Imprimer
dbf201104
4 novembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 4 novembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Éthiopie

Le Secrétaire général exprime ses plus vives inquiétudes face aux affrontements armés signalés dans la région du Tigré en Éthiopie et appelle à prendre des mesures immédiates pour apaiser les tensions et assurer un règlement pacifique du différend.   Il souligne l’importance de la stabilité de l’Éthiopie pour la région de la Corne de l’Afrique.   

Le Secrétaire général renouvelle l’engagement de l’Organisation des Nations Unies, avec ses partenaires de la région, à appuyer le Gouvernement éthiopien dans ses efforts de réforme visant à bâtir un avenir pacifique et sûr pour tous ses peuples.  

Côte d’Ivoire

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général a pris note de l’annonce par la Commission électorale indépendante des résultats provisoires de l’élection présidentielle qui a eu lieu en Côte d’Ivoire le 31 octobre. 

Le Secrétaire général condamne fermement les violences qui ont eu lieu avant, pendant et après l’élection.   Il est attristé par les nombreuses pertes en vies humaines et exprime ses profondes condoléances aux familles endeuillées. 

Le Secrétaire général appelle tous les acteurs politiques à respecter l’ordre constitutionnel du pays et à se conformer aux principes de l’état de droit.   Il exhorte le Président et les principaux dirigeants de l’opposition à s’engager dans un dialogue constructif et inclusif afin de trouver une issue à la crise actuelle et à œuvrer ensemble à dégager un consensus en faveur de la cohésion nationale. 

Le Secrétaire général réitère la disponibilité des Nations Unies à appuyer un tel dialogue dans le but de préserver la stabilité et de promouvoir la réconciliation nationale à travers le pays. 

Police des Nations Unies 

La Semaine de la police des Nations Unies est célébrée cette semaine.

Ce matin, le Conseil de sécurité a été informé par le Sous-Secrétaire général à l’état de droit et aux institutions chargées de la sécurité, M. Alexander Zouev, ainsi que par les commissaires de police des Nations Unies en poste en République centrafricaine, en Haïti, au Mali et au Soudan du Sud.  S’exprimant au nom de M. Jean-Pierre Lacroix, M. Zouev a souligné le rôle vital que joue la police des Nations Unies dans tout le spectre de la prévention des conflits, du maintien et de la consolidation de la paix.

S’agissant de la protection des civils, il a donné des exemples de la République centrafricaine où la police des Nations Unies a contribué à favoriser un environnement protecteur grâce au renforcement des capacités de la police.  Il a également indiqué que la police des Nations Unies avait aussi contribué aux efforts de sensibilisation à la COVID-19.

M. Zouev a réaffirmé que des services de police sensibles au genre sont une priorité essentielle pour garantir la satisfaction des besoins des hommes, des femmes, des garçons et des filles en matière de sécurité.

Libye

La Représentante spéciale par intérim pour la Libye, Mme Stephanie Williams, s’est adressée à la presse à l’issue de la réunion de deux jours de la Commission militaire mixte qui s’est tenue à Ghadamès, en Libye.  Elle a pris note de l’ouverture des installations pétrolières, des travaux sur la reprise des vols et de la poursuite des échanges de détenus.

Mme Williams a dit que ceci est le début d’un processus qui exigera de la détermination, du courage, de la confiance et beaucoup de travail.  Maintenant, a-t-elle dit, nous allons travailler, à Tunis, avec les 75 participants sur la feuille de route politique pour aller de l’avant, un des objectifs clefs étant la planification des élections nationales.

Elle a exprimé l’espoir que l’esprit et le sens des responsabilités de la Commission militaire mixte sera reflété dans le dialogue politique.

Liban

Aujourd’hui marque trois mois depuis les explosions qui ont frappé le port de Beyrouth, touchant des milliers de personnes et causant des dégâts considérables.

L’ONU et ses partenaires humanitaires continuent d’aider ceux qui en ont le plus besoin.  Au moins 180 000 personnes ont reçu une aide humanitaire depuis le mois d’août.

De nouvelles réparations d’abris, une aide alimentaire et des services médicaux sont les principales priorités signalées par les personnes touchées par les explosions.

Pendant ce temps, une situation économique instable et en détérioration, les mesures de confinement liées à la COVID-19 et d’autres facteurs ont aggravé la pauvreté des familles libanaises et réfugiées vulnérables.

