Imprimer
dbf200714
14 Juillet 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 juillet 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Développement durable

Ce matin, le Secrétaire général, M. António Guterres, a pris la parole lors du segment ministériel du Forum politique de haut niveau pour le développement durable.  Il a déclaré que, à un moment où nous avons désespérément besoin de faire un bond en avant, la COVID-19 pourrait nous faire régresser de plusieurs années, voire des décennies entières, laissant les pays confrontés à d’énormes défis budgétaires et de croissance.

La crise de la COVID-19 a des effets dévastateurs en raison de nos échecs passés et présents et parce que nous n’avons pas encore pris au sérieux les objectifs de développement durable, a déclaré le Secrétaire général.  Il a ajouté que l’on peut encore inverser la tendance et a dit avoir été encouragé par la formidable réponse à la crise depuis son irruption, venant des gouvernements, des partenaires internationaux et de l’ensemble du système de développement de l’ONU, ainsi que des héros du système de santé et des communautés du monde entier.  Le Secrétaire général a appelé les pays à reconnaître que le monde ne peut pas revenir à la soi-disant normale précédente et les a engagés à renouveler leur détermination à adopter une réponse multilatérale qui oriente les efforts de relance vers les ODD.

Ce matin, le Forum politique de haut niveau a également entendu deux représentants d’organisations de la jeunesse qui ont appelé à inclure la voix des jeunes dans les actions visant à une forte reprise suite à la pandémie et à un avenir plus durable.  Par ailleurs, la Finlande, la Bulgarie, la Macédoine du Nord, la Fédération de Russie, le Burundi et la Gambie ont présenté leurs examens nationaux volontaires.

Dans l’après-midi, le Président de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement et Ministre de l’environnement et du climat de la Norvège, M. Sveinung Rotevatn, devait transmettre les principaux messages de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement et présenter les contributions de l’Assemblée aux débats du Forum.  Le Brunei Darussalam et la Micronésie devaient ensuite faire des présentations.

Femmes debout

En tout début de matinée, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, a convoqué l’événement spécial Femmes debout, qui a rassemblé des femmes de différents secteurs en reconnaissance du leadership de première ligne pour reconstruire en mieux.  La Vice-Secrétaire générale a déclaré qu’au cours des derniers mois, pendant lesquels le monde a été confronté à la pandémie, « les gens du monde entier ont constaté ce que beaucoup d’entre nous savaient déjà: le leadership des femmes engendre une différence profonde ».

Elle a déclaré qu’il a été démontré, pays après pays, comment les gouvernements dirigés par des femmes se sont avérés plus efficaces pour aplanir la courbe et se positionner pour la reprise économique.  Elle a indiqué que l’ONU veut amplifier les voix de ces femmes qui mettent en œuvre les valeurs de l’ONU dans leur travail quotidien.  La Vice-Secrétaire générale a ajouté que, même au milieu de cette crise dévastatrice, nous avons la possibilité de transformer et de veiller à un meilleur redressement, mais que cela ne sera possible que si nous reconnaissons la valeur des femmes au premier plan, ouvrant la voie ensemble et se tenant debout pour tous.

Colombie

Ce matin, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, M. Carlos Ruiz Massieu, a présenté un exposé devant le Conseil de sécurité.  Alors qu’il intervenait par visioconférence, les membres du Conseil se sont réunis en personne au Siège pour la première fois depuis le mois de mars.

Le Représentant spécial a salué le travail accompli par le Gouvernement et les Forces armées révolutionnaires (FARC), pour mener à bien les efforts de consolidation de la paix malgré les difficultés causées par la pandémie.

M. Ruiz Massieu s’est également dit préoccupé par l’augmentation d’informations sur les violences sexistes commises dans le contexte de la pandémie.  Il a encouragé toutes les parties à redoubler d’efforts pour améliorer la protection et la sécurité des femmes, y compris les anciennes combattantes, les dirigeantes sociales et les défenseures des droits humains.

