Print
DBF200608
8 juin 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 8 juin 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Libye

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a déclaré qu’elle était encouragée par les appels récents des dirigeants libyens à la reprise des pourparlers en vue de mettre fin aux combats et à la division.   Cela peut ouvrir la voie à une solution politique globale fondée sur l’Accord politique libyen et s’inscrire dans le cadre des conclusions de la Conférence de Berlin, de la résolution 2510 (2020) du Conseil de sécurité et d’autres résolutions pertinentes.  

Cependant, pour que les pourparlers reprennent sérieusement, la MANUL a déclaré que les armes devaient être réduites au silence.   Dans ce contexte, la Mission se félicite des appels lancés ces derniers jours par des acteurs internationaux et régionaux en faveur d’une cessation immédiate des hostilités en Libye.

La MANUL appelle les parties libyennes à s’engager rapidement et de manière constructive dans les pourparlers de la Commission militaire mixte 5+5, afin de parvenir à un accord de cessez-le-feu durable.   Les pourparlers 5+5 doivent être accompagnés de la ferme mise en œuvre et du respect de l’embargo sur les armes concernant la Libye qui a été récemment renouvelé par l’ONU. 

La Mission reste alarmée par les dommages causés à la population civile par le cycle de violence qui se poursuit.   Les récents mouvements militaires dans le grand Tripoli et à Tarhouna ont provoqué de nouvelles vagues de déplacements et de souffrances pour plus de 16 000 Libyens ces derniers jours.  

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué qu’environ 18 500 personnes avaient été déplacées le week-end dernier de Tarhouna et de Syrte à la suite de la prise de contrôle de Tarhouna par les forces affiliées au Gouvernement d’entente national libyen et en prévision de nouvelles avancées sur Syrte.  

Syrie

L’ONU est de plus en plus préoccupée par la hausse rapide des prix des denrées alimentaires en Syrie, un pays où plus de 11 millions de femmes, d’enfants et d’hommes ont un besoin urgent d’aide humanitaire.   Les prix ont plus que doublé au cours de la dernière année, augmentant de 133% dans tout le pays.   Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), 9,3 millions de personnes en Syrie souffrent d’insécurité alimentaire.   Les prix des denrées alimentaires ont continué de monter en flèche.   En mai, le coût d’un panier alimentaire standard a augmenté de 11% en moyenne par rapport à avril.  

La province d’Edleb est la plus touchée du pays avec les prix alimentaires les plus élevés enregistrés dans toute la Syrie.   Le prix du panier alimentaire à Edleb a enregistré une augmentation de l’ordre de 30% en un mois seulement.   Et en même temps, les mesures préventives à la COVID-19 affectent l’accès des familles aux revenus.   Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’agriculture et la production animale ont été affectées, menaçant la sécurité alimentaire à travers la Syrie.  

Face à ces besoins croissants, les opérations humanitaires, y compris l’assistance alimentaire du PAM, répondent à des besoins à grande échelle.   Chaque mois, de la nourriture vitale est distribuée à 4,5 millions de personnes dans les 14 provinces de Syrie.  

République démocratique du Congo

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a débloqué 40 millions de dollars du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) pour faire face aux urgences sanitaires en République démocratique du Congo (RDC).   Cette annonce intervient quelques jours après le début d’une nouvelle épidémie d’Ebola à Mbandaka, dans la province de l’Équateur située dans le nord-ouest du pays.   Les fonds seront utilisés là-bas et ailleurs dans le pays pour renforcer les services de santé, permettre un suivi des survivants d’Ebola et mettre en place des systèmes de surveillance communautaire, d’alerte et de réponse rapide.   Ils financeront également la fourniture de nourriture, d’abris, d’eau et d’assainissement, ainsi que des services de santé, d’éducation et de protection.   Ce qui se passe en RDC est un rappel brutal que la communauté mondiale ne doit pas perdre de vue les crises humanitaires qui étaient présentes avant la pandémie de COVID-19, a déclaré M. Lowcock en annonçant le nouveau financement.   L’allocation de 40 millions de dollars aujourd’hui fait suite aux 30 millions de dollars précédemment alloués à la RDC par le CERF dans le cadre de son programme d’allocation d’urgence sous-financé.  

