Imprimer
DBF200629
29 juin 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 29 juin 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Campagne de désinformation

Après le point de presse, la Secrétaire générale adjointe à la communication globale, Mme Melissa Fleming, était face à la presse pour parler de l’initiative «  Pause  » qui sera officiellement lancée le 30 juin. Cette initiative vise à aider à stopper la propagation de la désinformation en ligne .  

Financement du développement

Le Secrétaire général de l’ONU organise une série de tables rondes sur le financement du développement.   La première table ronde aura lieu ce mercredi, avec des panélistes renommés, y compris des économistes, des dirigeants politiques et des universitaires femmes.   Ils partageront leurs points de vue et leurs connaissances sur les moyens par lesquels le monde peut mieux récupérer de la pandémie, et se remettre sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD).  

Cette initiative fait suite à l’événement de haut niveau sur le financement du développement à l’ère de la COVID-19 et au-delà qui était coorganisé par le Secrétaire général, ainsi que par les Premiers Ministres de la Jamaïque et du Canada. 

Les tables rondes prolongeront les discussions sur la dette, les financements extérieurs, le commerce international ainsi que la nécessité d’engager des perspectives nouvelles et diverses, de repenser les anciens modèles et de se remettre de la pandémie plus fort qu’auparavant.  

Yémen

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, M. Martin Griffiths, est arrivé aujourd’hui à Riyad, en Arabie saoudite, pour y rencontrer des représentants des Gouvernements du Yémen et de l’Arabie saoudite.  

Cette visite s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Envoyé spécial pour négocier une déclaration conjointe entre le Gouvernement du Yémen et Ansar Allah, laquelle engagerait les parties à un cessez-le-feu dans tout le Yémen, à des mesures économiques et humanitaires spécifiques et à la reprise urgente du processus politique.  

Syrie

Ce matin, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a informé les membres du Conseil de sécurité des efforts humanitaires en Syrie.  

Il a indiqué que l’ONU continue de soutenir les mesures de préparation et de réponse à la COVID-19 dans toute la Syrie, y compris l’augmentation des capacités de dépistage.   Mais il a ajouté que le système de santé syrien n’était pas préparé à une épidémie de grande échelle.  

M. Lowcock a déclaré que les prix des denrées alimentaires, des médicaments, du carburant et d’autres produits essentiels montaient en flèche en Syrie.   La volatilité du taux de change a vu la livre syrienne perdre plus de valeur au cours des six derniers mois qu’au cours des neuf premières années de la crise actuelle.  

Entre-temps, a-t-il dit, dans le cadre des opérations transfrontières autorisées par le Conseil de sécurité, 1 781 camions d’aide humanitaire ont franchi la frontière entre la Turquie et le nord-ouest de la Syrie en mai.   La majeure partie de l’aide transfrontière est alimentaire, et elle est suffisante pour 1,3 million de personnes chaque mois.   Pourtant, a-t-il ajouté, de plus en plus d’enfants et de nourrissons arrivent dans des centres de nutrition présentant des signes de malnutrition chronique et aiguë.  

M. Lowcock a averti que l’échec à prolonger l’autorisation transfrontière mettrait fin à l’opération de l’ONU actuellement en cours.   Cela mettrait également fin aux livraisons de vivres de l’ONU et au soutien aux centres de nutrition et provoquerait des souffrances et la mort.  

Cet après-midi, la Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo, devait informer le Conseil sur la paix et la sécurité en Afrique.   Les membres du Conseil devaient également renouveler le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) pour une année supplémentaire.  

Secrétaire général/Objectif mondial

Dans un message vidéo publié ce week-end pour la campagne « Objectif mondial: unissons-nous pour notre avenir », le Secrétaire général a déclaré que la pandémie de COVID-19 est le défi mondial par excellence, affectant chaque personne, chaque économie et chaque recoin du globe. 

Il a déclaré que les Nations Unies se mobilisent pour sauver des vies, alléger les souffrances et appuyer un meilleur relèvement, en accordant une attention particulière aux personnes et aux pays les plus vulnérables. 

