Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 8 avril 2020

dbf200408
8 avril 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 8 avril 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Libye

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général a fermement condamné les bombardements lourds, effectués pour la deuxième journée consécutive, contre l’hôpital général Al Khadra à Tripoli.  Il a aussi condamné les attaques continuelles contre le personnel médical, les hôpitaux et les infrastructures de santé, particulièrement à un moment où ils sont d’une importance essentielle pour prévenir la propagation de la COVID-19. 

Le Secrétaire général rappelle à toutes les parties que le personnel médical, les hôpitaux et les infrastructures de santé sont protégés en vertu du droit international humanitaire et que les attaques contre eux peuvent constituer des crimes de guerre. 

Le Secrétaire général réitère son appel à un cessez-le-feu global et à une pause humanitaire en Libye pour sauver des vies et permettre aux autorités libyennes et à leurs partenaires de consacrer toute leur énergie à stopper la propagation de la COVID-19.

COVID-19 / Afrique

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique que le nombre de cas confirmés de COVID-19 sur le continent est passé à plus de 10 000, avec plus de 500 décès enregistrés.

Alors que le virus a mis du temps à atteindre le continent par rapport à d’autres parties du monde, les infections ont augmenté de façon exponentielle ces dernières semaines et continuent de se propager.

Atteignant le continent via des voyageurs revenant d’autres points chauds, le premier cas de COVID-19 en Afrique a été enregistré en Égypte le 14 février.  Depuis lors, 52 pays au total ont signalé des cas.

L’OMS appelle à une réponse décentralisée, adaptée au contexte local.  Les communautés doivent être responsabilisées, et les gouvernements au niveau des provinces et des districts doivent s’assurer qu’ils disposent des ressources et de l’expertise nécessaire pour répondre localement aux flambées.

L’OMS travaille avec les gouvernements de toute l’Afrique pour accroître leurs capacités dans des domaines d’intervention critiques tels que la coordination, la surveillance, l’isolement, la gestion des cas et la recherche des contacts, ainsi que la prévention et le contrôle des infections, la communication des risques et l’engagement communautaire, y compris la capacité des laboratoires.

COVID-19 / Asie

La Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) indique que la COVID-19 a des répercussions économiques et sociales considérables pour la région, avec des répercussions transfrontalières en raison des liens commerciaux, touristiques et financiers.

Un nouveau rapport met en évidence le risque immédiat, posé par la pandémie, pour les perspectives économiques de la région, aggravant le ralentissement économique déjà en cours.

COVID-19 / Développement

Demain, le Département des affaires économiques et sociales (DESA) publiera son rapport de 2020 sur le financement du développement durable.

Des milliards de personnes vivent dans des pays qui sont au bord de l’effondrement économique en raison de la combinaison explosive de chocs financiers alimentés par la pandémie de COVID-19, de lourdes dettes et la baisse de l’aide publique au développement.

Le rapport de cette année met l’accent sur les mesures que les gouvernements doivent prendre pour éviter une crise de la dette et faire face aux ravages économiques et financiers provoqués par la pandémie de COVID-19.

DESA s’est entretenu cet après-midi avec des journalistes pour fournir des détails sur le rapport qui sortira demain.

COVID-19 / UNICEF

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, la Directrice exécutive de l’UNICEF, Mme Henrietta Fore, a indiqué que la COVID-19 est en train d’engendrer une crise économique mondiale sans précédent, marquée par une destruction économique répartie cruellement et inégalement.

Pour les pays les plus pauvres du monde, les répercussions financières de la pandémie, auxquelles s’ajoutent des obligations incapacitantes en matière de service de la dette, entravent leur capacité à empêcher de nouvelles transmissions et protéger les citoyens, a déclaré Mme Fore.

Elle a noté que pour les familles qui vivent dans ces pays, avec une perte de revenus généralisée et un accès limité à la nourriture dans des environnements où la distanciation sociale est impossible, le savon et l’eau pour le nettoyage des mains sont un luxe et les services de santé de qualité inexistants, la situation est déjà terrible et ne fera qu’empirer.

Alors que les enfants sont largement épargnés des conséquences immédiates de la pandémie sur la santé, ils subiront les destructions économiques qui en découlent, a averti Mme Fore.  Plus de 200 millions d’enfants vivent dans des pays en surendettement et à haut risque de surendettement.

COVID-19 / Venezuela

Le Coordonnateur résident et Coordonnateur de l’action humanitaire au Venezuela, M. Peter Grohmann, a indiqué qu’une première livraison de 90 tonnes de fournitures de secours de l’ONU devait arriver aujourd’hui pour appuyer la réponse face à la COVID-19.

Cette livraison comprend, entre autres, 28 000 trousses d’équipements de protection personnelle pour les agentes sanitaires qui sont en première ligne, ainsi que des concentrateurs d’oxygène, des lits pédiatriques, des produits de contrôle de la qualité de l’eau et des trousses d’hygiène.

Ces fournitures ont été financées par la communauté internationale des donateurs, le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) et les agences de l’ONU.  Le vol d’aujourd’hui a été organisé par l’UNICEF.  Les fournitures seront distribuées aux centres de santé et aux personnes les plus vulnérables grâce à l’Organisation panaméricaine de la santé, l’UNICEF et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).

Pour appuyer les efforts nationaux face à la pandémie, l’ONU et ses partenaires humanitaires visent à lever 61 millions de dollars pour renforcer la réponse dans le cadre du Plan de prévention et de réponse à la COVID-19 au Venezuela.

