Imprimer
Dbf201020
20 octobre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 octobre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Journée mondiale de la statistique 

Aujourd’hui marque la Journée mondiale de la statistique.  Dans son message, le Secrétaire général a souligné que les statistiques sont fondamentales pour l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes.  « Des données actuelles, opportunes et fiables nous aident à comprendre l’évolution du monde dans lequel nous vivons », a-t-il dit.  Le Secrétaire général a ajouté que la pandémie de coronavirus a encore accru l’importance des données pour sauver des vies et soigner les malades.

Sahel central 

« Le Sahel central est au bord de la rupture ».  C’est ce qu’a déclaré le Secrétaire général dans un message vidéo préenregistré et diffusé dans le cadre de l’événement de haut niveau d’aujourd’hui sur la crise humanitaire dans cette région.  La situation sécuritaire s’est fortement détériorée et les besoins humanitaires dans la région frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont atteint des niveaux record, a-t-il ajouté, la COVID-19 ne faisant qu’aggraver la situation. 

Le Secrétaire général a également déclaré que l’appel en faveur d’un cessez-le-feu mondial immédiat est crucial pour la population du Sahel central.  « La spirale descendante doit être inversée par un nouvel élan en faveur de la paix et de la réconciliation. »  Il a également appelé à l’accroissement de l’aide humanitaire pour qu’elle parvienne à plus de personnes dans le besoin, et à davantage d’investissements dans le développement.  Avec un meilleur financement nous pourrions faire beaucoup plus, a-t-il dit sur ce dernier point, appelant les États Membres à un effort financier accru. 

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, qui participait à la réunion, a lui aussi tiré la sonnette d’alarme en affirmant qu’aucune autre région dans le monde ne l’inquiète davantage que celle du Sahel. 

Au cours de la conférence, 20 donateurs se sont engagés à verser plus de 1,7 milliard de dollars pour renforcer l’aide humanitaire nécessaire à des millions de personnes au Burkina Faso, au Mali et au Niger.  Ce montant comprend 985 millions de dollars pour cette année et 704 millions de dollars pour 2021 et au-delà.  Une fois débloqués, les fonds aideront quelque 10 millions de personnes pour le reste de l’année et jusqu’en 2021 à se nourrir, à se soigner, à accéder à de l’eau potable, à un logement, à l’éducation ou encore à des services de soutien aux survivants de violences sexistes. 

Golfe Persique 

Ce matin, Secrétaire général s’est adressé en visioconférence au Conseil de sécurité lors d’une réunion sur la situation dans la région.  Il a rappelé aux membres qu’il avait appelé à un cessez-le-feu mondial pour que la communauté internationale ne se concentre plus que sur le seul combat qui vaille: la lutte contre la COVID-19.  Le Conseil de sécurité s’est rallié à cet appel. 

En ce qui concerne le Yémen, il a déclaré que, pour l’instant, les hostilités se sont « heureusement » calmées.  Mais cela n’est pas suffisant, a-t-il dit, réaffirmant la nécessité de l’instauration d’un cessez-le-feu immédiat et d’un retour à la table des négociations des belligérants pour qu’ils trouvent un règlement politique à la guerre.  « Rien d’autre ne saurait suffire », a-t-il insisté.   

En ce qui concerne l’ensemble du golfe Persique, le Secrétaire général a reconnu que la situation y reste tendue et que la confiance sur le plan régional est faible.  Depuis mai 2019, a-t-il ajouté, un certain nombre d’incidents sécuritaires ont attisé les tensions, faisant craindre l’éclatement d’un conflit.  Dans ce contexte, le Secrétaire général a rappelé le rôle qu’avait eu le processus d’Helsinki dans la gestion des tensions de la guerre froide, et il a appelé de ses vœux l’établissement d’une plateforme similaire pour le golfe Persique, celle-ci exigeant la prise immédiate de mesures de confiance.  À cet égard, il a proposé que soient envisagés des moyens communs de lutte contre la COVID-19, de promotion de la reprise économique, de la sécurisation d’une libre navigation maritime dans la zone comme des différents pèlerinages religieux.   

Liban 

L’ONU et ses partenaires humanitaires continuent de fournir de l’aide à ceux, victimes des explosions survenues à Beyrouth il y a plus de deux mois, qui en ont toujours le plus besoin.   Depuis le début de la réponse humanitaire, plus de 36 000 personnes ont bénéficié de services de protection, près de 83 000 personnes ont reçu des colis alimentaires, couvrant 72% de leurs besoins élémentaires, tandis que 12 500 tonnes métriques de farine de blé ont été distribuées, compensant environ 80% des stocks détruits.  En outre, plus de 27 000 personnes ont reçu une aide financière depuis le mois d’août.   La réhabilitation des logements demeure l’un des principaux chantiers de travail en cours.  D’autre part, l’eau courante a été rétablie dans près de 4 000 ménages -ce qui couvre les deux tiers des besoins identifiés en la matière-, et 3 300 réservoirs d’eau et 235 pompes ont été installés depuis le début des secours.   Toutefois, sur les 355 millions de dollars prévus pour venir en aide à 300 000 personnes dans le besoin, moins de 30% ont été financés.  Au-delà de la seule aide humanitaire, le Liban continuera d’avoir besoin d’une aide substantielle et à long terme pour appuyer les opérations de relèvement et de reconstruction ainsi que les réformes économiques.

