Imprimer
dbf200706
6 Juillet 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 6 juillet 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Semaine de lutte contre le terrorisme

Le Secrétaire général a pris, ce matin, la parole lors de la cérémonie d’ouverture de la semaine virtuelle de lutte contre le terrorisme.  Il a déclaré qu’il est encore trop tôt pour évaluer pleinement les incidences de la COVID-19 dans le domaine du terrorisme.  Mais, a-t-il ajouté, la pandémie a mis en évidence les vulnérabilités à des formes nouvelles et émergentes de terrorisme, telles que l’utilisation abusive de la technologie numérique, les cyberattaques et le bioterrorisme.

M. Guterres a souligné cinq domaines pour guider notre action.  Il a appelé la communauté internationale à maintenir l’élan dans la lutte contre le terrorisme, à suivre de près l’évolution des menaces et tendances et à innover dans ses réponses.  Le Secrétaire général a ajouté que les mesures de lutte contre le terrorisme doivent toujours tenir compte du genre et protéger et promouvoir les droits de l’homme.  Il a également appelé à lutter contre la dissémination de la propagande terroriste par le biais d’approches holistiques, en tenant compte de la pandémie.  Nous devons renforcer le partage des informations afin de tirer les leçons des expériences et bonnes pratiques dans les autres domaines sécuritaires liés à la COVID-19, a conclu le Secrétaire général.

ECOSOC

Ce matin, le Secrétaire général a également pris la parole, par le biais d’un message vidéo, lors du débat consacré à l’intégration du Conseil économique et social (ECOSOC).  Il a appelé les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les partenaires de développement à intensifier l’action mondiale coordonnée pour se relever au mieux de la pandémie et tenir ensemble les promesses du Programme 2030.  Le Vice-Président de l’ECOSOC, l’Ambassadeur Mher Margaryan de l’Arménie, a déclaré que les conséquences de la pandémie se sont faites sentir au-delà du secteur de la santé pour affecter tous les objectifs de développement durable, tout en soulignant que la concrétisation de la décennie d’action et de réalisation pour le développement durable dépendra des choix politiques collectifs faits et de la volonté d’agir ensemble.  Le forum politique de haut niveau pour le développement durable s’ouvre demain et se tiendra jusqu’au 16 juillet.  Son thème est: « Action accélérée et solutions transformatrices: une décennie d’action et des résultats pour le développement durable ». 

Syrie

Les agences humanitaires continuent d’aider des millions de femmes, d’enfants et d’hommes qui ont un besoin urgent d’assistance humanitaire dans toute la Syrie.  En avril et mai, quelque 3,2 millions de personnes en moyenne ont été prises en charge depuis la Syrie et 1,3 million de personnes ont été aidées grâce aux opérations transfrontalières depuis la Turquie.  Avec 2,8 millions de personnes aidées et 2,7 millions de personnes déplacées, les besoins dans le nord-ouest de la Syrie restent extrêmement élevés.  L’ONU a considérablement augmenté l’assistance fournie par le biais des opérations transfrontalières dans la région, même s’il reste encore beaucoup à faire.  Depuis le début de cette année, 8 486 camions sont entrés en Syrie depuis la Turquie, dont 1 579 camions pour le seul mois de juin.  Comme l’a souligné le récent examen par le Secrétaire général des opérations au travers des lignes de front et transfrontalières, une réponse transfrontalière soutenue et à grande échelle est nécessaire pour répondre aux énormes besoins humanitaires de la population du nord-ouest de la Syrie.

Nigéria

Le Coordonnateur de l’action humanitaire au Nigéria, M. Edward Kallon, a condamné l’attaque perpétrée jeudi dernier par des groupes armés à Damasak, dans l’État de Borno.  Au moins deux civils, dont un enfant de 5 ans, ont été tués et plusieurs autres blessés.

Un hélicoptère du Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies a été touché et gravement endommagé.  M. Kallon a souligné que les dommages causés à l’hélicoptère entraînaient de graves répercussions sur la capacité des travailleurs humanitaires à fournir une assistance d’urgence aux personnes vulnérables dans les régions reculées de l’État de Borno.

Avec d’autres organisations humanitaires, l’ONU se mobilise pour apporter une aide vitale à 7,8 millions de personnes dans les zones touchées par la crise dans les États de Borno, Adamawa et Yobe, dont beaucoup se situent dans des zones reculées.  Le Service aérien d’aide humanitaire est essentiel pour évacuer les civils blessés et demeure l’épine dorsale pour faciliter l’accès humanitaire.

