Imprimer
dbf201015
15 octobre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 octobre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Yémen

M. Martin Griffiths, l’Envoyé spécial pour le Yémen, a déclaré aux membres du Conseil de sécurité que, dès ce matin, le ciel du Yémen avait vu un pont aérien d’espoir.  Les parties ont commencé à libérer les prisonniers et les détenus, dans un processus qui conduira à la libération de plus d’un millier de personnes.  L’Envoyé spécial a réitéré son appel aux parties à libérer sans conditions et immédiatement tous les civils détenus arbitrairement, y compris les journalistes et les prisonniers politiques.

M. Griffiths espère que la mise en œuvre de l’accord sur les prisonniers renforcera la confiance et l’élan en démontrant que le dialogue pacifique peut aboutir.  Pendant ce temps, son bureau continue de négocier un accord entre les parties sur une déclaration commune.  Il a déclaré que les deux parties restaient engagées dans les négociations, mais qu’elles n’étaient pas encore d’accord sur un texte. 

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a également fait un exposé devant le Conseil.  Il a averti que les experts sont de plus en plus inquiets de voir que la fenêtre pour prévenir la famine au Yémen se referme rapidement.  Pour éviter cela, il a prévenu que le Yémen a besoin d’un cessez-le-feu national et d’une solution politique.  Cela, a-t-il dit, aiderait le pays qui est au bord de la famine.

Corruption

Une déclaration a été publiée par le Secrétaire général, aujourd’hui, sur la corruption dans le contexte de la pandémie COVID-19 en cours. 

M. Guterres a déclaré que la lutte contre le virus offre de nouvelles possibilités d’exploiter la faiblesse des systèmes de contrôle et le manque de transparence, de détourner des fonds destinés aux populations au moment où elles en ont le plus besoin. 

Le Secrétaire général a déclaré que nous devons œuvrer ensemble pour mettre fin à ce vol et à cette exploitation en réprimant les flux financiers illicites et les paradis fiscaux; en s’attaquant aux intérêts particuliers qui bénéficient du secret et de la corruption; et en exerçant la plus grande vigilance sur la manière dont les ressources sont dépensées au niveau national. 

« Ensemble, nous devons créer sans délai des systèmes plus solides de responsabilité, de transparence et d’intégrité », a-t-il déclaré.  Il a exhorté tous les gouvernements à utiliser les instruments prévus dans la Convention des Nations Unies contre la corruption.  

Soudan

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Corne de l’Afrique, M. Parfait Onanga-Anyanga, est aujourd’hui à Khartoum pour travailler avec les autorités soudanaises avant la réunion du Conseil de sécurité de la semaine prochaine, prévue jeudi 22 octobre, sur la résolution 2046. 

Jusqu’à présent, M. Onanga-Anyanga a rencontré le Premier Ministre, le Président du Conseil souverain ainsi que d’autres ministres, dont ceux de la défense et des affaires étrangères.  Ce soir, M. Onanga-Anyanga rencontrera des membres de l’équipe de médiation sud-soudanaise.  Il quittera Khartoum demain. 

Soudan du Sud

Au Soudan du Sud, 800 000 personnes ont été touchées par les inondations depuis juillet.  Le Fonds central d’intervention d’urgence de l’ONU a alloué 10 millions de dollars pour apporter une aide vitale à 360 000 des personnes les plus vulnérables. 

Ces fonds s’ajoutent aux 10 millions de dollars débloqués plus tôt par le Coordonnateur humanitaire par l’intermédiaire du Fonds humanitaire du Soudan du Sud pour lancer la riposte aux inondations. 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré qu’un montant supplémentaire de 46 millions de dollars est nécessaire pour répondre aux besoins immédiats dus aux inondations d’ici à la fin de 2020. 

Même si la plupart des personnes touchées par les inondations ont bénéficié d’une aide alimentaire et que plus de 100 000 personnes ont reçu un soutien dans des domaines tels que la santé et les abris, une aide plus importante est nécessaire sachant que beaucoup de personnes sont toujours déplacées. 

L’OCHA a également appelé à accroître les investissements dans la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation aux changements climatiques afin d’éviter que la même crise ne se répète, année après année. 

Afghanistan  

En réponse aux questions posées sur la situation en Afghanistan, l’OCHA a déclaré que les combats qui ont commencé le 11 octobre entre les Forces de sécurité nationales afghanes et un groupe armé non étatique se poursuivaient avec des affrontements sporadiques signalés aujourd’hui, près de la ville de Lashkargah, dans la province du Helmand. 

La route entre l’ouest de l’Afghanistan et Kandahar aurait été rouverte après avoir été bloquée en raison de la présence d’engins explosifs improvisés et de quelques affrontements armés.  La route entre Kandahar et Lashkargah demeure fermée.  Le manque de réseaux téléphoniques continue d’avoir un impact sur le flux d’information. 

Des rapports indiquent que trois établissements de santé ont été occupés par des parties au conflit.  L’ONU et ses organisations partenaires travaillent avec les autorités locales pour résoudre cette situation. 

Selon les premières estimations des autorités locales, 35 000 personnes ont été déplacées dans la ville de Lashkargah.  Hier, quatre équipes conjointes de l’ONU et d’évaluation humanitaire ont été déployées pour évaluer et vérifier les besoins. 

Les organisations humanitaires de la ville sont prêtes à couvrir les besoins immédiats, notamment l’eau, l’assainissement et les services d’hygiène, les articles non alimentaires, les tentes, la nourriture et la fourniture de services médicaux. 

