Print
dbf200821
21 août 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 21 août 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Victimes du terrorisme

Ce matin, le Secrétaire général a déclaré que la troisième commémoration de la Journée internationale du souvenir, en hommage aux victimes du terrorisme avait lieu alors que le monde était en ébullition. 

Les services vitaux pour les victimes, tels que les processus de justice pénale et le soutien psychologique, ont été interrompus, retardés ou interrompus pendant que les gouvernements concentrent leur attention et leurs ressources sur la lutte contre la pandémie. 

Cela comprend le premier Congrès mondial des Nations Unies sur les victimes du terrorisme, qui a été reporté à l’année prochaine à cause du virus. 

Malgré cela, a déclaré le Secrétaire général, il est important de garder un œil sur les questions importantes. 

Il a déclaré que l’ONU continuerait à soutenir les efforts des États Membres pour rédiger et adopter des législations et des stratégies nationales pour aider les victimes, ajoutant un appel à aller de l’avant dans la mise en place d’un programme financé sur une base volontaire pour aider les États Membres à fournir une assistance durable à long terme aux victimes. 

Les victimes devraient nous rappeler chaque jour l’importance de nos efforts de lutte contre le terrorisme, a-t-il conclu.  Mettons en place des mesures qui respectent leurs droits à la justice, à la protection, au soutien et à la réadaptation, afin qu’ils puissent mieux reconstruire leur vie, a-t-il déclaré. 

M. Voronkov, Secrétaire général adjoint et Chef du Département de la lutte contre le terrorisme, a également pris la parole à la conférence.   

Mali

Hier soir, une équipe de responsables des droits de l’homme de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali (MINUSMA) a eu accès au Président Keita, ainsi qu’à d’autres détenus, détenus par les mutins depuis mardi.  La Mission continue de suivre de près la situation et rapporte que Bamako reste relativement calme, sans incident de sécurité majeur, malgré le rassemblement en cours pour soutenir les événements de ces derniers jours.  La Mission des Nations Unies rapporte que le CNSP, qui est la Commission Nationale pour le Salut du Peuple, a ordonné la réouverture des frontières du Mali, y compris l’aéroport.  Deux vols UN ont décollé aujourd’hui.  Nous avons réitéré notre appel au rejet de la violence, au respect de l’état de droit et à la préservation des droits de tous les Maliens, y compris ceux du Président et des hauts responsables gouvernementaux qui sont toujours en détention. 

Dans le nord du Mali, la Mission des Nations Unies rapporte que des émeutes intercommunautaires et des pillages ont eu lieu à Gao pendant la nuit.  Les soldats de la paix sont en état d’alerte lorsqu’ils patrouillent dans la ville.  La Mission renforce également ses bons offices et rencontre les dirigeants communautaires pour empêcher une escalade de la violence. 

L’ONU peut confirmer que le convoi logistique de la MINUSMA a été touché par un engin explosif improvisé dans la région de Gao et a été attaqué par des assaillants non identifiés.  Quatre Casques bleus de l’ONU ont été blessés, mais d’autres ont réussi à repousser l’attaque et la Mission a réussi à mener à bien des évacuations médicales pour les blessés.   

Liban/Humanitaire

La première cargaison de 12 500 tonnes de farine de blé du Programme alimentaire mondial (PAM) a été déchargée au port de Beyrouth aujourd’hui.  L’expédition aidera à stabiliser les prix et les approvisionnements nationaux en pain.  Le PAM a également distribué des vivres à quelque 3 600 personnes. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a distribué 25 tonnes d’équipements de protection individuelle à 25 hôpitaux recevant à la fois des traumatismes et des cas de COVID-19 à Beyrouth et dans les environs. 

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a distribué plus de 2 500 kits d’abris. 

Pour sa part, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et ses partenaires engagent plus de 1 100 jeunes, y compris des volontaires palestiniens, à nettoyer et à réhabiliter les maisons. 

À ce jour, l’appel de 565 millions de dollars pour le Liban est financé à 8%, avec un total de 43 millions de dollars reçus.  Ce montant augmentera probablement à mesure que les États Membres continueront de déclarer leurs contributions. 

Le Haut-Commissaire pour les réfugiés (HCR), M. Filippo Grandi, vient de terminer une visite de quatre jours au Liban.  Il a réaffirmé le soutien immédiat du HCR aux plus de 100 000 personnes gravement touchées par les explosions à Beyrouth. 

Au cours de sa visite, il a vu les effets dévastateurs de l’explosion et a rencontré des familles libanaises et des réfugiés.  Il a également appelé la communauté internationale à poursuivre son appui généreux et à se tenir aux côtés du peuple libanais en cette période difficile.  

Liban/Maintien de la paix

 Les Casques bleus de l’ONU aident à lutter contre la pandémie de COVID-19 et soutiennent les gens à la suite des explosions. 

Les soldats de la paix de la FINUL dans le sud du Liban ont fait don de quatre ventilateurs aux unités de soins intensifs et de pneumologie des hôpitaux publics de Tyr, au sud du Liban. 

Une centaine de soldats de la paix ont donné du sang pour les victimes des explosions.  L’initiative, organisée en coordination avec la Croix-Rouge libanaise, vise à combler les lacunes dans l’approvisionnement en sang. 

