Print
DBF200709
9 Juillet 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 9 juillet 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Côte d’Ivoire

Le Secrétaire général de l’ONU a appris avec une profonde tristesse la disparition soudaine, hier, d’Amadou Gon Coulibaly, Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire.  À cette fonction, il avait mené d’importantes réformes favorisant le développement de la Côte d’Ivoire.  

Le Secrétaire général, au nom des Nations Unies, présente ses sincères condoléances à la famille et aux proches d’Amadou Gon Coulibaly, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple ivoiriens. 

Note de synthèse/Amérique latine et Caraïbes

La note de synthèse du Secrétaire général sur l’impact de la COVID-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes a été publiée ce matin.   

Dans un message vidéo, le Secrétaire général a déclaré que dans un contexte d’inégalités déjà béantes, de niveaux élevés de travail informel et de services de santé fragmentés, de nombreuses personnes dans la région sont durement touchées par la pandémie.  Les femmes, les personnes âgées, les personnes handicapées, les peuples autochtones et les réfugiés et migrants sont touchés à un taux plus élevé. 

Le Secrétaire général a appelé à mettre en place un plan de sauvetage et de relance équivalant à au moins 10 % de l’économie mondiale. 

Le Secrétaire général a également souligné que les causes profondes des inégalités, de l’instabilité politique et des déplacements doivent être traitées, notamment en ce moment où trop de citoyens se sentent exclus.  La note fournit des recommandations à court terme aux gouvernements ainsi que des politiques à long terme pour reconstruire en mieux. 

La note de synthèse est disponible en ligne. 

Forum politique de haut niveau

Ce matin, le Secrétaire général a également prononcé une allocution lors d’un événement spécial d’ONU-Eau organisé dans le cadre du forum politique de haut niveau du Conseil économique et social (ECOSOC) en rapport au lancement d’un cadre accélérateur mondial pour l’objectif de développement durable (ODD) 6 relatif à l’eau et l’assainissement.  Le Secrétaire général a déclaré que l’eau est en danger en raison de la double menace que représente l’augmentation de la demande mondiale et la dégradation des sources d’eau du fait des changements climatiques, de la pollution et d’autres facteurs. 

Le Secrétaire général a également noté que l’eau et l’assainissement sont essentiels pour lutter contre la pandémie de COVID-19, car le lavage des mains avec du savon est l’un des moyens les plus efficaces de limiter la propagation du virus.  Pourtant, trois milliards de personnes dans le monde, soit près de 40% de la population mondiale, ne disposent pas d’installations élémentaires de lavage des mains à domicile. 

En outre, le forum politique a tenu deux sessions officielles ce matin.  La première portait sur le thème « Renforcer l’action locale pour contrôler la pandémie et accélérer la mise en œuvre ».  La session a permis de souligner comment la pandémie de COVID-19 a mis en évidence le rôle important des gouvernements locaux en tant que fournisseur de services les plus directs aux populations.  La deuxième session a examiné le principe de ne laisser personne de côté dans le contexte de l’élimination de la pauvreté et la perspective de la réalisation du Programme 2030. 

Cet après-midi, le forum se concentrera sur « la mobilisation de la solidarité internationale, l’accélération de l’action et l’adoption de nouvelles voies pour réaliser le Programme 2030 et répondre à la COVID-19 dans les pays africains, les pays les moins avancés et les pays en développement sans littoral  ».  

Secrétaire général/Énergie 

Ce matin, le Secrétaire général a également prononcé une allocution par message vidéo au Sommet sur la transition vers les énergies propres qui est organisé par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).  Il a déclaré qu’alors que les pays élaborent et mettent en œuvre des plans de relance après la pandémie, ils doivent investir dans un avenir meilleur et plus durable. 

Cela signifie investir dans des énergies renouvelables, fiables, propres et économiquement intelligentes.  « Il est essentiel que nous mettions davantage l’accent sur la nécessité de passer des combustibles fossiles à un avenir énergétique propre - un avenir qui protège les personnes et la planète et favorise la prospérité », a-t-il déclaré. 

Le Secrétaire général a également noté que de nouvelles recherches sur les plans de relance du G20, publiées cette semaine, montrent que deux fois plus d’argent dédié à la reprise économique -c’est-à-dire l’argent du contribuable- a été dépensé en combustibles fossiles qu’en énergie propre.  Engageons-nous aujourd’hui à ne plus investir dans le charbon et mettons fin à tout financement extérieur du charbon dans les pays en développement; le charbon n’a pas sa place dans les plans de relance liés à la COVID-19, a souligné le Secrétaire général.  Il a exhorté tous les dirigeants à choisir la voie de l’énergie propre pour trois raisons essentielles : santé, science et économie. 