Il a également averti que de nombreuses communautés sont toujours confrontées à l’insécurité et à la violence, ce qui représente la plus grande menace à la consolidation de la paix dans le pays.  Cependant, il a été encouragé par les récentes arrestations effectuées par les autorités de personnes soupçonnées d’être responsables de certains meurtres, y voyant un exemple des résultats des mécanismes de l’accord de paix.

Conférence Mandela

Samedi, le Secrétaire général prononcera la dix-huitième conférence annuelle Nelson Mandela.  Ce sera la première fois que la conférence annuelle se tiendra virtuellement.  Le Secrétaire général, qui aurait dû être en Afrique du Sud, interviendra depuis New York et il sera rejoint par d’autres orateurs en Afrique du Sud, dont le Président Cyril Ramaphosa.

Dans ses remarques, intitulées « Lutter contre la pandémie d’inégalité: un nouveau contrat social pour une nouvelle ère », le Secrétaire général s’attaquera directement aux formes graves et systémiques d’inégalité qui ont été exposées et exacerbées par la pandémie.  Il soulignera la menace que ces inégalités font peser sur le bien-être et l’avenir des personnes partout dans le monde.  Il présentera des recommandations concrètes pour tracer une voie à suivre plus équitable, juste et durable.

Arménie/Azerbaïdjan

Dans une déclaration publiée hier soir, le Secrétaire général a indiqué être profondément préoccupé par les informations faisant état d’échanges de tirs, y compris d’artillerie lourde, le long de la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, lesquels tirs auraient provoqué des morts. 

Le Secrétaire général lance un appel urgent à la cessation immédiate des combats et appelle tous les acteurs à prendre immédiatement des mesures pour désamorcer la situation et à s’abstenir de tout discours provocateur.

Le Secrétaire général a pris note de la déclaration publiée par les Coprésidents du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).  Il réitère son plein appui à leurs efforts pour traiter de cette situation dangereuse et rechercher un règlement pacifique et négocié du conflit de longue date dans le Nagorno-Karabakh.

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) indique que la situation s’est pour l’essentiel calmée à Bamako, à la suite des manifestations du week-end.

Hier soir, le Gouvernement a libéré les dirigeants des manifestations ainsi qu’un certain nombre de manifestants qui avaient été arrêtés.  Le Gouvernement a également annoncé une enquête sur la mort de manifestants tués au cours du week-end.

Le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali, accompagné de représentants de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), poursuit ses efforts intensifs de bons offices auprès des dirigeants du mouvement de contestation, le M5-RFP, et le Gouvernement pour aider à négocier une solution à la crise actuelle.

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) indique qu’un convoi de la Force -comprenant une ambulance d’évacuation des blessés, du personnel médical et de sécurité- s’est rendu aujourd’hui à Gedze, dans la préfecture de Nana Mambere, où un Casque bleu du Rwanda a été tué et trois autres blessés lors d’une attaque perpétrée hier par le prétendu groupe armé 3R.

Le convoi est revenu avec le corps du défunt ainsi que les Casques bleus blessés, qui sont tous dans un état stable.

Dans une déclaration que nous avons publiée hier, le Secrétaire général a fermement condamné l’attaque.  Il a présenté ses plus sincères condoléances à la famille de la victime ainsi qu’au peuple et au Gouvernement du Rwanda.  Nous souhaitons tous un prompt rétablissement aux blessés.

Le Secrétaire général a réaffirmé que l’ONU continuera de soutenir les efforts nationaux pour faire avancer la paix et la stabilité en République centrafricaine, en étroite collaboration avec les partenaires internationaux du pays.

L’opération « A LA LONDO » se poursuit.  Cette opération conjointe vise à lutter contre l’augmentation de la violence et à forcer les insurgés des 3R à quitter les zones qu’ils occupent depuis l’accord de paix de l’année dernière, et à assurer la liberté de circulation et la protection des civils.