Ce plan met l’accent sur le renforcement des capacités du système de santé pour pouvoir rapidement identifier et traiter les patients, fournir eau, hygiène et assainissement aux hôpitaux et communautés prioritaires, ainsi qu’une information fiable et en temps voulu au public pour empêcher la propagation du virus.

Le Plan vise aussi à veiller à la poursuite d’autres programmes humanitaires essentiels, notamment la distribution de vivres, la nutrition, la protection et l’éducation, entre autres.

L’ONU appelle à faire preuve de solidarité, à accéder et à augmenter le financement pour aider à combattre la pandémie et sauver des vies tout en exhortant les donateurs à maintenir le Plan de réponse humanitaire déjà existant.

À compter d’hier, 7 avril, 166 cas de COVID-19 ont été confirmés au Venezuela et sept décès ont été signalés.

COVID-19 / Nigéria

L’ONU appuie les efforts dirigés par le Gouvernement du Nigéria pour endiguer la propagation du virus.  Aujourd’hui, l’ONU a fait don de trois ambulances à l’État de Lagos où vivent 21 millions de personnes.

D’autres équipements essentiels pour la prévention, le dépistage et le traitement ont été fournis par l’ONU et devraient arriver dans le pays dans les prochains jours.

Zimbabwe

Au Zimbabwe, la grave crise de la faim provoquée par le climat et la récession aggrave la crise de la COVID-19.  Le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué, aujourd’hui, qu’il demandait d’urgence 130 millions de dollars jusqu’en août pour aider les millions de personnes les plus vulnérables du pays.

Une récente évaluation nationale a révélé que le nombre de Zimbabwéens souffrant d’insécurité alimentaire aiguë est passé à 4,3 millions, contre 3,8 millions à la fin de l’année dernière.

Le Directeur du PAM dans le pays, M. Eddie Rowe, a déclaré qu’alors que la plupart des Zimbabwéens peinent déjà à mettre de la nourriture sur la table, la pandémie de COVID-19 risque de provoquer un désespoir encore plus grand et plus profond.

Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire au Zimbabwe est désormais de 7,7 millions, soit plus de la moitié de la population du pays.

COVID-19 / Amérique latine

L’Entrepôt de fournitures humanitaires des Nations Unies (UNHRD) au Panama, qui est géré par le Programme alimentaire mondial (PAM), est la principale plateforme logistique régionale consacrée à la réponse à la COVID-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes. 

Une unité spéciale consacrée à la COVID-19 a été créée et il est prévu de doubler ses effectifs, dont le recrutement d’un pharmacien chargé de la gestion de l’entrepôt froid, où les médicaments seront entreposés. 

Le dépôt a déjà distribué plus de 8 tonnes de fournitures à 24 pays, au nom de l’Organisation panaméricaine de la santé et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dont des kits COVID-19. 

Alors que plusieurs vols commerciaux ont été annulés à travers le monde, le dépôt humanitaire joue maintenant un rôle important dans la réponse à la pandémie.  Le gestionnaire du dépôt au Panama a déclaré qu’ils essayaient de s’assurer que tout cargo humanitaire atteignait sa destination dans un délai de 48 heures après la commande.  

COVID-19 / Approvisionnement alimentaire en Europe

La Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) réitère son appel aux pays afin qu’ils facilitent les flux de marchandises transfrontaliers, en particulier des denrées alimentaires, au maximum des possibilités durant toute la pandémie, et recourent autant que possible à toutes les normes existantes visant à faciliter le commerce. 

La Commission partage des informations en ligne sur l’impact de la pandémie sur le secteur de l’alimentation et de l’agriculture en Europe et sur les chaînes mondiales d’approvisionnement alimentaire. 

COVID-19 / Espagne

L’UNICEF en Espagne a distribué un premier lot de fournitures médicales aux autorités sanitaires espagnoles afin de soutenir la lutte contre la pandémie. 

L’envoi comprend des gels hydroalcooliques et des gants et plus de fournitures sont attendues dans les prochains jours, dont des masques, des gants, des kits de dépistage et des équipements de protections personnelle. 

La donation constitue une partie de la réponse mondiale de l’UNICEF à la COVID-19, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et par le biais du Fonds de riposte à la COVID-19, qui est actuellement promue par la Fondation pour les Nations Unies.  

Initiative mondiale interconfessionnelle d’action contre la COVID-19

L’UNICEF et la coalition Religions for Peace ont lancé, hier, l’Initiative mondiale interconfessionnelle d’action contre la COVID-19.  Le but de cette initiative est de faire prendre conscience des impacts de la pandémie du virus sur les plus jeunes citoyens du monde. 

L’initiative reflète le rôle unique et critique joué par les dirigeants et acteurs religieux, qui influent sur les valeurs, les attitudes et les actions qui affectent le développement et le bien-être des enfants du monde.  L’initiative est coordonnée par le partenariat mondial Faith and Positive Change for Children, Families and Communities, qui implique les Religions for Peace’s Interreligious Councils, composés de hauts dirigeants des traditions religieuses et spirituelles du monde. 

COVID-19 / Pertes d’emplois

Selon un nouveau rapport publié par l’Organisation internationale du Travail (OIT), la pandémie de COVID-19 devrait effacer 6,7% des heures de travail mondiales au cours du second trimestre 2020.  C’est l’équivalent de 195 millions d’emplois à temps plein. 

Le rapport met en évidence quelques-uns des secteurs et des régions les plus affectés, et dresse les lignes des politiques permettant d’atténuer la crise. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.