Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 23 janvier 2020

dbf200123
23 janvier 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 23 janvier 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Myanmar

Le Secrétaire général salue l’ordonnance de la Cour internationale de Justice (CIJ), indiquant des mesures conservatoires dans l’affaire Gambie contre Myanmar sur de présumées violations de la Convention contre le génocide. 

Le Secrétaire général appuie fermement le recours aux moyens pacifiques pour régler les différends internationaux.

Il rappelle en outre que, conformément à la Charte et au Statut de la Cour, les décisions de cette dernière sont contraignantes.  Il compte que le Myanmar respectera dûment l’ordonnance de la Cour.  Conformément au Statut de la Cour, le Secrétaire général transmettra rapidement la note des mesures conservatoires au Conseil de sécurité. 

Secrétaire général à Davos

Le Secrétaire général a prononcé un discours spécial au Forum économique mondial de Davos.

Il est arrivé dans la ville suisse aujourd’hui pour assister au Forum annuel.  Plus tôt dans la journée, il a participé à une réunion informelle des dirigeants, au cours de laquelle il a mis l’accent sur la manière d’édifier un monde plus unifié et plus durable.

Le Secrétaire général a ensuite assisté au déjeuner organisé par le Pacte mondial des Nations Unies.  Il a demandé aux autres participants de ne pas seulement être des patrons du monde des affaires mais aussi des leaders de la société voués à la défense des valeurs essentielles.  Il les a encouragés à mettre la pression sur les gouvernements pour fixer le prix du carbone, atténuer le risque climatique et mettre en œuvre des politiques d’intégration.

Pour résoudre les problèmes mondiaux, a-t-il lancé, nous devons rendre le multilatéralisme, y compris les Nations Unies, plus inclusif et plus ouvert au secteur privé, à la société civile, aux groupes de jeunes et aux gouvernements locaux.

Demain, le Secrétaire général a prévu de s’entretenir avec un groupe de jeunes leaders pour entendre leurs réflexions et idées sur l’ONU et son avenir maintenant qu’elle s’approche de son soixante-quinzième anniversaire.  Le Secrétaire général a aussi prévu quelques réunions bilatérales.

Il sera de retour à New York ce vendredi, et samedi, il compte assister à une cérémonie à la « Park East Synagogue » marquant le soixante-quinzième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Yémen

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, M. Martin Griffiths, s’est dit profondément alarmé par le dernier cycle de violence qui a causé la mort de nombreux civils innocents.

M. Griffiths est en contact avec les parties auxquelles il réitère son appel à la désescalade. 

Dans une déclaration publiée hier, il appelle les parties concernées à prendre toutes les mesures nécessaires pour baisser le niveau de toutes les opérations militaires, y compris les mouvements de troupes, les raids aériens, les tirs de missile et les attaques aux drones.

Il appelle aussi les parties à adhérer à la mise en œuvre des initiatives en faveur de la désescalade et à les renforcer encore.  La réduction de la violence est cruciale pour consolider les progrès enregistrés jusqu’ici en matière de désescalade. 

« Nous devons tous travailler pour faire avancer le processus de paix et pas pour le faire reculer.  Le Yémen a assez souffert », dit-il dans sa déclaration. 

Abyei

La Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) a indiqué qu’un groupe d’hommes armés de la communauté misseriya a attaqué hier une communauté dinka dans la zone de Kolom, dans le nord-ouest de la ville d’Abyei, tuant au moins 32 personnes, dont des femmes et des enfants, et blessant des dizaines d’autres.  Trois enfants sont portés disparus. 

Cinq personnes ont été appréhendées par les Casques bleus après l’attaque, pendant que la mission continue de patrouiller la zone et d’enquêter sur l’incident.

Une attaque similaire avait eu lieu le 19 janvier dernier dans la même zone, au cours de laquelle trois personnes avaient perdu la vie.  La mission indique qu’avant cette attaque, elle avait approché les communautés dinka et misseriya pour discuter de la manière de prévenir les tensions et les conflits.  Après cela, elle a parlé avec les leaders misseriya pour désamorcer les tensions et prévenir les actes de représailles.

La mission a aussi intensifié ses efforts pour protéger les civils après le 19 janvier et prévenir d’autres attaques. 

