Print
Dbf200730
30 Juillet 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 juillet 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M.  António Guterres, Secrétaire général de l’ONU: 

Afghanistan 

Le Secrétaire général se félicite de ce que le Gouvernement afghan et les Taliban aient annoncé un cessez-le-feu pour permettre au peuple afghan de célébrer en paix la fête de l’Eïd al-Adha.

Le Secrétaire général exhorte toutes les parties concernées à saisir cette occasion et à adhérer à un processus de paix mené et dirigé par les Afghans.   Seul un accord de paix peut mettre un terme aux souffrances en Afghanistan.   Le Secrétaire général réitère l’urgence d’un cessez-le-feu durable pour faire face au défi de la COVID-19 et souligne la disposition des Nations Unies à fournir toute l’assistance dont les parties pourraient avoir besoin. 

Note de synthèse Asie du Sud-Est 

La note de synthèse du Secrétaire général sur l’impact de la COVID-19 en Asie du Sud-Est a été publiée aujourd’hui.

Elle indique que les gouvernements de la région ont promptement agi pour combattre la pandémie et éviter ses pires effets, la coopération régionale ayant été robuste dans de multiples secteurs. 

Les cas confirmés de COVID-19 et les décès associés ont été significativement plus faibles, par habitant, en Asie du Sud-Est que dans la plupart des autres régions du monde, mais l’impact sanitaire, économique et politique a frappé le plus durement les plus vulnérables. 

Dans un message vidéo diffusé à l’occasion de la publication de la note, le Secrétaire général a déclaré que l’ONU est fermement attachée au partenariat avec les pays d’Asie du Sud-Est: nous continuerons d’aider à placer la région sur la voie de la réalisation des objectifs de développement durable et d’un avenir pacifique pour tous. 

Secrétaire général/Soudan

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général s’est dit profondément préoccupé par l’aggravation de la violence dans de nombreuses parties de la région du Darfour au Soudan, en particulier les attaques dans le Darfour occidental, le 25 juillet et dans le Darfour du Nord, le 13 juillet, au cours desquelles des dizaines de personnes ont été tuées et plus de 1  500 maisons, incendiées, causant des milliers de déplacés, en besoin urgent d’aide humanitaire.   

Le Secrétaire général salue la réaction des autorités soudanaises, sous le leadership du Premier Ministre Abdala Hamdok, et appelle à une enquête pour garantir l’établissement des responsabilités.   Les attaques aveugles contre les civils constituent une violation des droits de l’homme et du droit international humanitaire.   Le Secrétaire général réitère l’engagement des Nations Unies à appuyer la mise en œuvre de la stratégie nationale de protection que vient d’élaborer le Gouvernement de transition.   L’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) continuera de se concentrer sur son mandat de protection et les partenaires humanitaires continueront de fournir l’aide d’urgence.  

Le Secrétaire général exhorte tous les groupes armés, en particulier ceux qui ne se sont pas joints aux pourparlers de paix de Jouba, à résoudre leurs problèmes par un processus politique.   Au moment où le Soudan poursuit son processus de transition démocratique, il est clairement impératif de mettre fin au conflit au Darfour avec un accord de paix définitif et inclusif.   

Libye

Dans un nouveau rapport, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) recense au moins 358 victimes civiles, dont 106 morts et 252 blessés, au cours des mois d’avril, mai et juin.  Ce chiffre représente une augmentation de 173% du nombre de victimes civiles par rapport au premier trimestre 2020. 

Les combats au sol ont été la principale cause de pertes parmi les civils, suivis des restes explosifs de guerre et des frappes aériennes. 

L’augmentation globale du nombre de victimes civiles est due à une forte escalade des hostilités, malgré les appels à la cessation des hostilités formulés par l’ONU et de nombreux États Membres. 

La MANUL renouvelle son appel à toutes les parties au conflit, les engageant à cesser immédiatement toutes les opérations militaires et à respecter le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire, afin de protéger les civils et permettre aux autorités de répondre à la menace de la COVID-19. 

Zimbabwe 

Au Zimbabwe, où 60% de la population devrait être en situation d'insécurité alimentaire d’ici à la fin de l’année, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé aujourd’hui un appel pour lever 250 millions de dollars supplémentaires.

Le PAM a déclaré que la crise de la faim, déjà grave, est exacerbée par la pandémie de COVID-19.  Le PAM appelle à un soutien international pour éviter ce qu’il appelle une catastrophe humanitaire potentielle.

Le confinement à l’échelle nationale a provoqué un chômage massif dans les zones urbaines, tandis que la faim augmente dans les zones rurales en raison du retour, dans leurs villages, de migrants désormais sans emploi et de l’absence d’envois de fonds essentiels. 

L’hyperinflation a poussé les prix des produits de base au-delà des moyens de nombreux Zimbabwéens. 

En raison du manque de financement, le PAM ne pourra aider que 700 000 des 1,8 million de personnes qu’il avait l’intention d’atteindre.  Avec des ressources supplémentaires, le PAM espère toucher 4 millions de personnes parmi les plus vulnérables cette année.

