Imprimer
dbf201016
16 octobre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 octobre 2020

La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Sahel/Conférence ministérielle 

Mardi 20 octobre, le Secrétaire général va envoyer un message vidéo à la Conférence ministérielle sur la détérioration de la situation humanitaire dans le centre du Sahel, une région qui comprend le Mali, le Burkina Faso et le Niger. 

La Conférence, qui est organisée par les agences humanitaires avec l’Allemagne, le Danemark et l’Union européenne, vise à mobiliser des fonds pour l’action humanitaire et à encourager les donateurs et les pays de la région à présenter des engagements politiques pour renforcer la résilience et atténuer les besoins humanitaires. 

Les agences humanitaires préviennent que les personnes qui vivent aux frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont désormais dans l’épicentre du conflit, de la pauvreté et des changements climatiques.  Plus de 13 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et 1,5 million sont des personnes déplacées, soit une augmentation d’un taux à deux chiffres, ces deux dernières années.  Le confinement et les autres mesures de prévention de la COVID-19 ont poussé 6 millions d’autres personnes dans l’extrême pauvreté. 

L’ONU sera représentée à la réunion virtuelle par le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock. 

Journée mondiale de l’alimentation 

Aujourd’hui la Journée mondiale de l’alimentation est commémorée sur le thème « Cultiver, nourrir, préserver.  Ensemble.  Agissons pour l’avenir ». 

Dans son message pour marquer la Journée, le Secrétaire général déclare que l’attribution du prix Nobel de la paix au Programme alimentaire mondial (PAM) est une reconnaissance du droit de tous les peuples à l’alimentation et de notre quête commune de l’objectif « Faim zéro ».  Il souligne que dans un monde d’abondance, c’est proprement un affront que des centaines de millions de personnes aillent se coucher tous les soirs, le ventre vide.  

Coût d’une assiette de nourriture

Selon une étude publiée par le PAM, un repas de base est hors de portée pour des millions de personnes en 2020.  La pandémie de COVID-19 s’ajoute aux conflits, aux changements climatiques et aux difficultés économiques et exacerbe les problèmes de la faim dans le monde. 

Le rapport 2020 du PAM intitulé « Le coût d’une assiette de nourriture » énumère les pays où un simple repas, comme une assiette de riz ou de haricots, est plus coûteux, par rapport aux revenus de la population.  Le Soudan du Sud est à nouveau en tête de liste, avec des ingrédients de base qui coûtent la somme astronomique de 186% du revenu quotidien d’une personne.  Si un New-Yorkais devait payer la même proportion de son salaire, son repas de base coûterait 393 dollars.  

Dix-sept pays sur les 20 premiers de l’indice sont en Afrique sub-saharienne. 

Le rapport note que les conflits sont un facteur central de la faim dans de très nombreux pays. 

Kirghizistan 

L’ONU a pris note du transfert du pouvoir présidentiel au Premier Ministre, M. Sadyr Japarov, après la démission du Président. 

L’ONU a aussi pris note de l’annonce que le Premier Ministre a faite devant le Parlement sur la convocation de l’élection présidentielle. 

Dans ce contexte, l’ONU salue tous les efforts déployés pour remettre le pays sur la voie de la stabilité, au sein du cadre juridique et constitutionnel.  L’ONU réitère son appel à tous les acteurs politiques kirghizes pour qu’ils veillent à ce que leurs futures décisions soient prises de manière inclusive et transparente. 

L’ONU est déterminée à fournir tout l’appui nécessaire. 

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour le pays, Mme Natalia Gherman, est à Bichkek où elle s’est entretenue avec un large éventail de partenaires nationaux et internationaux sur la situation actuelle et l’implication future des Nations Unies.  Elle continuera ses discussions avec les autorités kirghizes, les principaux partis politiques, la société civile et les groupes de femmes et de jeunes. 

Syrie 

Les agences humanitaires indiquent qu’elles sont très préoccupées par le sort de plus de 64 000 personnes qui vivent dans des conditions difficiles dans le camp d’Al-Hol, dans le nord-est du pays, en particulier les femmes et les enfants qui représentent 94% de la population du camp. 

Quelque 34 000 enfant de moins de 12 ans y vivent et plus de 120 d’entre eux sont non accompagnés ou séparés de leur famille.  Ces enfants vivent dans un centre d’accueil provisoire. 

Il ne fait aucun doute que les conditions de vie à Al-Hol sont particulièrement difficiles.  Le mois dernier, les agents humanitaires ont dit à quel point ils sont alarmés par la détérioration de la situation sécuritaire, après la multiplication des incidents violents. 