Plus que jamais, a déclaré le Secrétaire général, nous avons besoin de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’unité mondiale et de partenariats pour garantir que les nouveaux diagnostics de la COVID-19, les thérapies et le «  vaccin du peuple  » soient sûrs, efficaces et abordables. 

COVID-19/Maintien de la paix

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) appuie les communautés d’accueil dans le sud du Liban avec des dons d’équipements de protection individuelle et des machines de prélèvement sur écouvillon pour effectuer des dépistages.  Elle soutient également le travail de la Croix-Rouge pour établir deux centres de triage dans le district de Tyre, dans le sud-ouest du Liban. 

Par ailleurs, dans le village d’Adchit Al-Qusayr, situé dans le sud-est du pays, les Casques bleus de la FINUL ont fait don de fournitures médicales essentielles au dispensaire local et ont distribué des équipements de protection individuelle et de fournitures sanitaires. 

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a distribué 400 postes radio alimentés à énergie solaire dans l’État d’Équatoria-Oriental.  Ces radios permettront de combattre la désinformation et d’augmenter la sensibilisation au sujet de la COVID-19, notamment dans les zones reculées. 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) fournit des trousses de protection à la coopérative des transporteurs routiers ainsi qu’aux organisations de la société civile situées à Mopti, dans le centre du Mali. 

Aujourd’hui, le Chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM) a visité les laboratoires nationaux de santé publique du pays et a salué les progrès accomplis par la Somalie en ce qui concerne les tests de dépistage de la COVID-19. 

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, M. James Swan, a souligné à quel point le dépistage est essentiel, ajoutant que les progrès accomplis pour intensifier la capacité de la Somalie à faire face à la pandémie démontrent ce qui peut être réalisé lorsque des experts nationaux et internationaux travaillent main dans la main. 

COVID-19/Timor-Leste 

Au Timor-Leste, 24 personnes ont été confirmées positives et sont maintenant complètement rétablies. 

L’équipe de l’ONU, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Roy Trivedy, soutient l’assouplissement des restrictions d’urgence, la principale préoccupation du Gouvernement étant le franchissement des frontières et l’augmentation du risque de propagation du virus dans les communautés rurales. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), entre autres agences de l’ONU, ont renforcé la surveillance des frontières, la détection des cas et la recherche des contacts, tout en offrant des installations de quarantaine et d’isolement. 

Bien que la COVID-19 n’ait, fort heureusement, pas provoqué de décès au Timor-Leste, le virus se fait gravement ressentir sur l’économie, notamment les petites et moyennes entreprises et les groupes vulnérables. 

Les marchés locaux et les moyens de transport ont rouvert, conformément aux protocoles de santé et de sécurité de l’OMS et du Gouvernement.  L’ONU fournit un soutien provenant du Fonds des Nations Unies pour l’action face à la COVID-19 et pour le relèvement.  

L’Organisation internationale du Travail (OIT), ONU Femmes, l’UNICEF, le Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres ont distribué 54 millions de dollars à 270 000 ménages afin d’éviter que les gens ne sombrent dans la pauvreté. 

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a également lancé son service aérien entre la Malaisie et le Timor-Leste pour transporter du fret humanitaire et des travailleurs. 

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Coordonnateur résident évaluent l’impact socioéconomique du virus et soutiennent le plan de relance économique du Gouvernement, qui devrait durer jusqu’en 2023. 

COVID-19/PAM 

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué aujourd’hui que, alors que l’impact de la pandémie pousse des millions de personnes supplémentaires dans l’insécurité alimentaire dans les pays à revenu faible et intermédiaire, il a lancé la plus grande réponse humanitaire de son histoire.

Le PAM augmente le nombre de personnes à qui il vient en aide à 138 millions.  Ce chiffre est en hausse par rapport au record de 97 millions en 2019. 

Les nouvelles estimations du PAM indiquent que le nombre de personnes souffrant de la faim dans les pays où il opère pourrait atteindre 270 millions avant la fin de l’année.  Cela représente une augmentation de 82% comparé à avant le début de la pandémie.

Le PAM lance un appel de 4,9 milliards de dollars au cours des six prochains mois pour financer le travail qu’il accomplit dans 83 pays pour sauver des vies. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.