Imprimer
dbf200318
18 mars 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 mars 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

COVID-19: réponse de l’ONU

Le Secrétaire général est présent à son bureau aujourd’hui avec un personnel réduit.  Il passe la majeure partie de la journée à appeler les dirigeants d’entités des Nations Unies, le personnel et les missions du monde entier pour savoir comment ils vont.

Voici une mise à jour sur la réponse du système des Nations Unies à la pandémie:

Au Pérou, en plus des besoins sanitaires immédiats, les entités des Nations Unies travaillent avec le Gouvernement pour minimiser les conséquences sociales et économiques de l’épidémie.  L’Organisation panaméricaine de la santé et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) travaillent en permanence avec le Ministère de la santé pour renforcer la capacité de réaction du système de santé publique en cas d’urgence et pour sensibiliser la communauté.  L’Organisation internationale du Travail (OIT) œuvre également en lien avec d’autres ministères pour protéger les droits des personnes.

En ce qui concerne la situation au Venezuela, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) travaillent avec leurs homologues gouvernementaux pour aider les migrants et les réfugiés, qui viennent du Venezuela, à accéder à des programmes sociaux qui peuvent être limités.  Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) travaille également en ce sens pour la fourniture des services de santé reproductive.

En Ouzbékistan, les efforts battent leur plein pour se préparer à réagir, l’équipe des Nations Unies collaborant avec ses homologues gouvernementaux.  Le personnel des Nations Unies a été formé aux communications d’urgence avec le Ministère de la santé et divers autres organismes gouvernementaux.  La formation dispensée comprenait la surveillance de l’opinion publique, la lutte contre les fausses informations et le travail avec les communautés.  Cet effort complète une campagne en ouzbek et en russe sur le COVID-19, menée par le Gouvernement et soutenue par l’ONU.

Suspension de la réinstallation des réfugiés

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont annoncé aujourd’hui qu’elles suspendent temporairement les départs des réfugiés qui veulent se réinstaller.

Cette décision est la conséquence des mesures que les pays prennent pour réduire l’entrée de personnes sur leur territoire en raison du COVID-19.  Cela signifie que les préparatifs de voyage pour la réinstallation des réfugiés sont actuellement soumis à de graves perturbations.  Certains pays ont également suspendu les activités de réinstallation en raison de leur situation de santé publique, ce qui a une incidence sur leur capacité à accueillir des réfugiés nouvellement réinstallés.  Les deux agences se disent également préoccupées par le fait que les voyages internationaux pourraient exposer davantage les réfugiés au virus.

Les deux agences font appel aux États et travaillent en étroite coordination avec eux pour garantir la poursuite des mouvements dans les cas d’urgence les plus critiques, dans la mesure du possible.

Les suspensions entreront en vigueur dans les prochains jours.  Les deux agences ont hâte que les voyages de réinstallation reprennent complétement, lorsque la prudence et la logistique le permettront.

Mali

Pour soutenir les mesures de prévention annoncées par le Gouvernement du Mali, la mission de maintien de la paix des Nations Unies dans ce pays a activé son plan de continuité des opérations et mis en place les mesures suivantes:

Tous les membres du personnel de la mission -civils, policiers et militaires- revenant au Mali en provenance d’un pays touché par le COVID-19 seront systématiquement placés en auto-isolement pendant 14 jours.  La mission a pris les dispositions nécessaires et créé à cet effet un centre de transit.  Les réunions, ateliers ou séminaires publics seront approuvés au cas par cas, tandis que des dispositions de télétravail sont prises pour limiter la présence physique du personnel au siège de la mission à Bamako.  La mission de maintien de la paix continuera de se coordonner avec le Gouvernement pour assurer la mise en œuvre des mesures les plus appropriées.

D’autres missions de maintien de la paix dans le monde se préparent à mettre en œuvre des mesures pour protéger les populations locales ainsi que le personnel des Nations Unies.

Soudan

Au Soudan, l’équipe de pays pour l’action humanitaire a finalisé un plan de réponse COVID-19 pour soutenir le plan national du Gouvernement soudanais.  L’UNICEF a mobilisé 370 000 dollars pour des fournitures de prévention et de contrôle des infections qui seront utilisées aux points d’entrée du Soudan ainsi que par les ambulances.

Le FNUAP, pour sa part, travaille avec les équipes de quarantaine temporaires pour veiller à ce que les femmes et les filles en âge de procréer qui arrivent reçoivent des trousses dites de dignité, comprenant des articles d’hygiène et de confort de base.

Organisation internationale du Travail

L’Organisation internationale du Travail (OIT) déclare que la crise économique et de l’emploi créée par la pandémie de COVID-19 pourrait faire augmenter le nombre de chômeurs dans le monde de près de 25 millions de personnes.  Cependant, selon l’OIT, une réponse coordonnée au niveau international, similaire à l’approche adoptée lors de la réponse à la crise financière mondiale de 2008-2009, réduirait considérablement les conséquences de la crise sur le chômage mondial.

La note d’évaluation préliminaire de l’OIT appelle à des mesures urgentes, à grande échelle et qui soient coordonnées sur trois piliers: protéger les travailleurs sur le lieu de travail, stimuler l’économie et l’emploi, ainsi que soutenir les emplois et les revenus.

