Imprimer
Dbf200806
6 août 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 6 août 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général/Hiroshima

Aujourd’hui marque le Soixante-quinzième anniversaire du bombardement atomique d’Hiroshima.  Le Secrétaire général a rendu hommage aux victimes dans un message vidéo diffusé à l’occasion de la Cérémonie du Mémorial de la paix.

Il a noté que la naissance des Nations Unies en cette même année fatidique de 1945 est à jamais liée à la mort qui s’est abattue sur Hiroshima et Nagasaki.

Dès ses débuts et ses premières résolutions, a déclaré le Secrétaire général, l’Organisation a reconnu la nécessité d’éliminer entièrement les armes nucléaires, mais cet objectif n’a toujours pas été atteint.

Soixante-quinze ans, c’est bien trop long pour ne pas avoir appris que la possession d’armes nucléaires diminue, plutôt que renforce, la sécurité, a-t-il souligné.

Le Secrétaire général a réitéré son appel aux États pour qu’ils reviennent à une vision commune et à une voie menant à l’élimination totale des armes nucléaires.

Outre les hibakusha, les survivants du bombardement atomique, il a estimé que nous devons écouter les voix et les idées des jeunes qui militent pour la cause du désarmement.

Le Secrétaire général a également diffusé un message vidéo aujourd’hui lors d’un dialogue organisé par la préfecture d’Hiroshima au sujet du Soixante-quinzième anniversaire de l’ONU.

Dans ce message, il a déclaré que ce jalon était une occasion importante de faire le point et d’examiner comment l’ONU peut intensifier ses efforts dans l’ensemble de l’organisation pour atteindre ses objectifs communs de paix, de droits de l’homme et de développement durable.

Liban

La Coordonnatrice résidente et de l’action humanitaire de l’ONU et Coordonnatrice spéciale adjointe pour le Liban, Mme Najat Rochdi, a déclaré aujourd’hui que la crise qui a suivi l’explosion de mardi nécessite le soutien de tous pour surmonter les effets dévastateurs de la crise sur le peuple libanais et le pays.  Mme Rochdi a réaffirmé l’engagement du Secrétaire général à soutenir le Liban en cette période difficile.

Mme Rochdi a débloqué 9 millions de dollars du Fonds humanitaire pour le Liban, et le Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, M. Mark Lowcock, débloquera des fonds supplémentaires du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) pour répondre aux besoins immédiats et aider à renforcer la capacité des hôpitaux existants.  Cela comprend l’élargissement et la création d’unités de soins intensifs (USI) supplémentaires si nécessaire, et la fourniture de kits de traumatologie, de respirateurs, de fournitures médicales et de médicaments.

Les organisations de santé ont déjà lancé le processus d’achat de matériel médical et de fournitures pour soutenir l’intervention d’urgence.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) fournit une assistance pour couvrir 1 000 interventions traumatologiques et 1 000 interventions chirurgicales pour les personnes souffrant de brûlures et de blessures provoquées par les éclats de verre et d’autres débris résultant de l’explosion.

L’OMS indique que l’explosion a rendu trois hôpitaux inopérants et que deux autres ont subi des dommages importants.  L’équivalent de 500 lits d’hôpitaux a été perdu en raison des dégâts.

D’autres évaluations sont en cours en coordination avec le Ministère libanais de la santé pour identifier les capacités disponibles, les besoins matériels et les lacunes opérationnelles dans le secteur de la santé.  Les organisations de santé ont commencé à se procurer du matériel et des fournitures médicales.

Pour appuyer l’intervention d’urgence, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) déploie des équipes SURGE comprenant des experts du Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) et de l’Équipe des Nations Unies pour l’évaluation et la coordination en cas de catastrophe.

