Imprimer
DBF200521
21 mai 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 21 mai 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Le point presse a commencé par une annonce de Mme Melissa Fleming, Secrétaire générale adjointe du Département de la communication globale (DGC), sur le lancement de l’initiative « Vérifié » pour lutter contre le fléau croissant de la désinformation liée à l’épidémie de COVID-19. 

Secrétaire général/Asie-Pacifique 

Aujourd’hui, la soixante-seizième session de la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) s’est tenue dans un cadre virtuel.  Dans un message vidéo adressé à la réunion, le Secrétaire général a noté que les gouvernements et les dirigeants sont aux prises avec un large éventail de défis qui menacent les progrès récents dans la région Asie-Pacifique et dans le monde.  Il a déclaré que, alors que de nombreux pays de la région s’évertuent à trouver des solutions pour faire face à la COVID-19, des millions de personnes dans la région restent très vulnérables et à risques. 

Le Secrétaire général a dit être fermement convaincu que nous avons l’occasion de mieux reconstruire sur les fondations du Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Cela signifie que nous devons forger des solutions communes à la crise climatique, aux inégalités économiques et sociales et aux nouvelles formes de violence, ainsi qu’aux changements rapides dans les domaines de la technologie et de la démographie.  

Vice-Secrétaire générale/Travail

Ce matin, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina J. Mohamed, et le Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT), Mme Guy Ryder, ont organisé une conférence virtuelle conjointe avec les coordonnateurs résidents des Nations Unies qui conduisent la riposte à la pandémie de COVID-19 dans 162 pays et territoires.  Nous pensions auparavant qu’il nous restait 10 ans pour atteindre les objectifs de développement durable, mais la pandémie de COVID-19 a démontré l’urgence de cette cause, a fait remarquer Mme Mohamed.  Pour sa part, le Directeur général de l’OIT a déclaré que le monde ne peut pas accepter une « nouvelle norme » avec plus d’inégalités et plus de personnes laissées pour compte.  Les équipes des Nations Unies à travers le monde travaillent en étroite collaboration avec les gouvernements, les organisations de la société civile et le secteur privé pour déployer notre cadre de réponse socioéconomique immédiate et de relèvement.  L’ONU met en lumière des régimes de protection sociale, tels que les transferts en espèces, qui peuvent aider à empêcher des millions de personnes, en particulier les femmes et les enfants, de sombrer dans la pauvreté. 

Vice-Secrétaire générale/Financement du développement

Demain, la Vice-Secrétaire générale sera disponible pour donner des informations, dans le cadre d’un exposé sous embargo, sur la réunion de haut niveau sur le financement du développement à l’ère de l’épidémie de COVID-19 et au-delà.  Cette réunion devrait avoir lieu le 28 mai, jeudi prochain.  L’événement est convoqué par le Secrétaire général, avec les Premiers Ministres du Canada et de la Jamaïque, avec pour objectif de tracer une voie définitive vers des solutions concrètes et efficaces aux problèmes critiques de financement du développement durable qui menacent de nuire à des milliards de personnes dans le monde dans les deux prochains mois.  Nous vous informerons de l’heure exacte de cette réunion d’information. 

Vice-Secrétaire générale/BBC/Diversité  

Pour marquer la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, la BBC a organisé sur LinkedIn un échange sur la diversité et l’inclusion avec l’ONU.  Le directeur général de la BBC, M. Tony Hall, et la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, ont mené une discussion d’une heure avec des experts créatifs sur la manière de garantir que la diversité et l’inclusion sont au cœur des plans pour mieux se relever de la pandémie de COVID-19.  La conversation a mis en valeur les 17 objectifs de développement durable (ODD) adoptés par les dirigeants mondiaux.  