COVID-19/Maintien de la paix

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a fourni à la Croix-Rouge, dans le district de Tyr au sud du Liban, des médicaments et du matériel médical, y compris un appareil à ultrasons portable.  Ce don devrait être bénéfique à 200 000 personnes et limitera l’exposition potentielle des patients à la COVID-19.  Les médecins qui participent aux interventions d’urgence de lutte contre le coronavirus seront mieux équipés pour effectuer le diagnostic au domicile des patients.

De son côté, la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP) a appuyé une discussion en ligne destinée aux jeunes afin de leur fournir plus d’informations sur le virus.  Les jeunes participants de Paralimni et Deryneia ont discuté de la manière dont la pandémie a affecté leur vie quotidienne et leur avenir, son impact sur les groupes vulnérables et les moyens par lesquels les jeunes peuvent collaborer pour surmonter les défis.

Empoisonnement au plomb/Enfants

Un nouveau rapport lancé aujourd’hui par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ((UNICEF) et « Pure Earth » prévient que l’empoisonnement au plomb affecte les enfants à une échelle massive, jusqu’ici inconnue.

Selon le rapport, environ un enfant sur 3, soit 800 000 dans le monde, a des niveaux de plomb dans le sang d’au moins 5 microgrammes per décilitre, soit un niveau sur lequel il faut agir.  Près de la moitié de ces enfants vivent en Asie.

Le plomb est une puissante neurotoxine qui cause des dégâts irréparables au cerveau d’un enfant.  Il est particulièrement destructeur chez les enfants de moins de 5 ans, puisqu’il endommage leur cerveau avant même qu’il n’ait pu se développer pleinement. 

Emplois

Aujourd’hui, l’Organisation internationale du Travail (OIT) a publié une étude qui montre qu’une économie à zéro émission de carbone peut conduire à la création de 15 millions d’emplois d’ici à 2030 en Amérique latine et dans les Caraïbes.

L’étude, menée en conjonction avec la Banque interaméricaine de développement, dit qu’une économie à zéro émission de carbone peut mettre fin à 7,5 millions d’emplois dans l’industrie des combustibles fossiles et dans la production alimentaire à base animale.  Toutefois, la perte de ces emplois est plus que compensée par de nouvelles opportunités, soit 22,5 millions nouveaux emplois dans l’agriculture et la production alimentaire à base de plantes, mais aussi dans l’électricité, la foresterie, la construction et la manufacture durables.

Le rapport offre aussi une feuille de route sur la manière dont les pays peuvent créer des emplois décents et transitionner vers une économie à zéro émission de carbone.  Cela inclut des politiques qui facilitent la réinstallation des travailleurs, promeuvent l’emploi décent dans les zones rurales, améliorent la protection sociale et appuient les déplacés, les entreprises, les communautés et les travailleurs.

Journée mondiale de la lutte contre la traite d'êtres humains

La Journée mondiale de la lutte contre la traite d'êtres humains est commémorée aujourd’hui et cette année, sur le thème des premiers intervenants de la traite.

Dans son message à l’occasion de la Journée, le Secrétaire général a déclaré que comme les héros sur les lignes de front qui sauvent des vies et aident les sociétés pendant cette pandémie de COVID-19, ces premiers intervenants maintiennent des services vitaux pendant la crise.  Ils identifient les victimes, assurent leur accès à la justice, à la santé, à l’assistance sociale et à la protection, et préviennent d’autres abus et cas d’exploitation.

Le Secrétaire général souligne que la pandémie de COVID-19 a exposé et exacerbé de nombreuses inégalités dans le monde et créé de nouveaux obstacles à la réalisation des objectifs de développement durable.  La pandémie a exposé des millions de gens au risque encore plus grand d’être victime de la traite et de l’exploitation sexuelle, du travail forcé, du mariage forcé et autres crimes.

Le Secrétaire général note que les femmes et les filles comptent déjà pour plus de 70% des victimes identifiées de la traite et qu’elles sont aujourd’hui les plus frappées par la pandémie.  Le Secrétaire général souligne que, comme tout porte à croire que les femmes auront plus de mal à accéder à un emploi rémunéré après la crise, la vigilance est particulièrement de mise aujourd’hui.

Traite/Ukraine

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a publié aujourd’hui de nouveaux chiffres qui montrent, entre janvier et juin 2020, une augmentation sensible du nombre d’Ukrainiens identifiés comme victimes de la traite et aidés, à ce titre.  Le nombre total de 800 représente une augmentation de 40% par apport à la première moitié de l’année dernière.

L’OIM note que 97% des victimes identifiées pendant la première moitié de cette année subissent le travail forcé.

Journée internationale de l’amitié

Pour commémorer la Journée internationale de l’amitié aujourd’hui, l’ONU encourage les gouvernements, les organisations internationales et les groupes de la société civile à organiser des manifestations, activités et initiatives qui contribuent aux efforts de la communauté internationale pour promouvoir le dialogue entre les civilisations, la solidarité, la compréhension mutuelle et la réconciliation.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.