Il y a eu un événement similaire la semaine dernière au quartier général de la Mission, au cours duquel près de 100 autres soldats de la paix ont également donné leur sang. 

Yémen

L’ONU et ses partenaires sont unanimes pour dire qu’ils peuvent et continuent de fournir une aide de principe au Yémen, malgré les défis.  Le plus gros problème auquel les agences humanitaires sont actuellement confrontées est le manque de fonds. 

Le Coordonnateur adjoint des secours par intérim pour l’ONU, M. Ramesh Rajasingham, a averti le Conseil de sécurité cette semaine que les principaux programmes humanitaires sont fermés en raison du manque de fonds.  Mme Lise Grande, la Coordinatrice humanitaire a lancé un appel similaire dans la semaine. Le Plan de réponse humanitaire pour le Yémen n’est financé qu’à hauteur de 21% sur 3,38 milliards de dollars demandés - le niveau de financement le plus bas jamais atteint, à ce stade de l’année.  Une grande partie de ce déficit est due à la diminution du soutien des voisins du Yémen dans le Golfe.  L’ONU appelle tous les donateurs à s’acquitter immédiatement des promesses en souffrance et appelle ceux qui ne se sont pas engagés, ou qui se sont engagés moins que l’année dernière, à accroître leur soutien. 

Le HCR a déclaré aujourd’hui que quelque 300 000 personnes dans le pays ont perdu leurs maisons, leurs récoltes, leur bétail et leurs effets personnels au cours des trois derniers mois en raison de pluies torrentielles et de graves crues soudaines.  Parmi les personnes nouvellement déplacées, il y a des personnes qui ont déjà dû fuir en raison du conflit et qui doivent à nouveau reconstruire leur vie et leur communauté. 

Ebola 

Le nombre de cas d’Ebola dans la province d’Équateur en République démocratique du Congo atteint désormais 100, dont 43 personnes décédées.  Les cas se sont également propagés de la ville de Mbandaka à 11 des 17 zones de santé de la province.  Le Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, a déclaré qu’avec 100 cas d’Ebola en moins de 100 jours, l’épidémie dans la province d’Équateur évolue de manière très préoccupante.  L’OMS affirme que l’épidémie présente des défis logistiques importants.  Cela peut prendre des jours pour atteindre les populations touchées, les intervenants et les approvisionnements devant souvent traverser des zones sans routes et nécessiter de longues périodes de navigation fluviale.  La plupart des intervenants ont été mobilisés localement sous la direction du Gouvernement congolais.  Il y a actuellement 90 experts de l’OMS sur le terrain, ainsi que des experts de 20 autres organisations partenaires.  Depuis le début de l’épidémie, l’OMS a apporté son soutien à la vaccination de plus de 22 000 personnes à haut risque. Malgré ces efforts, l’OMS a déclaré que la riposte est sous-financée et qu’il y a un besoin critique de soutien supplémentaire. 

Burkina Faso

Selon de nouvelles estimations, environ 3,3 millions de personnes vivent actuellement dans l’insécurité alimentaire aiguë.  Il s’agit d’une augmentation de plus de 50% depuis mars.  L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et le Programme alimentaire mondial appellent à une action urgente. Deux provinces de la région du Sahel -Oudalan et Soum– sont passées dans la phase d’urgence d’insécurité alimentaire.  Environ 3% des habitants de ces régions du nord souffriraient de niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë.  Ils sont confrontés à des écarts de consommation alimentaire extrêmes, ce qui entraîne également des niveaux alarmants de malnutrition.  Si une aide humanitaire urgente vitale est nécessaire pour répondre aux besoins immédiats, selon les agences, des investissements à plus long terme dans les moyens de subsistance et les services sociaux ruraux sont également essentiels -en particulier pour qu’ils puissent aider à renforcer la cohésion sociale et contribuer à la paix. 

COVID-19/Soudan du Sud

Les Casques bleus de l’ONU au Soudan du Sud continuent d’aider les autorités locales dans leur lutte contre le virus.  L’ONU a fait don de 6 000 masques faciaux aux personnes déplacées à l’intérieur du pays sur le site de protection des civils à Malakal et dans d’autres localités. 

En collaboration avec ses partenaires, la Mission de l’ONU a également commandé la production locale d’un grand nombre de masques faciaux à donner aux personnes déplacées et à d’autres personnes dans le besoin. 

Amérique latine

Une nouvelle enquête publiée aujourd’hui par l’Agence des Nations Unies pour les migrations a révélé que près de 60% des personnes ayant l’intention de migrer ont décidé de reporter ou d’annuler leurs projets en raison de la pandémie.  En outre, plus de 20% de ceux qui vivent déjà en tant que migrants envisagent de rentrer dans leur pays d’origine dès que leurs conditions économiques ou les mesures sanitaires adoptées par leur pays leur permettent de le faire.  Environ la moitié de tous les migrants d’Amérique centrale et du Mexique ont perdu leur emploi en raison de la pandémie. 

Plus de 1 600 personnes ont participé à cette enquête, lancée en juin pour mesurer et comprendre l’impact de la pandémie sur les plans de migration. 

L’enquête a également révélé que quatre migrants sur 10 ayant un emploi ont vu leurs heures de travail diminuer ou leurs salaires réduits en raison du virus. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.