La COVID-19 demeure une préoccupation sérieuse.  À compter de lundi, plus de 83 000 cas ont été diagnostiqués et 672 décès enregistrés.  Les hôpitaux continuent d’être sollicités au-delà de leurs capacités.  

À ce jour, la réponse coordonnée de l’ONU suite aux explosions qui cherche à lever 354,9 millions de dollars pour répondre aux besoins vitaux immédiats pendant trois mois, n’a reçu que 25% de son financement.  Des fonds supplémentaires sont nécessaires pour augmenter les secours destinés aux plus vulnérables et éviter que la situation ne s’aggrave.

Nicaragua

Le Nicaragua a été frappé par l’ouragan Eta, tôt hier matin.  L’UNICEF et ses partenaires ont prépositionné des fournitures d’urgence et élaboré un plan d’intervention conjoint pour répondre aux besoins des enfants et des familles, dont 10 000 personnes évacuées de la côte nord.  L’UNICEF a prépositionné 3 000 kits d’hygiène familiale, 3 000 conteneurs d’eau, 87 boîtes de comprimés de désinfection de l’eau et 50 kits de test de chlore pour le contrôle de la qualité de l’eau capables de réaliser 12 000 tests.  Ces fournitures, qui peuvent répondre aux besoins de 15 000 personnes, dont 6 000 enfants, sont en attente de livraison au Gouvernement.  L’UNICEF travaille aussi en étroite coordination avec les autorités pour veiller à ce que les abris soient adaptés, sûrs et équipés avec des articles nécessaires pour les enfants.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a positionné 80 tonnes d’aide alimentaire dans la région.  Le PAM a également fourni un appui en matière de télécommunications et de logistique, notamment des entrepôts mobiles, des bureaux préfabriqués, des générateurs, ainsi que des systèmes radio et par satellite pour soutenir les centres opérationnels locaux.

Typhon Goni

Aux Philippines, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que plus de 2 millions de personnes ont été touchées par le super typhon Goni, le typhon le plus violent de cette année.

Les agences onusiennes, la Croix-Rouge et les partenaires humanitaires mènent des évaluations et fournissent de la nourriture, des abris et des services psychosociaux, entre autres, tout en soutenant les efforts de recherche et de sauvetage du Gouvernement.

Après avoir balayé les Philippines, le typhon a été rétrogradé en tempête tropicale et devrait toucher terre au Viet Nam demain après-midi.

Le Viet Nam se remet à peine du typhon Molave, qui a touché terre fin octobre.  L’ONU et ses partenaires ont lancé un plan de réponse de six mois nécessitant un apport de 40 millions de dollars pour aider 177 000 personnes parmi les plus vulnérables et les plus affectées par les inondations.

Inondations au Cambodge

À la date d´hier, plus de 800 000 personnes ont été touchées par les inondations au Cambodge.  Près de la moitié d’entre elles sont pauvres et vulnérables, et ont besoin d’une aide humanitaire.  L’ONU travaille sur un plan de réponse humanitaire.

COVID-19 / République du Congo

L’équipe de pays de l’ONU, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Chris Mburu, s’est associée aux autorités et aux organisations de la société civile pour évaluer les impacts socioéconomiques de la pandémie.  Ces résultats ont été cruciaux pour développer la réponse du pays au virus.

L’équipe de pays de l’ONU a également renforcé la riposte sanitaire, tandis que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) se sont occupés de la vaccination de près de 70 000 enfants, ainsi que de la santé sexuelle et reproductive de près de 80 000 femmes.  Ils ont aussi fourni un soutien nutritionnel à plus de 4 000 enfants.

Afin de faire face aux défis posés par la fermeture des écoles, l’UNICEF a proposé un programme d’enseignement à distance à près de 240 000 élèves, le PAM assurant pour sa part la poursuite de l’approvisionnement alimentaire de 83 000 enfants.

Le PAM et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont par ailleurs aidé 53 000 personnes, dont plus de la moitié étaient des femmes, avec des liquidités et des vivres immédiats pour préserver leurs moyens de subsistance face aux effets économiques de la pandémie.

Contributions financières

La République populaire démocratique de Corée a payé l’intégralité de ses contributions au budget ordinaire, pour cette année et l’an dernier.  Cela porte à 132 le nombre des pays à jour de leur contribution cette année.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.