Ces mesures impliquent d’étendre la protection sociale, de soutenir les efforts pour maintenir les personnes dans leur emploi et de prévoir des allégements financiers et fiscaux, notamment pour les micro-, petites et moyennes entreprises.  En outre, la note propose des mesures de politique budgétaire et monétaire, ainsi que des prêts et un soutien financier à des secteurs spécifiques

Éducation

L’UNESCO a déclaré que, à la date d’hier soir (mardi), plus de 850 millions d’enfants et de jeunes -soit environ la moitié de la population étudiante mondiale- restent à l’écart des écoles et des universités en raison de l’épidémie. La semaine dernière, le chiffre était d’environ un demi-milliard.

La fermeture des écoles à l’échelle nationale est une mesure qui a été prise par 102 pays, tandis que 11 ont ordonné la fermeture pour certaines régions seulement.  On s’attend à ce qu’il y ait davantage de mesures de ce type.

L’ampleur et la rapidité des fermetures constituent un défi sans précédent pour le secteur de l’éducation.  Les pays du monde entier se précipitent pour combler le vide avec des solutions d’apprentissage à distance, mais la durée incertaine de la fermeture complique davantage leurs efforts.

L’UNESCO a mis en place une équipe spéciale COVID-19 pour fournir des conseils et une assistance technique aux gouvernements qui s’efforcent d’offrir une éducation aux élèves non scolarisés.  L’UNESCO organise également des réunions virtuelles régulières avec les ministres de l’éducation du monde entier pour un partage d’expériences et une évaluation des besoins prioritaires.

De plus, l’UNESCO lance une coalition mondiale de l’éducation COVID-19 qui réunit des partenaires multilatéraux et le secteur privé, y compris Microsoft et le Réseau de téléphonie mobile (GSM), l’alliance GSMA, pour aider les pays à déployer des systèmes d’apprentissage à distance afin de minimiser les perturbations éducatives et maintenir un contact social avec les étudiants.

UNICEF

La Directrice générale de l’UNICEF, Mme Henrietta Fore, a publié aujourd’hui un message pour réaffirmer l’engagement de l’agence envers les enfants du monde entier.  Mme Fore a déclaré que l’UNICEF s’efforce d’aider à prévenir la propagation du virus dans les communautés des pays touchés en fournissant des kits d’hygiène et des kits médicaux aux écoles et aux dispensaires. 

L’UNICEF œuvre aussi pour atténuer l’impact de l’épidémie sur l’accès des enfants aux services de santé, à l’éducation et aux services sociaux.  Mme Fore ajoute dans son message que le travail de secours de l’UNICEF pour fournir aux enfants santé, éducation, nutrition et protection n’a jamais été aussi crucial.  Avec des millions d’enfants déracinés, touchés par les guerres, mourant de causes évitables, déscolarisés ou privés de vaccins essentiels, le besoin de soutien n’a jamais été aussi grand.

Yémen

La Coordonnatrice de l’action humanitaire de l’ONU, Mme Lise Grande, a condamné les attaques continues contre les établissements de santé à Taëz, qui menacent la fourniture de services à de centaines de milliers de personnes.  Les rapports préliminaires indiquent que le 13 mars, deux bâtiments de l’hôpital général de Thaoura ont été touchés par des missiles.  Selon l’OMS et ses partenaires de santé, depuis le début de la guerre en 2015, les hôpitaux et autres établissements médicaux du Yémen ont été la cible de 142 attaques.

Moins de 50% des établissements de santé du Yémen fonctionnent actuellement à pleine capacité et ceux qui sont opérationnels manquent de spécialistes, d’équipements et de médicaments.

Libye

La mission des Nations Unies en Libye s’est déclarée profondément préoccupée par l’augmentation récente, dans les villes libyennes, du nombre d’enlèvements et de disparitions forcées, qui, selon elle, ont été menées par des groupes armés en toute impunité.

La mission renouvelle son appel aux parties au conflit pour qu’elles respectent pleinement le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire.  La mission appelle en outre à la création par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d’un mécanisme d’enquête: ce serait la base la plus simple et la plus solide pour promouvoir la responsabilité en Libye.

Mozambique

Un an après que le cyclone Idai a touché le Mozambique, l’UNICEF affirme que 2,5 millions de personnes, dont près de la moitié sont des enfants, ont toujours besoin d’aide humanitaire.  De plus, l’UNICEF et d’autres partenaires humanitaires se préparent à la possibilité d’événements météorologiques extrêmes plus fréquents.

Pour poursuivre le travail de relèvement qui a été fait dans divers secteurs, l’agence demande un financement supplémentaire qui sera également utilisé pour accroître la capacité du pays à protéger à l’avenir les enfants contre les catastrophes naturelles.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié aujourd’hui un document pour aider les pays à préserver les réserves de carbone cruciales contenues dans les tourbières.  Si elles ne couvrent que 3% de la surface du monde, les tourbières contiennent autant de carbone que toute sa végétation.  Pour éviter la dégradation des tourbières et planifier leur restauration, la FAO a publié un outil de cartographie pour les surveiller.

Nomination

À la suite de consultations avec la Commission consultative de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), le Secrétaire général a nommé aujourd’hui M. Philippe Lazzarini, de la Suisse, nouveau Commissaire général de l’Office.  Le Secrétaire général souhaite exprimer sa gratitude et son appréciation à M. Christian Saunders, qui continuera à exercer les fonctions de Commissaire général par intérim jusqu’à ce que M. Lazzarini prenne ses fonctions.

M. Lazzarini arrive à ce poste après plus de 30 ans d’expérience dans l’assistance humanitaire et la coordination internationale dans les zones de conflit et de postconflit, expérience acquise avec l’ONU, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le secteur privé.  Plus récemment, il a travaillé au Liban en tant que Coordonnateur spécial adjoint, ainsi que Coordonnateur résident et humanitaire. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.