Nigéria

Concernant les manifestations en cours au Nigéria demandant la dissolution de la Brigade spéciale de lutte contre les vols ainsi que la fin des violations des droits de l’homme qui auraient été commises par les forces de sécurité nigérianes, le Secrétaire général a souligné l’importance du respect par les autorités des manifestations pacifiques et de la liberté de réunion. 

Il a appelé les forces de sécurité à faire preuve d’un maximum de retenue dans le maintien de l’ordre lors des manifestations.

Il s’est félicité des décisions du Gouvernement nigérian de dissoudre la Brigade spéciale de lutte contre les vols et d’entreprendre des réformes en profondeur au sein la police.  Il a exprimé la volonté de l’ONU d’accompagner le Nigéria dans ces efforts.

COVID-19 - Namibie

L’équipe des Nations Unies dirigée par le Coordonnateur résident Sen Pang aide les autorités namibiennes à prévenir la propagation de COVID-19 et à faire face à ses impacts socioéconomiques.  L’ONU a sécurisé l’octroi de près de 2 millions de dollars pour soutenir la réponse sanitaire, via l’achat de fournitures médicales et le renforcement des capacités de traitement.

Les Nations Unies soutiennent aussi la réponse nationale à la sécheresse, afin de protéger l’environnement et les familles qui en dépendent pour vivre.  Pour permettre aux réserves communales de rester ouvertes et pour lutter contre le braconnage et la déforestation, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a lancé une plateforme de commerce électronique pour les communautés rurales touchées par le ralentissement de l’écotourisme. 

COVID-19 - Région Asie-Pacifique

Dans la région Asie-Pacifique, un nouveau rapport des Nations Unies constate qu’il faut des systèmes de protection sociale complets pour lutter contre la COVID-19, mais que de nombreux pays de la région n’en ont pas, malgré leur rapide développement socioéconomique. 

La moitié de la population de la région Asie-Pacifique ne jouit d’aucune couverture sociale: le rapport exhorte les gouvernements à accroître leurs investissements pour lutter contre la pauvreté et améliorer les systèmes de santé, entre autres. 

COVID-19 - Installations pour le lavage des mains

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a averti aujourd’hui qu’alors que le lavage des mains au savon est essentiel dans la lutte contre le virus, des millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à un endroit où se laver les mains. 

Selon les dernières estimations, seules 3 personnes sur 5 dans le monde disposent d’installations de base pour se laver les mains.  Quarante pour cent de la population mondiale, soit environ trois milliards de personnes, ne disposent pas d’un endroit dans leur domicile où ils peuvent se laver les mains avec de l’eau et du savon. 

L’UNICEF a également souligné que 43% des écoles ne disposent pas de lavabos avec de l’eau et du savon, ce qui concerne 818 millions d’enfants en âge d’aller à l’école. 

Israël - Palestine

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, a pris note aujourd’hui de la construction par Israël de près de 5 000 unités de logement en Cisjordanie.  Il a déclaré que la construction de colonies est illégale au regard du droit international et constitue l’un des principaux obstacles à la paix. 

Le nombre important et la localisation de ces constructions sont très préoccupants pour tous ceux qui restent engagés dans la réalisation de la paix israélo-palestinienne, a-t-il ajouté.  Elles compromettent la perspective de parvenir à une solution viable à deux États, en érodant systématiquement la possibilité d’établir un État palestinien contigu, indépendant et vivant côte-à-côte avec Israël dans la paix et la sécurité. 

M. Mladenov a appelé les autorités à cesser immédiatement toutes les activités liées à la colonisation. 

Israël - Liban

Hier, le Secrétaire général a publié une déclaration saluant le lancement des discussions sur la délimitation de la frontière maritime entre le Liban et Israël, suite à l’accord-cadre annoncé le 1er octobre.     

Colombie

Hier après-midi, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, M. Carlos Ruiz Massieu, a tenu une réunion d’information avec les membres du Conseil de sécurité. 

Presque quatre ans après la conclusion des négociations ayant conduit à l’accord de paix final, des réalisations historiques et indéniables sont en cours de route, mais d’énormes défis restent à relever, a-t-il déclaré.

Il a également indiqué que si la violence a globalement diminué depuis la signature de l’accord, certaines régions du pays continuent de subir des attaques contre les défenseurs des droits de l’homme, des anciens combattants et des communautés entières.

Journée internationale des femmes rurales

Aujourd’hui est célébrée la Journée internationale des femmes rurales, dont le thème cette année est: « Renforcer la résilience des femmes rurales dans le sillage de la COVID-19 ». 

Dans le message qu’il a adressé à cette occasion, le Secrétaire général a déclaré que les femmes rurales jouent un rôle essentiel dans l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition, le renforcement de la résilience au climat, ainsi que la gestion des terres et des ressources naturelles.  Il a cependant ajouté que beaucoup d’entre elles souffrent de discrimination, de racisme systémique et de pauvreté structurelle. 

Il a appelé à investir pour que les femmes rurales puissent accéder aux soins de santé, à la protection sociale et aux services d’information agricole dont elles ont besoin. 

Point presse de demain

L’invité de demain sera M. David Beasley, Chef du Programme alimentaire mondial (PAM). 

Une réunion d’information virtuelle sera animée à 13 h 30 par Mme Fionnuala Ní Aoláin, Rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.