Srebrenica

Ce samedi 11 juillet, marquera le vingt-cinquième anniversaire du génocide de Srebrenica.  Une commémoration officielle aura lieu et des dignitaires de l’étranger y prendront part par le biais de messages vidéo préenregistrés. 

Dans son message vidéo pour la circonstance, le Secrétaire général a déclaré que le génocide de Srebrenica était la pire atrocité commise sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale.  Il a noté que 25 ans plus tard, nous rendons hommage aux milliers de personnes brutalement assassinées et nous nous engageons à ne jamais les oublier. 

Le Secrétaire général a déclaré qu’il y a un quart de siècle, l’ONU et la communauté internationale avaient manqué à leurs obligations vis-à-vis de la population de Srebrenica.  Selon lui, affronter ce passé est une étape vitale vers le rétablissement de la confiance, et la réconciliation doit s’appuyer sur une empathie et une compréhension mutuelles. 

Le Secrétaire général a souligné qu’en ce sombre anniversaire, il nous est rappelé que la paix en Bosnie-Herzégovine est encore fragile.  Il prévient que nous ne pouvons arrêter de travailler à une véritable réconciliation et que nous le devons aux victimes du génocide de Srebrenica, aux survivants, au peuple de Bosnie-Herzégovine et à toute l’humanité. 

Les détails de cet événement et tous les messages du Secrétaire général sont disponibles en ligne. 

Conseil de sécurité

Au Conseil de sécurité ce matin, le chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), M. Mohammed Ibn Chambas, a déclaré que les attaques d’extrémistes violents et les violences intercommunautaires ont continué de saper la paix et la sécurité dans la région, en particulier dans le Sahel et le bassin du lac Tchad. 

Alors que les forces nationales et multinationales ont intensifié leurs opérations de lutte contre le terrorisme, a-t-il ajouté, certaines communautés ont recouru à des groupes de volontaires organisés et à des milices d’autodéfense pour se protéger.  En conséquence, a déclaré M. Chambas, les groupes de défense des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude concernant les allégations d’abus par les groupes d’autodéfense et les forces de sécurité. 

Il a indiqué aux membres du Conseil que le soutien et la coordination entre les diverses initiatives visant à relever les défis de sécurité, humanitaires et de développement dans la région étaient cruciaux. 

Par ailleurs, le Conseil de sécurité n’a pas réussi à adopter de résolution hier soir sur l’aide transfrontalière en Syrie, en raison d’un nombre insuffisant de votes positifs. 

Syrie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) demeure préoccupé par l’impact du virus sur les populations de la Syrie.  À ce jour, le Ministère syrien de la santé a confirmé 14 décès et 372 cas du virus, dont 18 parmi les membres du Ministère de la santé. 

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) en Syrie a confirmé les premiers cas de COVID-19 parmi les réfugiés palestiniens en Syrie qui comptent parmi les personnes les plus vulnérables du pays.  Cinq réfugiés palestiniens à Damas et dans le Rif-Damas ont été confirmés comme étant infectés par le virus. 

La fragilité des systèmes de santé dans l’ensemble du pays, notamment les graves pénuries de personnel médical et de santé qualifié, souligne la nécessité de fournir un appui humanitaire soutenu afin d’atténuer la propagation de la COVID-19. 

Yémen

L’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffith, est en train de négocier avec le Gouvernement du Yémen et Ansar Allah un texte pour la Déclaration conjointe.  Il a reçu des commentaires et des retours au cours de plusieurs cycles de discussions. 

Une fois que les parties se seront accordées sur un texte, la Déclaration conjointe engagera les parties à un cessez-le-feu national, à des mesures économiques et humanitaires critiques et à la reprise du processus politique. 

Le Secrétaire général réitère sa pleine confiance en son Envoyé spécial et appelle les parties à continuer de s’engager de manière constructive avec lui et avec le processus de négociation. 