Bien que l’objectif principal de la discussion était l’industrie créative, l’objectif d’ensemble était que les thèmes et l’apprentissage soient applicables à plusieurs industries.  Dans ses remarques, la Vice-Secrétaire générale a déclaré qu’une véritable diversité de voix et d’idées produit de meilleures communautés et main-d’œuvre, qui nous permettent d’identifier, de prévenir et de répondre aux vulnérabilités, alors que nous accélérons le rythme dans notre vision de l’avenir.  Elle a ajouté que nous avons besoin que toutes les voix soient entendues, en particulier celles de nos jeunes.  L’événement a été diffusé avec les audiences combinées de la BBC et de l’ONU et leurs millions de « followers » sur LinkedIn, ainsi qu’aux membres de LinkedIn du monde de l’industrie créative.  Il figure également sur la plateforme Web TV de l’ONU. 

Rapport sur la protection des civils 

Le rapport annuel du Secrétaire général sur la protection des civils dans les conflits armés a été rendu public.  Couvrant l’année 2019, le rapport documente la mort et les blessures de dizaines de milliers de civils; le déplacement de millions de personnes; ainsi que des informations sur les violences sexuelles.  Les enfants ont également été contraints de participer aux combats, selon le rapport.  Il détaille également comment le travail des organisations humanitaires a été entravé par la violence et la bureaucratie, tandis que les attaques contre les hôpitaux et les centres de santé se sont poursuivies.  Alors que l’épidémie de COVID-19 se propage dans le monde, le virus pourrait dévaster davantage les États touchés par un conflit.  Le rapport devrait être examiné par le Conseil de sécurité la semaine prochaine. 

« Vérifié », une initiative pour combattre la désinformation liée à la COVID-19  

Les Nations Unies lancent aujourd’hui la campagne « Vérifié », une initiative pour lutter contre le fléau de la désinformation liée à la COVID-19 en élargissant le volume et la portée des informations fiables et précises sur la maladie.  « Nous ne pouvons pas céder nos espaces virtuels à ceux qui font du trafic de mensonges, de peur et de haine », a déclaré le Secrétaire général.  La campagne « Vérifié » (Verified en anglais), élaborée par le Département de la communication globale de l’ONU, fournira des informations autour de trois thèmes: la science - pour sauver des vies; la solidarité - pour promouvoir la coopération locale et mondiale; et les solutions - pour apporter le soutien aux populations touchées.  

Conseil économique et social  

Dans le cadre du segment des activités opérationnelles du Conseil économique et social (ECOSOC), qui se déroule virtuellement, les États membres ont eu un dialogue avec les coordonnateurs résidents des Nations Unies et les membres des équipes de pays des Nations Unies présents dans six pays: Arménie, Chine, Haïti, Seychelles, Uruguay et Yémen.  Nos collègues travaillant dans ces pays répondent aux questions des États membres de l’ECOSOC sur les changements sur le terrain à la suite du repositionnement du système des Nations Unies pour le développement qui a commencé au début de l’année dernière.  

La Vice-Secrétaire générale a pris la parole au début de la session et a noté que les coordonnateurs résidents et les membres des équipes de pays des Nations Unies, ensemble, relevaient le défi d’apporter un appui plus réactif et efficace au Programme 2030.  

Le dialogue d’aujourd’hui porte sur les succès et les défis des équipes de pays, ainsi que sur la manière dont elles réagissent à la pandémie à l’occasion de cette première épreuve qui permet d’évaluer l’efficacité des changements sur le terrain après les réformes. 

Somalie

Le Conseil de sécurité a tenu, aujourd’hui, une visioconférence sur la situation en Somalie.  À cette occasion, le Représentant spécial du Secrétaire général, M. James Swan, a indiqué que la Somalie avait plus de 1 500 cas signalés de COVID-19 mais que les chiffres réels étaient sans doute beaucoup plus élevés. 

M. Swan a noté que les conséquences pour la Somalie sont graves étant donné qu’avant même l’irruption de la pandémie, plus de cinq millions de Somaliens nécessitaient une aide humanitaire. 

Il a ajouté que les 2,6 millions de personnes déplacées encourent des risques notables.  En outre, près d’un million de Somaliens sont touchés par des inondations et le pays affronte sa pire infestation de criquet pèlerins en 25 ans. 

Sur le plan sécuritaire, M. Swan a regretté que les Chabab n’aient pas répondu à l’appel du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu mondial et que leurs opérations terroristes se poursuivent sans relâche. 

