la santé publique de la pandémie de COVID-19.  Les échanges ont aussi porté sur les progrès et les défis auxquels le peuple nigérien est confronté, notamment les questions humanitaires et de sécurité, ainsi que sur l’importance de promouvoir les droits des femmes et des filles. 

Aujourd’hui, la Vice-Secrétaire générale doit également rencontrer le Premier Ministre et d’autres représentants du Gouvernement ainsi que le conseil des chefs traditionnels.  Sa visite au Niger se poursuivra demain.

Yémen

L’Envoyé spécial pour le Yémen, Martin Griffiths, a informé, aujourd’hui via visioconférence, les membres du Conseil de sécurité sur la situation au Yémen.  Il a déclaré qu’il était maintenant temps pour les parties yéménites de prendre les décisions finales nécessaires pour mener à bien les négociations sur la Déclaration conjointe.  Il a ajouté qu’il travaille avec chaque partie pour trouver des solutions, mais qu’au final, il est le médiateur et non le négociateur.

M. Griffiths a indiqué que la violence sur les lignes de front n’a pas été aussi intense que pendant les mois précédents.  Cela étant, il est profondément préoccupé par les pics périodiques de violence entre les parties à Mareb et Taëz ainsi que par la récente escalade des attaques contre le territoire saoudien.

En ce qui concerne le pétrolier SAFER, il a indiqué que bien que les discussions aient été constructives, l’ONU n’a pas encore reçu les approbations nécessaires pour que la mission d’experts puisse procéder.

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, et le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial David Beasley, sont également intervenus par visioconférence.  Les deux hauts fonctionnaires ont alerté les membres du Conseil de l’augmentation de la faim dans le pays.

M. Lowcock a déclaré que la tâche la plus urgente au Yémen aujourd’hui était de prévenir une famine généralisée.  Afin de prévenir la famine, a-t-il ajouté, le monde doit agir maintenant pour assurer la protection des civils et l’accès humanitaire et le financement de l’opération de secours, ainsi que pour appuyer l’économie et les progrès vers la paix.

Pour sa part, M. Beasley a déclaré que la malnutrition au Yémen n’a jamais été pire, un enfant yéménite sur quatre souffrant de malnutrition.

Éthiopie / Humanitaire

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) demeure préoccupé par les tensions persistantes dans la région du Tigré et leur impact sur les civils.

L’ONU, avec ses partenaires, travaille avec les autorités pour assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires, l’accès continu aux personnes qui ont besoin d’aide et la disponibilité de financements compte tenu des besoins croissants.

Sur le terrain, les communications continuent d’être perturbées.  On signale également des pénuries d’électricité intermittentes ainsi que des pénuries de produits de base tels que la farine et le carburant.  Les banques restent fermées et la pénurie de liquidités disponibles devient beaucoup plus aiguë.  La fermeture des banques et l’inaccessibilité de la région entravent les opérations humanitaires de l’ONU, notamment les transferts humanitaires traditionnels en espèces à un million de personnes.

Les travailleurs humanitaires dans la région du Tigré n’ont qu’un mois d’approvisionnement en carburant pour faire fonctionner les pompes à eau pour 90 000 réfugiés.  Les fournitures pour plusieurs autres programmes sont également en train de s’épuiser.

L’OCHA est en train de finaliser un plan d’intervention humanitaire.  Les équipes de pays de l’ONU en Érythrée, au Soudan et à Djibouti, qui sont avoisinants, reçoivent également un appui pour finaliser leur plan d’urgence.

Éthiopie / Réfugiés

 Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) travaille avec les autorités soudanaises pour aider plus de 7 000 réfugiés qui ont fui l’Éthiopie au cours des deux derniers jours, à la suite d’affrontements dans la région du Tigré.  Le HCR et les autorités locales contrôlent et enregistrent les personnes qui arrivent au Soudan.  D’autres réfugiés en provenance d’Éthiopie arrivent dans d’autres pays voisins. 

Le HCR intensifie ses préparatifs en vue d’une aide d’urgence en travaillant avec les gouvernements et les partenaires.  Nous exhortons les gouvernements des pays voisins à garder leurs frontières ouvertes aux personnes forcées de fuir leurs foyers.  Le HCR demande également aux autorités éthiopiennes de prendre des mesures pour lui permettre de continuer à fournir une assistance à la sécurité pour les réfugiés et les personnes déplacées qui se trouvent dans le Tigré. 

En Éthiopie, le HCR est très préoccupé par le nombre d’Érythréens -plus de 96 000- qui vivent dans des camps de réfugiés et pour les communautés d’accueil qui vivent à leurs côtés, ainsi que pour les 100 000 personnes du Tigré qui étaient déjà déplacées avant le début de cette violence.