République centrafricaine

En République centrafricaine, l’opération militaire conjointe menée avec les forces armées du pays contre les combattants du mouvement 3R se poursuit dans le nord-ouest.  Mardi, les Casques bleus ont répondu à une nouvelle attaque des 3R près de Gdeze, dans la préfecture de Nana Mambere. 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) indique qu’un véhicule de l’ONU a subi des dommages importants, mais aucune victime n’a été signalée.  Suite de cette attaque, la Mission déploie des Casques bleus supplémentaires dans la région.  Elle a également condamné les attaques et les actions plus larges des 3R, qui entravent l’accès humanitaire à des centaines de personnes qui ont dû prendre la fuite. 

La MINUSCA a également noté que le chef des 3R, Sidiki Abbass, avait publié hier un communiqué annonçant la cessation des hostilités et demandant aux garants et aux facilitateurs de l’Accord politique de faciliter le dialogue avec le Gouvernement pour trouver une solution adéquate à cette crise. 

Soudan du Sud 

La Journée de l’indépendance du Soudan du Sud est célébrée aujourd’hui. Marquant le neuvième anniversaire du pays, le Représentant spécial du Secrétaire général, David Shearer, a déclaré qu’il faut saisir cette occasion pour se souvenir des immenses souffrances provoquées par la longue guerre civile. 

Il a déclaré qu’en raison de la menace posée par la COVID-19, il importe maintenant plus que jamais, que le Gouvernement et le peuple du Soudan du Sud se rassemblent dans l’unité et la paix pour répondre à cette nouvelle menace qu’affronte ce jeune pays. 

COVID-19/Bénin 

Au Bénin, qui compte plus de 1 200 cas confirmés de COVID-19, dont plus de 300 personnes se sont rétablies et plus de 20 décès, l’équipe de pays de l’ONU, dirigée par le Coordonnateur résident, Siaka Coulibaly, a travaillé en étroite collaboration avec le Gouvernement pour soutenir les réponses sanitaires et socioéconomiques à la pandémie. 

L’ONU a fourni pour près de 750 000 dollars en équipements, notamment des équipements de protection individuelle, des postes de lavage des mains et du savon, aux hôpitaux et aux écoles du Bénin. 

L’ONU appuie également le Gouvernement dans l’élaboration de solutions numériques d’apprentissage à distance pour renforcer la distanciation physique et les mesures visant à réduire la propagation des infections. 

Afrique/pénuries alimentaires

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont conjointement averti, aujourd’hui, que le manque de financement, les conflits et les catastrophes, ainsi que les défis que connaissent les chaînes d’approvisionnement, la hausse du prix des denrées alimentaires et la perte de revenus en raison de la COVID-19, menace de laisser des millions de réfugiés en Afrique sans nourriture. 

Sauf intervention urgente, les cas de malnutrition aiguë, les retards de croissance et l’anémie devraient augmenter.  Par exemple, dans les camps de réfugiés en Éthiopie, 62% des enfants connaissent des niveaux critiques d’anémie. 

Climat

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré, aujourd’hui, que la température mondiale annuelle moyenne sera probablement supérieure d’au moins 1° Celsius aux niveaux préindustriels (1850-1900) au cours de chacune des cinq prochaines années (2020-2024).  Il y a également 20% de chance que cette température dépasse 1,5° Celsius dans au moins un an.  C’est ce qu’indique le Global Annual to Decadal Climate Update.  

L’OMM a averti une fois de plus que le ralentissement industriel et économique dû à la COVID-19 ne saurait se substituer à une action climatique soutenue et coordonnée.  Ne pas lutter contre les changements climatiques pourrait menacer notre bien-être, nos écosystèmes et nos économies pendant des siècles à venir.  L’OMM a ajouté que les gouvernements devraient saisir cette occasion pour intégrer l’action climatique dans les programmes de relance afin de garantir une meilleure croissance. 

UNICEF/Bob Marley

L’UNICEF a annoncé aujourd’hui que les membres de la famille Marley allaient créer une nouvelle version de One Love, l’hymne emblématique de feu Bob Marley.  Le réenregistrement de la chanson appuiera la campagne Reimagine de l’UNICEF, une collecte de fonds mondiale pour répondre, se remettre et réinventer un monde post-COVID-19 pour les enfants.  La nouvelle version de One Love sortira le 17 juillet et tous les bénéfices de la chanson et des activités connexes soutiendront directement la campagne mondiale de l’UNICEF. 

La chanson originale a été enregistrée en 1977 par Bob Marley and the Wailers. 

Point de presse

La porte-parole du Président de l’Assemblée générale, Mme Reem Abaza, interviendra devant la presse demain, à 12 h 30. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.