Darfour

L’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) a déclaré aujourd’hui qu’elle était profondément préoccupée par la violence qui s’est produite dans la ville de Kutum le 12 juillet et l’attaque menée hier matin par des hommes armés non identifiés sur le camp de Fata Borno pour personnes déplacées.  Cette attaque a fait 9 morts et 20 blessés.

La MINUAD indique qu’il est regrettable que ces dernières violences se soient produites alors que le Gouvernement de transition du Soudan et les mouvements armés sont sur le point de conclure les négociations qui devraient apporter la paix et la stabilité, et la promesse de prospérité à la région du Darfour et à l’ensemble du Soudan.

La MINUAD travaille en étroite collaboration avec les autorités soudanaises compétentes et les communautés pour désamorcer les tensions et éviter de nouvelles pertes en vies humaines.  Elle a envoyé des unités de police constituées supplémentaires dans la région, et a intensifié les patrouilles dans et aux alentours des points chauds pour assurer la sécurité et la protection des personnes déplacées.  La MINUAD a également pris l’attache des dirigeants communautaires, pour les exhorter, ainsi que toutes les parties, à faire preuve de retenue. 

Syrie

L’ONU est préoccupée par le bien-être de 1,7 million de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire dans le nord-est de la Syrie, dont 1,1 million de personnes qui en ont un besoin aigu.  Cela comprend près d’un demi-million de personnes déplacées dans le nord-est, y compris dans le camp d’Al-Hol, où plus de 65 000 personnes -dont les deux tiers sont des enfants- vivent dans des conditions humanitaires difficiles.

À ce jour, six cas de COVID-19 ont été signalés dans le nord-est, dont un décès.

Le coût de la nourriture et d’autres produits de base dans le nord-est est parmi les plus élevés de Syrie.  À Deïr el-Zor, en juin, le coût des aliments a augmenté de plus de 60% en un mois seulement.  À Hassaké, la nourriture coûte désormais 240% de plus par rapport à la même période l’an dernier.  L’ONU souligne la nécessité d’un accès humanitaire complet et régulier à toutes les régions du nord-est, ainsi qu’à l’ensemble de la Syrie.

COVID-19/Trinité-et-Tobago

À Trinité-et-Tobago, qui compte 133 cas confirmés de COVID-19 et 8 décès dus au virus, l’équipe de l’ONU, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Marina Walter, soutient le Gouvernement sur les fronts de la santé et socio-économiques.

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a formé des travailleurs de laboratoire et a procuré du matériel pour accroître les capacités de dépistage et de traitement.  Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a aidé le Ministère de la santé à recruter de nouvelles infirmières et à obtenir du matériel médical pour les unités de soins intensifs.

Sur le plan socio-économique, l’OPS et l’Organisation internationale du Travail (OIT) ont fourni des directives sur le lieu de travail aux entreprises locales.  L’OIT a également travaillé avec des organisations sur la création de filets de sécurité pour protéger les moyens de subsistance.  Le PNUD a fait don de 600 kits de semences de jardin potager aux communautés locales pour aider les gens à cultiver de la nourriture et à gagner un revenu supplémentaire.

Mettant l’accent sur les jeunes, l’équipe de l’ONU travaille avec des partenaires de la société civile pour lutter contre la désinformation et partager des faits vérifiés sur la COVID-19.

COVID-19/Programme de réponse et de récupération

À Rome, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé aujourd’hui un nouveau programme complet d’action face à la COVID-19 et pour le relèvement.  Celui-ci vise à prévenir une urgence alimentaire mondiale pendant et après la pandémie tout en travaillant sur des réponses de développement à moyen et long termes pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition.  La FAO demande 1,2 milliard de dollars en investissements initiaux pour répondre aux besoins du nouveau programme.  Sept domaines d’intervention prioritaires ont été identifiés.  Parmi ceux-ci figurent la prévention de la prochaine pandémie zoonotique grâce à une approche renforcée, l’inclusion économique et la protection sociale afin d’éliminer la pauvreté.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.