République kirghize 

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Asie centrale, Mme Natalia Gherman, a rencontré aujourd’hui le Premier Ministre et le Président par intérim de la République kirghize, Sadyr Japarov.  Au cours de ses réunions, elle a souligné la nécessité de veiller à ce que les décisions relatives à la voie à suivre s’inscrivent dans le cadre constitutionnel et législatif du pays et soient prises de manière inclusive et transparente.  « Nous restons prêts à soutenir tous les efforts à cet égard », a-t-elle indiqué.  Mme Gherman poursuivra ses rencontres avec d’autres interlocuteurs à Bichkek tout au long de la semaine. 

Sur le front sanitaire, l’équipe de pays de l’ONU, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Ozonnia Ojielo, continue de travailler avec les autorités pour faire face aux impacts de la pandémie.  Toujours sur ce point, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de livrer 1,5 million de masques médicaux au Ministère de la santé destinés aux personnels soignants.  En raison des difficultés d’approvisionnement et de distribution découlant de la pandémie, une aide spécifique est apportée aux personnes diabétiques.  De son côté, l’UNICEF a distribué 4 000 doses d’insuline, un demi-million de seringues à insuline et 230 000 bandes d’analyse de glycémie et d’urine, ainsi que des contenants pour seringues usagées.  Ces fournitures seront distribuées aux établissements médicaux dans tout le pays, y compris dans les régions reculées.  Vingt-mille doses supplémentaires d’insuline pour couvrir les besoins de 650 enfants et adolescents pendant une année complète sont prévues. 

Rohingya

En amont d’une conférence virtuelle de donateurs cette semaine, dont le but est de recueillir des fonds pour aider les Rohingya se trouvant à l’intérieur comme à l’extérieur du Myanmar, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a souligné aujourd’hui la nécessité d’apporter un soutien international plus fort et de redoubler d’efforts pour trouver des solutions pour cette population apatride et déplacée.

Jeudi, le HCR –avec les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne– accueillera la conférence, qui pourra être suivie en ligne.  Moins de la moitié des fonds demandés pour l’intervention humanitaire ont été reçus jusqu’à présent. 

Enfants et extrême pauvreté 

Une analyse publiée aujourd’hui par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Groupe de la Banque mondiale révèle qu’avant la pandémie, environ un enfant sur six vivait dans l’extrême pauvreté, ce qui devrait s’aggraver considérablement.

L’analyse note que l’Afrique subsaharienne représente les deux tiers des enfants vivant dans des ménages qui luttent pour survivre avec en moyenne 1,90 dollar par jour -ou moins- par personne, ce qui est la mesure internationale de l’extrême pauvreté.  L’Asie du Sud représente près d’un cinquième de ces enfants.

L’UNICEF et la Banque mondiale s’inquiètent de voir que tous les progrès réalisés ces dernières années sont lents, inégalement répartis et menacés en raison de l’impact de la pandémie.   

Traffic d’œuvres d’art 

À Paris aujourd’hui, l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) a lancé une campagne internationale de sensibilisation pour souligner combien le commerce illicite des biens culturels, estimé à près de 10 milliards de dollars chaque année, dévaste l’histoire et l’identité des peuples ravagés par ce fléau. 

La campagne Real Price of Art montre que, dans certains cas, le pillage de sites archéologiques, qui alimente ce trafic, est très organisé et constitue une source majeure de financement pour les organisations criminelles et terroristes. 

Cette campagne marque le cinquantième anniversaire de la Convention de l’UNESCO concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels, adoptée en 1970. 

UN75/exposition virtuelle de photos 

Pour marquer le soixante-quinzième anniversaire des Nations Unies, nous avons lancé aujourd’hui une exposition virtuelle de photos intitulée #TheWorldWeWant (le monde que nous voulons), en amont de la célébration de la Journée des Nations Unies (#UNDay). 

L’exposition virtuelle présente une collection spéciale de 75 photos sélectionnées parmi plus de 50 000 images de 130 pays.  Il s’agit d’une réponse créative à l’appel du Secrétaire général de l’ONU à entendre directement les peuples du monde sur leur vision de l’avenir. 

L’exposition présente les images qui ont gagné le concours de photos organisé lors de la campagne #TheWorldWeWant, par l’application mobile Agora à l’appui de UN75. 

L’exposition se trouve sur la page web suivante: https://www.un.org/en/exhibits/page/theworldwewant.

Point de presse demain 

Demain, à 13 h 30, Olivier De Schutter, Rapporteur spécial pour la pauvreté extrême et les droits de l’homme, fera un point de presse virtuel.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.