En 2019, le Service aérien d’aide humanitaire a transporté, au Nigéria, plus de 66 000 passagers et près de 150 mégatonnes de fret humanitaire.  Il a également procédé à 30 évacuations médicales et 70 évacuations de sécurité.

M. Kallon a appelé toutes les parties armées à respecter le droit international humanitaire et des droits de l’homme et à assurer la protection des civils, des biens et du personnel humanitaires.

COVID-19 / République dominicaine

En République dominicaine, où plus de 37 000 cas confirmés de virus et près de 800 décès ont été signalés, les opérations de l’ONU sont dirigées par le Coordonnateur résident, M. Mauricio Ramirez.  L’équipe de pays de l’ONU y soutient la réponse du Gouvernement sur tous les fronts.

L’UNICEF a fourni 12 ventilateurs pour les hôpitaux locaux tandis que le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) se mobilise pour que les personnes vivant avec le VIH continuent de recevoir des médicaments antirétroviraux.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont organisé une formation virtuelle sur la culture maraîchère à l’intention des jeunes afin de générer des revenus supplémentaires.  Le PAM a également fourni une aide alimentaire à plus de 11 000 enfants de moins de 5 ans, aux femmes enceintes, aux personnes âgées et aux personnes vivant avec le VIH.

L’équipe de l’ONU a fait don de milliers de masques à des organisations d’aide aux personnes handicapées et au personnel gouvernemental qui travaille avec les migrants, y compris à la frontière avec Haïti.

L’ONU aide à planifier le processus de relance socioéconomique, ce qui comprend la réouverture des écoles avec l’appui de l’UNESCO et de l’UNICEF qui, en collaboration avec le Ministère de l’éducation, conçoivent des programmes de soutien psychologique pour les enfants sur l’impact de la COVID-19.

COVID-19 / Malawi

Au Malawi, en collaboration avec les autorités nationales, l’ONU et ses partenaires intensifient la riposte pour lutter contre la pandémie et protéger les 18 millions d’habitants du pays.  Presque tous les districts du pays ont été touchés, avec plus de 1 400 cas signalés.

Depuis mars, une campagne de communication sur les risques et d’engagement communautaire a touché plus de 15 millions de personnes.  Grâce à l’appui de l’ONU, le Malawi compte désormais 41 centres de dépistage et six centres d’isolement et de traitement d’urgence.

Plus de 4,8 millions d’unités de fournitures essentielles pour lutter contre la pandémie ont été mobilisées.  Il s’agit notamment de kits de dépistage et d’équipements de protection individuelle pour les agents de santé et autres prestataires de première ligne.

Avec ses partenaires, l’ONU a également dispensé une formation pour les agents de santé et les facilitateurs communautaires.  Depuis juin, le corridor humanitaire de l’ONU est opérationnel au Malawi et facilite l’acheminement des secours d’urgence et du personnel humanitaire dans le pays.

L’ONU soutient également un programme radio d’éducation d’urgence pour six millions d’élèves du primaire et un programme d’apprentissage numérique pour plus de 15 000 élèves du secondaire.

COVID-19 / Maintien de la paix

Nos missions de maintien de la paix continuent d’appuyer les gouvernements et les communautés en réponse à la pandémie.  La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a organisé un atelier de deux jours à l’intention des dirigeants communautaires et des chefs d’entreprises dans les comtés de Wau et de Jur River afin de diffuser des messages sur la prévention de la propagation de la COVID-19.  En collaboration avec l’Initiative interconfessionnelle du Conseil de base pour la paix dans l’État de l’Équatoria occidental, la mission de maintien de la paix a lancé une campagne de sensibilisation au marché de Masiya, l’une des parties les plus peuplées de la ville de Yambio. 

De son côté, l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) a mis sur pied le nouveau Centre de justice et de confiance dans le camp de Krinding pour personnes déplacées, qui se trouve près de la ville d’El Geneina dans l’ouest du Darfour.  Ce centre vise à améliorer les institutions de maintien de l’ordre et judiciaires dans le camp, car l’accès à la justice reste l’un des principaux défis en matière de protection au Darfour, en particulier pendant la pandémie.  Dans le cadre de sa riposte pour lutter contre la propagation de COVID-19, la mission a distribué du matériel d’hygiène et des trousses de dignité aux femmes déplacées sur un site pour personnes déplacées à Sortony, dans le nord du Darfour.