Le port de Beyrouth étant inopérant, l’ONU et ses partenaires œuvrent pour ajuster les réseaux logistiques afin d’assurer la durabilité des opérations.  Le matériel humanitaire sera probablement redirigé via le port de Tripoli.  Ce changement pourrait avoir des conséquences néfastes pour certaines chaînes d’approvisionnement, les capacités du port de Tripoli étant inférieures à celle du port de Beyrouth.  L’aéroport international de Beyrouth demeure ouvert aux vols passagers et de fret.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) indique qu’elle poursuit son évaluation du navire de son équipe spéciale maritime qui a été endommagé lors des explosions qui se sont produites à Beyrouth mardi.  Les dirigeants de la FINUL ont visité le navire dans le port de Beyrouth aujourd’hui.  Les dirigeants de la Force se sont également rendus dans les hôpitaux de la capitale et de Saida au chevet des Casques bleus du Bangladesh qui ont été blessés.  Suite aux explosions, 23 Casques bleus bangladais de la FINUL ont été admis dans des hôpitaux.  Dix-huit d’entre eux ont été libérés depuis et deux Casques bleus demeurent dans un état critique mais stable.

La FINUL continue d’intervenir auprès des autorités libanaises et réitère son offre d’aider les autorités et le peuple libanais à faire face aux conséquences des explosions.

Conseil de sécurité

Ce matin, lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacré aux liens entre le terrorisme et la criminalité organisée, la Directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Mme Ghada Waly, a déclaré que la crise de la COVID-19 pose une foule de nouveaux défis aux autorités nationales.

Des réponses globales et coopératives sont plus que jamais nécessaires, a-t-elle dit, car les groupes criminels organisés et les terroristes peuvent chercher à tirer parti et à exploiter de nouvelles vulnérabilités. 

M. Vladimir Voronkov, Secrétaire général adjoint et chef du Bureau de lutte contre le terrorisme de l’ONU, a ajouté que les terroristes exploitent les perturbations importantes et les difficultés économiques causées par la pandémie de COVID-19 pour répandre la peur, la haine et la division et radicaliser et recruter de nouveaux adeptes.  L’augmentation de l’utilisation d’Internet et de la cybercriminalité pendant la pandémie aggrave encore le problème.

Les deux intervenants ont souligné le soutien de l’ONU pour aider les États Membres à mettre en œuvre des mesures pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, et renforcer la sécurité aux frontières, entre autres.  M. Voronkov, a conclu en appelant à poursuivre la lutte contre les groupes terroristes et les réseaux criminels afin de leur refuser la possibilité d’exploiter la crise de la COVID-19.

COVID-19/Maintien de la paix

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a récemment formé 70 jeunes de Bentiu à des compétences informatiques avancées pour faire face à l’impact économique de la pandémie de COVID-19 dans la région de l’Unité.  La formation visait à aider ces jeunes à trouver un emploi et à devenir économiquement indépendants.

Les Casques bleus ont également fait don d’ordinateurs et d’imprimantes au Centre de la jeunesse de Bentiu.

Au Kosovo, la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) a soutenu de jeunes bénévoles cyclistes qui ont livré plus de 600 masques réutilisables à 200 familles vulnérables, et plus de 1 000 affiches arborant des informations de sensibilisation sur la COVID-19.  L’activité a été organisée par un réseau multiethnique de jeunes artisans de la paix.

La MINUK soutient cette initiative et d’autres qui visent à jeter des ponts entre les communautés dans le contexte de la sensibilisation à la lutte contre la COVID-19.

Inondations au Soudan

Au Soudan, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que l’intensification des fortes pluies y a provoqué des inondations et des glissements de terrain, et détruit des infrastructures, des maisons et des moyens de subsistance.  Plus de 50 000 personnes ont été touchées, les États du Darfour méridional, du Kordofan occidental et de Gazira étant les plus durement touchés.

Ces tempêtes entravent la production de cultures, augmentent le risque d’épidémies, et entravent la réponse à la pandémie de COVID-19.  Des milliers de personnes ont été déplacées à la suite de l’effondrement d’un barrage qui a atteint sa pleine capacité la semaine dernière.

L’ONU et ses partenaires soutiennent les efforts d’intervention menés par le Gouvernement et fournissent de l’aide à ceux qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance.  Des vols transportant des fournitures d’urgence ont atteint l’État du Nil-Bleu, où les routes sont impraticables, et de la nourriture, des médicaments et d’autres fournitures ont été distribués dans les zones touchées.

