Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 février 2020

dbf200220
20 février 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 février 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République centrafricaine

Ce matin, le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine, M. Mankeur Ndiaye, qui est aussi Chef de la Mission de maintien de la paix de l’ONU dans ce pays (MINUSCA), a fait un exposé devant les membres du Conseil de sécurité.

Il a souligné qu’il s’agit d’une année cruciale pour le pays car les citoyens vont se rendre aux urnes en décembre.  Il a déclaré que le Gouvernement reste en place malgré de nombreuses difficultés.  Il a aussi informé d’une nette réduction de la violence contre les civils et indiqué que le processus de désarmement se poursuit dans l’ouest du pays.

Cependant, il a averti que les groupes armés continuent d’élargir leurs zones d’influence et il a réitéré la détermination de la MINUSCA à remplir son mandat et à protéger les civils.  M. Ndiaye a également exhorté la communauté internationale à apporter un soutien technique, logistique et financier au processus électoral.

Syrie

L’ONU reste très alarmée par la sécurité et la protection de plus de trois millions de civils à Edleb et dans ses environs, dans le nord-ouest de la Syrie, alors qu’on signale toujours des frappes aériennes et des bombardements qui continuent de faire des ravages sur la population civile.

Il n’y a pas eu de répit pour les familles à Edleb et à Alep au cours des dernières 24 heures.  Hier, au moins 15 communautés auraient été touchées par des frappes aériennes, tandis que 11 communautés auraient été frappées par des bombardements.  La plupart des marchés ont été fermés et les routes d’approvisionnement sont perturbées en raison des hostilités.  Une vaste opération transfrontalière est actuellement en cours dans le nord-ouest du pays pour venir en aide aux civils alors que les besoins augmentent.

Un total de 1 227 camions d’aide humanitaire ont traversé la Turquie par Bab al-Hawa et Bab al-Salam le mois dernier, contre 928 en décembre.  C’est la plus grande quantité d’aide que les Nations Unies aient envoyée à travers la frontière syro-turque en un mois depuis l’autorisation de l’opération en 2014.  Près de 900 camions ont transporté de l’aide alimentaire destinée à 1,4 million de personnes.  D’autres camions ont transporté des fournitures de santé pour près d’un demi-million de personnes et des articles non alimentaires pour plus de 230 000 personnes.

Maintien de la paix

À 15 heures aujourd’hui, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina Mohammed, s’adressera aux membres de la Commission de consolidation de la paix (CCP) pour discuter de l’examen 2020 de l’architecture de consolidation de la paix de l’ONU.  Elle devrait souligner que l’examen de cette architecture est une occasion importante alors que se poursuit la réforme de l’ONU.  Un élément clef du tableau est l’accélération des transitions en dehors des crises, devrait-elle dire, en mettant l’accent sur l’importance cruciale du soutien efficace des Nations Unies aux processus de transitions.

Vice-Secrétaire générale

Demain, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, se rendra au Zimbabwe pour participer au Forum régional africain sur le développement durable.  En outre, elle rencontrera des représentants du Gouvernement zimbabwéen et des collègues des Nations Unies travaillant dans le pays ainsi que dans les bureaux régionaux, en mettant l’accent sur la garantie d’une réponse collective robuste en Afrique pour soutenir la Décennie d’action pour les objectifs de développement durable.  Elle sera de retour à New York le 27 février.

Soudan du Sud

Environ 6,5 millions de personnes au Soudan du Sud, soit plus de la moitié de la population du pays, pourraient être en situation d’insécurité alimentaire grave au plus fort de cette saison de la faim, qui coure traditionnellement de mai à juillet, selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Les trois agences ont averti que la situation est particulièrement préoccupante dans les zones qui ont été les plus durement touchées en 2019 par les inondations, où la sécurité alimentaire s’est considérablement détériorée depuis juin dernier.  La faim devrait s’aggraver progressivement d’ici juillet, principalement à Jonglei, dans le Haut-Nil, à Warrap et dans le nord du Bar el-Ghazal, avec plus de 1,7 million de personnes confrontées à un niveau d’insécurité alimentaire d’urgence en raison des effets des inondations dévastatrices et du faible niveau de production alimentaire.

Les trois organismes aident à fournir un soutien d’urgence pour les moyens de subsistance.  Cette année, la FAO distribuera des semences, des outils agricoles, des kits de pêche et de légumes.  Elle fournira en outre une aide en espèces aux personnes les plus dans le besoin.  L’UNICEF se concentre sur le traitement des enfants sous-alimentés et redouble d’efforts en matière de prévention.  Quant au PAM, il doit aider 5 millions de personnes en fournissant des vivres vitales aux plus vulnérables.

Coordonnateurs résidents

Le Bureau de la coordination des Nations Unies pour le développement a annoncé la nomination de nouveaux Coordonnateurs résidents en Bosnie-Herzégovine, en Namibie et au Tadjikistan.  Ces nominations font suite aux confirmations des gouvernements respectifs.   

Ainsi, Mme Ingrid Macdonald (Australie) sera la Coordonnatrice résidente des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine, M. Sen Pang (Chine) occupera les mêmes fonctions en Namibie et, de même, Mme Sezin Sinanoglou (Turquie) sera en poste au Tadjikistan.

Les nouveaux coordonnateurs résidents chercheront à renforcer la coordination du développement entre les agences, les fonds et les programmes des Nations Unies, qui est fondamentale pour soutenir les pays dans cette Décennie d’action et atteindre les objectifs de développement durable.

Nous sommes heureux que la parité totale entre les sexes soit maintenue dans tout le groupe de coordonnateurs résidents qui couvrent 162 pays et territoires.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.