Print
dbf200710
10 Juillet 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 juillet 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Criminalité liéeaux espèces sauvages 

Aujourd’hui, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a publié son World Wildlife Crime Report, qui dit que le trafic d’espèces sauvages n’est pas seulement une menace pour la biodiversité mais aussi pour la santé humaine.  De nombreux animaux abattus et vendus illégalement peuvent potentiellement transmettre des maladies aux humains.  Le rapport montre que près de 6 000 espèces ont été saisies au cours de la dernière décennie, non seulement des mammifères, mais aussi des reptiles, des coraux, des oiseaux et des poissons. Aucun pays n’a été identifié comme étant la source de plus de 9% du nombre total de cargaisons saisies.  Cependant, le rapport identifie des trafiquants de 150 nationalités, montrant que c’est effectivement un problème mondial. 

Le rapport note également que les pangolins, qui ont été identifiés comme une source potentielle de coronavirus, sont toujours le mammifère sauvage qui fait l’objet du plus de trafic dans le monde.  La demande de produits liés aux tigres a également augmenté ces dernières années, ainsi que celle de bois et feuillus tropicaux.  Le rapport indique également que la vente de produits illicites de la faune sauvage s’est déplacée vers des plateformes en ligne et des applications de messagerie cryptées, les trafiquants ayant trouvé de nouvelles façons de se connecter avec des acheteurs potentiels. 

Développement durable 

Aujourd’hui, le forum politique de haut niveau a achevé son examen thématique de la semaine.  Les deux séances du matin étaient consacrées aux « moyens de mise en œuvre correspondant à l’ampleur de la crise et à l’ampleur de notre ambition pour 2030 ».  Aujourd’hui ont également commencé les présentations d’examens nationaux volontaires des 47 pays qui, cette année, en présentent.  Ces examens sont volontaires et dirigés par l’État.  Lors de la séance de cet après-midi, les pays suivants feront leurs présentations : Arménie, Équateur, Honduras, Kenya, Nigéria, Samoa et Slovénie. 

Lundi prochain à 9 heures, il y aura un événement parallèle virtuel du Groupe indépendant d’experts du Secrétaire général chargé du suivi des responsabilité pour chaque femme, chaque enfant, chaque adolescent, au cours duquel un rapport sur l’impact de la COVID-19 sur ces groupes sera présenté.  

Yémen 

L’ONU reste extrêmement préoccupée par la situation, au large des côtes du Yémen, du pétrolier SAFER qui transporte 1,1 million de barils de pétrole et qui est en mauvais état.  Le 15 juillet, le Conseil de sécurité devrait tenir une réunion sur cette question. 

Fin mai, de l’eau aurait pénétré dans la salle des machines du pétrolier, ce qui aurait pu conduire à une catastrophe.  Une solution temporaire a été trouvée, mais on ne sait pas combien de temps cela peut tenir. 

L’ONU est encouragée par le fait que les autorités locales ont récemment annoncé qu’elles approuveraient une mission de l’ONU sur le site.  L’ONU assure le suivi avec elles pour confirmer les détails.  Elle espère que les dispositions logistiques seront rapidement achevées afin que ce travail puisse commencer. L’Organisation est prête à apporter son aide. 

La mission d’évaluation effectuera les réparations légères qui sont faisables et aidera à déterminer les prochaines étapes nécessaires. 

L’ONU reconnaît également le rôle utile que peuvent jouer tous les États Membres pour régler ce problème critique.  Elle apprécie l’engagement constant des États Membres et espère pouvoir s’orienter maintenant vers une solution. 

Syrie 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a déclaré que le premier cas de COVID-19 dans le nord-ouest de la Syrie a été confirmé hier. 

Le patient aurait été isolé à l’hôpital Bab Al-Hawa dans le nord de la province d’Edleb après avoir présenté des symptômes, le 5 juillet.  Le dépistage des contacts a été activé après avoir reçu les résultats positifs. 

Alors que les cas en Syrie restent relativement faibles, le risque global reste très élevé, en particulier dans des régions telles que le nord-ouest où se trouvent de grandes populations déplacées. 

Azerbaïdjan

L’Azerbaïdjan compte près de 22 000 cas de COVID-19, plus de 13 500 guérisons et plus de 250 décès.  L’équipe de l’ONU, dirigée par le Coordonnateur résident Ghulam Isaczai, travaille avec le groupe de travail du Gouvernement sur la COVID-19 et lui fournit des conseils en matière de santé et de communication. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un programme pour renvoyer temporairement des médecins azerbaïdjanais vivant en Turquie en Azerbaïdjan afin de renforcer les capacités des hôpitaux locaux.  L’OMS, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) ont distribué plus de 100 000 articles, notamment des équipements de protection individuelle, des kits de test, des respirateurs, des thermomètres et des désinfectants. L’équipe des Nations Unies a également travaillé en étroite collaboration avec le Gouvernement pour renforcer les capacités de communication sur les risques afin de garantir que les médias diffusent des informations vérifiées. 