Somalie

 Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que près de 73 000 personnes ont été touchées par des inondations soudaines en Somalie.  Plus de 13 000 personnes ont été déplacées et 4 personnes seraient mortes.  Les inondations surviennent à un moment où les travailleurs humanitaires réagissent à la pandémie, à l’invasion du criquet pèlerin et à l’impact des inondations précédentes. 

L’ONU et ses partenaires procèdent à une évaluation rapide des besoins et ont utilisé des fournitures prépositionnées pour venir en aide aux sinistrés.  Au moins 6 000 personnes ont reçu un abri.  

Bahreïn

Le Secrétaire général adresse ses condoléances à Sa Majesté le Roi Hamad bin Isa Al Khalifa, ainsi qu’à sa famille et au Gouvernement bahreïnite, à l’occasion du décès du Premier Ministre cheikh Khalifa bin Salman Al Khalifa. 

Cheikh Khalifa bin Salman Al Khalifa a été Premier Ministre pendant une durée record dans le monde, au cours d’une période de grands changements et de modernisation au Bahreïn.  

Israël / Liban  

Aujourd’hui, des représentants des Gouvernements d’Israël et du Liban ont eu des entretiens productifs sous la médiation des États-Unis, organisés par le Bureau du Coordonnateur spécial des Nations Unies.  Les États-Unis et le Bureau du Coordonnateur spécial gardent espoir que ces négociations aboutiront à une résolution tant attendue.  Les parties se sont engagées à poursuivre les négociations au début du mois de décembre. 

Malawi

L’équipe des Nations Unies au Malawi, dirigée par la Coordonnatrice résidente Maria Jose Torres, a installé une usine d’oxygène pour produire plus d’un million de litres d’oxygène par jour dans l’un des principaux hôpitaux.  L’équipe contribue également à accroître l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.  Pour prévenir les infections dans les écoles, les établissements de santé, les marchés et autres espaces publics, près de 200 échantillons d’eau provenant de forages et de robinets ont été prélevés, dont près de 30% ont été déclarés contaminés et ont été remis aux autorités pour une action rapide.  

L’équipe des Nations Unies a également livré des fournitures médicales, y compris des thermomètres à infrarouges, des masques médicaux et des désinfectants pour les mains.

Au cours des deux dernières semaines, nous avons fourni du matériel de protection personnelle, du matériel d’hygiène, de la nourriture et des premiers soins psychologiques à près de 5 000 Malawiens revenant d’Afrique du Sud.  Quelque 10 000 personnes ont reçu des messages sur la COVID-19 grâce à des campagnes de porte-à-porte, ainsi que d’autres mécanismes de sensibilisation communautaire.

Amérique latine

En Amérique latine, la pandémie a entraîné la plus forte contraction économique que la région ait connu au cours des 100 dernières années, avec d’importants coûts économiques, sociaux, liés à la production.  C’est ce que conclut un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).  Les impacts les plus importants ont été ressentis au deuxième trimestre de l’année, alors qu’on estime qu’environ 47 millions d’emplois ont été perdus dans toute la région.

Mozambique

Hier, le Secrétaire général a publié une déclaration dans laquelle il s’est dit choqué par les récentes informations faisant état de massacres perpétrés par des groupes armés non étatiques dans plusieurs villages de la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, notamment la décapitation et l’enlèvement de femmes et d’enfants.  Il condamne vigoureusement cette brutalité gratuite. 

Nomination de haut fonctionnaire

Le Secrétaire général a nommé Alice Wairimu Nderitu, du Kenya, comme Conseillère spéciale pour la prévention du génocide.  Elle a été une voix reconnue dans le domaine de la consolidation de la paix et de la prévention de la violence, ayant été médiatrice et conseillère principale dans les processus de réconciliation entre les communautés au Kenya, ainsi que dans d’autres contextes africains.  

Coordinateur résident des Nations Unies

Le Bureau de coordination des Nations Unies pour le développement a indiqué que la Suédoise Michaela Friberg-Storey a pris ses nouvelles fonctions de Coordonnatrice résidente au Kazakhstan, le 1er novembre.  Sa nomination fait suite à la confirmation du gouvernement hôte. 

Les coordonnateurs résidents des Nations Unies renforcent la coordination entre les entités de l’ONU pour aider les pays à s’attaquer et à mieux se remettre de la pandémie de COVID-19 et à atteindre les objectifs de développement durable.

L’ONU est fière d’annoncer qu’elle maintient la pleine parité entre les sexes et un bon équilibre géographique Nord-Sud entre tous ses coordonnateurs résidents déployés dans 162 pays et territoires.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.