Print
DBF200513
13 mai 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 mai 2020

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Note d’orientation sur la santé mentale

Une note d’orientation du Secrétaire général sera publiée ce soir, dans laquelle il présentera une série de recommandations pour veiller à ce que les services de santé mentale soient pleinement inclus dans les plans d’intervention et de rétablissement face à la COVID-19.

La note d’orientation sera publiée à 23 heures, heure de New York, accompagnée d’un message vidéo du Secrétaire général.

Vice-Secrétaire générale/COVID-19/Développement durable

Ce matin, le Groupe des Nations Unies pour le développement durable s’est réuni virtuellement pour coordonner l’appui afin de permettre aux pays de surmonter et de mieux se relever de la pandémie. 

La Vice-Secrétaire générale et Présidente du Groupe, Mme Amina J. Mohamed, a souligné que la pandémie est une urgence sanitaire, humanitaire et socioéconomique mondiale. 

Derrière les chiffres, il y a des personnes et des familles.  La COVID-19 a mis de nombreuses choses en pause et a également exacerbé de graves problèmes existants, notamment les inégalités et les changements climatiques.  « La façon dont le système de l’ONU réagit à présent mettra nos réformes en action pour nous permettre de mieux affronter cette crise du développement en mode d’urgence complet », a déclaré la Vice-Secrétaire générale. 

Les membres du Groupe ont également examiné les progrès accomplis dans le cadre du renforcement de la collaboration humanitaire-développement ainsi que dans la consolidation des réformes lancées par le Secrétaire général pour renforcer l’appui de l’ONU au Programme de développement durable à l’horizon 2030. 

Liban

La Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et de la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo, est intervenue, ce matin, devant le Conseil de sécurité qui tenait des consultations à huis clos sur le Liban.  Elle a présenté le dernier rapport du Secrétaire général sur la mise en œuvre de la résolution 1559. 

Par ailleurs, le Groupe international de soutien au Liban, qui rassemble l’ONU et plusieurs États Membres, a pris note de l’adoption unanime, par le Gouvernement, à Beyrouth, de son plan de redressement financier, en tant que cadre constructif pour des réformes à venir. 

Le Groupe a également pris note de la décision du Gouvernement de demander un programme de Fonds monétaire international, un premier pas dans la bonne direction. 

Afghanistan

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général a fermement condamné l’attaque atroce perpétrée contre un hôpital de Kaboul, qui a tué et blessé des dizaines de personnes, dont des femmes et des enfants.   Il a indiqué qu’il suit également avec inquiétude l’escalade de la violence dans le pays.   Il a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, au Gouvernement et au peuple de l’Afghanistan.   

Le Secrétaire général a réitéré que les attaques contre les civils sont inacceptables et que les hôpitaux, les établissements médicaux et le personnel de santé disposent d’une protection spéciale en vertu du droit international humanitaire.   Le Secrétaire général a souligné que ceux qui commettent de tels crimes doivent être tenus responsables.  

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Mme Virginia Gamba, a également publié une déclaration qui souligne qu’alors que les pays du monde sont focalisés sur leur réponse à la COVID-19, il est essentiel de protéger les hôpitaux et les institutions sanitaires ainsi que les patients qu’ils accueillent.  

Soudan du Sud  

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) indique que le Ministère de la santé a confirmé deux cas de COVID-19 dans des sites de protection des civils à Djouba.  La Mission signale que cela n’est pas surprenant au vu du nombre croissant de cas confirmés au sein des communautés de la ville. 

L’ONU continue d’exhorter les personnes déplacées sur les sites à prendre des mesures de précaution telles que la distanciation sociale, des lavages des mains fréquents et l’isolement en cas de maladie. 

L’ONU a diffusé des messages de prévention via sa station Radio Miraya, ainsi qu’au sein des sites de protection.   L’ONU a doublé l’approvisionnement en eau et augmenté le nombre d’installations pour se laver les mains.  L’ONU a également distribué pour trois mois de nourriture à l’avance.  Cela signifie que les gens n’auront pas à se déplacer fréquemment entre les camps et la ville pour l’achat des provisions.  

L’ONU continuera à fournir un tel soutien et à encourager les personnes vivant sur les sites à observer autant que possible les mesures de prévention.  

Libye  

Les chefs des principaux organismes humanitaires de l’ONU en Libye ont publié une déclaration commune dans laquelle ils affirment que le conflit et la pandémie représentent un véritable danger pour la vie dans le pays.  La santé et la sécurité de l’ensemble de la population libyenne sont menacées. 

Ils indiquent que près de 400 000 Libyens ont été déplacés depuis le début du conflit il y a neuf ans.  Près de la moitié d’entre eux l’ont été au cours de l’année dernière, depuis le lancement de l’attaque contre la capitale Tripoli.   

Malgré les appels répétés pour un cessez-le-feu humanitaire, notamment de la part du Secrétaire général, les hostilités se poursuivent sans interruption, entravant l’accès et la livraison de fournitures humanitaires essentielles.  

Les dirigeants humanitaires de l’ONU exhortent toutes les parties au conflit à protéger les installations essentielles d’approvisionnement en eau et s’alarment du fait que lesdites installations ont été délibérément prises pour cibles ou attaquées de manière indiscriminée.  Cela a des conséquences négatives pour des milliers de femmes et d’enfants et entrave les efforts de mise en œuvre des mesures élémentaires de prévention du virus, telles que le lavage des mains.   

Ils réitèrent leur soutien à l’appel du Secrétaire général pour un cessez-le-feu mondial et une trêve humanitaire afin de sauver des vies et de permettre aux autorités libyennes et à leurs partenaires de consacrer toute leur énergie à lutter contre la propagation de la COVID-19.  