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) travaille avec les populations carcérales des régions de Gao, Mopti et Tombouctou pour sensibiliser et aider à protéger les détenus contre le virus.  La MINUSMA a équipé les détenus et le personnel pénitentiaire avec des kits de lavage des mains, des gants et des masques faciaux. Environ 530 détenus en bénéficieront en tout, ainsi que le personnel de leurs établissements respectifs.  Cette contribution a été apportée par le biais du projet Nelson Mandela, élaboré et mis en œuvre sous la responsabilité conjointe du Département des opérations de paix et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). 

Soudan

Au Darfour, l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) a distribué des fournitures d’hygiène aux femmes et aux filles déplacées à Sortony, notamment 1 000 trousses contenant des articles sanitaires et des jerrycans destinés à être utilisés comme stations de lavage des mains.  Travaillant en partenariat avec l’Organisation soudanaise de développement social, la MINUAD continue de mener des activités de sensibilisation au Darfour central. La Mission a également aidé à transporter des échantillons de sang depuis El Fasher vers les laboratoires de santé du Gouvernement situés à Nyala, dans le sud du Darfour. 

Kosovo

La Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) continue d’appuyer les femmes grâce à des activités d’autonomisation économique. Dans la région de Mitrovica, les femmes ont aidé à coudre des milliers de masques faciaux destinés à des familles vulnérables.  Elles ont également reçu des fournitures supplémentaires pour leur permettre de se lancer dans leur propre entreprise et de garantir leurs moyens de subsistance.  La MINUK a livré, en tout, 24 000 masques à cinq municipalités du nord du Kosovo. 

Gens de mer

Le mois dernier, le Secrétaire général avait publié une déclaration dans laquelle il exprimait sa préoccupation face à l’aggravation de la crise humanitaire et de sécurité qu’affrontent les gens de mer en raison des restrictions liées à la COVID-19.  Il avait appelé les pays à désigner officiellement les gens de mer et autres membres du personnel maritime comme des « « travailleurs clefs » et à garantir que les changements d’équipage puissent se dérouler en toute sécurité. 

Aujourd’hui, l’Organisation internationale du Travail (OIT) a fait part de son soutien à de nouvelles mesures visant à protéger les droits des gens de mer bloqués en mer.  L’OIT s’est félicitée d’une déclaration conjointe signée par plus d’une douzaine de pays qui accorde aux gens de mer des droits accrus en tant que travailleurs clefs, leur permettant d’être rapatriés et de se déplacer plus librement pendant la pandémie.  Plus de 200 000 marins ont été bloqués en mer à cause du virus, certains pendant plusieurs mois en raison des restrictions imposées aux voyages internationaux et des mesures prises pour contenir le virus. 

Sainte-Sophie

Dans une déclaration publiée en début de journée, l’UNESCO a déclaré que Sainte-Sophie, qui fait partie des « zones historiques d’Istanbul », est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en tant que musée.  L’UNESCO a souligné que cette inscription implique un certain nombre d’engagements et d’obligations juridiques. 

Liban

La Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a alerté, aujourd’hui, de l’impact paralysant de la crise socioéconomique sur la population du Liban.  Elle a exhorté le Gouvernement, les partis politiques et le secteur financier à travailler de concert pour assurer la protection des plus pauvres et des plus vulnérables.  Elle a appelé les partis politiques et les dirigeants du pays à adopter les réformes nécessaires d’urgence et à accorder la priorité à la satisfaction des besoins essentiels, notamment la nourriture, l’électricité, la santé et l’éducation.  Elle a en outre appelé la communauté internationale à augmenter son assistance au Gouvernement pour appuyer ces efforts. 

Journée mondiale de la population 

La Journée mondiale de la population sera célébrée demain.  Dans un message préparé à cette occasion, le Secrétaire général note que la pandémie de COVID-19 nous touche tous, partout dans le monde, mais elle ne nous touche pas tous de la même manière, aggravant les inégalités et les vulnérabilités préexistantes, en particulier pour les femmes et les filles. 

Il indique qu’alors que, dans de nombreux pays, la population est confinée et le système de santé mis à rude épreuve, la santé sexuelle et procréative est reléguée au second plan et la violence de genre est en augmentation.   

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), prévoit que, si les mesures de confinement devaient se poursuivre pendant encore six mois, ce sont 47  millions de femmes qui, dans les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, risquent de ne pas pouvoir accéder à des moyens de contraception modernes, ce qui entraînerait 7  millions de grossesses non désirées.   Quelque 31  millions de nouveaux cas de violence de genre pourraient également faire leur apparition. 

Le Secrétaire général note que par des déclarations et des accords internationaux, notamment le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, la communauté internationale s’est engagée à assurer un accès universel aux services de santé sexuelle et procréative, à répondre aux besoins insatisfaits en matière de contraception et à mettre fin à toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles, y compris les pratiques préjudiciables, d’ici à  2030.   Il souligne que nous ne pouvons tolérer que la pandémie anéantisse les progrès que nous avons accomplis pour atteindre ces objectifs. 

Conférence de presse 

Lundi, le Sous-Directeur général du Département du développement économique et social de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. Maxiom Torero Cullen, sera l’invité du point de presse.  Il fera le point sur le lancement du rapport 2020 sur l’état de l’insécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.