Jusqu’ici, quatre cas de COVID-19 ont été confirmés mais le dépistage est relativement limité et une propagation grave demeure un risque évident. 

L’ONU et ses partenaires humanitaires fournissent une aide dans le camp mais cette aide ne saurait remplacer une solution durable pour tous habitants. 

Ces deux derniers mois, plus de 1 000 personnes auraient quitté le camp et des informations font état du plan des autorités locales d’accélérer et d’intensifier le départ des familles déplacées, ces prochains mois. 

Tout départ doit être volontaire, sûr, fondé sur une décision bien informée, digne et dans le meilleur intérêt de l’enfant. 

Mali 

Ce matin, le Secrétaire général a publié une déclaration dans laquelle il condamne fermement les deux attaques perpétrées contre la Mission de l’ONU hier, au cours de laquelle un explosif a touché un véhicule, tuant un soldat de la paix égyptien et blessant grièvement un autre. 

Liban 

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban, M. Ján Kubiš, a indiqué aujourd’hui, date du premier anniversaire des manifestations populaires dans le pays, que les manifestants ont semé les graines d’un changement systémique et que leur lutte continue. 

Il a salué le peuple libanais et rendu hommage à la mémoire des martyrs et aux blessés parmi les manifestants et les forces de sécurité.  Il a ajouté que les revendications et les besoins légitimes doivent être satisfaits. 

M. Kubiš a souligné le plein soutien de l’ONU au droit de manifester pacifiquement, comme partie intégrante de la liberté de réunion et de la liberté d’expression, lesquelles doivent être protégées, pour que les gens puissent pleinement en jouir dans les limites de l’état de droit. 

Il a ajouté que l’ONU reste aux côtés du Liban et de son peuple, dans la recherche d’un avenir juste, digne, prospère, stable et pacifique. 

COVID-19/Liban 

Pour améliorer la sécurité alimentaire des communautés d’accueil, les soldats de la paix de l’ONU ont lancé une campagne cette semaine en partenariat avec la Croix-Rouge et des volontaires visant à distribuer plus de 30 tonnes de colis de nourriture, au cours des prochaines semaines, dans cinq villages. 

La Force des Nations Unies vient aussi de fournir du matériel de transformation à une organisation qui travaille pour l’autonomisation des femmes dans un des villages du sud du pays.  

Libye 

La Mission de l’ONU a salué l’arrestation au début de la semaine d’Abd Al-Rahman Milad, plus connu sous le nom d’al-Bija.  Il a été arrêté par les agences du maintien de l’odore et le Gouvernement d’entente nationale.  Il était inscrit sur la liste du Comité des sanctions du Conseil de sécurité depuis juin 2018 pour son implication dans la traite des personnes et le trafic de carburant.   

La Mission a souligné qu’il est impératif d’assurer un procès juste, transparent et rapide à Abd Al-Rhamn Milad et à tous les individus qui sont actuellement en détention préventive.  L’ONU est déterminée à poursuivre son partenariat avec les autorités libyennes compétentes pour assurer un procès équitable et la primauté de l’état de droit. 

Afrique/Migration 

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé son tout premier rapport sur la migration africaine. 

Au XXIe siècle, cette migration s’effectue surtout par terre et pas par mer, et les destinations sont en très grande partie un autre pays africain, et pas l’Europe ou l’Amérique du Nord. 

On entend souvent des histoires d’Africains désespérés qui embarquent sur des bateaux dangereux pour traverser la Méditerranée vers l’Europe ou dans des voyages périlleux vers les États du Golfe.  Or, la plupart des migrants africains traversent tout simplement les frontières terrestres et pas les océans. 

Pauvreté 

Demain sera commémorée la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.  Dans son message, le Secrétaire général déclare que la pandémie de COVID-19 est une double crise pour les plus pauvres du monde.  Ils ont les risques les plus élevés d’être exposés au virus et le moins d’accès à des soins de santé de qualité.   Les estimations montrent aussi que la pandémie pourrait plonger 115 millions de personnes dans la pauvreté, cette année, soit la première augmentation pendant des décennies. 

Le Secrétaire général prendra part à une manifestation virtuelle demain, organisée par le Département des affaires économiques et sociales et l’ONG ATD-quart monde, avec l’appui des Missions permanentes du Burkina Faso et de la France. 

Contributions financières 

Le Mozambique et la Tanzanie ont payé la totalité de leur dû au budget ordinaire de l’ONU, faisant grimper le nombre des pays qui ont fait de même à 128. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.