La communauté internationale ne doit pas fermer les yeux devant le conflit en Libye et ses conséquences catastrophiques pour les civils, y compris les migrants et les réfugiés, dans tout le pays.  

COVID-19/Prisons

Dans une déclaration conjointe, les chefs des institutions de santé, de droits de l’homme et de développement de l’ONU ont lancé aujourd’hui un appel commun aux responsables politiques afin qu’ils apportent une réponse à la vulnérabilité des prisonniers face à la pandémie de COVID-19. 

Cette déclaration a été signée par Mme Ghada Fathi Waly de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC); M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS); Mme Winnie Byanyima du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et Mme Michelle Bachelet, Haute-Commissaire aux droits de l’homme.  

Ils ont souligné la nécessité de diminuer la surpopulation carcérale; de respecter les droits de l’homme; de garantir la santé, la sécurité et la dignité humaine; d’assurer l’accès à des services de santé continus et d’adhérer aux règles et directives de l’ONU, en particulier celles de l’OMS.  

COVID-19/Enfants  

L’UNICEF a averti aujourd’hui qu’au cours des six prochains mois, 6 000 enfants de plus pourraient mourir chaque jour de causes évitables, en raison de l’affaiblissement des systèmes de santé et des perturbations dans les services habituels dues à la pandémie.  

Le nombre d’enfants décédés avant leur cinquième anniversaire pourrait ainsi augmenter dans le monde pour la première fois depuis des décennies.  

Commerce

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a déclaré aujourd’hui que la pandémie avait entraîné une baisse de 3% du commerce mondial au premier trimestre de l’année.   Ce ralentissement devrait s’accélérer au cours du prochain trimestre, la CNUCED prévoyant une baisse de 27%. 

Cela s’est accompagné d’une baisse marquée des prix des produits de base, notamment du carburant, des minéraux, des aliments et d’autres matières premières. 

La CNUCED a indiqué qu’elle mettrait désormais à jour ses prévisions commerciales sur une base mensuelle pour fournir aux décideurs des données actualisées pour leur permettre de prendre des décisions informées.  

Statistiques sanitaires mondiales

Les Statistiques sanitaires mondiales de 2020 publiées aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) montrent que partout dans le monde, la pandémie de COVID-19 provoque d’importantes pertes de vie et perturbe les moyens de subsistance.  Elle menace également les progrès récents dans le domaine de la santé et dans la réalisation des objectifs de développement mondiaux. 

Selon le rapport de statistiques sanitaires mondiales, l’espérance de vie et l’espérance de vie en bonne santé ont augmenté, mais de manière inégale.  Les gains les plus importants ont été enregistrés dans les pays à faible revenu, où l’espérance de vie a augmenté de 21%, soit de 11 ans, entre 2000 et 2016.  

L’accès à des services de santé de qualité et l’incapacité de payer les soins de santé figurent parmi les défis à relever.  Sur la base des tendances actuelles, l’OMS estime qu’en 2020, environ un milliard de personnes consacreront au moins 10% du budget de leur ménage aux soins de santé.  

Le Directeur général de l'OMS, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que la pandémie met en évidence la nécessité urgente pour tous les pays d’investir dans des systèmes de santé solides.  

Iraq

La Cheffe du Bureau des droits de l’homme des Nations Unies en Iraq, Mme Danielle Bell, a alerté que les femmes iraquiennes sont actuellement confrontées à des défis supplémentaires.  Elle a notamment expliqué que les mesures restrictives adoptées pour lutter contre le virus en Iraq augmentaient le risque de violence domestique.  

Ces mesures réduisent aussi considérablement la capacité des victimes à signaler les abus et à chercher refuge, un soutien et un accès efficaces à la justice.  

République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo (RDC), le personnel humanitaire de l’ONU indique que 200 000 personnes ont fui leur domicile le mois dernier, dans la province orientale de l’Ituri, à la suite d’opérations militaires à grande échelle.  

Les affrontements entre l’armée congolaise et les groupes armés, les violences intercommunautaires et les conflits fonciers ont tous contribué à la détérioration de la situation humanitaire.  

Depuis le début de l’année, plus de 1 300 cas de violence sexuelle et sexiste ont été enregistrés en RDC.  Quarante établissements de santé ont été détruits ou pillés et 80 000 enfants ne sont pas scolarisés en raison de déplacements ou d’attaques visant des écoles.  L’insécurité a gravement entravé la réponse humanitaire.  

Quelques organisations humanitaires ont suspendu leurs opérations dans certaines parties de la province et, ces dernières semaines, environ 66 000 personnes ont été privées d’aide.  

Malgré ces difficultés, la fourniture d’un soutien médical, de vivres et d’articles non alimentaires se poursuit dans les zones plus accessibles et les partenaires humanitaires de l’ONU cherchent des moyens pour reprendre leurs activités, malgré un sous-financement chronique de la réponse humanitaire.  

À ce jour, seulement 11% des 2,1 milliards de dollars demandés dans le plan de réponse humanitaire pour la RDC ont été financés.  

Point de presse virtuel demain

Demain, à l’issue du point de presse, la porte-parole du Président de l’Assemblée générale, Mme Reem Abaza, interviendra devant la presse sur la même plateforme virtuelle employée par le porte-parole du Secrétaire général.  

Contribution financière

La République de Moldova a entièrement payé sa cotisation au titre du budget ordinaire de l’ONU pour cette année.  Ainsi, 90 États Membres ont désormais versé intégralement leurs contributions pour 2020 et l’ONU les remercie vivement.  

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.