Imprimer
dbf200313
13 mars 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 mars 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

COVID-19 – Bureaux de l’ONU

Dans les lieux d’affectation à travers le monde, le personnel de l’ONU prend des précautions et fait tout ce qu’il peut pour inverser la courbe des infections au COVID-19. 

Au siège de l’ONU au Kenya, les administrateurs sont obligés d’instituer le télétravail conformément à la continuité des opérations pour réduire considérablement l’exposition du personnel au transit et aux zones où circule un grand nombre de gens.  La pleine mise en œuvre du télétravail à raison de trois jours par semaine peut énormément réduire l’empreinte du personnel dans le complexe de Nairobi et, par conséquent, diminuer les risques pour le personnel.

De même, au Ghana, l’ONU a décidé, comme mesure de précaution, que le personnel qui travaille normalement dans les locaux le fasse à partir de la maison.  Cette mesure restera en vigueur pendant un certain temps.

Après avoir consulté les chefs des agences des Nations Unies en Iran, le Coordonnateur résident a recommandé, le 1er mars dernier, la pleine mise en œuvre des plans de continuité des opérations, dont le télétravail.  La décision suit l’augmentation sensible des cas de COVID-19 en Iran, dont un membre du personnel de l’ONU.  Tout le personnel de l’ONU en Iran travaille à partir de la maison dans le cadre d’un arrangement qui est revu chaque semaine par les administrateurs.

À Genève, les visites guidées ont été suspendues.  Les manifestations culturelles organisées par les États Membres et les organisations internationales avec l’Office des Nations Unies à Genève ont aussi été annulées. 

Lundi prochain et jusqu’à nouvel ordre, l’entrée du Palais des Nations Unies sera exclusivement réservée au personnel de l’ONU et autre dont le lieu de travail ou le bureau est là, à savoir les personnes qui viennent pour des réunions officielles essentielles et les journalistes qui ont une accréditation permanente. 

Au Siège de l’ONU à New York, les gardes de sécurité ont indiqué que le 4 mars dernier, la veille de la mise en place des nouvelles mesures, le nombre des passages aux différentes entrées du complexe était de 11 033 et que mercredi 11 mars, ce nombre est tombé à 5 393.  Les premiers chiffres d’aujourd’hui montrent une autre chute drastique.  L’ONU continuera à réduire son empreinte. 

COVID-19

Le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, M. Tedros Ghebreyesus, a indiqué que plus 132 000 cas de COVID-19 ont été signalés par l’OMS, dans 123 pays et territoires.  Il a ajouté que 5 000 personnes ont, à ce jour, perdu la vie dans ce qu’il a appelé un seuil tragique.

Il a ajouté que l’Europe est désormais l’épicentre de l’épidémie, qui compte le plus grand nombre de cas et de morts par rapport à tout le reste du monde, à l’exception de la Chine.  Davantage de cas sont signalés chaque jour, avec un nombre supérieur à celui qu’a connu la Chine au pic de l’épidémie. 

Dans son message à ces pays, le Directeur général a dit : « Vous devez adopter une approche globale.  Pas seulement tester.  Pas seulement retracer les contacts.  Pas seulement mettre en quarantaine.  Pas seulement conseiller la distance entre les uns et les autres.  Tout à la fois », a-t-il martelé.

Il a ajouté que tout pays qui regarde l’expérience d’un autre plus touché, en se disant «  ça ne nous arrivera pas  » commet une faute fatale.  Ça peut arriver à n’importe qui, a-t-il prévenu.

Avec la Fondation des Nations Unies et les Fonds philanthropiques suisses, l’OMS a lancé un fonds de solidarité pour la riposte au COVID-19 auquel peuvent contribuer les individus et les organisations. 

Iraq

La Mission des Nations Unies en Iraq a appelé toutes les parties à une désescalade immédiate. 

Elle a souligné que les attaques et les représailles, dont les frappes répétées contre les forces de la coalition mondiale qui sont là à l’invitation du Gouvernement iraquien pour combattre Daech, ne servent en rien les intérêts du pays.  

La Mission a condamné les pertes en vies humaines et appelé toutes les parties à agir avec un maximum de retenue, conformément au droit international.   Le partenariat et le dialogue sont la seule façon de donner de la force à l’Iraq et de prévenir la résurgence de Daech.  Le pays et son peuple n’ont aucun intérêt à devenir le théâtre d’une compétition entre puissances et les hommes de main des différents belligérants.  Les Iraquiens ont désespérément besoin de stabilité et de paix. 

Burkina Faso

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué aujourd’hui qu’environ 14 000 personnes ont fui de chez elles ces 17 derniers jours, faisant grimper à 780 000 le nombre des déplacés.  La plupart d’entre elles veulent se mettre à l’abri dans leur pays, mais les dernières violences ont forcé plus de 2 000 personnes à fuir au Mali. 

Le HCR s’est dit alarmé par l’augmentation sensible des déplacements forcés au Sahel et a réitéré son appel à la protection des populations civiles et des personnes qui fuient les violences.

Le HCR, qui a intensifié sa réponse, fournit une protection et des articles de secours à ceux qui ont été forcés de fuir ainsi qu’aux communautés hôtes. 

Au Mali, le HCR s’efforce de renforcer sa présence. 

Contributions financières

La Roumanie a payé la totalité de sa contribution au budget ordinaire pour 2020, faisant passer le nombre des États qui ont fait de même à 70. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.