Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 24 février 2020

dbf200224
24 février 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 24 février 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil des droits de l’homme

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, est intervenu à l’ouverture des travaux du Conseil des droits de l’homme, à Genève, indiquant être venu pour lancer un appel à l’action.  Il a ajouté qu’il avait décidé de le faire maintenant, pendant le soixante-quinzième anniversaire des Nations Unies, en raison de la place centrale qu’occupent les droits de l’homme dans l’ensemble du travail de l’ONU et parce que les droits de l’homme sont pris pour cible.

Le Secrétaire général a indiqué que toutes les sociétés ont bénéficié des mouvements des droits de l’homme dirigés par les femmes, les jeunes, les minorités, les peuples autochtones et d’autres.  Notre appel à l’action, a-t-il dit, cible sept domaines où des efforts concertés permettront de réaliser un bond en avant en termes de progrès et prévenir tout risque de recul. 

Secrétaire général – OMS

Suite à son intervention devant le Conseil des droits de l’homme, le Secrétaire général s’est rendu au centre de crise de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), où il a rencontré le Directeur général de l’OMS, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, et est intervenu devant la presse.

Il a salué le courage et le dévouement des collègues de l’OMS, notant qu’il avait pu constater par lui-même comment leur travail pour combattre l’irruption d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) avait permis de sauver de nombreuses vies. 

Il a également salué le travail effectué par l’OMS pour contenir l’épidémie de COVID-19.  Il a appelé tous les pays à assumer leurs responsabilités et à tout faire pour être préparés à contenir la maladie, réitérant que cela est possible.

Il a appelé les donateurs à appuyer les appels de financement de l’OMS.  S’il existe une chose réellement stupide, ce serait de ne pas entièrement financer l’appel de l’OMS, a dit le Secrétaire général qui a souligné que les appels de l’OMS sont essentiels pour aider les États Membres à éviter que ces maladies tragiques ne deviennent de véritables cauchemars mondiaux.

En début de journée, pendant sa mise à jour quotidienne, le Directeur général de l’OMS, M. Tedros, a indiqué qu’il était préoccupé par l’augmentation soudaine des cas en Italie, en Iran ainsi qu’en République de Corée.  Cependant, a-t-il ajouté, cela ne signifie pas que l’épidémie s’est transformée en une pandémie.  Il a réitéré son appel à tous les pays et communautés, les engageant à mettre l’accent sur les préparatifs et sur la protection des professionnels de la santé, des personnes le plus à risque de contracter des maladies graves ainsi que sur les pays les plus vulnérables.

Vice-Secrétaire générale – Zimbabwe

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina Mohammed, est intervenue à l’ouverture de la session spéciale du Mécanisme de coordination régionale des organismes et organisations des Nations Unies opérant en Afrique qui s’est tenue à Victoria Falls, au Zimbabwe.  Elle a indiqué que l’importance de l’Union africaine en tant que partenaire stratégique de l’ONU ne saurait être surestimée.

La Vice-Secrétaire générale a indiqué aux participants que, tout comme le reste du monde, l’Afrique n’est pas sur la voie pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030, ni les objectifs de l’Agenda 2063.  Alors que l’Afrique a réalisé des progrès notables en matière d’éducation, de santé et d’autres questions sociales, elle a prévenu que le rythme de l’élimination de la pauvreté est lent et que la croissance inclusive, qui vise à ne laisser personne de côté, demeure hors d’atteinte.  Elle a ajouté qu’il n’existe pas de meilleur exemple d’établissement d’un ferme partenariat autour d’un ODD que l’initiative de l’Union africaine de faire taire les armes.

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination du général Ishwar Hamal, du Népal, comme Chef de mission et Commandant de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD).

Le général Hamal succède à son homologue et compatriote Shivaram Kharel qui a été Chef de mission par intérim de juin à octobre 2019.  Le Secrétaire général remercie ce dernier pour son dévouement pendant cette période difficile. 

Le général Hamal a eu une longue carrière dans l’armée népalaise, qu’il a intégrée comme officier d’artillerie en 1983, et a aussi une importante expérience dans le maintien de la paix. 

Conseil de sécurité

Le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, est intervenu par visioconférence, ce matin, devant le Conseil de sécurité, et a averti que plus de 60 roquettes avaient été tirées vers Israël depuis la nuit dernière par le Jihad islamique palestinien, alors qu’Israël avait lancé des attaques contre les forces du Jihad islamique.  M. Mladenov a appelé à la cessation immédiate des tirs de roquettes et de mortiers qui, a-t-il dit, risquent uniquement de plonger Gaza dans un nouveau cycle destructeur d’hostilités sans fin.

Il a ajouté que les femmes assument de plus en plus le fardeau de la situation humanitaire difficile qui prévaut dans la bande de Gaza.  Il a aussi mis l’accent sur ce qu’il a appelé le désastre sanitaire en cours à Gaza, où les stocks de 46% de médicaments essentiels ont été entièrement épuisés. 

Afghanistan

Dans une déclaration, le Secrétaire général a salué l’annonce de la réduction de la violence à l’échelle nationale en Afghanistan, et a espéré que cette étape cruciale ouvrira la voie à des négociations entre Afghans et à un processus de paix global. 

Pendant le week-end, la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a publié un rapport qui a indiqué que les parties au conflit ont tué ou blessé plus de 10 000 civils en 2019.  C’est la sixième année de suite au cours de laquelle le nombre de victimes civiles dépasse 10 000.  De plus, après avoir documenté systématiquement pendant 10 ans l’impact de la guerre sur les civils, l’ONU a constaté que l’année dernière, le nombre de victimes parmi les civils dépassait 100 000.

Soudan du Sud

Le Secrétaire général s’est félicité, dans une déclaration, de la mise en place du Gouvernement provisoire d’union nationale au Soudan du Sud le 22 février 2020.  Il a félicité les parties pour cette étape importante de la mise en œuvre de l’Accord revitalisé sur le règlement du conflit au Soudan du Sud et a salué les efforts régionaux et internationaux qui ont contribué à ce résultat.  Il a également appelé les membres du Gouvernement provisoire d’union nationale à adhérer pleinement à la lettre et à l’esprit de l’Accord, pour que le peuple du Soudan du Sud puisse enfin bénéficier de la paix et de la stabilité durables qu’il mérite.  

Contribution financière

Kiribati a versé la totalité de sa contribution au budget ordinaire 2020 de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.