République démocratique du Congo

Brève mise à jour concernant la République démocratique du Congo, où, selon une enquête de l’ONU, les attaques par le groupe armé ADF (Forces démocratiques alliées) ont fait plus de 1 000 morts et des dizaines de blessés au cours des 18 derniers mois.  Le groupe armé a intensifié ses attaques contre les civils dans les provinces orientales du pays et a également étendu ses actions au-delà des zones dans lesquelles il opérait auparavant.

Le rapport, publié aujourd’hui par le Bureau conjoint des droits de l’homme de l’ONU en RDC montre comment les violations des droits de l’homme commises par les combattants des ADF ont été systématiques, brutales et susceptibles de constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre.  La Chef de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO), Leila Zerrougui, a appelé les autorités de l’État à redoubler d’efforts pour mener à bien les affaires judiciaires en cours pour toutes les allégations de violation des droits de l’homme et d’abus, traduire en justice tous les auteurs présumés et garantir le droit à la vérité, à la justice et aux réparations pour les victimes et leurs familles. 

République centrafricaine

Après les affrontements de la semaine dernière entre les insurgés du 3R et des Casques bleus de l’ONU dans la préfecture d’Ouham-Pendé, la mission des Nations Unies (MINUSCA) a déployé d’autres Casques bleus pour renforcer ses capacités sur le terrain. 

Cette initiative fait partie de l’opération conjointe ONU-Forces de défense nationales contre le groupe 3R dans le nord-ouest du pays. 

Nommée « A la Londo », l’opération conjointe, qui a été lancée le 15 juin dernier, a pour objectif de forcer les insurgés à quitter les zones qu’ils occupent depuis l’accord de paix de l’année dernière.  L’opération a aussi pour objectif d’améliorer la protection des civils et de rétablir la liberté de mouvement dans la zone. 

En réponse aux menaces proférées le week-end dernier par Abbas Sidiki, leader du 3R, le Chef de la mission des Nations Unies, M. Mankeur Ndiaye, a averti que les membres du groupe auront à répondre de leurs actes si les civils sont affectés par la violence. 

ONUST

Jeudi dernier, le Bureau du Porte-parole a publié une note aux correspondants pour indiquer que deux membres masculins du personnel international de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), qui se déplaçaient dans un véhicule de l’ONU à Tel Aviv, ont été accusés de mauvaise conduite, y compris sexuelle. 

Les deux membres du personnel ont été placés en congé administratif sans traitement.

L’enquête du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) se poursuit. 

Nomination de hauts responsables

Le Secrétaire général a annoncé la nomination de Mme Cristina Duarte, de Cabo Verde, comme Conseillère spéciale pour l’Afrique.  Elle succède à Mme Bience Gawanas, de la Namibie, à laquelle le Secrétaire général exprime sa gratitude pour l’engagement et le dévouement dont elle a fait preuve à l’égard des Nations Unies. 

Mme Duarte apporte avec elle une expérience de plus de 34 ans dans la gestion stratégique tant dans le secteur public que privé.  

Contributions financières

Haïti s’est acquitté de la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU pour 2020, portant à 102 le nombre des États Membres qui ont fait de même. 

Conférences de presse

Aujourd’hui, les invités du point de presse étaient M. Inger Andersen, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), et M. Jimmy Smith, Directeur général « d’International Livestock Research Institute », qui ont lancé leur rapport sur la prévention de la prochaine épidémie, les maladies zoonotiques et la manière de briser la chaîne de transmission.

Les deux personnalités ont été suivies par Mme Winnie Byanyima, Directrice exécutive d’ONUSIDA, qui a parlé du lancement du rapport annuel de son organisation. 

Demain, ce sera au tour de M. Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales (DESA), qui, aux côtés de Mme Francesca Perucci, Chef du Service des statistiques de DESA, et de M. Yongyi Min, Chef de la Section de suivi des objectifs de développement durable, parlera des principales conclusions du Rapport 2020 sur les objectifs de développement durable.  Le rapport sera lancé demain à l’ouverture du Forum de haut niveau sur le développement durable. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.