Afrique de l’Est

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Mark Lowcock, a ponctionné 10 millions de dollars du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) dans le but de contribuer à l’amélioration de la réponse à l’invasion dévastatrice des criquets pèlerins en Afrique de l’Est.

Cette invasion affecte la Corne de l’Afrique, le sud-ouest de l’Asie et la mer Rouge.  C’est la pire que l’Éthiopie et la Somalie aient connue depuis 25 ans, et depuis 70 ans, pour le Kenya.  Les cultures sont anéanties dans des communautés qui font déjà face à une pénurie alimentaire. 

L’invasion est aggravée par l’impact des changements climatiques qui frappe la région. 

Les fonds débloqués iront à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour financer l’intensification des opérations aériennes de pulvérisation de pesticide. 

Le Secrétaire général adjoint a prévenu qu’il faut agir maintenant et averti que, si rien n’est fait, cette invasion peut se propager dans d’autres pays de l’Afrique de l’Est, avec des conséquences horribles.  Une réponse rapide et déterminée pour contenir la propagation est essentielle, a-t-il souligné. 

Somalie

L’ONU, le Gouvernement somalien et les partenaires humanitaires ont lancé le Plan de réponse humanitaire 2020 à Mogadiscio qui vise à collecter une somme d’un milliard de dollars pour apporter une aide vitale et améliorer les moyens de subsistance de trois millions de personnes, dont près de la moitié sont des déplacés. 

Le Plan établi que quelque 5,2 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont 1,7 million de déplacés par le conflit, l’insécurité, les évictions forcés, la sécheresse et les inondations. 

Les agents humanitaires indiquent que la Somalie est l’une des crises humanitaires les plus anciennes et les plus complexes au monde.  Les chocs climatiques conjugués au conflit, à la pauvreté généralisée et à une vulnérabilité bien ancrée ont exacerbé la situation.

République du Congo

Quelque 170 000 personnes ont été affectées par de lourdes pluies ces quatre derniers mois dans la République du Congo, dont 30 000 réfugiés de la République centrafricaine et de la République démocratique du Congo (RDC). 

Plus de 6 300 hectares de champ ont été détruits. 

La pluie continue à tomber dans les parties du pays qui se trouvent en deçà de l’équateur, ce qui fait craindre l’augmentation des surfaces inondées, des déplacements de population et des risques plus élevés de maladies hydriques. 

L’ONU et ses partenaires humanitaires contribuent à la réponse du Gouvernement, en distribuant nourriture, articles non alimentaires, abris, eau, produits d’hygiène et d’assainissement.

Plus de 80 000 personnes ont reçu une aide alimentaire. 

Il faut environ 30 millions de dollars pour répondre à la situation et à ce jour, seule une somme de 11 millions a été obtenue, dont 7 millions du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF). 

Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme en RDC

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, est arrivée en République démocratique du Congo (RDC) pour une visite officielle de cinq jours.

Elle a passé la journée dans la province du nord-est de l’Ituri où elle s’est entretenue avec des gens qui ont fui la violence en cours.

Dans un tweet, elle a dit avoir entendu de la bouche des déplacés hema des histoires à briser le cœur et leur a dit qu’elle venait de vivre là une réunion qu’elle n’oubliera jamais.  Cette tragédie dure depuis trop longtemps et il faut y mettre fin, a-t-elle ajouté. 

Demain, Mme Bachelet devrait s’envoler pour Kinshasa, la capitale, pour trois jours de discussions, dont une réunion avec le Président Félix Tshisekedi. 

Coronavirus

À Genève, le Comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a poursuivi ses discussions pour voir si l’irruption du coronavirus constitue une urgence de santé publique à portée internationale et quelles recommandations faire pour la gérer. 

Hier, le Directeur général de l’OMS, M. Tedros Ghebreyesus, a dit que le Comité a eu d’excellentes discussions.  Mais il est clair, a-t-il ajouté, que pour parvenir à une décision, il faudra davantage d’informations.

Contributions financières

Aujourd’hui, les Fidji, la Norvège et la République de Corée ont gagné leur place au tableau d’honneur.  Avec le paiement total de leur contribution au budget 2020, avant le 1er février, ils portent à 25 le nombre des pays qui ont fait de même. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.