Imprimer
dbf200304
4 mars 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 4 mars 2020

  (La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité s’est réuni aujourd’hui pour examiner la situation au Soudan du Sud.  Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. David Shearer, a mis l’accent sur les évolutions positives qui ont fait avancer le pays sur la voie vers une paix durable.  Il a rendu hommage à la volonté politique du Président Salva Kiir et de Riek Machar qui ont placé les intérêts de leur pays en tête de leur accord sur un gouvernement de transition.

M. Shearer a ajouté qu’un sentiment prédominant de soulagement était manifeste dans l’ensemble du pays, le consensus étant que la priorité doit être accordée à la formation d’un gouvernement de transition pour que l’accord de paix et le pays puissent avancer.

Il a noté que le nouveau gouvernement pourra impulser des changements positifs, permettant le retour des personnes déplacées et des réfugiés.  La première déclaration conjointe de la nouvelle présidence, diffusée la semaine dernière, exhorte les personnes se trouvant dans les sites de protection de civils et les pays voisins à retourner dans leurs foyers.  Pour sa part, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a augmenté sa présence protectrice pour renforcer la confiance dans les zones de retour.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Geir Pedersen, s’est entretenu aujourd’hui au Caire avec les Ministres des affaires étrangères de la Ligue des États arabes.  Il a averti du danger immédiat d’une plus grande escalade, de plus de guerre, et de plus de morts et de déplacements dans le pays, comme on peut le constater à Edleb.  Il a indiqué que dans le nord-ouest de la Syrie, plus de 900 000 personnes ont été déplacées depuis le 1er décembre.  Les femmes et les enfants représentent 81% de cette population nouvellement déplacée.

L’Envoyé spécial a noté que, demain, les Présidents Poutine et Erdogan se rencontreront à Moscou.  Il les a exhortés à trouver une solution diplomatique immédiate pour épargner davantage de souffrances aux civils, assurer une certaine stabilité, promouvoir la coopération à Edleb et créer des conditions plus propices à un processus politique. 

Nigéria

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que dans le nord-est du Nigéria, 7,9 millions de personnes, soit plus d’une personne sur deux dans les États de Borno, Yobe et Adamawa, auront besoin d’une aide en 2020.

Les organisations humanitaires font face à de plus en plus de contraintes d’accès et d’incidents sécuritaires qui entravent une réponse plus efficace dans ces trois États.

L’augmentation des attaques l’an dernier a contraint les agences humanitaires de réduire leur travail et de retirer temporairement le personnel de certaines zones.

Dans ces trois États, 1,2 million de personnes ne peuvent pas être atteintes par les travailleurs humanitaires.  Les parties doivent autoriser et faciliter un accès humanitaire sûr et sans entraves aux personnes dans le besoin.  L’ONU a également souligné la nécessité urgente de veiller à un plus grand respect du droit international et à protéger les civils pris au piège par une crise dont ils ne sont nullement responsables.

Guinée-Bissau

Dans une déclaration publiée hier soir, le Secrétaire général a indiqué suivre avec préoccupation la crise constitutionnelle en Guinée-Bissau provoquée par le différend électoral en cours.

Le Secrétaire général a encouragé toutes les parties prenantes à attendre la décision de la Cour suprême de justice, à faire preuve de la plus grande retenue et à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir tout acte susceptible de compromettre la paix et la stabilité en Guinée-Bissau.

Le Secrétaire général a réitéré l’engagement des Nations Unies de continuer à accompagner les Bissau-Guinéens dans leurs efforts pour consolider la paix, la démocratie et le développement.

Filles

Dans un nouveau rapport, l’UNICEF a indiqué, aujourd’hui, que malgré les progrès réalisés ces 20 dernières années pour promouvoir l’égalité entre les sexes, la violence contre les femmes et les filles n’est pas seulement répandue, mais acceptée dans de nombreuses régions du globe.

Le rapport, publié à l’approche de la soixante-quatrième session de la Commission de la condition de la femme, note que le nombre de filles non scolarisées a baissé de 79 millions au cours des deux dernières décennies.  Au cours des 10 dernières années, les filles sont même devenues plus susceptibles d’être inscrites à l’école secondaire que les garçons.  Pourtant, la violence contre les femmes et les filles demeure répandue.  En 2016, les femmes et les filles représentaient 70% des victimes de la traite détectées dans le monde, la plupart à des fins d’exploitation sexuelle; et dans la tranche d’âge de 15-19 ans, une fille sur 20, soit environ 13 millions de filles, a été victime de viol, une des formes les plus violentes d’abus sexuel dont peuvent souffrir les femmes et les filles.

Le rapport fait également état d’une tendance négative pour les filles dans les domaines de la nutrition et de la santé, ainsi que de préoccupations grandissantes au sujet d’une mauvaise santé mentale, alimentée en partie par une utilisation excessive des technologies numériques.

Conférence de presse - demain

Demain, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes, et Mme Silke Staab, Spécialiste de la recherche et des données à ONU-Femmes, donneront une conférence une presse à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.