Tchad

Il y a plus de 830 cas de COVID-19 au Tchad et près de 70 décès.   L’équipe de pays de l’ONU, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Violet Kakyomya, travaille avec le Gouvernement et ses partenaires pour lutter contre les impacts sanitaires, humanitaires et socioéconomiques de la pandémie.   L’ONU aide à diffuser les annonces des services de santé publique en 17 langues sur 20 stations de radios communautaires.   L’ONU a également formé plus de 700 personnes pour mener des actions de sensibilisation communautaire sur les questions de santé et d’assainissement.   Le Programme alimentaire mondial(PAM) a pour sa part fait don de 12 tentes mobiles d’une capacité de 100 lits au Ministère de la santé.   Grâce à un financement de quelque 22 millions de dollars de la Banque mondiale, le PAM fournit également 17 000 tonnes de nourriture pendant trois mois à huit provinces.  

Grâce au financement de la Banque mondiale, la FAO soutient 20 000 ménages dans huit provinces en fournissant des semences et du matériel agricole.   Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a également fait don de 30 ordinateurs et 30 modems pour renforcer la capacité du Ministère de la santé à collecter des communications et des données.  

Soudan du Sud  

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a indiqué que dans la province d’Équatoria-Oriental, les Casques bleus soutiennent une organisation dirigée par des jeunes pour aider à sensibiliser les communautés locales sur la manière de rester en sécurité et en bonne santé.  

La Mission a distribué des masques, des désinfectants et du savon et a mis en place des installations de lavage des mains dans les lieux publics et dans certaines villes frontalières. 

Burundi

En réponse à des questions soulevées au sujet les élections au Burundi, le Porte-parole a envoyé au cours du week-end une note précisant que le Secrétaire général de l’ONU avait pris note des résultats définitifs des élections présidentielle et législatives, déclarés le 4 juin par la Cour constitutionnelle du Burundi.   Le Secrétaire général encourage toutes les parties à continuer de promouvoir une atmosphère pacifique et harmonieuse entre tous les Burundais.   Il réitère l’engagement de l’ONU envers la stabilité à long terme et le développement durable au Burundi.  

Océans

Aujourd’hui, est célébrée la Journée mondiale de l’océan.   Le thème de cette année est « L’innovation au service d’un océan durable  ».   Ce matin, le Secrétaire général a pris la parole lors d’un événement virtuel pour célébrer cette Journée et a déclaré que nous avons la responsabilité de corriger notre relation avec les océans.   Il a ajouté qu’alors que nous nous efforçons de mieux reconstruire après la pandémie de COVID-19, nous devons nous unir pour promouvoir les sciences océaniques et les innovations qui sauveront l’élément vital de notre planète.   La célébration virtuelle se poursuit jusqu’à 17 heures, avec des discours, des panels de discussion et des présentations faites par des activistes des océans, dont Mme Sylvia Earle et M. Jean-Michel Cousteau.  

En outre, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a rendu public aujourd’hui un rapport qui indique que la consommation mondiale de poisson par habitant a atteint un nouveau record de 20,5 kilogrammes par an.   La consommation est appelée à augmenter encore au cours de la prochaine décennie, soulignant le rôle essentiel des océans dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale. 

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié un rapport qui souligne l’importance de protéger les prairies sous-marines qui peuvent apporter une puissante solution naturelle à la crise climatique.  

Nomination

Le Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, à l’issue de consultations avec le Bureau de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB), a annoncé, aujourd’hui, la nomination de Mme Elizabeth Maruma Mrema, de la Tanzanie, en tant que Secrétaire exécutive du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique.  

Mme Mrema occupe depuis décembre 2019 les fonctions de Secrétaire exécutive par intérim du Secrétariat de la CDB.  Au préalable, elle était Directeur de la Division juridique du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), à Nairobi, au Kenya.  Ayant cumulé plus de deux décennies d’expérience à l’ONU, Mme Mrema apporte à ce poste une vaste expérience en droit et politique de l’environnement mondial et en mise en œuvre de programmes environnementaux et de développement durable ainsi qu’une connaissance approfondie des processus multilatéraux. 

Invité du point de presse demain

Demain, l’invité de du point de presse sera M. Maximo Torero Cullen, Sous-Directeur général du Département du développement économique et social de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).   Il fera un exposé sur la note d’orientation du Secrétaire général sur l’impact de la COVID-19 sur la sécurité alimentaire. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.