COVID-19/Bhoutan

Au Bhoutan, où il y a eu plus de 100 cas de COVID-19 mais aucun décès, l’équipe de l’ONU, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Gerald Daly, travaille en étroite collaboration avec les autorités sur une réponse sanitaire et socioéconomique à la pandémie. 

L’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) fournissent du matériel de protection, de laboratoire, médical et de nettoyage pour accroître les capacités de dépistage et de traitement, tandis que le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) forme les agents de santé maternelle et reproductive.  Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) fournit un soutien et du matériel en matière de technologie de l’information pour le traçage et la surveillance des contacts dans les zones frontalières.

L’ONU mobilise également plus de 9 millions de dollars pour aider à atténuer l’impact de la crise sur l’économie, en particulier le secteur du tourisme, et pour aider le secteur agricole et les personnes déplacées par la pandémie.

L’UNICEF forme également des centaines de jeunes volontaires à la prévention des infections et, en collaboration avec l’UNESCO et le Programme alimentaire mondial (PAM), fournit du matériel d’apprentissage et un soutien au plan national de réouverture des écoles.

COVID-19/Îles du Pacifique

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé aujourd’hui son service aérien humanitaire pour aider les pays et territoires des îles du Pacifique.

Le premier vol, qui a quitté Nadi, aux Fidji, pour se rendre à Port Moresby en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a livré 44 m3 de fournitures médicales, y compris des respirateurs et des masques, pour appuyer la réponse de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à la pandémie de COVID-19. 

Les fournitures ont été transportées pour le compte du Forum des îles du Pacifique, à l’appui de la Pacific Humanitarian Pathway on COVID-19, qui est une plateforme de coordination régionale établie par les 18 pays du Forum des îles du Pacifique pour faciliter le déplacement rapide et en temps voulu de l’aide médicale et humanitaire dans toute la région.

La fermeture des aéroports et l’immobilisation des aéronefs en raison de la COVID-19 ont considérablement réduit les services aériens commerciaux, exerçant une pression sur les chaînes d’approvisionnement de la région et rendant de plus en plus difficile, pour les organisations humanitaires et sanitaires, d’acheminer des fournitures et du personnel essentiels là où ils sont le plus nécessaires.

COVID-19/Amérique latine et les Caraïbes

La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a déclaré aujourd’hui que le commerce extérieur de la région connaîtra une forte baisse de 23% en 2020 en raison des effets économiques découlant de la pandémie de COVID-19.  Cette diminution dépassera la baisse de 21% enregistrée lors de la crise financière de 2009.

Cette chute se produit dans un contexte mondial où le commerce international a accumulé une baisse de 17% de son volume entre janvier et mai 2020.  L’Amérique latine et les Caraïbes sont la région en développement la plus touchée par cette situation, et elle sera marquée principalement par la réduction des expéditions de produits manufacturés, de minéraux et de carburant.

Indice des prix alimentaires

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué aujourd’hui que les prix des denrées alimentaires continuaient d’augmenter pour le deuxième mois consécutif en juillet, sous l’effet des huiles végétales et des produits laitiers.  L’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 94,2 points en juillet, soit une hausse de 1,2% par rapport à juin et de près de 1% par rapport à juillet 2019.

Unis contre le racisme

L’UNESCO a publié aujourd’hui une vidéo de plaidoyer intitulée « Unis contre le racisme ».  Dans la vidéo, d’éminentes personnalités du monde entier ont rejoint l’UNESCO pour dénoncer la discrimination raciale croissante.  Ce film en noir et blanc présente les messages de femmes et d’hommes de premier plan issus du monde du cinéma, des médias, de la musique, du sport et des sciences aux côtés de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Nomination du haut fonctionnaire

Aujourd’hui, le Secrétaire général a nommé Mme Hannan Sulieman, du Soudan, Sous-Secrétaire générale et Directrice exécutive adjointe chargée de la gestion du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Mme Sulieman, qui a une expérience de plus 27 ans à l’UNICEF, assurait déjà l’intérim à ce poste.  Son expertise dans la gestion, les opérations et les politiques publiques a permis d’aboutir à des performances optimales dans plusieurs divisions de l'UNICEF.  Elle a auparavant été Chef de cabinet et directrice du Bureau du Directeur exécutif (2016-2019).

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.