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) continue d’appuyer le Gouvernement dans ses efforts pour sécuriser la ville de Ndélé, l’objectif ultime étant de la libérer de toute arme. 

Mardi, sur demande de la Cour pénale spéciale de la RCA, les Casques bleus ont arrêté neuf éléments armés.  Ces arrestations ont été effectuées dans le cadre d’enquêtes menées par le Gouvernement et la MINUSCA sur la violence qui a frappé la région nord-est du pays depuis le début du mois de mars.  Cinquante-six individus, dont 39 civils, ont péris suite à cette vague de violence. 

La MINUSCA a lancé une opération militaire à Ndélé pour protéger les civils et créer les conditions sécuritaires nécessaires au déroulement des activités humanitaires et au rétablissement de l’autorité de l’état, y compris la justice.  

Dans une autre partie du pays, la MINUSCA continue de suivre de près l’évolution de la situation à Obo dans la préfecture du Haut-Mbomou.  Hier, six membres d’un groupe armé, l’Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), et trois autres suspects ont été arrêtés par les Casques bleus alors qu’ils tentaient de mener une attaque contre la ville.  Des armes ont également été confisquées. 

La MINUSCA continue par ailleurs d’appuyer les autorités locales dans la lutte contre la COVID-19.  Elle organise des ateliers de formation et de sensibilisation à l’intention des femmes dirigeantes religieuses ou influentes sur la nécessité de respecter les mesures préventives, la distanciation sociale et d’éviter les foules. 

Syrie 

Le Coordonnateur résident et Coordonnateur de l’action humanitaire en Syrie, M. Imran Riza, a annoncé, aujourd’hui, que 23 millions de dollars avaient été déloqués du Fonds humanitaire pour la Syrie pour fournir un appui rapide et vital aux communautés dans l’ensemble de la Syrie afin de combattre la pandémie. 

Les fonds cibleront en priorité les interventions en matière de santé, d’eau et d’assainissement, de protection, de logistique et de contrôle.  Ils renforceront également le dépistage et les capacités de traçage.  Cette contribution provenant du Fonds humanitaire pour la Syrie sera versée directement aux actions urgentes et décisives qui permettront d’aplanir la transmission du virus, a indiqué M. Riza.  Elle protégera également les agents de santé de première ligne et appuiera les communautés vulnérables qui ne peuvent pas se permettre les effets destructeurs de la pandémie. 

Yémen 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que la COVID-19 est en train d’aggraver la crise humanitaire dans le pays.  Celle-ci est déjà la plus importante du monde. 

Selon les estimations des épidémiologistes, le virus pourrait se propager plus rapidement, sur une étendue plus large et entraîner des conséquences plus graves au Yémen que dans de nombreux autres pays. 

Bien que les chiffres officiels fassent état, aujourd’hui, de 184 cas et 30 décès, le taux véritable est sans doute beaucoup plus élevé.  Les tests restent rares.  Les agences humanitaires opèrent sur la base que la transmission communautaire se déroule dans l’ensemble du pays. 

L’ONU et ses partenaires mettent l’accent sur la gestion efficace des cas et la protection du système de santé publique et renforcent les interventions de sensibilisation et de communication des risques.  Selon les estimations, les activités de sensibilisation ont pu atteindre 16 millions de personnes pendant la première quinzaine du mois de mai. 

Liban

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) indique qu’elle continue d’appuyer la riposte à la COVID-19 dans la zone de la Mission.  Elle a récemment remis une centrale publique d’épuration des eaux à la communauté locale à Abbasiyah, dans le sud-ouest du Liban.  La FINUL a également fait don de matériel informatique et de vêtements à des centres de développement social, au bénéfice des communautés de quatre villages situés dans le sud-est du Liban. 

Bangladesh 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que le cyclone Amphan, qui s’est récemment abattu sur l’Inde et le Bangladesh, a endommagé des habitations et des récoltes au Bangladesh.  

Le courant a été coupé dans des villes et villages, dont beaucoup s’efforcent de contenir la pandémie de COVID-19.  Le cyclone a été déclassé en dépression tropicale, mais il devrait encore apporter des pluies fortes à modérées au cours des prochaines 24 heures. 

On estime qu’environ 10 millions de personnes au Bangladesh sont touchées par le cyclone, 500 000 familles étant susceptibles d’avoir perdu leur maison.  Le Gouvernement du Bangladesh a évacué près de deux millions de personnes.  Il existe plus de 12 000 abris contre les cyclones, dotés de fournitures, notamment de masques et de désinfectants, pour lutter contre la COVID-19. 

Les partenaires et autorités humanitaires évalueront rapidement les dégâts. À Cox’s Bazar, les premières informations font état de dégâts minimes dans les camps de réfugiés, mais les organismes d’aide examinent la situation. 

Migrants/Europe 

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) appellent Malte et d’autres États européens à débarquer quelques 160 migrants et réfugiés qui ont été sauvés mais qui demeurent en mer à bord de deux navires Captain Morgan.  L’OIM et le HCR sont également gravement préoccupés par les informations indiquant que des États ignorent ou retardent la réponse aux signaux de détresse, notamment dans le contexte de la forte diminution des capacités de recherche et de sauvetage dirigés par les États et par les ONG. 

Personnes déplacées/COVID-19 

En début de journée, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) ont signé un accord pour renforcer les services de santé publique destinés aux millions de personnes déplacées de force. Cette année, un des objectifs clefs sera d’appuyer les efforts en cours visant à protéger quelque 70 millions de personnes de la COVID-19. 

Guide COVID-19 pour les jeunes OMS-Smithsonian 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Smithsonian Science Education Center et 140 académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont élaboré un guide pour aider les jeunes âgés entre 8 et 17 ans à mieux comprendre la COVID-19.  

Le guide est intitulé «  COVID-19!  Comment puis-je me protéger et protéger les autres ?  » et pose des questions pour examiner l’impact de la pandémie et savoir comment pratiquer l’hygiène des mains, l’hygiène respiratoire et la distanciation physique.  Chaque tâche est conçue pour pouvoir être accomplie à domicile.  

Ce guide, gratuit, sera disponible en plus de 15 langues à l’adresse https://ssec.si.edu/covid-19.  

Venezuela 

Hier après-midi, la Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo a fait le point devant le Conseil de sécurité, sur la situation au Venezuela.  Elle a alerté d’une augmentation des préoccupations face à la confrontation et l’absence de toute négociation sérieuse entre les principaux partis politiques au Venezuela, notamment dans le contexte des répercussions potentiellement profondes de la pandémie actuelle. 

Mme DiCarlo a appelé les principaux acteurs politiques à participer à des négociations constructives pour créer des conditions propices à la tenue d’élections crédibles, inclusives et participatives.  Elle a également ajouté que l’ONU restait préoccupée par les informations relatives à la détention de dirigeants politiques et de journalistes faisant des reportages sur la pandémie et la politisation de l’aide humanitaire, ainsi que des menaces et des intimidations à l’encontre des agents de santé pour avoir exprimé, par exemple, des inquiétudes quant au manque d’équipements pour combattre la pandémie ou tout simplement pour avoir donné le nombre de cas. 

Enfin, elle réitère l’appel du Secrétaire général à la levée des sanctions qui pourraient saper la capacité des pays à faire face à la pandémie. 

Journée internationale du thé

La première Journée internationale du thé est célébrée aujourd’hui.  Elle promeut une action collection en faveur de la production et de la consommation durable du thé et attire l’attention sur son importance dans la lutte contre la faim et la pauvreté.  La production et la fabrication du thé sont une importante source de moyens de subsistance pour des millions de familles dans les pays en développement et le principal moyen de subsistance pour des millions de familles pauvres, dont beaucoup vivent dans les pays les moins avancés.  

Les changements de températures et de précipitations, notamment l’augmentation des inondations et des sécheresses, ont déjà affecté les rendements, la qualité du thé et les prix, abaissant les revenus et menaçant les moyens de subsistance ruraux. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.